Ani

XX. L’attitude envers la souffrance

1 message dans ce sujet

L’ATTITUDE ENVERS LA SOUFFRANCE

C’était un de nos repas en commun préparés sur le pré d’El Shadaï. Nous formions un cercle et le Maître comme d’habitude se trouvait près de la clôture en pierre. Le cercle est un beau symbole qui nous a toujours réuni et nous étions soudés et unis par le sentiment de la fraternité- notre grand idéal-. A la fin du repas, un des thèmes de la conversation fut l’attitude à adopter face à la souffrance.

L’un de vous souffre pour une chose, l’autre pour autre chose, et ils viennent me voir pour se plaindre. Si les conditions sont difficiles je sais qu’il faut les améliorer pour qu’elles s’améliorent. Le chagrin est bénéfique, et la joie l’est doublement. Elargissez votre cœur! Vous êtes dans un monde plein d’étoiles – tout est organisé pour que vous disposiez gratuitement de tout. Si vous êtes découragé, sachez qu’il y en a d’autres qui vous découragent. Vous devez vous en débarrasser. Dites à ces esprits: „Je suis occupé, laissez-moi tranquille!” Lisez chaque matin trois versets de l’évangile de Jean et tout s’arrangera. Réglez vos comptes, et perdez vos illusions. Cela n’est pas un problème si Celui qui vous a accordé des milliers de bénédictions vous a aussi envoyé une difficulté à surmonter. Un prêtre m’a dit: „Quand je commence à remercier pour les souffrances, elles disparaissent.” Quand vous commencez à aimer les souffrances, elles disparaissent. Quand vous commencez à aimer la maladie, elle disparaît. Quand une souffrance survient, nous devons remercier, mais cela ne veut pas dire que nous devons nous résigner. Non, nous devons la combattre, mais tant qu’elle nous opprime nous devons remercier et savoir qu’elle nous éduque, nous éveille et nous purifie. Le but de l’existence n’est pas la souffrance, la torture, le chagrin, mais la santé, la joie, l’harmonie, la beauté et la liberté. Quelqu’un pourrait me questionner: „Alors, la vie ne serait-elle pas mieux sans souffrance? Ne pourrait-on pas s’en passer?” Je peux répondre ainsi: premièrement, on peut s’en passer si on est pur. Si vous n’êtes pas pur, vous vivrez dans l’angoisse. La souffrance viendra alors comme une conséquence pour vous purifier. Deuxièmement, on peut se passer de la souffrance si on ne fait pas d’erreurs, si on n’enfreint pas les lois divines de la nature. A la moindre désobéissance, la souffrance survient pour vous apprendre à ne pas faire d’erreurs. L’infraction à la moindre des vertus mène à la souffrance qui vient pour vous éduquer. Troisièmement, vous pouvez éviter la souffrance, si vous avez une conscience éveillée, si votre organisme est sensible au nouveau, aux idées divines qui arrivent des régions célestes. Mais si vous vous êtes endormi, si votre organisme est grossier et insensible aux idées célestes, la souffrance aura pour but de le purifier, de l’affiner pour qu’il devienne plus sensible aux idées sublimes qui sont utiles pour votre évolution, pour votre renaissance.

A l’avenir, la souffrance disparaîtra pour toujours. Quand? Quand l’homme se soumettra aux trois premières conditions mentionnées plus haut.

Chaque nouvelle idée dans l’homme vient du soleil. Mais l’organisme humain n’est pas assez sensible pour recevoir ces messages solaires, c’est pourquoi lorsqu’il est décidé que l’homme doit expérimenter telle nouvelle idée, il passe d’abord par la souffrance pour que son système nerveux et son organisme soient purifiés et deviennent sensibles.

C’est pourquoi une loi dit que la naissance d’une nouvelle idée dans l’homme est précédée par la souffrance.

Un frère demanda: „Est-ce une loi pour l’éternité? L’homme passera-t-il toujours par la souffrance pour recevoir une nouvelle idée?

Non. Cette loi n’est valable que pour la période actuelle du développement humain, pour notre époque. Dans l’avenir quand l’organisme humain sera plus subtil, l’homme sera capable de recevoir les nouvelles idées, sans le stade préliminaire des souffrances. C’est le cas des anges maintenant. Et Jean a parlé exactement de cet état dans l’évangile: „Il essuiera chaque larme de vos yeux.” Un peintre expose un tableau génial unanimement admiré, mais les gens ignorent ce petit secret: le peintre a traversé une grande crise intérieure, il a beaucoup pleuré et c’est au milieu de la nuit la plus désespérée que l’idée de cette peinture a surgi comme l’éclair et qu’elle est née en lui.

Après l’interprétation de quelques chants le Maître ajouta:

Quand vous formulez un souhait, prononcez la formule suivante:

„Par la foi que je vis, que l’harmonie divine pénètre les désirs de mon cœur.”

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant