Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

I. Le corps humain et sa constitution. 1. Constitution

1 post in this topic

I. LE CORPS HUMAIN ET SA CONSTITUTION

1. Constitution

Toute la Création divine existe en miniature dans l’homme.

Chaque homme est comme une corde de l’instrument divin sur lequel des entités invisibles jouent avec leurs archets.

Le corps de l’homme est le résultat de l’énergie divine qui a créé l’organisme humain d’aujourd’hui.

L’homme possède douze corps, mais pour l’instant quatre seulement sont en activité : le corps physique, le corps astral ou corps des émotions, le corps mental et un quatrième nommé le corps causal.

Les huit autres corps subtils sont encore à l’état embryonnaire, mais à l’avenir ils se manifesteront. Lorsque l’homme atteindra le monde spirituel, quatre corps se manifesteront et quand il entrera dans le monde divin les quatre autres se développeront. Chacun d’eux se développera et se manifestera en son temps.

L’âme humaine possède son propre corps spécifique au moyen duquel elle peut s’élever et se glorifier. Ce corps est si plastique, si bien fait qu’il est capable de se réduire ou de s’élargir. C’est précisément ce corps qui bâtit le corps physique ainsi que tous les autres corps.

L’intellect et le coeur sont tout aussi importants que le corps physique. Ce dernier représente la base au sein de laquelle l’homme puise ses forces vitales.

Le corps physique représente un vêtement divin qui se renouvèle continuellement. Il change tous les sept ans. Grâce à cette rénovation permanente, l’homme est en bonne santé, plein d’énergie et de bien-être.

À l’heure actuelle notre corps spirituel est en formation, car il n’est pas achevé, le front, le nez, la bouche, les os, le crâne, le cerveau, les mains ne sont pas encore entièrement élaborés. La main astrale est en train de se former. La substance astrale se condense, se prépare pour une vie supérieure plus pure. Actuellement elle ressemble à quelque chose de fluidique, semblable à un liquide.

L’homme a la forme d’un cône, plus large en haut au niveau des épaules, plus étroit en bas. Cela témoigne de sa descente dans le monde physique, c’est-à-dire le monde matériel.

La tête humaine est le fruit des différentes cultures par lesquelles les humains sont passés. La construction du corps physique est le résultat des existences animales. Sa matière est le résultat de l’action des plantes. Lors de la phase végétale, l’homme a sélectionné les matériaux entrant dans la construction de son corps; lors de la phase animale, il a formé son corps; lors de son arrivée à la phase humaine, il a créé sa tête et son visage. Dieu a insufflé la vie dans l’homme et celui-ci est devenu une âme vivante.

La substance dont l’homme est créé diffère de celle propre aux animaux et aux autres créatures.

Les formes qui composent le corps d’un animal sont élaborées par des forces et des matériaux spécifiques. Cette matière n’est pas facile à transformer. Chaque être humain est aussi créé d’une

matière composée d’éléments spécifiques : certains hommes possèdent plus d’or dans leur sang, d’autres plus d’argent, plus de fer, plus de cuivre et ainsi de suite.

Dans le sang, l’or ne représente pas plus d’un dix-millionième de milligramme, mais il agit en profondeur sur le caractère humain. Si les chercheurs s’avisaient de découvrir cet or avec leurs balances et leurs mesures, ils n’y arriveraient pas. Pourtant son influence est puissante chez ceux qui le possèdent dans leur sang en plus grande quantité. Outre l’or, il existe encore une autre substance, celui qui la possède dans son sang pourrait faire des miracles. La substance primaire à partir de laquelle le monde a été créé était des milliers de fois plus diluée que celle de l’hydrogène. Les forces primaires qui ont oeuvré dans cette matière étaient à l’origine si puissantes qu’aujourd’hui, si on pouvait en obtenir ne serait-ce qu’un gramme, on parviendrait à faire fonctionner toutes les entreprises industrielles sur terre, jour et nuit, sans interruption pendant trois-mille ans.

Selon la science initiatique, la matière qui compose l’homme ne provient pas seulement de la terre; la matière dont est issu l’homme cosmique provient, à l’origine, de tout l’univers, de tous les soleils et de toutes les planètes. Le corps humain d’aujourd’hui est constitué de leurs particules les plus infimes. Aussi leur influence, tant sur le plan physique que psychique, dépend de la quantité et de la qualité de ce que nous avons pris des différents corps célestes.

Plus l’homme est bon, raisonnable, conscient et fort, mieux sont construits ses organes : ils sont plus résistants, plus raffinés. Un tel homme est en bonne santé et possède une bonne constitution corporelle. De même que l’habit porté par quelqu’un nous renseigne sur sa culture et ses qualités intérieures, de même la constitution de ses organes internes, des parties de son corps et de ses membres externes est en correspondance avec les forces de son organisme.

Les organes sont créés par certaines vertus. En conséquence, chaque déficience d’un organe influence la vertu qui en est à l’origine.

Si vous saviez combien d’entités souffrent et se sacrifient pour maintenir le corps en bonne santé! C’est pour cette raison que vous n’avez pas le droit de penser que vos possessions vous appartiennent. Rien n’est à vous. Tout ce que vous possédez appartient à Dieu. Remerciez-Le et dites-Lui seulement : « Seigneur, je Te remercie de m’avoir pris en Ton Sein. »

Chaque organe exerce une double fonction : interne et externe, c’est-à-dire spirituelle et matérielle.

La vérité la plus simple est indispensable pour l’établissement de l’équilibre de l’organisme : elle maintient le système digestif en bon état. À la base du bon fonctionnement du coeur se trouve la justice. C’est elle qui entretient l’activité régulière du coeur et des poumons. Là où manque la justice s’introduit la mélancolie.

 

Un homme bien développé est celui qui possède des proportions justes et des rapports harmonieux entre sa taille et sa corpulence, entre ses bras et ses jambes, entre sa tête, son corps et ses membres. Des rapports définis existent entre les nombres qui régissent les différentes parties du corps. Toute modification dans un de ces nombres entraine un changement simultané dans les autres.

Si l’homme savait comment penser, il serait en mesure de se construire un corps sain, un visage beau et parfait.

Chez l’homme et la femme normalement développés, la longueur des pieds doit représenter un sixième de la taille, la hauteur du visage un dixième, celle de la cage thoracique un quart, et la longueur des mains un dixième.

Le front est la mesure de Dieu. Le nez est la mesure des anges. Le menton est la mesure de l’homme.

Les sourcils doivent être aussi longs que le nez, la bouche aussi large que les sourcils. C’est la Nature même qui nous a donné ces mesures.

En général la partie supérieure du corps, plus précisément le thorax, doit être large, la taille et le ventre délicats et affinés.

Plus large est le cerveau, plus grande est la résistance de l’homme dans le monde physique. Chez la femme, la largeur du cerveau est en correspondance avec la largeur des hanches. Chez l’homme, la hauteur du cerveau correspond à la largeur des épaules. Les gens avec de larges épaules sont plutôt des hommes, peu importe qu’ils soient venus dans une forme masculine ou féminine. La femme avec de larges épaules est plus masculine que féminine. L’homme avec des hanches larges est plus féminin que masculin.

Pour l’instant l’intelligence et la conscience humaine siègent et fonctionnent principalement dans les corps physique, astral, mental et causal. Sans nul doute, il existe d’autres corps chez l’homme, mais pour le moment ils ne sont pas éveillés. À ces différents corps correspondent des organes du corps physique. Par exemple au cerveau correspond le corps mental; au système sympathique, appelé aussi cerveau de l’estomac, correspond le corps spirituel; au foie, à la rate et à l’estomac correspondent les niveaux inférieurs du corps astral.

Si le foie est dérangé, les sentiments aussi sont perturbés, ce qui peut rendre taciturne et mal disposé. Le foie aide à la digestion. Les toxines qui n’ont pas été éliminées dans l’estomac et le foie seront absorbées par le sang. Il en résultera un dérangement dans le corps astral et les forces du corps astral ne passeront pas normalement dans le corps physique. Par exemple, en cas de dysfonctionnement du foie, la mémoire s’affaiblit et si cet état s’aggrave, le foie influençant d’une manière indirecte le système nerveux sympathique, on peut aboutir à la neurasthénie. Quand la fonction d’un organe est entravée, des répercussions se font sentir sur les autres organes. Si vous ne maitrisez pas vos sentiments, ils vont perturber votre foie qui, à son tour, engendrera des troubles dans tout l’organisme.

Chaque élément a sa place dans l’organisme. Par exemple la place de l’oxygène est dans le sang, celle de l’azote dans le cerveau et le système nerveux, celle de l’hydrogène dans l’estomac et celle du carbone dans les os.

Tous les organes de l’homme sont en étroite corrélation avec son caractère et son âme. Telle est son âme, telle est la constitution de son corps. Tel est son coeur, telle est sa bouche. Tel est son nez, telle est son intelligence. Telles sont ses mains et ses bras, tel est son sens de la justice.

Dans le plan physique, la fonction du système digestif consiste à digérer la nourriture, mais dans le plan spirituel son rôle est de dissoudre les passions et les désirs inférieurs, c’est-à-dire de les réduire en miettes et de les bruler. Au niveau physique les poumons et le coeur purifient le sang et, sur le plan spirituel, ils sont comme le soufflet et le foyer par lesquels doivent transiter les sentiments afin que le pur soit séparé de l’impur.

Le système cérébral envoie des ordres vers les différents organes pour que ceux-ci agissent dans le monde spirituel. Le cerveau de l’homme définit l’usage et la place de chaque pensée. Ne mélangez pas les pensées pures avec les pensées impures! La pensée est liée avec les désirs, les désirs avec les actions et les actions avec les conséquences.

Comme le cerveau, le coeur et les poumons possèdent également une double fonction psychologique et physiologique. Ainsi le coeur ne purifie pas seulement le sang, mais aussi les sentiments. Les poumons ne purifient pas seulement l’air, mais ils sont également l’autel de la purification des pensées, des sentiments et des désirs. Sur cet autel brulent les feux sacrés du sanctuaire qui purifient et forgent toute chose.

Chez l’homme, chaque organe et chaque système du corps sont en rapport avec la vie qu’il mène. Par exemple, l’estomac est en rapport avec la vie physique. Lorsque l’homme a bien réglé ses affaires matérielles, son estomac fonctionne bien; s’il a commis des erreurs dans ce domaine, son estomac est perturbé. Par ailleurs, on peut remarquer qu’un homme peut être en bonne forme physique sans être fort pour autant. D’où vient alors la force de l’homme? Eh bien, des poumons! Un homme fort est celui qui respire comme il faut.

L’estomac est l’organe chargé de fournir les matériaux indispensables à la construction du corps physique. Souvent avant de construire une maison, on édifie une cabane dans laquelle on entrepose les planches, le ciment et d’autres matériaux. On peut justement comparer l’estomac à cette cabane. En effet, dans l’estomac on dépose les matériaux de construction qui seront répartis dans tout l’organisme.

Par ses poumons, l’homme se lie avec les Chérubins. Par la respiration, unissez-vous à eux et à leur sagesse! Oui, la sagesse peut être obtenue par la respiration, tandis que par son coeur, l’homme est lié à une hiérarchie appelée les Trônes, siège de l’Intelligence divine. Le battement du coeur montre notre lien avec cette hiérarchie. Par l’estomac, nous sommes liés à d’autres hiérarchies où siègent des Êtres de la Noblesse. C’est pourquoi, lorsqu’il est bien nourri, l’homme est mieux disposé, plus noble et prêt au sacrifice. De l’estomac, on passe ensuite au foie qui est lié à une hiérarchie appelée les Puissances ou Force divine. Par la vésicule biliaire, l’homme est relié avec des Êtres de la Bonté. Quand la vésicule biliaire fonctionne normalement, la bonté et l’amour augmentent. Lorsque la haine grandit, l’amour diminue. C’est là une loi qui régit les rapports entre les forces et personne ne peut aller contre cette loi. Après le foie, on se dirige vers la rate qui relie l’homme avec la hiérarchie des Dominations, appelée aussi la Justice divine ou la Victoire sur le monde. Puis nous rencontrons une autre hiérarchie, les Archanges ou Êtres de la Gloire divine. C’est à eux que revient la charge de diriger les peuples. Ils sont en rapport avec les reins. Puis nous arrivons à la hiérarchie angélique qui est en prise directe avec la base et les fondements de la vie.

Le système digestif gouverne l’homme physique; le système nerveux sympathique, relié au cervelet et à la partie postérieure du cerveau, gouverne l'homme spirituel; enfin le cerveau et la moelle épinière gouvernent l'homme spirituel à l’intelligence éveillée.

Aujourd’hui, la pensée s’exprime par le cerveau, les sentiments par le système sympathique et plus particulièrement par le plexus solaire que l’on appelle improprement le coeur. Quant à la volonté, elle s’exprime par les bras, les mains, les pieds et les jambes.

Trois facteurs entrent dans le processus de digestion. Le premier facteur est l’estomac qui fournit une nourriture matérielle à tout l’organisme. Les poumons constituent le deuxième facteur : en absorbant l’air par le nez et la bouche, ils parviennent à purifier et oxygéner le sang. Le troisième facteur est le cerveau qui envoie les énergies dans tout le corps.

La digestion se reflète sur la circulation sanguine, la circulation sur le système respiratoire, le système respiratoire sur le système nerveux et de là sur le cerveau, lui-même siège de la pensée. Mais le cerveau comme le système nerveux ne sont pas les lieux où la pensée est créée. En fait, ils ne font que la transmettre et l’élaborer. Il existe un monde supérieur où la pensée se crée. Elle est ensuite envoyée vers nous par l’intermédiaire du cerveau et du système nerveux qui servent de conducteurs.

Le principe de l’intellect est conditionné par le système nerveux dans lequel le cerveau, les nerfs et les sens jouent un rôle essentiel. Le principe du coeur, ou la puissance de l’émotivité, est lié au système respiratoire ainsi qu’à la circulation sanguine et à la digestion. La volonté de l’homme est étroitement conditionnée par sa faculté supérieure que l’on appelle la soi-conscience ou plutôt la super-conscience; elle se manifeste par la force motrice des muscles.

L’homme n’est véritablement conscient de lui-même que lorsqu’il sait comment utiliser l’ensemble des différents organes de son corps.

Le monde de la synthèse, c’est la tête. Les poumons et le coeur, lequel rythme la vie et fait mouvoir le sang, représentent le monde spirituel; l’estomac, lui, représente le monde physique ou matériel. Par conséquent l’homme doit savoir vivre dans ces trois mondes.

L’homme se différencie de tous les animaux par sa tête. Celle-ci représente un premier monde. Le deuxième monde part du cou et englobe le thorax avec le coeur, les poumons et une partie de l’estomac. Le troisième monde commence par l’estomac et englobe les intestins, le foie et les reins.

Le monde physique correspond au système digestif. Il comprend trois régions : l’enfer qui est le gros intestin, le purgatoire qui est l’intestin grêle et le paradis qui est l’estomac.

Le monde spirituel comprend les poumons avec ses deux ailes. Le bien passe par l’aile droite et le mal par l’aile gauche. L’aile droite du poumon représente le paradis, l’aile gauche l’enfer.

La tête de l’homme où se trouve le cerveau représente le monde divin. La partie frontale de la tête et la partie supérieure du crâne représentent le bien ou le paradis, et la partie postérieure du crâne représente l’enfer. Autrement dit, l’homme a la faculté de vivre simultanément dans les mondes physique, spirituel et divin.

La santé repose aussi sur une glande située en bas du sternum juste au-dessus du plexus solaire. Si vous arriviez à la mettre en contact avec les énergies solaires et si vous saviez à quel moment ces énergies sont les plus nobles, vous pourriez obtenir de grands résultats. En connaissant cette loi, chaque homme pourrait établir un contact entre cette glande et les énergies solaires et ainsi il pourrait vivre aussi longtemps qu’il le voudrait. S’il veut développer son intellect, l’homme doit relier cette glande d’une part avec les énergies lumineuses de la lune, et d’autre part avec les énergies du cerveau qui sont d’un autre ordre. L’intellect de l’homme sert uniquement dans ce monde. Ce que l’intellect saisit est vrai principalement pour le monde dans lequel nous vivons, mais ce qu’il peut dire de l’autre monde, invisible, ne correspond pas à la réalité. C’est par le coeur que nous connaitrons l’autre monde; pour le monde intérieur, ce que le coeur pense est vrai. Pour avoir accès au monde spirituel, il faut compter sur la puissance de pénétration de notre coeur.

La première chose que l’on constate dans notre organisme est l’existence d’un ordre établi entre tous les organes, d’une interdépendance dans leurs activités et d’une harmonie entre tous leurs ouvriers qui connaissent parfaitement leur travail. Dans le corps humain, les organes n’ont pas d’intérêt personnel : tous ont en vue le bien-être commun qui réjouit l’homme. C’est là le secret qui concourt à la réussite commune. Dans l’organisme sain, il n’y a pas d’arbitraire, d’actes fortuits; en lui règne l’unité. Lorsqu’une cellule devient malade ou souffre, toutes les cellules qui l’entourent sont compatissantes et par tous les moyens elles s’empressent de supprimer le plus rapidement possible ce malaise. À l’intérieur du corps, tout est reparti avec une exactitude mathématique : cet ordre équilibre les énergies de l’organisme et crée l’harmonie. C’est ce que nous appelons la santé.

Les traits prédominants du caractère donnent la forme des oreilles, des yeux, des sourcils, des cheveux qui sont fins ou épais, des doigts qui sont courts ou longs.

À tout moment, la composition de la salive change et indique les modifications qui se produisent dans le psychisme. C’est là toute une science que l’on étudiera dans l’avenir.

Dans une de ses épitres, Saint Paul dit :

«Avec ma chair, j’ai servi le péché et avec mon esprit je sers la loi de l’amour». Qui nous sauvera de cette situation? Eh bien, personne. L’homme doit servir à la fois la chair et l’esprit.

Si tu es fait de chair, tu mangeras, tu dormiras, tu travailleras.

Si tu viens de l’Esprit, tu travailleras par lui dans le monde spirituel et dans le monde divin.

Qu’il le veuille ou non, l’homme est à la fois au service de la chair et de l’esprit.

Quoi que l’on puisse dire ou lire dans les textes sacrés, il est impossible à l’homme de se libérer de sa nature propre. La lutte entre la chair et l’esprit a toujours existé et existera toujours. Autant la vie de l’esprit et celle de la chair luttent entre elles, autant l’une et l’autre sont indispensables pour l’évolution de l’homme.

Sans la vie de la chair, on ne peut exister et aucune évolution n’est possible. N’ayez donc pas peur de la chair, mais tâchez de la soumettre afin qu’elle puisse devenir la servante de l’esprit. En toutes circonstances, éduquez votre chair!

D’après les Hindous, l’akasha est un élément éternel qui remplit tout l’espace. De cette substance est formée toute chose. Elle est là, immuable et sans mouvement, elle ressemble à un grand aristocrate inactif et dans le repos éternel. Le second élément est le prana, force éternelle également. Il fournit l’électricité et le magnétisme. C’est lui qui crée les formes. L’éther, l’air, l’eau, les comètes, les planètes, tous proviennent du prana et de l’akasha. Derrière le prana et l’akasha se trouvent encore d’autres substances dont nous ignorons l’existence et l’essence. Pour bénéficier du prana, l’homme doit apprendre les lois qui le régissent, car les différentes maladies, maux de tête, tuberculose, problèmes digestifs, proviennent de sa mauvaise distribution dans le corps humain. Si les muscles en sont privés, le rhumatisme des articulations apparait.

La science du prana a pour but de distribuer régulièrement l’énergie entre les organes et les cellules afin qu’ils ne souffrent pas. L’homme ne peut prétendre avoir une bonne santé s’il ne comprend pas les lois du prana. Dans ce sens, la respiration n’est pas autre chose qu’une méthode essentielle pour l’accumulation du prana. Pourquoi l’homme doit-il bien se comporter? Pour pouvoir recevoir le prana et bien l’utiliser. Si l’homme ne fait pas correctement travailler son intelligence, son coeur et sa volonté, il se prive du prana indispensable à sa vie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0