Ani

1918_07_14 À l’heure même

1 message dans ce sujet

À l’heure même

« Car le Saint-Esprit vous enseignera à l'heure

même ce qu'il faudra dire. »

Luc 12 :12

Beaucoup parmi les scientifiques d’aujourd’hui, hommes ou femmes, ont des idées confuses sur les esprits. En entendant le mot esprit, ils frissonnent ; le terme esprit est terrifiant à leurs yeux. Pour autant, on a coutume de dire que l’esprit de tel peuple est puissant et serein ; on dit encore que telle personne a un esprit bienveillant. Les érudits comme les gens simples se servent de ce mot. Pourquoi alors cette peur ? Il est dit dans les Écritures : « Le commencement de la sagesse est la crainte du Seigneur. » Craindre le Seigneur est le début de la Sagesse, mais craindre un esprit n’est que de l’ignorance. S’il se retrouve dans l’obscurité, l’homme a peur ; s’il se retrouve à une bifurcation, il a encore peur ; cette peur est provoquée par le manque de connaissance. La peur est caractéristique des animaux : si un animal vous croise, il vous regarde droit dans les yeux car il ne sait pas ce que vous ferez de lui. Les animaux craignent les humains, mais les humains aussi en ont peur. Il est cependant dit : « Le peureux n’héritera pas le Royaume de Dieu. »

Les fruits de l’Esprit sont amour, joie, paix, patience, foi, humilité, sagesse, tempérance. (Galates 5 :22,23) L’Esprit est la plus haute manifestation de Dieu, il révèle les mondes, il apporte la lumière, il a tout créé. Le bien dans le monde est l’œuvre de l’Esprit. Les mots esprit lumineux désignent un être qui a terminé son évolution depuis des milliers et des millions d’années. Les esprits lumineux comprennent le chemin que nos contemporains empruntent et peuvent les guider. Les bienfaits du monde physique sont aussi dus aux esprits lumineux. La lumière dont nous bénéficions n’est rien d’autre que le fruit de leurs pensées intenses, elles se dirigent vers le soleil et, renvoyées vers la terre, elles se transforment en lumière et en chaleur.

La quantité de lumière et de chaleur assimilable par un être humain dépend de son cerveau. S’il entretient des pensées négatives, alors au lieu d’absorber l’énergie solaire comme le sol absorbe les gouttes d’eau, il se produit un rejet. Un tel individu est privé de lumière dans sa tête et n’a pas de vie en lui, ni d’intensité dans ses pensées. La vie de sa pensée est semblable à la vie dans le désert, un tel individu renie le sens de la vie. C’est logique : quelle vie peut se produire là où l’Esprit n’a donné aucun fruit ? Si l’homme ne mange pas et ne boit pas d’eau pendant plusieurs jours, la vie perd son sens pour lui ; donnez-lui du pain et de l’eau, sa vie retrouvera aussitôt son sens. Tant qu’il respire, l’homme profite de la vie ; quand il ne respire plus, sa vie perd son sens. Donc l’Esprit se manifeste par la nourriture, l’eau et la respiration.

Beaucoup se demandent pourquoi Dieu n’a pas créé un monde où les humains n’aient pas besoin de manger, boire et respirer. C’est vrai, mais que serait le monde sans nourriture, sans eau et sans respiration ? Où serait la beauté d’un tel monde ? Aujourd’hui, respirer, boire, manger sont emblématiques de la beauté de la vie. Essayez de retirer cette beauté pour voir quel monde vous créerez. La posture des philosophes qui raisonnent ainsi est risible ; ils ne peuvent pas se transformer eux-mêmes, mais ils parlent d’un monde créé à partir du néant et par le néant. Ils ressemblent à ce public qui a invité Paganini pour un concert ; après sa prestation, ils lui ont demandé : « Peux-tu jouer avec trois cordes seulement ? – Je peux. » Il a mis de côté une corde et a joué sur les trois restantes. « Peux-tu jouer sur deux cordes ? – Je peux. – Et sur une seule ? Je peux. – Et sans aucune corde, peux-tu jouer ? – Je peux. Tous se sont préparé à l’écouter jouer sans aucune corde. Ils l’ont longtemps attendu sur scène, mais il ne s’est pas présenté. Exiger du violoniste de jouer sans cordes, signifie vous fusionner avec Dieu ; ce n’est que là que l’être n’a plus besoin de cordes, ni de violon ni de faire de la musique.

Ainsi, s’agissant de l’Esprit, ne le considérez pas comme quelque chose de palpable, de visible, d’audible ; il n’est pas objectif. Si vous voulez Le connaître dans la musique, vous le sentirez dans les accords entre les tons, pas dans les tons eux-mêmes. L’invisible, l’insaisissable dans la musique, dans le Verbe, ce sont les manifestations de l’Esprit. Là où est l’Esprit il y a une plénitude, un élan, une lumière, une joie, une puissance, un espace.

Lorsque nous disons Saint Esprit, nous entendons une communauté d’esprits lumineux liés à Dieu. Ils sortent de Dieu par couples. C’est à propos d’eaux précisément qu’il est dit qu’ils sont faits à l’image et à la ressemblance de Dieu. Lorsqu’il pénètre dans l’âme, l’esprit semble lumineux, mais il n’a pas de lumière par lui-même. Le soleil semble être un corps lumineux car ses rayons tombent sur la terre, se réfléchissent et semblent lumineux ; en réalité, le soleil n’est pas un corps lumineux. Si vous regardez la terre depuis l’espace, elle vous paraîtra lumineuse. En approchant quelqu’un, vous le voyez ténébreux ; en vous en éloignant, il vous semble lumineux. Mettez-le à la même distance à laquelle Dieu l’a initialement placé, et vous verrez qu’il est beau et lumineux. Chacun est prédestiné à se mouvoir sur une orbite donnée ; si vous modifiez le mouvement de son orbite, cela causera des dommages à vous et à lui-même. Par exemple, la jeune fille, lorsqu’elle se marie, se met à commander à son mari, à lui dire comment s’habiller, quels rapports entretenir avec les autres, etc. Elle veut le soumettre comme un serviteur, et modifie ainsi son orbite, ce qui leur cause des désagréments. Ailleurs, ce sera l’homme qui soumet la femme comme une domestique.

L’âme de l’être humain est le commencement divin en lui, personne n’a le droit de l’asservir. Gardez la liberté de votre âme. Soyez prêts à mourir pour elle, qu’elle ne soit jamais asservie. Si quelqu’un laisse asservir son âme, il se montre aussi voleur et brigand que celui qui asservit celle de ses proches. Dieu le considère avec mécontentement. La société contemporaine a besoin de grandes âmes qui ne pensent pas uniquement à leur subsistance. Pourquoi songer à votre subsistance lorsque tout est entre vos mains ? La nature donne du pain et de l’énergie en abondance, on peut se nourrir aisément.

Il est dit dans les Écritures : « Le Saint Esprit vous enseignera à l’heure même ce qu’il faudra dire. » Comme l’esprit est étroitement lié à l’âme humaine, il enseigne au mental et au cœur comment se manifester. En bulgare, le mot esprit s’écrit avec quatre lettres (духъ - douh). La lettre D (д) représente un triangle qui équilibre les contradictions. Pour un triangle où les forces s’équilibrent il n’y a pas de choses impossibles, c’est pourquoi il est dit que tout est possible à Dieu. La lettre OU (у) a un rapport à la pensée humaine ; il y a dans cette lettre une force de neutralité qui équilibre les contradictions générées par la pensée. Le lettre H (x) désigne les sentiments humains ; elle est formée de la lettre C, prise à l’endroit, puis à l’envers. La lettre C exprime la loi de la lune qui se remplit et se vide en vingt-huit jours. L’être humain doit apprendre les lois pour savoir comment se remplir et comment se vider. Vider son cœur des impuretés de la vie et le remplir des bienfaits de l’esprit, c’est une grande science à acquérir. La dernière lettre (ъ) désigne la loi de l’harmonie divine. Je dis en conclusion : l’esprit est cette force puissante qui régule la pensée, le cœur et la volonté de l’être humain.

« Saint Esprit ». Le mot saint désigne l’âme à laquelle l’être humain est attaché. L’apôtre Paul dit : « Ni la femme n’est sans l’homme, ni l’homme sans la femme. »[1] Dieu ne reçoit ni la femme sans homme, ni l’homme sans femme. Il est dit encore que si la femme quitte son mari, et le mari sa femme, ils ne seront pas admis dans le Royaume de Dieu. Si un homme et une femme se quittent, c’est la mort qui les attend. Pourquoi ? Parce que l’homme représente l’esprit et la pensée, et la femme représente l’âme et le cœur. Que restera-t-il de l’être humain si l’esprit ou la pensée le quittent, ou son âme et son cœur ? Il mourra nécessairement. Par conséquent, si les sentiments te manquent, les pensées te manqueront aussi ; si les pensées te manquent, les sentiments te manqueront aussi. Si tu as une âme et un esprit, tu auras des sentiments, des pensées et des actes.

« L’Esprit vous enseignera » signifie que les humains sont venus sur Terre pour apprendre. Réjouissez-vous qu’il y ait quelqu’un pour vous enseigner. L’univers est infini, il donne des conditions et des possibilités à chacun pour apprendre. Un avenir grandiose avec des possibilités grandioses se dessine devant l’être humain. Faut-il alors que la femme se demande quoi faire de son mari et de son fils ? Faut-il que l’homme se demande quoi faire de sa femme et de sa fille ? L’un et l’autre doivent s’aimer. Les bienfaits de l’esprit sont amour, joie et paix ; aime, réjouis-toi et apporte la paix. Si la femme dit qu’elle ne peut pas aimer, c’est une femme sans homme ; si l’homme dit qu’il ne peut pas aimer, c’est un homme sans femme. Si quelqu’un dit qu’il ne peut pas aimer, il est divorcé, c’est un parasite dont on se débarrasse facilement : on le met au bout de son doigt et on l’éjecte d’une pichenette. Quelque société qu’il intègre, il ne prendra pas racine ; quelque arbre qu’il secoue, il ne trouvera pas de fruit.

L’enseignement de l’Esprit est grand : il unit les membres des familles, des sociétés, des peuples. La grandeur des peuples se cache dans leur esprit ; plus l’esprit d’un peuple est vaste et puissant, plus l’avenir qui l’attend est lumineux. Quel est l’esprit des peuples d’aujourd’hui ? Rude et guerrier. Mais Dieu a décidé de soumettre l’humanité à un grand nettoyage, pour ne pas laisser un seul menteur, un seul voleur dans le monde. Leur seul salut est le repentir. Ils doivent se tourner vers Dieu et demander plus de lumière pour voir leurs erreurs et se relever.

Qu’est-ce qui est exigé des gens d’aujourd’hui ? L’éveil, la créativité. Ils doivent appliquer l’amour et l’affection. Les morts doivent se réanimer et ressusciter, et les vivants doivent corriger leurs erreurs et se régénérer. Qui peut réanimer et ressusciter les morts ? L’Esprit. Qui peut régénérer les vivants ? L’Esprit. Il leur apprendra à vivre dans la pureté et la sainteté. Il leur apprendra comment travailler pour obtenir les bienfaits de l’Esprit. « Comment devenir heureux ? » Je réponds à cette question : vous marchez dans l’eau et restez assoiffés, vous portez du pain et restez affamés. Ne demandez pas comment on boit de l’eau, mais prenez de l’eau de source dans vos mains et buvez ; ne demandez pas comment on mange du pain, mais prenez un morceau de pain de la corbeille et mangez-le.

Un jardinier a cueilli ses plus belles cerises et les a mises dans un panier pour les porter au roi en signe de respect et de déférence. Il est parti les apporter lui-même. Le temps était chaud et ensoleillé, et pour se rafraichir il prenait une cerise de temps en temps. Au moment d’arriver auprès du roi, il ne lui restait plus qu’une seule cerise, mais il s’est dit : « C’est une belle cerise, cela vaut la peine de l’offrir au roi. » Il s’est annoncé enfin auprès de lui pour lui porter la dernière, la plus belle cerise. Le roi l’a acceptée, puis l’a regardée de tous les côtés et a demandé au jardinier : « Comment mange-t-on ce fruit ? » Le jardinier a vite pris la cerise et l’a portée à sa bouche pour montrer au roi comment procéder. Le roi a compris comment manger les cerises, mais il n’en restait aucune pour lui. Il n’a pas pu vérifier s’il avait bien compris comment on en mangeait. Vous n’avez pas à interroger comment manger des cerises. Si on vous en propose, vous en prenez une et vous la mettez dans la bouche, la cerise vous montrera d’elle-même comment elle se mange.

On agit souvent comme ce roi, on se demande comment faire telle chose ou telle autre, et on abandonne sans même essayer. Alors qu’on cherche un moyen d’y parvenir, alors qu’on réfléchit, il se trouvera toujours quelqu’un pour nous devancer ; il fera lui-même l’essai et en récoltera les bénéfices. Ne dites jamais que vous ne pouvez pas faire ceci ou cela. La lettre n[2] (н) est une lettre de contradiction mais qui se résout par le trait reliant les deux rivages opposés de la lettre n (н). Puisque quelqu’un vous propose une belle cerise, prenez-la, mangez-la et la contradiction se résoudra d’elle-même.

« L’Esprit vous enseignera. » Quoi ? À tisser vos pensées et vos sentiments, à former des tissus avec eux pour confectionner vos habits mentaux et affectifs. Avant de faire vos habits, vous blanchirez les tissus pour qu’ils soient propres et qu’ils resplendissent au loin. Quelle plus grande science désirer ? Certains veulent voir l’Esprit qui leur enseigne, c’est possible, mais il faut avant tout aimer les bienfaits de l’Esprit et y aspirer. Si vous aspirez à l’amour d’une famille, aimez d’abord leurs enfants ; c’est par les enfants que vous vous rapprocherez des parents. Vous voulez que Dieu vous aime, vous voulez bénéficier de Son amour. Comment Dieu vous aimera-t-il si vous battez Ses enfants ? Celui qui aspire à l’Esprit doit d’abord aimer ses enfants, c’est-à-dire ses fruits. S’il aime les fruits de l’Esprit, l’Esprit l’aimera aussi et le visitera. « Où est l’Esprit, nous voulons le voir. » Les gens qui cherchent l’Esprit hors de l’être humain sont étranges. Moi qui vous parle, qui suis-je ? Vous qui m’écoutez, qui êtes-vous ? Si vous comprenez ce que je vous dis, vous comprendrez aussi l’Esprit et il se manifestera à travers vous. Si je parle en vérité et si vous vous élevez avec ma pensée, ceci montre que l’Esprit agit en vous par mon intermédiaire.

Pour se manifester sur terre et être compris de vous, l’Esprit a traversé plusieurs milieux, plusieurs enveloppes, ceci dans le but de réduire la puissance de sa lumière et de ses vibrations pour qu’ils soient supportables par votre système nerveux. Celui qui reçoit la lumière et les vibrations de l’Esprit se lie à lui. Autrement dit, celui que l’Esprit a visité, change radicalement. Ce qui ne signifie pas qu’il est parti dans l’autre monde, il se trouve simplement dans la situation d’une jeune fille qui rencontre son bien aimé. Elle l’a attendu des années durant et lorsqu’elle le voit, elle quitte son père, sa mère, ses frères, ses sœurs et part avec lui. Avant de le rencontrer, elle se sent comme enchaînée ; lorsqu’elle rencontre son bien aimé, c’est-à-dire l’Esprit, elle rejette ses chaînes et goûte à la liberté, l’Esprit l’enseigne et la libère des limitations. Certains diront que c’est un leurre. Chacun peut dire ce qu’il veut, l’Esprit connaît la vérité alors que l’âme recherche le savoir et la liberté. Lorsqu’elle le trouve, rien ne la contraint, elle s’est approchée de la réalité de la vie. Que les réalistes disent ce qui est réel dans leur vie. S’ils mangent une pomme savoureuse dont ils sont contents, est-ce la réalité ? S’ils mangent trois fois par jour et s’ils boivent plusieurs fois, est-ce la réalité ? Ils mangent la pomme et se nourrissent trois fois par jours, mais ils sont encore mécontents. Si manger et boire sont des actes réels de la vie, pourquoi êtes-vous mécontents ? Dans la nourriture et la boisson il y a quelque chose de réel, mais pour comprendre le sens des choses, l’être humain doit cesser de manger et de boire quelques jours. Tant qu’il mange et boit beaucoup, il ne peut pas comprendre ce qu’est l’Esprit.

La nourriture et l’eau sont des éléments nécessaires pour l’organisme humain, mais en quantité mesurée. S’ils augmentent plus qu’il ne faut, ils forment une atmosphère obscure autour de l’homme que les rayons de l’Esprit ne peuvent pas traverser. Cet état engendre en lui des pensées et des sentiments sombres, son humeur change et il perd ses bonnes dispositions. Pour sortir de cet état, l’amour lui vient en aide, il ouvre les cœurs de tous, riches et pauvres. Les riches ouvrent leurs greniers pour les pauvres et les souffrants, ils disent : « Venez, frères, que chacun vienne prendre ce dont il a besoin. Vous étiez jusqu’à présent limités par les privations, mais c’est la fin des tickets de rationnement. » L’ordre humain est remplacé par l’ordre divin. L’ordre humain n’est qu’apparent ; si on creuse, un désordre absolu y règne. L’ordre humain extérieur doit être adossé à l’ordre divin intérieur pour arriver à la véritable harmonie de la vie.

« L’Esprit vous enseignera. » Quoi ? À accorder vos pensées et vos sentiments. L’harmonie amène la joie dans l’âme humaine. Celui qui s’est accordé ne fait pas de différence entre les êtres, il se réjouit à la vue de chacun, il sourit à chacun, il gratifie chacun de regards bienveillants. Pourquoi regarder ton prochain avec colère et hostilité, est-il fautif de ton indisposition ? Si tu es riche, ne te fâche avec personne, mais appelle le pauvre chez toi et dis-lui : « Mon frère, excuse-moi de ne pas m’être mis à ta place jusque-là, tu as été affamé, mais je ne te comprenais pas. Maintenant prends de mon blé et de ma farine à volonté. » Vous direz que l’on doit se prémunir, se préparer pour les mauvais jours. Il est impossible de se prémunir sur Terre. Comment se prémunir puisque la mort succède à tout ? Est-ce que les morts ont pu se prémunir ? Les cimetières en regorgent. À part de vieux os et de vieux crânes on n’y trouve rien de plus. Le Christ dit que le Saint Esprit ne s’adresse qu’aux vivants.

Il est dit dans les Écritures : « Amassez des trésors dans le ciel où la teigne et la rouille ne détruisent point. » Où sont-ils déposés ? Dans le cœur. Ouvrez donc vos cœurs aux trésors du Ciel, c’est-à-dire aux fruits de l’Esprit. Ouvrez vos cœurs aux fruits de l’Esprit, à l’amour divin et déposez-les dans votre trésor, là-haut au Ciel. Soyez généreux et ne craignez rien. Pourquoi alimenter en vous des pensées et des sentiments qui vous effraient ? Tolstoï raconte l’histoire de celui qui s’est mis en tête qu’il était fait de verre, il avait donc peur de tomber et de se casser en mille morceaux ! Cette pensée l’a tellement travaillé qu’elle ne le quittait plus un seul instant. Il a vécu dans une très grande peur jusqu’au jour où, tombé au sol, son cœur a lâché et il est mort.

Beaucoup de nos contemporains vivent dans la peur de se briser, d’affronter quelque chose de singulier ; c’est la peur de la mort. Qu’est-ce que la mort en réalité ? L’abandon d’une vieille outre au profit d’une nouvelle. L’être humain véritable, c’est l’Esprit, la conscience supérieure en lui qui ne change jamais et ne meurt jamais. La conscience supérieure réside dans toutes les créatures vivantes : celle des humains est déjà descendue et agit de près, mais celle des animaux n’est pas encore descendue et agit de loin et ne se manifeste que dans des cas très rares. Un jour, lorsque les humains emprunteront le chemin divin et monteront là-haut, alors la conscience supérieure descendra chez les animaux et ils vivront, dotés d’une conscience plus évoluée qu’aujourd’hui. Pourquoi la conscience supérieure doit-elle descendre ? Pour que Dieu se manifeste.

Vous me demanderez d’où je sais cela. Je traduis ce que j’entends dire en haut, je ne parle pas de mon propre chef de choses que j’aurais inventées. J’entends une multitude de choses, mais je ne peux pas tout traduire. La langue de nos contemporains manque de souplesse et de musicalité, des traits indispensables pour transmettre les pensées divines. Pour saisir les pensées des êtres supérieurs, des anges, il vous faut vivre dans une pureté et une sainteté absolue ; dit autrement, il vous faut vivre dans le monde de l’amour.

Lorsqu’ils entendent la causerie d’aujourd’hui, certains se demandent ce que je leur dirai la prochaine fois, et le vin que je leur proposerai de boire. Nous ne donnons pas de vin, nous ne voulons pas de gens ivres, mais des gens sobres à qui nous donnons uniquement de l’eau pure et cristalline. En buvant cette eau que je vous donne, vous vous rafraichirez, vous vous désaltérerez et même certains transpireront, purifieront leur sang.

Le Christ dit : « Le Saint Esprit vous enseignera à l’heure même ce qu'il faudra dire. » C’est ce qui est demandé aujourd’hui à tous. Lorsque l’Esprit vous enseignera ce que vous devez faire, alors le monde bénéficiera de bons fils et de bonnes filles, alors le monde aura de bons prêtres et de bons professeurs, de bons gouverneurs, magistrats et ainsi de suite. Si l’Esprit ne vient pas enseigner aux gens quoi faire, on ne peut nullement parler d’éducation, de dressage peut-être, mais pas d’éducation. Si l’Esprit entre dans la mère, elle disposera de nouvelles méthodes d’éducation, l’Esprit agira sur les enfants à travers la mère. Si les jeunes gens écoutent l’Esprit dès leur tendre enfance, ils profiteront des bienfaits de l’Esprit. Comment les gens se marient-ils aujourd’hui, comment vous êtes-vous mariés ? Je souhaiterais que les Bulgares se marient encore une fois, et c’est moi qui présiderai à la noce. Il est temps que les vieux mariages illégitimes soient dissous pour faire de nouveaux mariages basés sur l’amour. Vous verrez alors quels fils et quelles filles naitront des mariages de l’amour. Les enfants seront purs et saints comme leur Père, l’Esprit. Les sociétés seront formées d’individus qui vivent dans la pureté et la sainteté. Quoi désirer d’autre dans ce monde ? Avoir des fils et des filles nés de l’Esprit est la plus grande bénédiction à laquelle aspire l’être humain. C’est l’Esprit qui incarne ce qui est réel, substantiel dans le monde.

« Le Saint Esprit vous enseignera », il apporte dans le monde la lumière qui révèle à l’être tous les chemins. Comment reconnaître la présence de l’Esprit ? Lorsque vous vous sentirez forts dans vos pensées et dans vos sentiments, c’est que l’Esprit est présent en vous. Lorsque vous êtes tristes, chagrinés, surchargés et que votre chagrin a été remplacé par la joie, c’est que l’Esprit lui-même vous a aidés. Lorsque vous êtes dans une impasse et réussissez à vous en affranchir, c’est Dieu qui vous aide. L’Esprit suit chaque pas des humains, mais la plupart d’entre eux sont aveugles ; certains le pressentent et très peu le voient. Là où la lumière de Dieu pénètre, là se trouve une pensée, une réflexion, une vision. Toute hésitation, tout soupçon, tout doute en est banni. Faut-il que l’homme moderne se tape la tête contre les murs du doute et se leurre ?

Un jeune homme nommé Stoyan allait en ville. La fatigue commençant à se faire sentir, il a décidé de se reposer à l’ombre d’un arbre. Il a attaché l’âne avec la bride et s’est tranquillement endormi. Pendant ce temps quelques enfants espiègles se sont approchés, ils ont détaché l’âne en laissant juste la bride, puis ils ont détalé. Au réveil, constatant l’absence de l’âne, Stoyan a vu la bride, seule, toujours attachée à l’arbre. Il a réfléchi et s’est dit : « Si je suis Stoyan, j’ai perdu mon âne ; si je ne suis pas Stoyan, j’ai gagné une bride. » Certains philosophes sont dans la situation de Stoyan et se disent : « Si nous sommes de vrais philosophes, nous avons perdu l’âne ; si nous ne sommes pas des philosophes, nous avons gagné une bride. » L’on ne doit pas se leurrer, ni douter de soi. S’il est Stoyan, il a perdu son âne ; s’il n’est pas Stoyan, il n’a toujours rien gagné de plus : que fera-t-il avec une simple bride et sans âne ? Beaucoup perdent leurs ânes, puis s’embrouillent : sont-ils eux-mêmes ou non ? Il ne faut pas s’embrouiller ni douter, mais rester attentifs et ne pas s’endormir n’importe où. Lorsqu’on va pour vendre son âne, il ne faut pas dormir mais rester les yeux ouverts.

Le Christ dit : « Le Saint Esprit vous enseignera tout. » Tout désigne le fait qu’Il enseignera aux humains comment obtenir les bienfaits de l’Esprit. Sachez que l’Esprit est le Réel auquel vous devez tout. Cherchez l’Esprit dans chaque grande manifestation et comptez sur son aide. L’Esprit est puissant, là où il entre, il transforme tout. Sous l’influence de l’Esprit, l’homme méchant devient bon et le serpent devient docile. Si vous nourrissez bien l’homme mauvais et pécheur, il deviendra bon et ne fera pas de vilenies. Ceux que l’Esprit a illuminés doivent travailler pour élever les pauvres, les souffrants, les pécheurs. Ne méprise pas celui qui a chuté, mais aide-le à se relever. Ne méprise pas les animaux qui vont à quatre pattes, c’est grâce à eux que vous mangez à votre faim et êtes rassasiés, ils tirent la charrue dans les champs pour vous servir. Les animaux comme les pécheurs accomplissent un travail dont beaucoup profitent. C’est pourquoi, du point de vue divin il n’y a pas de pécheurs, il y a des consciences non éveillées, des fruits non mûrs, mais il n’y a pas de pécheurs. Mettez-vous à la place du pécheur pour voir comment il se tourmente. Lorsqu’il commet une faute, il est mécontent de lui, il souffre et se punit lui-même. Aimez le pécheur pour vous mettre à sa place et l’aider.

« Le Saint Esprit vous enseignera tout. » En sachant ce qu’est l’Esprit, ne craignez pas les esprits lumineux. On peut craindre les esprits incarnés, mais pas les esprits non incarnés qui se distinguent par leur pureté et leur sainteté. Le Saint Esprit apporte la joie à la mère qui enfante ; par le biais de son enfant, il l’introduit dans une vie nouvelle ; le Saint Esprit crée de bons liens et de bons rapports entre les humains. Les esprits lumineux aident les humains à résoudre les difficultés et les contradictions de leur vie ; ils se nomment frères et sœurs, ils aident l’humanité et apportent la nouvelle culture dans le monde. Il suffit de les invoquer au nom de l’amour divin pour qu’ils nous trouvent. Ils ont déjà délivré et continuent de délivrer les humains des malheurs et des calamités. Ils sont toujours parmi nous et nous accompagnent pour nous aider. Ce sont nos frères lumineux qui ont souffert et se sont sacrifiés pour le Christ. Ils se sacrifient aujourd’hui pour sauver leurs plus petits frères.

« Le Saint Esprit vous enseignera tout. » Les mots Saint Esprit désignent tous les esprits lumineux et supérieurs qui forment un tout avec le Christ. En ce sens, le Christ est un être collectif. Il dit : « Les esprits lumineux et les anges descendent et montent continuellement. » Ils apportent la paix d’abord pour les pays des Balkans, puis pour les pays plus grands et puis pour toute l’Europe. La paix vient, mais lentement car elle n’est pas à cheval, mais à pied ! Lorsque la paix adviendra, la joie se répandra, petits et grands se réjouiront et seront heureux.

Le Saint Esprit vient vous enseigner tout, écoutez sa voix. La paix divine vient, elle ressuscitera tous les morts tombés sur les champs de bataille. Elle ressuscitera tous vos frères et sœurs qui sont partis. Répandez partout cette bonne nouvelle.

Il est dit dans les Écritures : « Il y aura un seul troupeau, un seul berger. »[3] Paul dit : « Les souffrances actuelles sont sans proportion avec les bienfaits du monde à venir »[4]. Recueillez-vous en vous-mêmes pour accueillir l’Esprit et le porter partout dans le monde, dans les familles, parmi les peuples, à travers toute l’humanité. Si vous portez l’Esprit avec vous, on vous accueillera avec joie où que vous alliez.

Que le Seigneur bénisse tous ceux qui sont présents ici !

Sofia, 14 juillet 1918

Traduction par Bojidar Borissov

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites