Ani

1918_08_04 Le bon vin

1 message dans ce sujet

Le bon vin

« Toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à présent.»

Jean 2 :10

Beaucoup de nos contemporains souffrent des effets indésirables du vin sur leur organisme. Des scientifiques et des médecins ont écrit sur l’influence nocive du vin sur l’homme. Mais le vin dont il est question dans l’Évangile symbolise la vie. Il y a donc deux types de vin : le vin fermenté qui est l’emblème de la mort et le vin sucré, l’emblème de la vie. Les chimistes connaissent la composition du vin sucré et savent pourquoi il fermente : le sucre du raisin dans le vin sucré se décompose en alcool et en dioxyde de carbone sous l’action des ferments alcooliques ; ce dernier s’évapore tandis que l’alcool reste dans le vin et lui donne ses propriétés enivrantes. Tous savent que l’alcool contenu dans le vin est du poison ; c’est la raison de l’action nocive du vin sur l’organisme humain. Dans ce sens la fermentation n’est rien d’autre qu’un processus de décomposition qui crée des substances toxiques. Tout comme le vin est soit sucré, soit fermenté, de la même manière nous avons deux types de vie : sucrée, où le sucre garde ses propriétés et ne se décompose pas, ou fermentée, où le sucre se décompose en alcool et en dioxyde de carbone.

Le Christ était invité à un mariage à Cana en Galilée où il a transformé l’eau en bon vin. Que représente le mariage ? La culture du raisin. Les deux jeunes mariés sont les pieds de vigne dont doit naître le raisin ; ils doivent porter en eux du jus nouveau et sucré. Chaque nouvel enseignement apparaît au début d’une nouvelle époque ; la création d’un nouvel enseignement représente aussi le mariage. Lorsqu’on se marie, les gens sont joyeux, pourtant la noce ne sous-entend pas uniquement la joie. Lorsque quelqu’un se marie, un autre meurt ; lorsque quelqu’un se réjouit, un autre est chagriné ; si quelqu’un est sucré, un autre est fermenté.

Le Christ dit : « Ne mettez pas de vin nouveau dans de vieilles outres. » Les vieilles outres contiennent les levures du vin ancien qui font fermenter le vin nouveau et éclater les outres. Les parents veulent que leurs enfants soient comme eux ; le désir des parents n’est rien d’autre que verser le vin nouveau dans les vieilles outres. Quel sera le résultat ? Le nouveau vin fermentera et fera éclater les vieilles outres. Comment reconnaître qu’un liquide fermente ? Des bulles apparaissent à sa surface car du gaz se forme et s’en échappe. La surface du liquide est d’abord calme, lisse, puis se met à s’agiter ; on appelle ce processus ébullition ou fermentation. Quand l’homme s’agite-t-il ? Lorsqu’il meurt. Lorsque le liquide s’agite, fermente, des substances nouvelles en sortent qui altèrent son goût ainsi que l’harmonie intérieure.

Avec la transformation de l’eau en vin, le Christ a montré aux humains une nouvelle méthode par laquelle il conserve son goût et ne fermente pas. De fait, si vous distillez le jus de raisin, il devient résistant, obtient une immunité et n’est plus enclin à la fermentation ; même si des ferments rentrent en contact avec lui, il ne fermente pas. En ce sens, le nouvel enseignement, l’enseignement de l’amour que le Christ a apporté est une nouvelle méthode grâce à laquelle la vie humaine est préservée de la fermentation. Quel est l’ancien point de vue des humains sur la vie ? Ils disent que la fermentation est un processus naturel, que l’être humain doit naître et mourir, chuter et se relever, lutter, égorger des animaux : poules, agneaux, cochons. Ils trouvent que tout cela est dans l’ordre des choses et que c’est la volonté de Dieu. En réalité Dieu n’a pas songé une seconde à arranger la vie comme les philosophes se l’imaginent. Envisagée de la sorte, la vie humaine n’est le fruit que du génie humain, de l’homme-dieu, mais non pas de ce Dieu qui a initialement créé le monde. Tout comme le vin sucré fermente sous l’influence de certains ferments qui se trouvent dans l’air, de même la vie humaine naturelle s’est altérée et elle a fermentée sous l’influence d’éléments particuliers, créés par l’homme lui-même.

Il faut savoir une chose : celui qui pèche, qui mène une mauvaise vie et fermente, n’est pas avec Dieu. C’est une vie humaine et non pas divine. En transformant l’eau en vin, le Christ a montré aux humains qu’il y a une méthode pour transformer ce qui est instable en quelque chose de stable et d’inaltérable. Les scientifiques savent que la raison de la fermentation du vin sucré est due à une sorte de microorganisme, appelé ferment, qui se trouve dans l’air. Ce type de microorganisme est contenu aussi dans la vie nouvelle, dans chaque pensée et chaque nouveau sentiment. Lorsque le nouveau s’infiltre en vous, il provoque par le biais des microorganismes une certaine fermentation qui se manifeste par de l’agitation. Le nouveau ne devrait pas provoquer de fermentation, mais celle-ci se déclenche à cause de l’instabilité de la matière qui constitue l’organisme humain. Quelquefois la fermentation est à sa place. Par exemple, les gens préfèrent au pain sans levain, le pain au levain ; celui-ci est plus digeste pour l’estomac. Les juifs préféraient quant à eux le pain sans levain, le pain au levain était même interdit.

L’ordonnateur du mariage auquel le Christ assistait a dit au marié : « Tout homme sert d’abord le bon vin et puis le moins bon ; tu as gardé le bon vin jusqu’à présent. » Lorsqu’un jeune homme rencontre une jeune fille et tombe amoureux d’elle, il lui dit uniquement des mots doux, il l’appelle ange, colombe, déesse, etc. Lorsqu’ils se marient, tous deux ouvrent les vieilles outres et y versent le vin nouveau ; ils commencent bien mais finissent mal. Le vin fermente et agit sur eux et ils s’échangent des mots amers et blessants. Sur Terre l’être humain commence bien mais finit mal ; dans le monde spirituel, il commence mal mais finit bien ; et dans le monde divin il commence bien et finit bien. Voilà pourquoi, du point de vue des mondes supérieurs, on donne d’abord le mauvais vin, puis le bon. Gardez à l’esprit la règle suivante : qui commence bien avec vous, finit mal ; qui commence mal, finit bien. Ne faites pas confiance à ceux qui vous abordent doucement, poliment. Ce n’est pas un reproche ni une insulte, mais sachez que la vie éprouve l’être humain, et une fois qu’elle lui a fait traverser de multiples épreuves, il finit par se connaître lui-même et les autres finissent par le connaître aussi. Il n’est pas envoyé sur Terre pour manger des feuilles comme une chenille, mais pour s’instruire, acquérir des connaissances et de l’expérience. La tradition bulgare veut qu’on arrose la tombe du défunt avec de l’eau et du vin ; que cache cette tradition ? On veut ainsi lui dire : « Lorsque tu reviendras sur Terre, sois pur et ne pèches plus. »

« Tu as gardé le bon vin jusqu’à présent. » Je vous dis à vous-aussi : donnez du bon vin, du vin sucré à vos enfants. Ils ont déjà bu du vin fermenté, ils le connaissent et en portent les stigmates. Ils se mettent dès leur plus jeune âge à commander leurs parents, leurs plus grands frères et sœurs. « Que devons-nous faire pour améliorer notre sort ? » En vous mariant, appelez le Christ à votre noce pour apporter à votre vie des éléments qui peuvent l’améliorer. Il vous apprendra à transformer le négatif en positif ; la peur en courage ; la méchanceté en bonté ; la faiblesse en force. Comment reconnaître celui qui est fort ? C’est celui qui combat un taureau. Les gens d’aujourd’hui ne réussissent pas dans la vie car ils veulent être riches sans avoir été pauvres ; ils veulent être bons sans avoir été mauvais. Il est impossible d’être riche si on n’a pas tout perdu, si on n'a pas traversé des bouleversements profonds.

Qu’a fait le Christ au mariage ? Il a transformé l’eau en vin. Transformer le vin sucré en vin fermenté est possible ; transformer le vin fermenté en vin sucré l’est également dans une certaine mesure ; mais transformer l’eau en vin est impossible pour l’être humain. Nous savons que ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu. Si vous mettez dans l’amour un élément négatif, il se transforme en haine ; si vous mettez un élément positif dans la haine, elle se transforme en amour ; c’est la loi de la transformation avec laquelle le Christ a travaillé. Les anciens alchimistes connaissaient cette loi et ont cherché des méthodes de transformation des métaux ordinaires en métaux nobles.

Beaucoup se plaignent d’insuccès dans leur vie. Pourquoi ? Parce qu’ils cherchent un chemin facile. S’ils sont religieux, ils cherchent une voie facile pour entrer dans le Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu est pour les êtres bons et courageux, et non pour les peureux, les voleurs et les criminels. Le Royaume de Dieu est pour les vivants et non pour les morts. Qu’adviendra-t-il de celui dont on attache les bras et les jambes avec des cordes solides ? Il sera comme mort et ne pourra plus bouger. Comme les cordes lient l’être et ne lui permettent pas de bouger, de même les mauvaises pensées et les mauvais sentiments entravent son discernement et son cœur et l’empêchent de penser et de sentir. Les jambes et les bras symbolisent les vertus, les principes qui régissent la pensée et le cœur humains. Les bonnes pensées et les bons sentiments incitent au bien, les mauvais - au mal. Si on cède aux mauvaises pensées et aux mauvais sentiments, on se retrouve en prison. Quelqu’un dit qu’il ne peut pas faire le bien parce qu’il n’en a pas les moyens. Tout comme il peut faire le mal et dévaliser les autres, il peut aussi faire le bien. Voler dans les poches des autres, c’est comme voler dans leurs têtes et leurs cœurs. Si on se permet de mettre la main dans les têtes et les cœurs des autres, cela devrait être pour donner quelque chose de bien de soi et pas pour prendre. Lorsqu’on rentre dans une communauté, c’est pour apporter quelque chose, pas pour prendre. Le Christ est allé au mariage à Cana en Galilée et a apporté quelque chose : il a transformé l’eau en vin, c’est-à-dire, il a transformé la vie ordinaire et amère en vie bonne et sucrée. L’eau que le Christ a transformée en vin était un symbole donné aux mariés pour appliquer le nouvel enseignement dans leur vie. L’eau est porteuse de la vie nouvelle.

Vous direz qu’il est impossible de transformer l’eau en vin. C’est impossible pour l’ignorant, mais c’est possible pour le sage. Les choses impossibles recèlent des éléments sur lesquels travaillent uniquement les créatures avancées et supérieures. Pour eux la mort contient les éléments de la résurrection. Qui peut ressusciter ? Celui qui peut mourir. La mort n’est rien d’autre qu’un enfouissement au plus profond de la terre jusqu’aux couches profondes qui purifient et filtrent l’être humain. Il ressort ensuite à un autre endroit comme une source cristalline et entonne le chant de la nouvelle vie. Pour s’entendre et appliquer l’enseignement du Christ, les mariés doivent aussi traverser les couches profondes pour se purifier et ressortir comme deux sources cristallines. Que font les mariés d’aujourd’hui ? Leur première préoccupation est d’aménager leur cuisine et de commencer à faire à manger. Au bout de quelque temps d’une telle vie, cela se gâte. L’entourage dit : « Qu’est-ce qui leur arrive à ces jeunes gens, pourquoi leurs affaires vont-t-elles mal ? » Ils ont commencé par la vie qui fermente.

Ainsi, à l’instar du Christ qui a transformé l’eau en bon vin sucré qui ne fermente pas, vous aussi, transformez vos mauvaises pensées et sentiments en quelque chose de bon qui ne fermente pas. Appliquez cette règle non seulement sur vous, mais aussi sur vos enfants. Si vous voyez que les pensées et les sentiments de vos enfants fermentent, mettez-les dans une bassine et cuisez-les une ou deux heures sur le feu divin, c’est-à-dire le feu de l’amour. Vous pouvez appliquer cela même sur les nouveau-nés. Avant qu’ils se manifestent, mettez-les à cuire sur ce feu, une ou deux heures, afin d’acquérir l’immunité pour résister à tous les ferments, intérieurs ou extérieurs. L’amour divin rend les gens résistants. Celui qui est passé par le feu de l’amour divin se distingue par sa résistance morale.

Les gens d’aujourd’hui n’ont pas d’idée précise sur l’amour. C’est une puissance positive qui fait des miracles. Elle transforme le caractère humain : le méchant devient bon, le faible - puissant, l’oisif - zélé. Si la femme peut améliorer le caractère de son mari, elle a de l’amour ; le mari fait de même avec sa femme s’il a l’amour en lui. Si les enfants deviennent meilleurs à la maison, c’est que leurs parents ont de l’amour. Si vous voyez que votre enfant s’aigrit, c’est que vous n’avez pas d’amour. Tournez-vous alors vers Dieu, vers le monde intelligent, avouez votre erreur ; l’aigreur de votre enfant est causée par votre propre fermentation, et priez Dieu de vous aider à améliorer votre vie. Vous direz que c’est le principe du repentir. Qu’est-ce que le repentir ? La transformation de l’amer en sucré. Vous direz qu’on ne peut pas vivre sans mal, sans méchanceté, sans amertume. Non, ce n’est pas vrai, ce n’est pas l’ordre naturel des choses. Le mal, les substances amères sont le résultat des impuretés qui fermentent. Chacun doit avoir une pièce secrète dans laquelle s’isoler une heure par jour pour se purifier. C’est pendant cette heure justement que vous serez conviés à la noce.

Chez certains peuples, on fête les mariages pendant une journée ; chez d’autres les festivités durent trois jours. Si de nos jours on passait trois journées de festivités pour un mariage, vous diriez que c’est une perte de temps. Les anglais notamment considèrent que trois jours est un laps de temps considérable ; ils disent que le temps est de l’argent, donc s’ils consacraient trois jours à chaque mariage, ils perdraient beaucoup d’argent. Si vous mesurez le temps avec de l’or, vous ne perdez rien, surtout si vous savez comment utiliser cet or. Il est préférable d’avoir beaucoup de vertus plutôt que de l’or qu’on est incapable d’utiliser. L’être vertueux comprend la vie avec justesse et l’emploie intelligemment, le mal n’existe pas pour lui. Le mal n’existe que pour l’ignorant, l’insensé. Si la mère ne permet pas à l’enfant de trop manger, est-ce un mal ? Quelqu’un a cent millions de levas, un autre en a moins ; est-ce que le premier est plus heureux que le second ? Quelqu’un n’est pas content de son apparence ; serait-il plus heureux s’il était beau ? Si la beauté et la blancheur sont liées au bien et à la douceur, elles sont à leur place. Si par contre elles ne rendent pas l’être humain meilleur, il vaut mieux qu’il soit laid.

Lorsque nous parlons de blancheur et de noirceur, nous parlons de deux traits positifs dans la vie. Le noir peut être bon ou mauvais, et vice versa, le blanc peut être bon ou mauvais. L’objet blanc peut être peint en noir et passer pour noir ; et l’objet noir peut être peint en blanc et passer pour blanc. Les gens d’aujourd’hui le savent et s’ils veulent s’afficher blancs et purs, ils se mettent un revêtement blanc. Une telle blancheur s’effrite rapidement. Chaque bonté non naturelle est exposée à la fermentation. L’homme doit étudier ses pensées et ses sentiments pour savoir lesquels sont résistants et lesquels ne le sont pas, pour transformer ceux qui sont instables en stables. Comment faire cette transformation ? Par la purification.

Du travail est demandé à tout le monde. Travailler sur soi signifie se libérer des pensées et sentiments négatifs, ne pas les écouter, ne pas en être atteint, rester libre quels que soient les propos tenus sur toi. Si quelqu’un dit du mal de toi, ne te vexe pas, mais analyse ces propos comme un chimiste pour découvrir la puissance positive qu’ils recèlent. Extérieurement ils sont peut-être blessants, mais intérieurement ils contiennent un élément précieux qui doit être extrait et utilisé raisonnablement. Si quelqu’un te dit que tu es imparfait, tu te vexes ; que signifie le mot imparfait ? Il est contraire au mot parfait. Comme l’être humain passe par plusieurs états sur Terre, à l’image de la lune, nous disons qu’il se remplit et se vide tous les quatorze jours. Lorsqu’il se remplit, il est parfait. Si donc quelqu’un te dit que tu es imparfait, tu traduiras ces propos en concluant : « Comme je me vide, je suis imparfait. Dans quatorze jours, je commencerai à me remplir, je serai alors parfait. » Dans le processus de la perfection, l’être commence par l’humain et finit par le divin. Si on dit de quelqu’un qu’il est dans la plénitude de la vie, il est alors dans le processus inverse ; il commence par le divin et termine par l’humain.  

En Bulgare, le mot perfection[1] commence par la lettre c qui symbolise le processus de remplissage et de vidange. La situation de cette lettre représente la lune dans sa phase croissante. Le mot plénitude commence par la lettre n (p) qui symbolise le fruit[2] qui mûrit. La deuxième lettre de ce mot est le ъ qui symbolise la grossesse. Lorsque vous étudiez les mots et les lettres qui les constituent, vous verrez que chaque mot contient en lui certaines lois. Ce qui démontre que les noms que les gens portent ont une signification profonde.

« Tu as gardé le bon vin jusqu’à présent. » Lorsque le Christ était au mariage à Cana en Galilée, sa mère s’est tournée vers lui et a dit : « Ils n’ont plus de vin. » Le Christ lui a répondu : « Mon heure n’est pas encore venue. » Vous aussi, vous vous demandez pourquoi le Christ n’a pas donné le bon vin dès le début. Il voulait ainsi montrer que les humains ne sont pas encore prêts pour les nouvelles idées. Même encore aujourd’hui. Combien d’idées lumineuses et sublimes le Christ a exprimées, dont seule une infime partie est appliquée aujourd’hui. La plupart des gens croient qu’ils savent beaucoup, mais si on leur fait faire un travail, on se rend compte qu’ils savent peu ou rien du tout. Ce n’est pas un reproche, j’expose simplement la réalité des faits. Pour acquérir le véritable enseignement solaire, l’homme doit rechercher ce Maître qui peut lui apprendre à transformer le mal en bien et l’amer en sucré.

Deux processus s’observent dans l’enseignement solaire : la diffraction de la lumière et la concentration de la lumière. Pour créer toutes les pierres, les plantes, les animaux et les humains, la lumière doit se décomposer en ses éléments constituants. De l’assemblage de ses éléments dépend la stabilité ou l’instabilité des corps ; les corps instables fermentent alors que les corps stables se conservent éternellement. Les couleurs de densité différente modifient également l’état des corps, surtout les corps vivants. Si par exemple vous ajoutez une teinte rouge foncé au vert clair, vous obtiendrez un mélange qui modifiera votre état. Si vous montrez un vêtement teinté en rouge au taureau, cela l’irrite et il se met à vous charger. Les mots que l’on utilise ont des couleurs qui ont une influence sur le système nerveux. Certains mots ont une mauvaise influence sur l’être humain et il se met à fermenter. Sachant cela, ne lui dites pas qu’il est impatient, impur, amoral, etc. Si vous voyez quelqu’un d’impatient, créez des conditions pour transformer son impatience en patience. Si votre mari est impur, donnez-lui la possibilité de se doucher fréquemment, d’enlever les impuretés pour soulager son état. Si l’homme ou la femme sont impurs, ils doivent s’aider mutuellement, se purifier. Bref, n’employez pas de mots qui contiennent la particule négative in. Si vous voyez une action négative quelque part, accourez à l’aide. Si vous employez des mots négatifs pour exprimer les défauts de quelqu’un, vous vous liez à son défaut.

L’ordonnateur du mariage a dit au marié : « Tu as gardé le bon vin jusqu’à présent ! » Laisser les bonnes choses pour la fin est l’ordre naturel de la vie. À mon avis la question la plus importante n’est pas de savoir pourquoi le bon vin a été laissé pour la fin. Une autre question importe plus, à savoir : comment l’eau peut se transformer en vin ? La vie humaine est en soi assez compliquée, par conséquent la première tâche de l’homme est de transformer les sentiments amers en sentiments sucrés, les pensées retorses en pensées lumineuses et justes. C’est précisément l’art que le Christ possédait : transformer l’eau en vin. Suivez le Christ, appliquez son enseignement pour acquérir vous aussi son art. C’est cela transformer sa vie en chant et en musique, en joie et en gaîté.

Aujourd’hui, tous veulent savoir ce qu’ils deviendront, quel sera l’aboutissement de leur vie. Je me ferai prophète pour répondre à la question qui vous agite. Si vous continuez sur le chemin que vous avez emprunté, dans cent ans tout au plus, vous ne serez que des os, vos pensées et vos désirs se disperseront dans l’espace. À l’entrée dans le monde astral, vous serez dans la situation du fils prodigue ; vous marcherez en haillons et pieds nus, affamés et assoiffés et vous chercherez par tout moyen à revenir sur Terre. La situation du pécheur sur Terre n’est pas enviable, mais elle l’est encore moins dans le monde astral. Il mangeait à sa faim tant qu’il était sur Terre, alors qu’il est condamné à une faim perpétuelle dans le monde astral. Des tables avec des mets délicieux sont dressées devant lui, mais dès qu’il s’en approche, elles s’éloignent. Il court derrière elles, les pourchasse, mais sans les atteindre ; sa faim augmente, mais il ne peut pas l’assouvir. Si quelqu’un a aimé bien s’habiller, il verra dans le monde astral des vitrines richement décorées avec des habits sublimes, mais sans pouvoir en mettre un seul. Par contre la situation du juste sera toute différente : s’il veut manger, les tables avec les mets s’arrêteront toutes seules devant lui ; il mettra les habits qui lui plaisent le plus. Il se promènera librement dans le jardin d’Éden et écoutera les chants des oiseaux du paradis. S’il veut aller au concert, on l’amènera écouter des musiciens renommés ; il assistera de temps à autre aux conférences de professeurs éminents.

Lorsque nous parlons des possibilités et des conditions qui existent dans le monde astral, nous avons en tête les désirs humains. Les humains rêvent de ce monde-là. Lorsque le Christ a accompli le miracle à Cana en Galilée, il voulait mettre la lumière sur les possibilités du monde astral, il voulait montrer aux humains les forces que manie le monde intelligent. Pour réaliser le monde astral sur Terre, il faut inviter le Christ, ses disciples et sa mère à la noce. Le Christ représente le principe intelligent qui transforme le mal en bien ; ses disciples représentent les humains et la mère du Christ, le trait d’union entre les mondes spirituel et physique. Le principe intelligent peut changer le monde intérieurement et pas extérieurement ; tout sera comme avant, mais purifié. Il y aura toujours des pères et des mères, mais ils accompliront leur prédestination consciemment et avec amour. Tous les métiers et professions d’aujourd’hui existeront toujours, mais seront exercés avec assiduité et amour. Professeurs, prêtres, prédicateurs, ministres, commerçants travailleront dans la pureté, sans leurre, ni mensonge. Si le tissu que le commerçant vend est un mélange de laine et de coton, il le vendra comme tel et non pas comme de la pure laine.

Chaque pensée négative et chaque désir négatif que les gens utilisent sur Terre prennent un contour réel dans le monde astral. C’est pour cela que l’on ne peut pas se libérer de ses œuvres ni ici ni dans l’au-delà. Par conséquent, si une mauvaise pensée vous traverse, dirigez la sagesse vers elle ; si un sentiment mauvais vous étreint, par exemple la haine, dirigez contre elle l’amour ; si enfin vous tombez sur le mensonge, dirigez vers lui la vérité. Dirigez vers le négatif quelque chose de positif pour agir sur lui. Si un malheur vous frappe, pensez au bonheur ; si une maladie vous rend visite, pensez à la santé. Qu’est-ce que je fais avec la maladie ? Si une maladie me rend visite, je ne la chasse pas, mais je l’invite à discuter un peu. Je lui demande où elle va ; elle me dit qu’elle se dirige vers quelque endroit, mais s’est arrêtée chez moi en chemin. Alors je lui donne à manger un peu, et en partant, elle a déjà perdu de sa virulence. Je fais de même avec le mal. Si vous agissez bien avec les maladies, le mal et les souffrances, leur caractère s’adoucira et ils s’affaibliront progressivement jusqu’à perdre leur virulence, et s’en iront. Alors, ils passeront sans tourmenter les humains.

Ainsi, si vous voulez faire face à vos difficultés, appliquez le nouvel enseignement solaire, c’est-à-dire l’Enseignement du Christ. Souvent on chante à la gloire du Christ, on le nomme soleil de la vie, mais lorsque viennent les souffrances, tous se mettent à gémir et à crier « ooh », « aah » ! Crier « ooh » est le signe que la roue de votre vie est privée d’axe de rotation. Dites-vous : « Ma roue doit avoir un axe et tourner autour de lui. » Crier « aah » signifie par contre que votre pensée n’est pas pure. Dites-vous : « Ma pensée doit être pure et sainte. » Vous direz que ce sont des évidences. C’est en cela que demeure la philosophie de la vie. Ne dites jamais je ne peux pas. Ce verbe a trois degrés inférieurs et trois degrés supérieurs : je ne peux pas, tu ne peux pas, il ne peut pas sont les degrés inférieurs ; je peux, Seigneur qui es au-dessus de moi, tu peux, l’Esprit peut, sont les degrés supérieurs. Tout comme les poulies vous permettent de descendre des objets lourds, elles vous permettent aussi de hisser des objets lourds. Souvent le mari fait descendre sa femme en lui disant : « Puisque tu es bonne, hisse-toi en haut ! » ; et la femme agit de même envers son mari. Mais ils doivent faire exactement l’inverse, tous deux doivent s’entre-aider pour se hisser en haut. La femme craint de hisser son mari en haut de peur qu’il ne revienne pas. Il y a la même probabilité qu’il ne revienne pas d’en haut que d’en bas. Les hommes ne doivent pas craindre de perdre leurs femmes, les femmes non plus ne doivent pas craindre de perdre leurs maris. L’être humain est homme et femme en même temps ; s’il a un mental et un cœur, il porte en lui l’homme et la femme.

Tendez vers les méthodes du Nouvel Enseignement pour résoudre convenablement les problèmes de votre vie. Ne pensez pas que vous pouvez agir comme bon vous semble sans assumer les conséquences de vos actes. Si vous êtes affligés, ne cherchez pas de coupable, mais dites-vous : « Pour le Seigneur, je peux transformer l’amertume en douceur. » Pour le Seigneur la femme peut élever son mari et ses enfants ; et le mari de même. Une femme qui attend de son mari qu’il la nourrisse et l’entretienne ne peut pas l’éduquer. Une mère qui élève ses enfants avec l’idée qu’ils l’entretiendront une fois vieille, ne peut leur insuffler rien de bon. Ces fils et ces filles marcheront sur l’ancien chemin, ils vont détrousser leurs parents sans se préoccuper d’eux. Comme les parents sont étroitement liés à leurs enfants, c’est d’abord eux qui peuvent leur donner un exemple de la vie nouvelle, c’est eux qui doivent d’abord les familiariser avec les grands principes de la vie. S’il y a des désaccords entre un homme et une femme à la maison, leurs enfants seront nécessairement maladifs. Les enfants sont bien portants et bien éduqués lorsque la mère et le père vivent en harmonie et en accord entre eux. S’il n’y a pas d’harmonie entre eux, aucun médecin, aucun pédiatre ne peut venir en aide aux enfants. Appliquez les principes du Christ dans votre vie personnelle, familiale et publique non pas pour vos intérêts matériels et personnels, mais pour améliorer votre vie et celle de vos proches. Si quelqu’un vient me demander comment régler ses affaires et ses finances personnelles, je ne lui donnerai aucun conseil. Mes conseils sont pour ceux qui veulent progresser mentalement et spirituellement et élever leur âme.

« Tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Faites, vous aussi, du bon vin nouveau, car il est nécessaire pour la vie d’aujourd’hui. Seul le bon vin peut libérer l’homme de la mort. Que représente la mort ? L’asservissement. Donc, la mort, le mal, la souffrance asservissent l’être humain. C’est un grand art de transformer le mal en justice, la souffrance en joie et la mort en vie. Qui n’a pas acquis cet art considère que les hommes sont mauvais. L’homme dit que sa femme est méchante, il veut se libérer d’elle ; la femme dit que son mari est méchant, elle veut se libérer de lui. L’homme pense qu’il va se libérer de sa femme en la quittant ; et la femme pense de même. L’homme se libère de sa femme seulement s’il ne pense pas à une autre femme ; il travaille alors sciemment sur lui-même pour s’élever ; s’il pense à une autre femme, il n’acquiert rien de nouveau. Il doit aussi sortir de lui-même, de sa personnalité et penser à ce qui est sublime. C’est le seul moyen pour lui de comprendre que l’homme n’est pas assujetti à sa femme ni la femme à son mari, et d’accomplir ce à quoi il est destiné. L’être humain est libre, mais l’animal aussi est libre. Les mauvais comportements des humains avec les animaux sont la cause de maladies diverses. Soyez attentifs et bons envers les animaux.

Remplissez vos récipients d’eau pure, invitez le Christ, ses disciples et sa mère à assister à votre mariage. Lorsque l’ordonnateur du mariage, c’est-à-dire votre pensée boira du bon vin, alors vous comprendrez le sens du Nouvel Enseignement que le Christ prône depuis deux mille ans. Boire du bon vin vous rend joyeux, gais et puissants. Seul le puissant peut vaincre et surmonter les difficultés. Seul le puissant résistera jusqu’au bout. Il est dit dans les Écritures : « Bienheureux les faibles d’esprit. » Le mot faible ne désigne pas quelqu’un d’inférieur. Le faible est puissant pour le bien et le sublime dans le monde, mais non pour le mal.

Je vous souhaite d’appliquer désormais l’art du Christ de transformer l’eau en vin, d’accueillir le Nouvel Enseignement et avec lui la vie nouvelle. Ne vous découragez pas de la vie terrestre car elle vous apporte l’expérience. Depuis des milliers d’années l’être humain descend sur Terre pour accumuler du savoir et de l’expérience. Un jour, lorsque les leçons terrestres s’achèveront, Dieu dira : « Il est temps que mon fils quitte la Terre et revienne à mes côtés. » Le vieux prétend qu’il ne peut pas apprendre. Il n’y a pas de vieux sur Terre. Nous distinguons deux catégories d’êtres humains : les vieux et les sages qui appliquent le bien et les vieux qui servent le mal. Lorsque vous vous regardez dans la glace et vous dites que vous êtes vieux, la raison se cache dans les mauvaises pensées et sentiments qui vous animent. Les pensées et sentiments élevés rajeunissent ; les mauvais pensées et sentiments durcissent et vieillissent ; un tel individu est condamné à mort. Si vous voyez une branche d’arbre dure, c’est qu’elle se dessèche ; tant que les branches sont souples et élastiques, nous disons qu’il y a de la vie en eux. Le Christ est mort, mais trois jours après Il a ressuscité.

Par conséquent, si les parents veulent que leurs enfants vivent plus longtemps sur Terre, ils doivent faire régner l’ordre et l’harmonie entre eux. Si vous voulez que vos proches vivent plus longtemps sur Terre, vos rapports avec eux doivent être harmonieux. Le sublime, c’est-à-dire le divin en l’humain, c’est le Christ que nous crucifions à chaque instant. Tant que le Christ est en vous, transformez le noir en blanc, le mal en bien, la perte en gain. Si vous avez une perte aujourd’hui, ne vous découragez pas, mais dites : « Dieu est bon, il me donnera un gain demain. » Lorsque quelqu’un de vos proches meurt, ne soyez pas affligé car il reviendra sur Terre. L’homme meurt pour refleurir de nouveau ; il se ressème pour s’anoblir. Dans tout ce qui se passe autour de vous et en vous, discernez le puissant bras divin qui œuvre partout.

« Tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Si votre vin fermente, sachez qu’il vient de la Terre. Le bon vin qui ne fermente pas vient du Ciel. Que faut-il faire avec le vin fermenté ? Le faire bouillir. C’est ainsi qu’il faut prêcher aux gens d’aujourd’hui pour qu’ils sachent qu’il y a un vin qui ne fermente jamais.

Regardez cette journée : l’horizon est clair à l’est sans le moindre nuage dans le ciel. Ceci montre que tout ce que je vous dis est réalisable. Le Soleil dit : « Ouvrez les fenêtres de votre pensée et de votre cœur et votre vie se transformera. » Aujourd’hui des milliers de personnes meurent sur les champs de bataille pour renaître. Le Nouvel Enseignement prépare de nouvelles conditions pour la venue d’êtres bons, doux et intelligents.

Lisez les chapitres 20 et 21 de l’Apocalypse pour voir ce que le Seigneur prépare pour l’humanité. Je prêche à présent aux Bulgares, car Dieu a décidé de les bénir. Tous s’amélioreront, deviendront bons. Tous les prêtres, prédicateurs, professeurs, mères et pères révéleront le bien en eux et parleront un même langage. Le Seigneur dit : « La Bulgarie sera bénie ! Le temps montrera si je dis vrai ou non. Vous serez tous porteurs du nouvel enseignement dans le monde ; Dieu en a décidé ainsi, et ce qu’il a décidé est immuable. Ne vous découragez pas et soyez reconnaissants de ce que Dieu vous a donnés. Chaque année Il vous donnera encore plus. Il vous donnera du vin nouveau qui ne vous enivrera pas. « Qu’adviendra-t-il de la Bulgarie ? » De grands bienfaits se déverseront sur la Bulgarie que tous doivent accueillir de bonne grâce. S’ils ne l’acceptent pas de bonne grâce, ils l’accepteront de force, mais Dieu ne changera pas sa décision. Que font les mères avec les enfants têtus ? Pour leur faire accepter la grâce, le bien qu’elles leur veulent, elles leur donnent une correction.

Rentrez maintenant chez vous et apportez partout le Nouvel Enseignement. Lorsque vous n’êtes pas contents de vous, ne dites pas que vous êtes mauvais, mais dites : « J’ai vidé mon cœur pour devenir meilleur ; j’ai vidé ma tête pour y mettre le nouveau et devenir plus intelligent. » Ainsi doit agir celui qui va à un mariage. Il sera habillé avec de nouveaux vêtements propres. Si quelqu’un dit qu’il est vieux, il est sur le chemin du rajeunissement ; si quelqu’un dit qu’il est jeune, il est sur le chemin de la maturité. Dieu a décidé de rajeunir les vieux et de rendre les jeunes bons et intelligents.

Ainsi, si quelqu’un vous demande en quoi consiste le Nouvel Enseignement, vous direz : « Le Nouvel Enseignement a pour but de transformer l’eau en bon vin qui ne fermente jamais. » Que signifie le mot vin[3] ? La lettre v signifie l’union de l’âme humaine à Dieu. La lettre i signifie la descente de l’être humain vers les souffrants pour les secourir et se hisser ensuite de nouveau vers Dieu. La lettre n symbolise la réconciliation des contradictions de la vie. La lettre o signifie la mise à profit des conditions divines qui sont déposées en l’être humain.

Sofia, 4 août 1918

Traduction par Bojidar Borissov


[1] Perfection s’écrit en bulgare : съвършенство

[2] Les mots plénitude (пълнота) et fruit (плод) commencent par la même lettre п (p)

[3] Vin s’écrit вино en bulgare (vino)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites