mayakitanova

LA VIE SOCIALE DU POINT DE VUE DE L’ASTROSOCIOLOGIE

1 message dans ce sujet

LA VIE SOCIALE

DU POINT DE VUE DE L’ASTROSOCIOLOGIE

 

 

En rapport avec ce qui vient d’être dit, il s’impose de prêter une attention plus spéciale à la vie des peuples et des sociétés du point de vue de l’Astrosociologie. Sans prétendre le moins du monde préconiser une nouvelle doctrine philosophique, nous aimerions planter les premiers jalons d’une nouvelle conception de la vie qui ne s’oppose en rien à ce qui existe, car elle contient tout, étant elle-même cosmique et intégrale. Cette conception dérive de la vie, elle est la vie même, la réalité même. Chacun parviendra à cette réalité tout seul, sans intermédiaires extérieurs, sans cérémonies ou rites et sans y être poussé ou obligé. À ce sujet, le Maitre dit : « Dans la nature, il y a des lois auxquelles les hommes doivent absolument se soumettre. Ce désaccord (entre les conceptions des humains et les rapports internationaux) ne montre-t-il pas que notre vie n’est pas en harmonie avec ces hautes lois qui règlent la Genèse et celles qui règlent la vie raisonnable. Les souffrances sont l’indice que nous nous sommes écartés du droit chemin. Nous les éviterons en faisant table rase des vieilles croyances et coutumes. »

 

L’histoire est pleine d’exemples de l’effondrement d’empires, de terribles catastrophes survenues à des peuples, ainsi que de cultures disparues. Leur épanouissement est conditionné ou s’explique par le fait qu’ils ou qu’elles se développaient en harmonie avec les lois de la nature vivante raisonnable, tandis que leur déclin et leur ruine s’expliquent par le fait d’avoir enfreint ces hautes lois. Le hasard ne joue ici absolument aucun rôle. Dès qu’une société donnée, un peuple ou un groupe de peuples entre en conflit avec les lois de la nature raisonnable, immanquablement des résultats négatifs s’ensuivent, et ceux-ci se transformeront logiquement en commotions sociales qui amènent leur perte. Chaque peuple qui a usé de violence à l’égard d’un ou de plusieurs peuples devient un foyer de forces destructives de la nature, et non seulement ce peuple s’attirera des épreuves sévères et des souffrances, mais il pourra même disparaitre de la scène de la communauté internationale. C’est ainsi qu’un nombre de nations et de civilisations ont dégénéré et disparu. Qu’est-il advenu des antiques royaumes de l’Assyrie, de Babylone, de l’Hellade et d’autres empires jadis si puissants, tel l’empire romain ? Ils ont attiré vers eux des forces destructives qui les ont rendus impuissants et les ont détruits. L’antique royaume d’Israël nous en offre un exemple encore plus caractéristique. Les Juifs rejetèrent l’enseignement du Christ et Jérusalem fut rabaissée et ruinée, et le peuple d’Israël disséminé sur toute la terre. Le même destin fut réservé à Carthage, et à nombre d’autres empires et civilisations. Nous pouvons citer quelques exemples de notre ère. Les Bulgares non seulement n’accueillirent pas l’enseignement des Bogomiles, mais au contraire les chassèrent du pays et persécutèrent les adeptes. Le résultat en fut qu’ils tombèrent sous un joug de plusieurs siècles. Les Français commirent la même erreur en chassant les Huguenots. Un exemple encore plus récent : la Russie tsariste obligea les « Doukhobors » (mouvement hautement spirituel) à quitter ses frontières. À notre époque, nous assistons à de violents conflits coloniaux. Ils doivent prendre fin ; sinon les métropoles deviendront des foyers de forces destructrices.

 

Tous ces processus historiques s’expliquent et se basent sur cette grande loi de la Création : « Chaque sentiment, chaque pensée ou chaque acte revient immuablement à son point de départ. » Cette loi s’applique non seulement aux individus, mais aussi aux collectivités, sociétés, castes, classes et nations. Cette même loi se rapporte aussi à notre système solaire. L’énergie luminescente dégagée par le soleil revient de nouveau au soleil, après un certain laps de temps. Le Maitre a souligné à maintes reprises l’actualité de cette loi inexorable. Chaque énergie revient à sa source première. C’est justement sur cette loi que se base le karma. Nous sommes issus d’une émanation de l’Éternel principe ; de par la force de cette même loi, nous retournerons à l’Éternel Principe. C’est un impératif absolu : des millions et des milliards d’années pourront s’écouler, cependant cette loi inexorable sera appliquée. C’est pourquoi il est dit dans les Écritures : à la fin du siècle (ce qui signifie en langage moderne « à la fin d’une époque ») tous ceux qui ont pris part au bien et au mal seront jugés. Cette loi indique la fin du Karma.

 

La santé et le bienêtre des individus, des sociétés et des peuples dépendent de leurs sentiments, de leurs pensées et de leurs actes. Le Maitre a toujours souligné cette conception : actuellement nous subissons l’effet de nos actions passées, de même que dans l’avenir nous éprouverons les conséquences de nos sentiments, pensées et actions, et cela, dans nos conditions extérieures de vie, c’est-à-dire l'ambiance dans laquelle nous vivrons. Ces conditions seront la répercussion de notre passé, exprimée par la loi de l’hérédité. À ce propos, le Maitre dit : « Quand un homme commet un meurtre, son évolution s’interrompt pour cent ans et il doit travailler pour celui qu’il a tué. D’un autre côté, sa victime se réincarne par son entremise. » Ainsi, Moise, un des grands Adeptes du monde antique, tua un Égyptien. Par la suite, il dut se marier et engendra sa victime qui devint son fils. Ainsi fut appliquée la Loi de la rétribution, sinon Moise n’aurait pu accomplir la mission dont il était chargé par la Providence. De par cette même Loi, si l’on détourne quelqu’un du Principe Divin, on subira des épreuves douloureuses pendant une durée de mille ans, au cours de laquelle le développement sera interrompu. Nombre de peuples dans l’histoire de l’humanité ont commis de grandes injustices et, actuellement, subissent équitablement la justice de la loi karmique.

 

La guerre — le plus grand fléau organisé de la terre — est généralement le résultat d’une longue préparation. Deux peuples, ou groupe de peuples ayant formé une coalition, commencent d’habitude leur antagonisme en émettant dans le monde mental, aussi bien que dans le monde physique à l’aide de la presse, des pensées et des sentiments remplis de haine, de soupçons, de la méfiance, reflétant de grossiers intérêts matériels, manifestations qui excitent les sentiments de vengeance. Les escarmouches commencent tout d’abord dans le monde invisible, c’est-à-dire dans la sphère des pensées et des sentiments. Cette énergie mentale s’accumule dans l’espace, et c’est la le prélude de la conflagration militaire armée qui éclatera dans le monde physique comme suite logique des manifestations précédentes. Ainsi, la guerre se présente comme la suite logique d’une germination de mauvais sentiments accumulés pendant une certaine durée et prêts à exploser à la moindre secousse.

 

Les peuples n’ont aucun soupçon des immenses responsabilités qu’ils endossent et des malheurs qu’ils préparent à leurs générations à venir, quand ils prennent la vie de leurs ennemis soit sur les champs de bataille, soit dans les camps de concentration. Tous ceux qui ont trouvé ainsi leur mort, émettent sans cesse, du monde de l’au-delà où ils sont allés, des pensées et des sentiments chargés de vengeance. Et ce n’est pas tout. De par la force des lois karmiques, après un certain laps de temps ces âmes se réincarneront dans les familles de ceux qui les ont tués. C’est la raison pour laquelle, d’ordinaire, après une guerre il y a toujours une dégénérescence des moeurs et de la morale, et une rétrogradation des conditions matérielles. Ce sont de profonds processus que l’astrosociologie éclaircira dans l’avenir.

 

Toutes ces dissonances dans la communauté internationale, sur les plans politiques aussi bien qu’économiques, engendrées par la guerre, amènent les plus grands malheurs physiques, matériels et spirituels ainsi que la désorganisation et la dégénérescence au sein des peuples. Cette marche des choses a un caractère fatidique et l’on ne pourra sortir de ce cercle vicieux que si les nations prennent profondément conscience de ce que la paix et le bienêtre ne peuvent être édifiés que sur une base internationale. Chaque nation, qu’elle soit grande ou petite, qui aspire à édifier son bienêtre politique et économique au détriment des intérêts vitaux des autres nations, bâtit sur du sable et s’attire inévitablement la désagrégation et la dégénérescence. Au contraire, si une nation, dans toutes ses activités, est animée par un idéal d’équité internationale et de communauté des intérêts, elle puisera les énergies supérieures de la vie cosmique et prospèrera. Les appels lancés à notre époque par un grand nombre d’esprits sensés et d’âmes muries en faveur de la nécessité absolue d’une collaboration et d’une solidarité internationales, dans tous les domaines de la vie politique et économique, appelant à briser les chaines du nationalisme et du chauvinisme étroits, sont la manifestation d’une mentalité nouvelle rejetant l’égoïsme individuel et collectif, et élevant bien haut l’idéal du Tout.

 

Le Maitre parle ainsi de ces problèmes : « Il y a trois sortes de vie : la vie pour le Tout, la vie pour la Communauté et la vie pour la Personnalité. La vie pour le Tout renferme en elle-même le bienêtre de la communauté et de l’individu. »

 

Dernièrement, la radioastronomie a permis à la science de découvrir un grand nombre de faits, en particulier certaines données ayant trait à la nature des taches solaires. Après de longues années d’observation astronomique, il a été établi que les taches solaires exercent une influence sur les séismes et les éruptions volcaniques, aussi bien que sur le développement de la vie végétale et la virulence de divers agents épidémiques et autres sur notre terre. L’apparition de ces taches sur le soleil est reliée à l’émission d’énergies extrêmement puissantes (des ondes électromagnétiques), auxquelles certains animaux sont sensibles, et c’est ce qui explique leur conduite si particulière les quelques heures précédant les tremblements de terre.

 

Comme nous avons déjà eu l’occasion de le faire remarquer, le cerveau humain est un foyer émettant sans cesse dans l’espace d’énormes quantités d’énergie. Si ces Énergies mentales sont imprégnées d’influences psychiques négatives (vengeance, haine, etc.) elles sont de nature à créer des champs de forces destructives. Ainsi, si les ondes électromagnétiques irradiées par le soleil, au moment de l’apparition des taches solaires, sont accueillies dans la région de l’atmosphère terrestre par un milieu électromagnétique harmonieux, elles exerceront une action bienfaisante ; au contraire, si elles rencontrent un amas de pensées humaines disharmonieuses, ces ondes solaires se déchargeront en une action destructrice. Assurément, les êtres qui propagent toutes ces idées d’extermination collective (des sentiments de haine, de vengeance, de mépris) parmi les individus et les nations ont une idée des énormes tourbillons et ouragans qui se forment dans l’espace, par suite de l’accumulation d’émanations mentales destructives. De plus, quelle énorme responsabilité morale et karmique ils prennent, responsabilité d’autant plus grande qu’ils propagent ces idées parmi des nations plus grandes, celles qui donnent le ton aux relations internationales. Si cette énergie si mal employée était utilisée à des fins positives pour l'édification de la Vie pour le Tout, l’état des choses serait radicalement différent de ce que nous observons de nos jours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant