mayakitanova

Le Grand et le Beau (2)

1 message dans ce sujet

Un regard pur est capable d’éveiller une pensée lumineuse dans l’esprit d’un homme triste, et la tristesse de celui-ci se transforme en joie : il a reçu par une voie inconnue de lui un message du monde invisible, message qui transforme son état d’âme.

C’est être philosophe que de recevoir toute chose avec joie et le sourire aux lèvres, car on a conscience alors que c’est bien là le chemin. Certains nient cette vie-ci: elle n’est pour eux qu’une vie irréelle, une vie d’illusion ; et pourtant c’est dans le rêve que consiste le sens de la vie, car l’homme ne vit que dans ses rêves ; s’il cesse de rêver, sa vie cesse aussi. Tant qu’il rêve, l’homme a le désir ardent de travailler, d’entreprendre et d’accomplir de grandes actions.

L’herbe des champs agit sur l’imagination d’une manière calmante et bienfaisante : elle rend l’homme poète. Si vous voulez acquérir à la montagne une disposition mystique, je vous recommande de marcher ici à Rila non seulement sur l’herbe, mais aussi sur les pierres.

Si vos pensées et vos désirs contenaient de la musique et de la poésie, ils seraient infailliblement réalisés.

Une des méthodes dont se sert la nature est le chant. Par le chant, nous accordons nos vies ; le chant est comme une pluie bienfaisante pour l’âme humaine. Que tous chantent, qu’ils soient jeunes ou vieux, gais ou tristes, car le chant est une condition indispensable pour transformer nos états d’âme. C’est un grand art que de savoir se réjouir dans la tristesse. La plus grande réalisation de l’homme, c’est d’acquérir l’amour divin.

La musique a un sens dans la mesure où elle peut allumer dans l’âme humaine le feu sacré de l’amour. Une fois ce feu sacre allumé en l’homme, celui-ci peut apprendre, travailler, étudier et créer.

La mélodie éveille la douceur, et l’harmonie dilate l’âme. L’amour se manifeste par la mélodie ; la mélodie fait appel au coeur et l’harmonie a l’intelligence. La musique occidentale se sert plutôt de l’harmonie, la musique orientale plutôt de la mélodie.

Et qu’est-ce que la méditation ? C’est concentrer ses pensées sur de belles choses qui élèvent le coeur et l’esprit de l’homme, et le mettent en contact avec un monde supérieur à celui dans lequel il se trouve.

II n’est pas besoin de parler beaucoup pour créer des liens amicaux avec une personne.

Ce n’est que dans la lumière et la chaleur divines que peuvent murir les désirs de l’homme. Ce n’est que dans l’amour divin que peuvent murir les fruits de l’âme humaine.

Le peu qu’on accepte avec gratitude donne de la paix à l’âme humaine. Moins on mange et plus la vie se prolonge. Quand on mange trop, on épuise les forces de son organisme. On profite d’autant plus de la nourriture qu’on a conscience que Dieu y est contenu. Dans cette nourriture, tout est caché et c’est pourquoi on doit remercier quand on la reçoit. Tout ce qui provoque notre gratitude devient sacré et béni. La plus simple des nourritures prise avec amour est bénie. Un jeune conscient de vingt-quatre heures peut rajeunir toutes les cellules du corps.

Si on suit les lois de Dieu, chaque cellule du corps est soumise à un renouvèlement continuel. Le divin est la lumière de la conscience. Pour entretenir sa vie, l’homme doit acquérir le pain vivant, l’essentiel vers lequel il tend.

Si vous vivez selon les lois de la nature, elle vous révèlera ses secrets et vous fera ses dignes héritiers.

Si on comprend les lois fondamentales de la vie, on en tirera de grands profits. Les profits de la vie sont les résultats des petits dons dont on dispose.

L’homme doit être pénétré de cette philosophie positive de la vie qui est la même pour tous les temps et pour toutes les époques. Ce n’est que par cette philosophie qu’il peut se tenir au-dessus des agitations de la mer.

Pour ne pas être noyé dans cette mer agitée, il faut renoncer à sa personnalité et s’appuyer sur le divin. Le divin est une corde vibrante qui en touchant l’homme le transforme immédiatement et le rend bon. Pour que cette corde puisse vous toucher, ayez de bonnes pensées pour chacun, ayez confiance en tous. Dès qu’un homme sent que vous avez confiance en lui, il s’ouvre à vous.

Si l’homme reste fidèle à son idée originelle et ne s’en éloigne pas, on dit qu’il a de la Constance morale, du caractère.

Que le contentement soit la base de votre vie ; le contentement est une loi divine ; celui qui réussit à attirer l’attention de Dieu devient grand.

Le savoir est la joie de la vie humaine ; vivre dans la loi de l’amour, c’est être dans le centre de la vie.

Si nous vivons bien, nous manifestons la vie divine en nous. Sans cette vie il n’y a point de pensée et nous ne pouvons entrer en relation avec les êtres raisonnables et plus évolués. La joie est le fruit de la vie.

Jouissez de votre vie présente et ne comptez pas sur la vie qui vous attend au paradis.

La durée de la vie dépend des rapports corrects qu’on a avec la cause primordiale, avec son prochain et avec soi-même.

II y a un savoir juste, c’est le savoir de l’immortalité. Chacun doit avoir une idée fondamentale à laquelle se rattachent toutes ses autres idées.

Ayez en vue qu’il existe un plus haut degré dans la science. La science vivante commence là finit la science occulte ; pour qu’un disciple puisse pénétrer dans cette science de la vie, il doit passer par les principes généraux de toutes les autres sciences. La science vivante est une méthode de fusion et de libération de la conscience humaine. La science divine et absolue dispose de méthodes qui nous permettent d’affronter et de concilier les contradictions.

Ayez en vue que chaque chose se réalise en son temps ; le temps pour chanter, pour jouer de la musique, pour étudier, pour travailler et pour se reposer est fixé pour chacun. Lorsque Dieu, les anges et l’homme s’unissent, l’homme devient fort et peut tout.

Actuellement, le processus d’évolution est accéléré ; une chose qui a demandé des milliers d’années pour se réaliser dans le passé peut actuellement s’obtenir en quelques secondes, quelques minutes ou quelques heures selon l’intensité de la pensée.

Le temps peut-être abrégé : des milliers d’années peuvent devenir un jour. Ce que l’homme met des milliers d’années à faire, Dieu peut le faire en un jour.

II y a trois catégories de savants : la première comprend les savants du monde physique, qui s’occupent du côté extérieur et matériel de la science ; la deuxième inclut les savants qui travaillent dans le domaine de la lumière, qui en connaissent les lois ; ils aident les savants du monde physique ; la troisième catégorie, ce sont ceux qui vivent et travaillent dans le royaume de l’immortalité; leurs connaissances s’étendent jusqu’à la vie parfaite, jusqu’à la vie qui fonctionne dans toutes les planètes.

Celui qui veut améliorer sa vie doit connaitre les lois de la lumière et les appliquer. La vie morale et spirituelle suppose une abondante lumière qui introduit l’Esprit dans l’homme et lui donne de bonnes dispositions. Cette lumière agit favorablement sur le développement du cerveau humain. Elle pénètre non seulement par les yeux de l’homme, mais aussi par tous les pores de sa peau.

La lumière est l’instrument avec lequel on peut descendre dans la profondeur de sa tête ou on creuse les couches pour y chercher de l’or et des pierres précieuses.

Et qu’est-ce que l’or ? C’est le symbole du soleil, de l’énergie, de la santé, de la pureté. Si vous avez de l’or dans le sang, vous en aurez aussi dans votre bourse.

En étudiant les lois de la lumière physique qui vient du soleil, vous arriverez à la lumière spirituelle et vous commencerez à en étudier les lois. Cette lumière-ci est douce et agréable ; elle est le reflet de la lumière physique. Étudiez les lois de la lumière divine par laquelle vient le savoir.

Donc, pour que l’homme se développe vite et correctement, il est nécessaire d’avoir atteint  l’unité de la conscience et d’être lié à Dieu intérieurement. Que vous vous leviez, que vous vous couchiez, que vous dormiez ou que vous soyez éveillé, ce lien avec Dieu doit subsister continuellement. II provoque ce qui est meilleur à l’homme. Le talent, le génie, la pureté, la sainteté, la force de l’homme sont dus à ce lien. Toutes les acquisitions de l’homme résultent de ce lien.

L’unique chose qui distingue l’homme et le rend homme dans le plein sens du mot, c’est ce lien avec Dieu, c’est-à-dire qu’il a la conscience divine développée en lui. La où se trouve la conscience de Dieu se trouvent la science, la musique et la poésie. N’oubliez pas que le libre esprit de l’homme est au-dessus des conditions, au-dessus de la loi du karma, au-dessus de la loi de l’hérédité et au-dessus de la loi de la réincarnation.

L’esprit enseigne l’homme pendant qu’il dort et quand il est éveillé. En réalité, le corps seul se repose, l’esprit est toujours en éveil. Ce que l’homme ne peut comprendre et apprendre pendant le jour, il l’apprendra et le comprendra pendant son sommeil. La nuit, il va étudier dans une école, l’école spirituelle. Le bon disciple raisonnable étudie nuit et jour.

On ne vous demande rien d’autre que d’être en harmonie avec le cosmos. Si l’homme se trouve dans un état passif, il peut facilement recevoir les énergies cosmiques supérieures et en tirer profit.

Qui veut se manifester doit se lier à la cause primordiale de toutes choses d’ou vient l’inspiration, d’ou jaillissent les forces vivantes qui circulent dans tout le cosmos. Dès que ces énergies se déversent en l’homme, il peut écrire, jouer de la musique et dessiner.

L’homme est un livre qu’on écrit continuellement; les yeux montrent si la conscience est en éveil; le nez est le symbole des racines de la conscience. La bouche correspond à la source où la conscience puise les forces. Les oreilles sont les ventilateurs de la conscience. La conscience de l’homme est aérée par les oreilles.

II y a trois portes par où passe la conscience de l’homme ; ce sont le coeur, l’intellect et la volonté.

N’oubliez pas que des êtres raisonnables prennent toujours part à votre vie et vous assistent. La solution de vos problèmes est liée à la solution des problèmes de ces êtres.

Lorsque vous vous trouvez en face de grandes difficultés, sachez que vous n’êtes pas seuls. On attend de vous que vous résistiez jusqu’à la fin ; lorsque vous y serez, l’assistance vous viendra.

Quoi qu’il vous arrive, du bien ou du mal, prononcez cette formule : « Seigneur, je Te bénis des milliers et des milliards de fois. » Une fois cette formule prononcée, vous vous trouverez dans le cercle le plus sublime et vous aurez vie et force.

Lorsque vous ne pouvez rien acquérir par vous-même, priez les êtres lumineux du monde invisible de venir vous aider.

La solution des grands problèmes de l’existence se trouve dans le plan causal. Tant que la conscience de l’homme ne s’est pas élevée au plan causal, il ne peut pas comprendre la vie.

La connaissance de Dieu et du Christ est nécessaire pour obtenir la vie éternelle. C’est dans l’acquisition de cette connaissance que réside la vie.

Dans la conscience collective des êtres de la nature vivante, tous les phénomènes sont liés entre eux d’une manière indissoluble. Dieu se manifeste intérieurement par la conscience des êtres raisonnables. Dieu ne parle pas de l’extérieur, il se manifeste de façon générale intérieurement.

L’homme raisonnable doit toujours être en liaison avec le premier principe de la vie d’où il peut puiser des sucs pour entretenir la vie de ses talents, de ses facultés et de ses sentiments. C’est la première méthode d’éducation de soi-même.

Le but du coeur humain est d’acquérir la bonté ; le but de l’intellect humain est d’acquérir la sagesse. La bonté et la sagesse peuvent être liées intérieurement; ce n’est qu’alors que l’homme peut être en bonne santé. La bonté est la source divine qui jaillit continuellement.

N’oubliez pas que tant que l’homme fonde son bonheur sur des choses matérielles, il est toujours malheureux. Le bonheur vient des choses immuables et éternelles. Du jour où l’homme fait la volonté de Dieu, il gagne le pouvoir, l’estime et la confiance des autres.

Le bonheur est quelque chose d’intime, il est conditionné par des lois intérieures. Le bonheur ne se trouve ni dans le milieu social ni dans l’argent ni dans le savoir ni dans la beauté. Le bonheur est le premier contact de l’homme avec Dieu ou bien du disciple avec son Maitre. Une fois ce bonheur obtenu, la conscience de l’homme fusionne avec la conscience suprême de la nature vivante, avec l’esprit de Dieu qui y plane. C’est s’unir à nature. Le bonheur est le résultat de la fusion de deux âmes. Le vrai bonheur ne s’évanouit jamais. Ce bonheur ne peut être acquis que lorsqu’on observe les lois de l’amour. Pour s’aimer, les hommes doivent être intérieurement unis.

Le bonheur nait d’une seule source : de l’Esprit universel et tout puissant de Dieu.

Rien n’est plus grand que le bonheur. Rien n’est plus grand que la fusion des âmes avec l’Esprit primordial. Lorsque le bonheur vous aura visité, vous vous trouverez dans un monde tout à fait nouveau qui n’est ni au Ciel ni sur la Terre : le monde de l’Amour. Dans ce monde de l’Amour, il n’existe de conditions ni pour le bien ni pour le mal. — L’Amour est le fruit de l’Esprit.

Le bonheur voyage dans deux carrosses, celui de la Bonté et celui de la Sagesse. Où est le bonheur, là est aussi l’amour. L’amour est la mère du bonheur, il plane sur les ailes du bonheur. Seul peut être heureux celui qui se laisse guider par l’Esprit de Dieu.

Le bonheur est un Esprit lumineux suprême qui ne suit que l’homme de la Vérité et de la Liberté. Il suffit que cet Esprit vous regarde une seule fois pour que votre âme vibre durant toute l’éternité. Être heureux, c’est avoir été sous le regard et le sourire de Dieu. Il est vrai que ce sont des instants très courts, mais leur écho se répercute dans l’éternité. Une fois la vérité acquise, le bonheur vous suivra partout.

Le bonheur de l’homme réside encore dans le pouvoir d’exprimer par ses organes, par sa voix ou ses gestes, par exemple, tous les élans de son âme et de son esprit.

En tant que disciples de l’école, sachez que quelqu’un vous aime, s’intéresse à vous et vous donne des conseils dans les moments les plus difficiles de votre existence. Ces êtres qui sont toujours prêts à venir en aide à l’humanité sont appelés les « guides invisibles ». En réalité, ces guides invisibles ne sont que des rayons envoyés par Dieu pour assister les hommes sur leur voie difficile.

Les disciples entrés dans la nouvelle vie ne peuvent pas vivre à leur guise, ils doivent vivre d’une manière nouvelle conformément à la loi divine. Dans cette nouvelle vie, les lois sont tout à fait différentes des lois de la vie ordinaires.

Une pensée pure, libre de toute erreur, un coeur noble sans aucune restriction humaine, voilà ce qu’on demande au disciple.

La tâche du disciple est d’acquérir le savoir, la force et la pureté. Ces acquisitions sont basées sur l’amour.

Vous devez suivre ce que la nature vous dit. Elle est le grand Maitre qui vous guide.

À mesure que le disciple avance, évolue et pénètre dans le monde spirituel, il perd toute notion de la vie ordinaire, de la science et de la religion. Tout en lui perd son sens et il ne lui reste plus que le désir d’apprendre. Tant que ce désir sacré vit en lui, l’homme peut en un jour, en une semaine ou en quelques années gagner plus qu’il n’a perdu.

La force du disciple réside dans le lien intime qui existe entre son âme et Dieu, et aussi dans la vigilance de sa conscience. Dès qu’il possède ce lien, dès que sa conscience est en éveil, il ne perd rien de tout ce qu’il a gagné.

Le disciple doit être comme un enfant; il doit accepter ce qui lui arrive ou se produit autour de lui le sourire aux lèvres, avec joie. Tout en lui doit être naturel. Soyez comme les enfants. Celui qui a la foi des enfants supportera aisément les souffrances et les épreuves de la vie.

Mais tous les efforts tendant à améliorer votre vie n’auront aucun succès si vous ne rentrez pas dans votre vie primordiale. Cette première vie est l’original, les autres n’en sont que des copies.

Vous n’équilibrerez votre vie que si vous venez jusqu’à cette haute conscience qui vous rend capable de sentir Dieu en vous et vous lie à Lui.

Vivre pour Dieu, c’est équilibrer les forces de son organisme. Votre jeunesse dépend de votre service pour Dieu et de votre amour pour les autres hommes. Telle est la loi divine.

Mais où est Dieu ? Il est dans la voix paisible de l’homme, dans le silence. Il est la vie raisonnable.

Lorsque la voix du silence commencera à se faire entendre en l’homme, celui-ci comprendra ce qu’est le divin et ce qu’est l’humain, et il dira : Autrefois j’ai vécu dans l’orage et dans la tempête comme un

oiseau désemparé, mais maintenant j’ai compris le Grand, le Sublime de la Vie.

On ne demande qu’une seule chose à l’homme : son amour pour Dieu. Dans cet état d’amour, l’homme aura toujours des êtres autour de lui qui l’aimeront.

Lorsqu’il entreprend un travail, l’homme doit être calme et tranquille ; cela prouve que sa foi est forte. L’important est ce que tu fais aujourd’hui. Les petits efforts sont accompagnés de petites dépenses d’énergie, mais les résultats sont grands.

Je demande à tous d’être porteurs de l’amour divin. Cet amour est capable de dissoudre les éléments qui chez l’homme sont la cause de toutes les souffrances. Le salut vient toujours de Dieu.

La véritable connaissance et le véritable service de Dieu entrainent la prolongation et le renouvèlement de la vie. Que représente le lien entre l’homme et Dieu ? Le lien qui unit l’homme à Dieu est comme une source qui arrose les endroits les plus secs et les plus déserts et les rend fertiles.

Lorsque vous entendez la voix du divin en vous, vous pouvez tout espérer. Le divin passe avec la rapidité de la lumière. II passe, laisse quelque chose et s’en va. Dès que vous le sentez, arrêtez-vous et recevez ce qu’il vous apporte. En visitant l’homme, le divin lui laisse sa bénédiction et l’homme doit la porter partout. Cette bénédiction rend l’homme joyeux et content. Où qu’il aille, il apporte cette joie et cette allégresse. L’homme doit s’approcher de Dieu comme le fait l’enfant qui va vers sa mère en toute simplicité et en toute liberté.

Si l’homme sert Dieu, il est guidé par un ange qui apporte la bénédiction à son âme. Cet homme remercie Dieu et chante ce chant nouveau : « Une nouvelle lumière illumine mon âme et me soutient ; elle me dote d’une nouvelle vie et d’une nouvelle douceur. » La nouvelle vie apporte le bien à l’âme humaine.

Celui qui se tourne vers Dieu doit savoir que ses affaires s’arrangeront absolument lorsqu’il comprendra la loi de l’amour et l’appliquera dans sa vie. Alors toutes les portes s’ouvriront devant lui.

Tout ce qu’il fait pour les autres, un jour lui sera rendu. Le sacrifice, le service de Dieu sous quelque forme que ce soit représente un capital qui lui sera rendu un jour avec les intérêts. Mais vous devez savoir qu’on ne donne qu’à celui qui travaille sans intérêt, par son seul amour de la Vérité.

La volonté de Dieu est que vous donniez assistance aux plus faibles, aux plus petits que vous. Dieu arrangera le monde par les

hommes. On connait l’homme par les petites choses. Celui qui n’est pas touché par les souffrances des plus petites créatures ne le sera pas non plus par les souffrances humaines.

Comment peux-tu aimer l’homme si tu ne le vois pas par les yeux de Dieu ? Dieu porte dans son Esprit, dans son Coeur, toutes les âmes. II tient dans ses mains tous les biens qu’Il a destinés aux hommes et II attend le moment propice pour les leur donner. S’il n’aime pas Dieu, l’homme ne peut aimer son prochain et encore moins ses ennemis, et Jésus a dit : « Aimez vos ennemis ».

Au moment où l’Esprit règnera en l’homme, Sa lumière se lèvera dans son âme et les fruits de cette âme commenceront à murir. Ce sera la preuve de la présence de l’Esprit.

Lorsque vous acquerrez l’Amour et la Sagesse, vous abandonnerez vos vieux corps, vos vieilles demeures, et vous entrerez dans de nouveaux corps plus commodes et plus beaux que vos corps actuels. Le Christ a dit: « Je m’en vais vous préparer une demeure. La où je serai vous y serez aussi. »

L’homme libre est celui qui prie. La prière est la préface de l’Amour. Prier, c’est être dans la situation d’un fils de roi. Tu es tranquille, tu n’es dérangé par personne. Alors tu peux réfléchir sur le Très-Haut, le Sublime, sur le Ciel, sur les Êtres plus avancés avec lesquels tu entres en liaison. Ainsi se fera un écoulement des forces de Dieu vers l’homme, et alors il oubliera l’inférieur, le terrestre, et il s’élèvera au-dessus de son état ordinaire.

La liberté demande une chose : c’est lorsqu’on la possède de savoir la garder. L’homme libre est celui qui vit dans l’éternité. La liberté autant intérieure qu’extérieure est liée à la pureté : pensées pures, sentiments purs, actions pures. Seule la Vérité peut rendre l’homme libre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites