Ani

XIV. La souffrance nourrit le divin en nous

1 message dans ce sujet

LA SOUFFRANCE NOURRIT LE DIVIN EN NOUS

Le Maître convia quelques frères et sœurs auprès de lui. L’un d’eux demanda: „Quel est le sens secret de la souffrance?”

Un russe m’a demandé jusqu’à quand nous allons souffrir, je lui ai répondu: jusqu’à ce que tous les éléments en l’homme se décomposent et qu’il ne reste que le divin. Je lui ai raconté l’histoire suivante: une jeune femme se maria et pendant tout le trajet où on l’amenait vers son futur époux elle pleurait. Ses parents et ses proches se demandaient que faire et s’arrêtèrent. Mais elle leur dit: „Continuez malgré mes pleurs, amenez-moi là-bas. » De même, quand l’homme subit de grandes souffrances, il doit dire: „Malgré mes pleurs et ma douleur, faites-moi avancer dans les examens. Je suis prêt à passer tous ceux qui jalonnent la route de Jésus qui conduit à Dieu.” Les souffrances sont la limite, la transition qui mène du provisoire à l’éternel, du désordre à l’ordre, de la chair à l’esprit. Elles ne doivent pas vous effrayer. Quand vous souffrez vous devez savoir que vous êtes déjà proches du Royaume de Dieu.

Regardez les pruniers dans le pré qui ont grandi parmi les pins. Ils ont poussé, fragiles et hauts, parce qu’ils se trouvaient dans leur ombre. Ils se sont dirigés en hauteur parce qu’ils disposent de peu de place et veulent atteindre la lumière et la liberté. Quand ils auront dépassé les pins ils vont s’étendre. C’est la même chose avec les hommes: ceux qui jouissent de conditions faciles ont des vies aisées, ils se développent matériellement avec rapidité, et ceux qui sont limités grandissent en hauteur en direction de Dieu. Ils grandissent spirituellement. Je vais vous raconter une histoire: un jeune homme suivait depuis longtemps une femme voilée car il voulait découvrir son visage; elle se retourna enfin et le gifla à deux reprises. Mais alors qu’elle levait sa main, son voile bougea et l’homme vit son visage. Il fut si surpris par son incroyable beauté que lorsque son ami lui dit: „Quel affront tu as reçu!” il répondit qu’il en était très heureux. Interprétons: la femme symbolise le monde divin, les deux claques représentent les souffrances grâce auxquelles nous découvrons le voile et voyons la Face de Dieu. Quand vous surmontez les souffrances, vous atteignez enfin ce que vous voulez. Les créatures qui vous aiment se tiennent derrière les souffrances et les joies. Et quelquefois les créatures qui ne vous aiment pas se trouvent derrière les joies et elles servent d’appâts. Les êtres qui vous aiment commencent par les souffrances et terminent par les joies, tandis que celles qui ne vous aiment pas vous envoient d’abord des joies puis terminent par les souffrances.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant