Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

DEMEURER

1 post in this topic

Screen Shot 2018-06-13 at 5.31.24 PM.png

DEMEURER*

 

Je lirai seulement trois versets de l’Évangile. Ils expriment le présent et l’avenir de l’homme.

« C’est la vie éternelle de Te connaitre Toi le Seul Vrai Dieu et le Christ que Tu as envoyé. »

« Si mes paroles demeurent en vous et si vous demeurez en Moi, Mon Père et Moi nous viendrons et nous ferons notre demeure en vous, et Moi, Je me manifesterai à vous. »

« Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. »

Les trois versets se rapportent à la voie, à la vérité et à la vie. Si la voie ne mène nulle part, si la route se trouve fermée, comment pourrions-nous y marcher ? La route désigne les conditions nécessaires pour avancer. Mais tout mouvement est impossible s’il n’existe pas dans l’homme un mouvement intérieur, une chaleur, un élan intérieur et une force qui l’aide à se mettre en route. C’est dans la voie que se trouve le sens de la vie.

Qu’est-ce que le sens ? Une nourriture a un sens pour vous lorsqu’elle vous est agréable, lorsqu’elle vous donne de la joie. La lecture d’un livre a un sens lorsqu’elle vous apporte une joie. La lecture d’un livre dans une langue qui vous serait étrangère et incompréhensible serait dénuée de sens. La vie n’a pas de sens pour celui qui n’a pas encore compris l’amour dans ses formes les plus simples. Sans pouvoir apprécier la vie terrestre, comment sauriez-vous apprécier la vie céleste ? 1

Nous pouvons dire que la vie terrestre est le bouton, la vie angélique la fleur et la vie céleste le fruit mûr. Vous dites : « Je désire le fruit ! » Mais, sans passer par la forme d’une fleur, un fruit ne pourra devenir un fruit. Et une fleur ne pourra être une fleur sans avoir été d’abord un bouton. Une certaine force est répartie dans le bouton et dépensée dans la fleur. La fleur est un langage. Lorsqu’une plante fleurit, elle parle. Le parfum d’une fleur est son langage. II y a des plantes dont le parfum est plus suave, plus agréable. Nous croyons que le parfum d’une fleur est sans contenu, mais c’est toute une poésie semblable à la poésie d’un poète. Si vous ne comprenez pas la langue dans laquelle est écrit un poème, il n’a pas de sens pour vous ; si vous la comprenez, vous y trouverez un sens ; tout comme une formule mathématique a un sens pour un mathématicien et n’en a pas pour d’autres gens.

Nous devons nous débarrasser d’une compréhension mécanique de la vie. Nous croyons que la vie peut être déversée dans un être. La vie ne peut être versée de nulle part dans un être. Il y a des choses qui peuvent être versées dans un homme, mais ce n’est pas la vie. Tout comme le pétrole peut être verse dans une lampe, mais ce n’est pas encore la lumière. La lumière ne vient qu’après. Tu dois posséder le savoir pour transformer le pétrole en un état gazeux et le gaz obtenu, en lumière.

Trois amorces sont nécessaires : une est l’amour, l’autre est la sagesse et la troisième, la vérité. L’homme qui n’a pas appris à allumer selon ces trois principes ne peut saisir ni la vie, ni la connaissance, ni la liberté.

L’homme qui comprend l’amour devient immortel.

L’homme qui comprend la sagesse devient parfait.

L’homme qui comprend la vérité devient libre.

Quelqu’un dit: « Je désire la délivrance. » Tu devras faire beaucoup d’efforts pour te libérer. II est très facile, mais il est aussi très difficile de se libérer. Sans parvenir à la compréhension de l’amour et de la sagesse, tu ne comprendras pas la liberté ; si tu ne comprends pas l’amour, tu ne sauras pas ce que sont les douces paroles de la vie. Le contenu des choses se découvre par l’amour ; même sur le plan matériel, lorsque nous prenons connaissance d’une pomme, nous le faisons par la loi de l’amour. La douceur est une expression de l’amour. Meilleure sera notre compréhension de l’amour, meilleure sera la saveur. La douceur ne se trouve pas seulement dans la pomme, il existe aussi des pensées et des comportements qui possèdent la douceur. Parfois, un homme vous regarde d’une telle façon que vous en ressentez un agrément durant toute une journée. Ce regard contenait en lui de la douceur. Un autre vous regarde et son regard est coupant comme la lame d’un couteau.

Les hommes actuels ont peur de la mort. Savez-vous pourquoi ? Parce qu’aux limites du monde physique se trouvent des esprits de la plus basse espèce. Ce sont des brigands, des voyous. Ils vous prennent tout ce que vous avez. Comme vous êtes déjà passé maintes fois par cette région, vous cherchez un autre chemin. Si vous ne voulez pas être dépouillés de tout, vous devez avoir servi l’amour. Si vous voulez ne pas être dépouillés, vous devez avoir servi la sagesse. Si vous ne voulez pas être dépouillés, vous devez avoir servi la vérité. Sans quoi on vous enlèvera tout selon toutes les règles. Et alors, selon les dires des Hindous, vous reviendrez d’où vous étiez parti. Celui qui a été dépouillé doit revenir pour rassembler de nouvelles richesses. Pour passer dans l’autre monde, il faut être porteur de quelque chose. Si un fils qui est parti pour apprendre revient sans connaissance, à quoi lui a servi de partir ?

Lorsqu’un jeune homme aime une jeune fille, il l’aime pour trois raisons. Si la jeune fille ne contenait pas dans son âme les qualités de l’amour, les qualités de la sagesse et les qualités de la vérité, personne ne pourrait l’aimer.

« Ceci est la vie éternelle de Te connaitre Toi le Seul Vrai Dieu et le Christ que Tu as envoyé. » - C’est cela le début de l’amour.

« Si mes pensées demeurent en vous et que vous demeurez en moi, Mon Père et Moi nous viendrons et nous ferons notre demeure en vous et Moi, Je me manifesterai à vous. » - Cela est la sagesse.

« Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. » - Cela est la vérité.

Lorsque le sens de ces trois versets sera compris, même encore seulement d’une façon élémentaire, ce sera le début de la nouvelle connaissance. Pour apprendre une nouvelle langue, vous devez d’abord posséder l’ouïe. Si vous voulez étudier une langue écrite, vous devez connaitre son alphabet, les lettres et les signes dont il est constitué. Dans le monde divin, tout est réel.

Quelle est la particularité de la langue divine ? Si vous savez prononcer un mot dans cette langue, il se réalise à l’instant même ; le fruit y mûrit en un instant. C’est dans le monde divin que mûrissent les fruits. Vous ne serez pas mûrs, vous ne parviendrez pas à une réalisation avant que votre parole ne rentre dans le monde divin. Je ne parle pas du corps, le corps n’y rentre pas.

Vous dites parfois : « Je connais cet homme. » - Comment est-il ? - « Il est bon. » - À quoi reconnais-tu un homme bon ? -« Sa raison est lumineuse et excellente. » Ce que vous n’arrivez pas à décrire est réel. Ce que vous ne parvenez pas à déterminer est réel. Le langage divin, le monde divin ne peuvent être que ressentis. Le monde angélique n’est pas perçu seulement par la vue. Le monde humain est un monde de mouvement. Pour être un homme, vous devez pouvoir marcher. Allez vous rendre visite ! -C’est le monde humain. Et alors, de quoi parlerez-vous ? - Dans les conditions actuelles, vous parlerez de bombes, du pain, de ceci et de cela. Le monde humain est le monde de la liberté. C’est là que vous commencez à étudier la première lettre de la liberté.

Des obstacles existent dans le monde qui empêchent de comprendre l’amour, la sagesse et la vérité. Supposez que vous alliez voir un ami malade en lui apportant une belle pomme, une bonne nourriture, avec la meilleure volonté de le faire un peu manger. Mais votre ami vous répond : « Je suis incapable de manger. » Vous lui apportez un beau livre, intéressant et il vous dit: « Je ne peux pas lire. » Vous êtes venu le prendre en voiture et il vous dit: « Je ne peux pas bouger de ma place. »

Je dis : les hommes actuels vivent dans un monde où dès qu’ils tombent amoureux, ils deviennent malades. Ce que les hommes appellent amour, n’est qu’une maladie de l’amour. Ils rentrent sains dans l’amour, ils en sortent malades en disant: « Ce n’était pas pour moi ! » C’est par amour pour leur patrie que les hommes tombent sur le champ de bataille. C’est par amour pour l’argent qu’ils peinent toute leur vie afin de s’enrichir. Et lorsqu’ils arrivent à en avoir, ils le laissent aux autres en disant: « Qu’ils s’en servent. » Comment les autres pourraient-ils se servir de ce qui ne leur a servi à rien ? C’est tout comme si un professeur disait à ses élèves : « Moi je ne le comprends pas, mais vous, vous le comprendrez. »

La première chose qui doit être bien comprise dans l’amour, c’est la chaleur. Sur terre, ni la vie humaine, ni l’amour ne peuvent se manifester sans la chaleur. Si nous possédons le bon thermomètre, nous pouvons déterminer le degré de l’amour d’un homme. Quelqu’un me dit qu’il m’a pris en affection. Je vais lui mettre mon thermomètre sous l’aisselle et je vais mesurer sa chaleur. Brûler n’est pas aimer : brûler c’est se torturer. Ce pourquoi tu te tortures n’est pas l’amour, c’est l’absence d’amour.

J’ai lu dans bien des livres, des histoires d’un amour dérobé. Tous pensent qu’on peut leur prendre leur amour. La seule chose de la vie qui ne peut vous être volée, c’est l’amour. Tout le reste peut l’être, l’amour jamais. Les seules choses qui ne peuvent être volées sont celles qui proviennent de l’amour, de la sagesse et de la vérité. Tout le reste peut être dérobé.

Je ne sais pas comment vous entendez le mot: vol. Souvent, les gens s’embrouillent dans des concepts. Ainsi souvent, on dit d’un homme secret qu’il est menteur. La discrétion n’est pas encore le mensonge. Un mensonge est la seule chose qui n’ait pas de contenu. Le mensonge n’a ni contenu ni aucune valeur. C’est quelque chose de redoré. Parfois, on redore le mensonge avec l’amour, parfois avec la sagesse ou avec la vérité. Celui qui voudra vous mentir vous parlera de l’amour, de la connaissance, de la liberté. On ne parle pas de l’amour. On ne parle pas de la sagesse. On ne parle pas de la liberté. Là, on se tait. Une poêle parle-t-elle ? Sans qu’elle vous dise rien, vous savez si elle est chaude ou froide.

Je peux vous faire des cadeaux. Je peux vous donner même la Lune, mais quel en serait votre profit ? Je peux vous offrir des planètes et le soleil, mais à quoi cela vous servirait-il ? Supposons que je vous offre le soleil. Que feriez-vous en y arrivant ? Les êtres qui y demeurent sont plus forts que vous, ils possèdent l’amour, ils ont plus de connaissances que vous. Il serait ridicule d’y arriver avec votre titre de propriété pour devenir leurs seigneurs. Parfois, vous vous trouvez dans une situation semblable. Vous dites : « Je l’aime. » et vous tendez votre titre de propriété, vous désirez le posséder. Lui, c’est le soleil. Comment le possèderiez-vous ? L’amour est ce qu’on ne peut pas s’approprier. La sagesse est ce qu’on ne peut pas s’approprier. La vérité est ce qu’on ne peut pas s’approprier. Ils ont une indépendance absolue. Il faut vous délivrer de votre erreur.

Souvent, vous vous demandez : « Comment ce fait-il que le Christ n’entre pas dans ma situation et ne participe pas à ma souffrance. » Je vous demande : avez-vous souffert comme le Christ ? Pas un seul parmi vous n’a sué le sang comme le Christ. Mais le fait que le Christ ait souffert n’est pas encore l’amour. Ce fait démontre les énormes obstacles qui empêchent l’acquisition de l’amour. Immenses sont les obstacles sur la route de l’amour.

Quelque part aux États-Unis, un fermier possédait une grande propriété qui était recouverte d’une croute de pierres. Rien n’y poussait. II était prêt à la quitter lorsqu’un savant y vint et lui dit qu’à vingt-cinq centimètres de profondeur sous cette croute se trouvait une terre très fertile. Lorsqu’on eut enlevé la croute, la terre fertile apparut.

Supposez que vous veniez chez Dieu et que vous Lui disiez que vous L’aimez, que vous êtes prêts à tout faire pour Lui. Le Seigneur, qui sait tout, vous regardera sans rien dire et vous donnera un petit travail à accomplir pour voir comment vous L’aimez. Lorsque vous vous trouvez dans une école et que vous dites à votre maitre que vous l’aimez, vous devez faire quelque chose pour le prouver ; vous devrez bien apprendre les matières qu’il enseigne. Si c’est un maitre qui enseigne la musique, vous devrez connaitre au moins un chant. S’il s’agit d’acquérir le savoir, il vous faudra bien connaitre au moins un livre. Si c’est la lumière que vous aimez, il vous faudra savoir ce qu’elle est et pouvoir parler avec elle.

J’ai souvent dit qu’un homme doit savoir parler avec la lumière. Vous avez des douleurs dans le dos, exposez votre dos au soleil, pensez à la lumière, à son contenu et votre douleur disparaitra. Tout dérangement de l’intellect provient d’un manque de lumière. Toutes les maladies du coeur proviennent d’un manque de chaleur. Toutes les souffrances de l’âme proviennent d’un manque de vérité. Si vous êtes prêt à tout faire pour la vérité, vous êtes un homme riche. Si quelqu’un arrive chez vous et vous dit la vérité, vous serez prêt à faire tout ce qu’il voudra. Si c’est la sagesse que vous aimez, vous ferez tout ce qu’elle exige de vous. Mais si c’est l’amour, tout ce que vous pourrez faire, c’est de l’aimer. Quand vous l’aimerez, vous aurez la vie en vous. L’amour est la seule force qui soutient la vie.

II est dit: « Ceci est la vie éternelle de Te connaitre Toi le Seul Vrai Dieu et le Christ que Tu as envoyé. » - La vie éternelle, c’est connaitre l’amour. II n’est pas nécessaire d’aller dans l’autre monde pour connaitre l’amour. Nous nous trouvons déjà dans cet autre monde. Nous nous trouvons simultanément dans le monde divin, le monde angélique et le monde humain. Avec notre intellect, nous nous trouvons dans le monde divin, avec notre coeur, nous nous trouvons dans le monde angélique et avec notre âme, nous nous trouvons dans le monde humain. C’est avec votre âme que vous servez les hommes.

Le Seigneur désire ce qui est à Lui. II ne dit pas : donne-moi ton intellect, donne-moi ton âme, II dit: « Mon fils, donne-moi ton coeur. » Et le Christ a dit: « Mon Père, dans Tes mains je remets mon Esprit. » Le propos : « Mon fils, donne-moi ton coeur » se trouve à maint endroit dans la Bible. Le coeur de l’homme doit passer par le divin pour se purifier. Sinon il restera impur. S’il est impur, toute chose restera incomprise. Seules la lumière et la vérité peuvent purifier le coeur de l’homme. La pureté n’est pas la même chose que la sainteté. La sainteté est une qualité de l’intellect, la pureté une qualité du coeur et la liberté une qualité de l’âme. II est dit dans les Écritures : « Dieu a soufflé le souffle de la vie dans les narines de l’homme et celui-ci est devenu une âme vivante. » Vivre, c’est être libre. La première étape de la liberté, c’est la vie.

Les hommes de ce temps désirent être aimés. Dieu, qui nous a créés, nous a déjà aimés. Maintenant, c’est à nous d’aimer ; mais nous sommes là, à nous dire : « Pourvu que quelqu’un nous aime. » Le fait que tu te trouves incarné sur la terre signifie que Dieu t’aime. Maintenant, tu dois manifester ton amour envers Dieu. Si les hommes ne le comprennent pas, leur vie actuelle perdra son sens. Ils attendent celui qui les aimera. Dieu t’aime et te donne une infinité de biens : tu es libre, tu respires et l’air pur entre dans tes poumons, tu entends et les sons les plus beaux entrent dans tes oreilles, les meilleurs parfums pénètrent dans tes narines et la meilleure nourriture entre dans ta bouche. Dieu t’a donné la liberté d’aller où tu veux. Que désires-tu encore ?

La loi est la suivante : un homme qui désire beaucoup de choses vit dans ce qui est humain. Les gens désirent beaucoup de choses. Regardez un enfant : même lui, il veut beaucoup, il ne se contente pas de peu. Les anges désirent aussi beaucoup, mais ils se contentent de peu. Dieu désire le moins. Vous ne pourrez pas saisir l’amour, si vous ne voulez pas ce qui est le plus petit.

On parle de l’amour humain, angélique et divin. Je vous le traduirai par une image. Si vous vous trouvez dans l’amour divin et que vous apercevez, à une distance de cinq-cents mètres, un homme que vous aimez, ne fusse que son dos ou sa tête, vous serez heureux toute la journée. Dans Г amour angélique, un seul sourire venant de sa part vous rendra heureux. Dans l’amour humain, vous lui serrerez la main, vous le toucherez. Mais, en prenant sa main, vous vous apercevrez qu’elle est froide et en lui parlant vous verrez que sa langue est mauvaise. Tout le monde trébuche lorsqu’il s’agit de l’amour humain.

Les anges sont beaux. Un homme qui n’est pas beau n’est pas un ange. Pour être un ange, il faut que vous soyez beau. Pour accéder au divin, vous devez savoir vous contenter de la plus petite chose. On vous donnera un morceau de sucre et toute une journée, vous le porterez et vous vous en réjouirez. Comme je l’ai vu faire à des enfants : donner un coup de langue à son morceau de sucre, le mettre dans sa poche, s’en réjouir et recommencer ensuite.

Qu’avez-vous acquis jusqu’ici ? Vous avez été jeune et beau, mais un jour, vous vous regardez et vous voyez que vous avez vieilli. Vous avez aimé et vous avez été aimé par tout le monde, mais un jour arrive où plus personne ne vous aime. Les amis, les fils, les gendres disent: « Il est vieux, que le Seigneur le prenne, qu’il parte ! » Il n’y a pas de plus grande souffrance.

Je veux, maintenant, vous insinuer la pensée de devenir riches, car vous êtes riches. Personne ne peut vous donner une plus grande richesse. Ce n’est pas un savoir que je vous transmets, vous avez beaucoup de connaissances, beaucoup de bibliothèques, beaucoup de livres, beaucoup d’ouvrages scientifiques, mais vous ne savez pas les utiliser. Vous avez beaucoup de liberté et pourtant vous êtes liés comme les hannetons sont parfois attachés par les enfants. Le hanneton s’envole et comme il est attaché par les pattes, il retombe sur le sol. Vous voulez être libre, mais un enfant vous a attaché par les pieds. Vous essayez de vous envoler, mais vous retombez sur le sol : vous êtes attaché, un enfant joue avec vous. Vous êtes amoureux, mais on vous a lié et vous vous tourmentez toute la journée. Vous êtes riche, vous avez de l’argent, vous avez tout, mais vous vous attachez à l’argent et vous dites : « Je ne vais pas sortir aujourd’hui de ma maison pour ne pas être volé, pour qu’on ne s’empare pas de ma caisse. »je vous demande : l’argent a-t-il besoin d’être gardé ? La seule chose qui ne connaisse pas l’amour, mais qui connaisse tout le monde, c’est l’argent. Il lui est bien égal d’être dans la poche d’un gitan ou dans celle d’un roi.

Ne vous leurrez plus en ce qui concerne l’amour ! Il y a quelques années, un jeune homme est venu me trouver en me disant: « Je désire aimer quelqu’un. » Je lui ai demandé : pourquoi n’aimerais-tu pas ton père et ta mère qui t’ont donné la vie ? Il m’a répondu : « Ce sont des gens incultes et je supporte mal le caractère de ma mère. » - « Neuf mois ta mère t’a porté avec amour ! Si tu n’aimes pas ta mère, tu ne pourras aimer personne ! » Un homme qui n’aime pas Dieu ne peut aimer personne.

Quelqu’un dit: « Je t’aime. » Je sais comment on m’aime. Si j’étais une poule, on viendrait m’attraper un soir, me pendre par le cou, me couper la tête, me plumer et me rôtir. Si j’étais une pomme, je sais encore comment on m’aimerait. Que faites-vous avec les choses que vous aimez ? Celles qui servent d’aliments, vous les mangez. Une bête de somme, vous la montez. Ce qui brule, vous le mettez au feu. Vous brulez le bois et vous appelez cela amour.

« Ceci est la vie éternelle de Te connaitre Toi le Seul Vrai Dieu et le Christ que Tu as envoyé. » - La vie éternelle c’est de voir au loin se lever le soleil de la vie et de s’en réjouir. De s’en réjouir encore lorsqu’il monte au zénith. Lorsqu’il se couche, c’est l’amour humain. Or, vous vous en réjouirez encore.

Dans les conditions actuelles, vous vous demandez : « Qui peut nous sauver ? » Vous êtes tous à attendre que la liberté arrive. Qui peut libérer les gens ? Seul, Dieu libère.

Qu’il est difficile de comprendre la vie ! Les hommes de cette époque ne vivent pas la vraie vie, ils vivent la vie d’un passé millénaire. Vous êtes parfois mécontent et vous voulez vous venger : c’est la vie ancienne, avec des concepts anciens. Dieu est Amour, tout dans le monde est beau et bien fait, mais vous êtes mécontents. Cela aussi appartient au passé. Vous avez été riches, mais on vous a pris vos richesses. Vous avez eu des connaissances, mais vous les avez perdues. Vous avez eu une bonne mémoire et aujourd’hui, vous oubliez. Vous avez été fort, mais vous sentez aujourd’hui que vos forces vous quittent. Où sont parties vos forces ? Tout cela ce sont des erreurs du passé.

<•< Ceci est la vie éternelle de Te connaitre, Toi, le Seul Vrai Dieu et le Christ que Tu as envoyé. » - La vie éternelle c’est de vous libérer de toutes les erreurs du passé et de parvenir au nouveau que Dieu donne. II veut que nous comprenions la vie qu’Il nous a donnée.

Ainsi, si vous avez pu donner un verre d’eau à un homme, réjouissez-vous toute la journée de cette petite chose que vous avez pu accomplir. Si vous avez pu donner un fruit, réjouissez-vous d’en avoir eu l’occasion. Si vous avez pu rencontrer un homme et lui dire un mot plein de bonté, réjouissez-vous toute la journée de l’avoir rencontré. Cela est servir Dieu.

Maintenant, pour comprendre l’amour, cherchez ce qui est le plus petit. Dans le monde, c’est le Seigneur qui donne ce qui est le plus petit et c’est Lui aussi qui donne ce qui est le plus abondant. À nous, Il a donné le plus petit, II a créé le monde. Vous dites : « Peu m’a été donné. » - Un seul grain de blé c’est peu, mais lorsqu’il est semé durant des années dans la terre, il croit, se multiplie et il donne du fruit en abondance. Ce qui est petit croit, ce qui est grand diminue.

Si tu ne possèdes pas la plus petite parcelle de l’amour, tu ne peux pas le comprendre.

Si tu ne possèdes pas la plus petite parcelle de la sagesse, tu ne peux pas la comprendre.

Si tu ne possèdes pas la plus petite parcelle de la vérité, tu ne peux pas être libre.

Soyez contents du plus petit qui vous a été donné. C’est le travail le plus difficile. Mais toi, si on te donne un grain de blé, tu le jettes en disant que tu as trop peu eu !

Posez la plus petite parcelle de l’amour dans votre coeur !

Posez la plus petite parcelle de la sagesse dans votre intellect.

Posez la plus petite parcelle de la vérité dans votre âme et vous allez acquérir la connaissance :

« Ceci est la vie éternelle de Te connaitre, Toi, le Seul Vrai Dieu et le Christ que Tu as envoyé. »

« Si mes paroles restent en vous et que vous restiez en Moi, Moi et Mon Père, nous viendrons et nous ferons notre demeure en vous et Moi, Je me manifesterais à vous. »

« Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. »

Et alors, toi aussi tu diras : « Tu es, Seigneur, la Voie, la Vérité et la Vie. Je veux marcher avec Toi sur cette voie. »

Exercice : les deux mains réunies au-dessus de la tête forment un angle aigu. Les abaisser près de la tête, puis les relever en formant un angle aigu (trois fois). Abaisser progressivement les mains de chaque cote de la tête, des épaules et du corps comme en s’arrosant avec de l’eau.

En levant les mains au-dessus de la tête on prononce : « Cela est la vie éternelle de Te connaitre, Toi, le Seul Vrai Dieu et le Christ que Tu as envoyé. »

En abaissant les mains près de la tête, on prononce : « Si mes paroles demeurent en vous et vous en Moi, Moi et mon Père viendrons et nous ferons notre demeure en vous et Je me révèlerais à vous. »

Pendant le troisième mouvement, en abaissant les mains comme en s’arrosant avec de l’eau, on prononce : « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. »

Ier entretien du Maitre, tenue le 19 mars 1944,

Martchaevo - Département de Sofia.

 

*Demeurer - le mot bulgare est un substantif: « le fait de demeurer ». On pourrait le traduire aussi par la survie, mais la racine est la même que dans la citation de l'Évangile : « Si mes paroles demeurent en vous... ». (Note du traducteur)

Screen Shot 2018-06-13 at 5.31.24 PM.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0