mayakitanova

LE RÔLE DES DIRIGEANTS ET DES CONSTELLATIONS INTERNATIONALES

1 message dans ce sujet

LE RÔLE DES DIRIGEANTS ET DES CONSTELLATIONS INTERNATIONALES

 

 

Les nations contemporaines doivent baser leurs relations mutuelles sur de nouveaux principes, permettant une large collaboration sensée et loyale dans tous les domaines : spirituel, culturel, économique et politique. D’après le Maitre, la culture contemporaine de la Race Blanche, dans presque toutes ses branches, est construite sur une base fragile et erronée.

 

Les nations doivent mener leur haute politique en se basant sur cette notion qu’elles sont les parties vivantes de la communauté internationale. Partant de cette notion, il faut chercher et donner aux diverses parties de cette communauté internationale la possibilité de se déterminer et de coordonner leur entière activité spirituelle, culturelle, économique et politique. II n’est pas question ici de préconiser de nouvelles doctrines, mais il s’agit de formes et de procédés d’une efficacité incontestable qui permettraient d’assurer une existence normale et raisonnable à tous les éléments nationaux de cet organisme commun.

 

Du point de vue du Maitre, les dirigeants de la politique intérieure et extérieure des nations doivent être de véritables valeurs spirituelles ; ils doivent être parmi les plus nobles, les plus honnêtes, les plus intelligents et les plus altruistes ; c’est uniquement dans ces conditions que pourront être évités ces faux pas que les peuples payaient d’ordinaire par des flots de sang et des souffrances indescriptibles. Ces dirigeants, tels de véritables serviteurs du peuple, doivent être de vivantes et sensibles antennes qui perçoivent le plus clairement les exigences de la nouvelle époque. »

 

« Toutes les nations doivent s’associer et ne pas considérer le bien d’un seul peuple, mais celui de tous les peuples. »

 

II est dit dans une haute loi des relations internationales : « Chaque peuple est porteur de précieux éléments : l’édification spirituelle et culturelle qui doivent se déverser dans le potentiel créateur de l’humanité tout entière. Le respect de cette loi créerait les conditions les meilleures pour l’instauration d’une nouvelle société humaine détenant d’infinies possibilités créatrices. L’égoïsme national et le chauvinisme endurci sont des obstacles au développement, dans cette direction, des relations internationales. On devrait comprendre une fois pour toutes que ces formes de nationalisme mal compris sont périmées et désuètes et qu’elles ne peuvent que retarder l’évolution, mais non pas l’enrayer. La notion de « grande puissance » n’est plus d’aucune utilité. Elle appartient déjà à une culture en voie de disparition. Si l’on considère la communauté internationale comme un organisme vivant, l’expansion d’une nation au dépens et au détriment d’autres nations n’est qu’une hypertrophie pernicieuse, nocive pour l’organisme (la Communauté) tout entier. Nous aurons alors un organisme anormal qui causera des souffrances, des frottements, des conflits entre les autres nations. »

 

Chaque nation devrait disposer d’un espace vital suffisant pour lui permettre de développer tout son potentiel et d’apporter sa contribution maximum à la communauté. C’est cette conception élevée qui ouvre une large voie d’expression au potentiel créateur de tous les peuples. La conception de collaboration internationale implique :

 

1.    L’application de la loi de l’équité internationale. Cela signifie que l’on doit accorder à chaque nation toutes les conditions nécessaires lui permettant de se développer librement et sans entraves dans tous les domaines : spirituel, culturel, économique, politique.

 

2.    L’exclusion qu’une grande puissance ou « constellation » puisse exercer quelque violence que ce soit sur une autre nation ou groupement de nations.

 

3.    Une sincère collaboration mutuelle entre toutes les nations petites et grandes, basée sur une confiance totale, sur la loyauté dans les rapports internationaux.

 

4. Une émulation entre les nations, rivalisant à laquelle d’entre elles apportera la plus précieuse contribution à la collaboration internationale, dans le domaine social, économique, culturel et spirituel.

 

Si toutes ces conditions étaient remplies, il est clair qu’un changement radical surviendrait dans les relations internationales et qu’une ère nouvelle s’ouvrirait devant l’humanité. Un si noble programme ne peut être réalisé qu’à une condition expresse, que le Maitre énonce ainsi : « Qu’il soit fait entre les nations une remise générale de toutes les dettes, ce qui ôterait tout obstacle à un libre échange entre les peuples, supprimerait toutes les frontières politiques et douanières, les différents territoires et peuples devant adhérer et coopérer à la communauté internationale. Sans cette condition, toute solidarité et coopération internationales seraient irréalisables, car il est indispensable que les hommes et les valeurs puissent circuler en toute liberté et à leur gré dans le monde entier. C’est seulement ainsi que l’on pourra éviter la surpopulation anormale dans des régions au potentiel économique limité, face à des espaces déserts, dont les moyens économiques restent inutilisés. Ceci est un véritable ulcère social qui a poussé la population des territoires pauvres et surpeuplés à recourir à des coups de force pour transformer cet état de choses anormal, c’est-à-dire à des guerres et à des conflits, avec leur suite néfaste pour l’humanité. »

 

À ce propos, il nous faut dire quelques mots sur le rôle des différents groupements nationaux faisant partie de la communauté internationale. Cette communauté internationale va se former petit à petit en trois grandes constellations politiques : 1. — Les États-Unis du continent américain. 2. — Les États-Unis d’Europe. 3. — Les États-Unis des peuples slaves et des pays de l’Orient. Ces trois constellations politiques formeront les principaux piliers de la nouvelle organisation mondiale unissant tous les peuples de notre planète.

 

Les trois branches de la race blanche (latine, anglo-teutonne et slave) sont destinées à servir de base, de fondement, à la future sixième Race. Comme elles auront à jouer un rôle prépondérant et décisif dans les trois constellations politiques dont nous parlons ci-haut, nous aimerions donner les traits spécifiques de chacune d’elles, ainsi que certains détails sur leur passé historique. La race latine, mentalement et psychologiquement, est fortement émotive et possède un sens esthétique aigu. En général, chez elle c’est le sentiment qui domine. Du point de vue politique, ce groupe est le premier en Europe à avoir joui d’une vie politique indépendante. D’un autre côté, dans la culture européenne, il a joué le rôle d’avant-garde. Dans ce groupe, ce sont surtout la France et l’Espagne qui ont aspiré à exercer une influence et une suprématie mondiales.

 

En ce qui concerne le groupe anglo-teuton, ce dernier ne devient un important foyer culturel en Europe qu’au xve siècle à peine. Son ascension ne commence que lorsque la culture transitoire latine arrive à son apogée. Ce qui est caractéristique pour cette race, c’est qu’en elle la conscience intellectuelle prédomine, et que celle-ci trouve son expression surtout dans le domaine du pratique ; elle préconise et cultive les spéculations commerciales et cela sur une base internationale ; l’Angleterre plus spécialement. Ce groupe élabore de solides traditions gouvernementales et, tout au long de plusieurs siècles, a donné le ton à l’histoire politique mondiale. Cependant, c’est des peuples latins qu’il a hérité sa politique coloniale.

 

De son côté, la branche slave de la race blanche se caractérise par la prédominance de la conscience collective, qui se faisait jour déjà dans les communes des anciens slaves. L’histoire de cette race est pleine de terribles perturbations et épreuves. Notamment, le peuple russe a souffert des siècles durant sous le joug politique des Tartares et des Mongols, dont l’influence a laissé des traces ineffaçables dans sa psychologie. Le plus grand groupe national slave — les Russes — ne commence son unification qu’au XXe siècle à peine. D’ailleurs la plupart des peuples slaves, dont la Bulgarie, ont subi au cours des siècles, la domination politique des Grecs et de l’Empire Ottoman.

 

Le Maitre dit, au sujet des Slaves : « La Nature a fait passer les Slaves par le feu. II n’existe pas au monde d’autres peuples qui aient souffert autant que les Slaves. C’est ainsi que les Slaves sont préparés pour accomplir une importante mission historique dans le monde. »

 

À l’encontre des missions dont étaient chargés les peuples dans le passé, celle des Slaves est d’un caractère plus spécial. II serait erroné de concevoir cette mission comme une domination sur les autres peuples. Au contraire, les Slaves seront le champ où vont s’exprimer les qualités positives des autres peuples, car ils sont prédestinés à apporter le nouveau à l’humanité : la création d’une nouvelle culture, celle d’une véritable collaboration fraternelle créatrice. La générosité — une des plus importantes qualités morales des Slaves — sera leur contribution à l’oeuvre commune de la nouvelle culture. Une autre haute qualité morale des Slaves est leur esprit de sacrifice. Les Slaves ne reculent jamais devant le sacrifice de soi. C’est pourquoi ce sont eux qui donneront naissance à la future culture. II n’y a jamais eu dans l’histoire de masse aussi énorme que celle des Slaves — sol varié tout prêt à faire germer la nouvelle culture.

 

Donnant les caractéristiques des trois groupes européens, le Maitre dit : « L’Angleterre, en tant que principale représentante de la branche anglo-teutonne de la Race Blanche, et la Russie peuvent entretenir des relations au nom de l’Équité mondiale. L’Angleterre doit transformer radicalement son attitude politique envers la nation russe. Nous n’allons pas présenter comme arguments des faits historiques, cependant sous tous les régimes politiques de la Russie, l’Angleterre a toujours conservé à l’égard de cette nation un comportement diamétralement opposé aux besoins économiques vitaux du peuple russe, tout spécialement envers sa politique maritime. Les Slaves représentent l’arbre sur lequel seront greffées l’Angleterre, l’Allemagne, la France et l’Amérique. Ce sont les quatre professeurs des Slaves.

La nouvelle culture sera le produit de la greffe de cet arbre. Ce fruit unira harmonieusement en lui toutes les qualités positives des divers peuples de la Race Blanche. Les Allemands, les Français, les Anglais et les Américains transmettront aux Slaves leur expérience pratique séculaire dans le domaine de la culture matérielle, tandis que les Slaves apporteront l’âme, l’esprit de cette nouvelle culture. Cela signifie le triomphe de cet idéal qu’est la grande fraternité internationale. Les Slaves commencent leur ascension. La Russie et les autres peuples slaves sortent de la zone noire des siècles obscurs. II est donne maintenant aux Slaves de prendre leur place dans le monde. Le groupe latin a élaboré les formes de l’art et la culture matérielle. Le contenu de ces formes sera fourni par les Slaves. Ces derniers jouissent de la pleine confiance des peuples asiatiques et orientaux. Les Slaves apporteront à ces peuples ce dont ils ont besoin : un ordre et un système, ainsi que la libération de leur servitude coloniale. Les Slaves vont s’unir. Leur rôle historique est d’être le pont entre l’Europe et l’Asie. Les Slaves apporteront au monde un Élément spirituel. Ils ont pour mission d’apporter la fraternisation parmi les peuples. »

 

La communauté slave collaborera à l’unification de l’Asie qui possède d’incalculables richesses naturelles, si nécessaires à la nouvelle culture. Les nations anglo-teutonnes doivent accepter le rôle de collaborateurs des Slaves et les aider à organiser la zone asiatique, car la première constellation politique d’envergure mondiale sera justement constituée par les Slaves et les Asiatiques. Les États-Unis d’Amérique formeront le noyau central de la seconde constellation politique mondiale, en unissant toutes les Républiques de l’Amérique du Sud, du Centre et du Nord. La troisième constellation politique mondiale, ayant pour foyer central les peuples latins et anglo-saxons, unira les territoires européens et africains.

 

Ces trois constellations politiques et économiques formeront dans le monde un triangle équilatéral réunissant tous les peuples en une grande unité politique, économique spirituelle et culturelle. C’est ainsi que sera préparée la voie aux Vierges Solaires, aux Fils de la Sagesse et aux Fils de la Volonté, afin qu’ils préparent (par l’entremise de la Race Blanche) les conditions pour la fondation de la future sixième race humaine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant