mayakitanova

LES TROIS PRINCIPES DE LA VIE, L’AMOUR, LA SAGESSE ET LA VÉRITÉ, LES TROIS LOGES

1 message dans ce sujet

TROISIÈME PARTIE

 

LES TROIS PRINCIPES DE LA VIE

L’AMOUR, LA SAGESSE ET LA VÉRITÉ

 

LES TROIS LOGES

 

 

 

Dans l’introduction du présent ouvrage, nous avons fait ressortir l’existence dans l’Univers et tout spécialement dans notre Cosmos, de trois Loges, de trois Fraternités, de trois Centres.

 

Comme nous l’avons déjà dit, le premier centre est celui de l’initiation de gauche, celui des initiations durant les époques du développement de l’humanité. Ce centre a des sièges et des branches sur toutes les planètes de notre cosmos. Le second centre est celui de l’initiation de droite, ou de la Fraternité Blanche, dont on retrouve les branches sur tous les soleils de notre cosmos. Le troisième centre, qui réunit et dirige les deux autres, est le centre autour duquel gravite tout notre système solaire. L’astronomie moderne n’est pas encore parvenue à sa découverte. Le Maitre est le seul à nous avoir parlé de ce Centre. II nous a découvert que ce centre se situe sur l’Étoile des Étoiles, qui porte le nom d’ALFIOLA. Du point de vue linguistique, cette dénomination signifie « le commencement des commencements ».

 

Dans le cadre de notre galaxie, notre système solaire se trouve situé quelque part dans sa périphérie, ou bien, figurativement parlant, dans sa lointaine banlieue. Notre imagination est trop pauvre pour arriver à se faire une idée des innombrables et infinis mondes stellaires de notre cosmos, ainsi que des êtres sublimes qui les peuplent, êtres qui ont achevé leur évolution des milliards d’années avant que la nôtre commence.

 

De nos jours, la science moderne, et en particulier l’astronomie en sa branche la plus récente l’astrophysique, a découvert plus de deux-cent-milliards de soleils dans le cosmos. L’astrophysique a enregistré, à l’aide de la photographie, plus de dix-milliards de soleils. II n’est pas d’imagination si grande qui puisse embrasser ces espaces infinis et pleins de grandeur. On peut regarder avec admiration comment la science contemporaine, lentement, mais surement, dévoile les énigmes de l’inconnu, ou de « l’au-delà du monde céleste », comme l’appelaient les anciens. Ces mondes merveilleux, inconnus jusqu’à présent, se découvrent peu à peu et on les conçoit comme partie fonctionnelle de la réalité même.

 

Nous allons nous arrêter sur les trois centres, les trois loges dont nous avons parlé plus haut, afin de rendre aussi clair que possible en quoi elles consistent et ce à quoi elles sont destinées.

 

Le premier centre, ou loge de l’initiation de gauche, a gouverné l’humanité pendant la période involutionnaire du développement de ses races, cultures et peuples, c’est-à-dire durant la période au cours de laquelle l’humanité descendait jusqu’au degré le plus bas de la matière la plus dense, c’est-à-dire jusqu’à la périphérie de la Vie Cosmique. Ceci a pu être observé aussi au cours des récentes découvertes réalisées dans l’observation de l’atome. Tandis que pour le monde antique l’atome était considéré comme la plus petite et indivisible partie de la matière, pour l’astrophysique contemporaine l’atome représente en lui-même une formation complexe, rappelant beaucoup un système solaire entier.

 

Le processus involutionnaire de l’humanité, comme nous l’avons déjà dit, avait débuté il y a des millions d’années. Le processus évolutionnaire a commencé avec le développement de la race blanche, à l’époque du Fils de Dieu : le Christ. Le Christ, Fils du Dieu Vivant, avait été chargé de la lourde tâche d’arracher l’humanité du sombre gouffre de la matière et de la tourner vers la montée, vers les cimes de l’illumination spirituelle, de la ramener à nouveau jusqu’à la sphère qu’elle avait quittée pour descendre vers la périphérie de la vie. Comme nous l’avons déjà dit, ces deux Loges se trouvent sous le commandement direct du troisième Centre cosmique : la Grande Fraternité Universelle, dont le siège se trouve sur l’étoile Alfiola. À ce propos, il nous faut expliquer quelle est la différence entre ces deux Loges qui se présentent comme cosmiquement opposées.

 

Tout au long du développement de l’Humanité et de l’histoire de ses différentes cultures, l’action de ces deux loges s’entremêle étroitement. Dans la marche de l’activité de ces deux loges se reflète un rythme cosmique semblable au flux et au reflux. Quand les influences opposées de ces deux loges se trouvaient équilibrées par la Grande Fraternité Universelle, alors le développement humain enregistrait ses pages les plus lumineuses. Ce sont deux pôles dans la vie de la Nature Vivante raisonnable, deux aspects de la nature humaine qui se succèdent tels le jour et la nuit.

 

Nous pourrions essayer d’expliquer figurativement la nature de la différence entre ces deux loges ; ainsi quand le centre cosmique suprême, c’est-à-dire la Grande Fraternité Universelle donne l’ordre à la loge blanche de faire du bien dans une proportion de cinq unités, si cette dernière l’accomplit, mais dans une proportion de six unités, alors les exécutants et les facteurs de la Hiérarchie de cette loge croissent dans leur développement, c’est-à-dire qu’ils gagnent. Dans le cas où ils n’accompliraient du bien que dans une proportion moindre à cinq unités, ils perdraient proportionnellement de leur rang. Au contraire, quand la Grande Fraternité Universelle, en fonction des lois karmiques, ordonne aux êtres de la loge de gauche d’exercer une action dépressive dans la proportion de huit unités et que ces derniers abusent de leurs pouvoirs pour aller jusqu’à dix unités ou plus, chaque unité en surplus est portée à leur propre passif ; par contre, si le travail effectué n’atteint que sept unités, alors les êtres de cette Hiérarchie s’élèvent proportionnellement dans leur développement.

 

À notre époque, la situation cosmique et historique n’est plus la même. La loge de gauche n’a plus le pouvoir de verser à flots le sang des martyrs et des disciples de Jésus de Nazareth, pouvoir dont elle jouissait au début de l’époque du Christianisme, époque qui se trouvait sous le signe des Poissons, signe de sacrifice. Le pouvoir, dont les facteurs responsables de la loge de gauche s’étaient emparés et qu’ils exerçaient de par la force du dogme liturgique, au cours des premiers siècles du Christianisme, leur avait permis de crucifier moralement l’humanité. Ce martyr de l’humanité crucifiée, ce martyrologue inouï des pages de la religion chrétienne peut élever l’humanité jusqu’à cette illumination que possédait le Christ sur le Golgotha, pardonnant à ceux qui étaient ses bourreaux et ennemis.

 

La race blanche, représentant une étape importante du développement de l’humanité, commençait alors à s’engager à peine dans la voie évolutionnaire et était chargée de la tâche de résoudre le Mystère de la Croix : symbole de l’océan de souffrances dans lequel sont plongés les peuples.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant