Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

8. Guérison par la pensée

1 post in this topic

8. Guérison par la pensée

Il est possible de guérir les maladies par la pensée. La pensée intense est en mesure de chasser la maladie de l’organisme humain.

À l’instar de la parole, la pensée est très puissante. Quand l’homme veut éprouver la force de sa pensée, il lui suffit de l’appliquer consciemment avec foi. Pour ceci la volonté est indispensable. Si l’homme arrive à croire en la puissance de la pensée, par elle il est en mesure d’accomplir des miracles, mais à condition d’avoir une volonté très puissante et déterminée. Les gens atteints de maladies terribles, incurables peuvent guérir par la pensée.

Si l’homme connaissait les lois qui dirigent la pensée, il aurait dominé toutes ses infirmités. Il n’existe pas de faiblesse que la pensée ne soit en mesure de corriger.

Ce ne sont pas seulement les êtres des autres planètes et civilisations qui exercent une influence sur la terre, mais aussi les trois milliards d’hommes**. **NDT Debut du vingtième siècle. L’ensemble des cerveaux humains agit sur la terre entière. L’énergie qui émane des cerveaux humains peut dissoudre un rocher. Si les hommes concentraient leurs pensées sur un point défini, ils seraient en mesure de faire fondre ce qui s’y trouve. Ils pourraient faire fondre tous leurs malheurs et toutes leurs maladies s’ils savaient comment concentrer leur pensée.

En état de santé, l’organisme a sa vibration particulière. Chaque différente maladie possède la sienne, mais elle affaiblit toujours celle de l’organisme. Dans ce cas la chaleur doit être augmentée. Des pensées spécifiques, la récitation de phrases et de formules sont en mesure de changer les vibrations de l’organisme. Ce but est accessible par la contemplation de belles images, de beaux paysages, du ciel étoilé qui sont de véritables remèdes. Que le découragé ou le malade observe les étoiles scintillant dans le ciel nocturne : grâce à leur lumière, il prendra du courage et fera ses premiers pas vers la guérison.

Chaque parole recèle une certaine force. Si vous concentrez votre attention sur un mot, votre cerveau va se lier à sa vibration spécifique et vous allez vous sentir vivifié ou affaibli conformément à la nature de ce mot. Il existe des paroles d’une nature telle qu’une fois prononcées, elles ne sauraient être prononcées une deuxième fois. Pourquoi? Parce que ces paroles ont une influence nocive sur le cerveau. Par exemple si vous répétez plusieurs fois : « Je vais me rendre malade », vous subirez l’effet de ces mots et il ne se passera pas beaucoup de temps avant que l’organisme ne se rende malade. Au contraire si un tuberculeux, par exemple, répète avec conviction les mots : « Je guérirai », il guérira véritablement.

L’homme peut guérir par la pensée. Plus sa pensée est forte et concentrée, plus facilement il surmontera ses maladies. Pour cela, il lui suffit de prononcer un mot. Il existe des mots dont la vibration exerce une action magique sur l’homme, mais il faut connaitre le moment exact pour les prononcer. Chaque chose doit s’accomplir à sa place et en son temps.

Les maladies sont dues à l’accumulation de substances étrangères, mais par sa pensée et sa volonté, l’homme peut les rejeter en dehors de son corps et guérir. Plus la pensée est élevée, plus elle recèle de possibilités.

Dans la science initiatique, chaque mot a sa propre clé. S’il trouve la clé du mot « santé » et qu’il le prononce trois fois, le malade guérira absolument. Vous vérifierez la force contenue dans les paroles en les prononçant comme il faut.

La pensée puissante guérit toutes les maladies. D’après les cabalistes, la pensée est en mesure de modifier les vibrations du corps humain. Lorsque l’homme est malade, ses vibrations atteignent une plus basse fréquence, mais au moyen de la pensée, il peut les intensifier et les augmenter. Le rhume, par exemple, est provoqué par certains virus qui ont élu domicile dans le nez. Si les vibrations du corps sont amoindries, ils trouvent des conditions pour leur prolifération. En se multipliant, ils irritent la muqueuse du nez et, pour se libérer de cette irritation et la rejeter, les glandes nasales sécrètent beaucoup de mucosités. L’augmentation des vibrations de l’organisme facilite et accélère le rejet des substances étrangères. Par sa pensée, l’homme peut aussi accélérer le développement d’un rhume qui, arrivé à son murissement, commencera à diminuer et à disparaitre. Un rhume ne devrait pas durer plus d’une semaine.

Sur la terre, la matière du monde physique est sous la domination de la volonté humaine, elle-même dirigée par certaines lois que vous devez connaitre pour les appliquer dans la matière, car celle-ci obéit à la pensée et par conséquent à la force de votre volonté. Par la pensée et par les efforts de la volonté, vous pourrez rejeter tous les éléments étrangers de votre organisme. Aussi longtemps que ces substances demeurent en vous, vous serez mal disposé physiquement et psychiquement. Vous pouvez obliger tous les éléments étrangers à quitter votre corps sous la forme d’un furoncle, par exemple, qui en éclatant libèrera la matière impure.

En tant que disciples, vous devriez travailler par la pensée, faire des essais, des expériences pour entrer en contact avec les forces cachées de votre organisme et les utiliser comme des moyens de guérison. L’organisme humain possède des cellules curatives dont la mission est de le guérir. Il suffit de diriger la pensée vers elles pour qu’elles entrent en action. De l’homme, il est exigé seulement une pensée positive et concentrée. Chaque pensée négative paralyse l’action de ces cellules. En résumé, l’homme qui veut guérir doit entretenir des pensées positives.

Ainsi, je vous dis que le disciple doit se concentrer, développer sa pensée, mais pas à la manière des yogis. Les moyens et les méthodes utilisés par les yogis sont nombreux, mais si vous ne les comprenez pas, vous pouvez vous rendre complètement déséquilibré et rester en dehors des lois de la Nature. Les lois de la Nature vivante et intelligente sont implacables. Les méthodes que je vous donne comportent des risques moindres pour l’intellect humain, alors que celles des yogis en comportent de grands.

La concentration doit se faire les yeux ouverts. C’est avec les yeux ouverts que vous devriez vous soigner et guérir. Pensez à vos mains, vos pieds, vos jambes et par votre mental, songez à parcourir le système nerveux, l’estomac, les intestins, toutes les parties du corps, comme un maitre qui évalue la situation dans sa propriété, qui vérifie dans quel état se trouve chacune de ses parties l’une après l’autre. C’est cela la concentration.

Quand les Hindous se concentrent, ils ne pensent pas à leur femme, leurs enfants, leurs abeilles ou à des choses secondaires, mais ils pensent au prana. Le Bulgare, lui, pense à ses veaux, à sa femme, à ses enfants et c’est pourquoi il n’a pas de bons résultats, il ne parvient pas à la concentration. Par la concentration de la pensée, vous pouvez guérir, éviter un accident soudain qui arrive sur vous comme une bombe, vous pouvez arrêter un fauve qui vous guette.

La pensée humaine est en rapport avec l’électricité naturelle de la vie. Les pensées positives attirent vers elles des forces vitales, mais quand les pensées sont négatives, ces forces vitales se dispersent, s’éloignent de l’homme et comme résultat la maladie survient. Par exemple, si la pensée de votre adversaire envers vous est très forte, elle pourrait vous rendre négatif et ainsi provoquer une maladie. La loi est la suivante : si vous tombez malade à cause de lui, cette maladie lui reviendra.

Vous pouvez envoyer vos pensées positives, vos sentiments chaleureux et vos souhaits vers un malade avec une foi absolue, sans aucune hésitation, sans le moindre doute sur sa guérison. Donc, pour guérir un homme, envoyez-lui un courant chargé de forces vitales. Quand il recevra votre pensée et votre souhait, il se sentira mieux. Dans ce genre de rapport, les bons amis représentent toujours une bonne protection pour la santé et les mauvais apportent toujours des maladies et des souffrances.

Quand la volonté intervient, vous êtes en mesure de vous guérir par vous-même. Quand la volonté participe, vous pouvez vous exposer de longues heures au froid dans des vêtements très légers sans vous rendre malade. Par la pensée l’homme peut créer autour de lui un habit chaud et magnétique dans lequel, même par le plus grand froid, il ne tremblera pas. Sans un tel habit magnétique et sans la participation de la volonté, aussi chaudement vêtu soit-il, il prendra froid.

Si quelqu’un souffre de rhumatisme, il doit le prendre bien en main, le secouer un peu et commencer à lui dire qu’il s’est trompé de chemin et qu’il doit quitter son corps. Par exemple, si le rhumatisme est dans son épaule, il faut le guider vers le coude, après vers la main et enfin le faire sortir par les doigts. Voilà comment on peut traiter les maladies sans médicaments. La pensée peut chasser chaque maladie, sa puissance d’action est forte.

Un malade qui, après sa guérison, pense consacrer sa vie à la réalisation d’une oeuvre grandiose et bienfaisante guérira en peu de temps, car cette pensée travaillera sur lui.

Si une idée donne de bons résultats et apporte la guérison, cela montre aussi que cette idée a commencé à se réaliser. Chaque idée, chaque vertu qui se manifeste et se réalise, améliore d’abord la santé de l’homme.

Les Hindous, pour guérir les plaies, savent comment recueillir le prana de la Nature et à l’aide de la pensée, ils le dirigent vers l’endroit malade qui guérit en 20 minutes au maximum.

Tant que vous vivez dans le monde de la contradiction, vous devez savoir que vous vous trouvez sous la loi de la suggestion. Personne, mortel ou immortel, n’est libre par rapport à cette loi. En sachant cela, entretenez dans votre intellect et votre coeur des pensées et des sentiments positifs pour vous libérer des multiples états maladifs qui ne sont pas les vôtres. Par exemple, si vous vous liez à quelqu’un qui souffre de son pied, vous ressentirez la même douleur que lui.

Ainsi si vous voulez avancer dans la vie, appliquez la loi de la suggestion. Quand il s’agit de vos proches, vous l’appliquez avec succès. Mais s’il s’agit de vous-même, vous ne savez pas en profiter. Par exemple, si un de vos amis se décourage et a peur d’échouer à son examen, vous commencez à l’encourager, à l’influencer et lui suggérer sa réussite, ainsi il se sent rassuré. Mais pour vous-même, dans la même situation, vous constatez que vous n’êtes pas aussi efficace. Néanmoins, apprenez à appliquer cette loi aussi bien pour vous que pour vos proches, mais toujours pour le bien. Cette loi travaille partout. Consciemment ou inconsciemment, les animaux et les hommes s’en servent. Comme des êtres intelligents, vous devez vous servir de la suggestion dans chaque instant de votre vie : pour la guérison, pour renforcer votre mémoire, pour prendre courage, pour supporter des malheurs et des souffrances, etc. La suggestion est l’arme au moyen de laquelle l’homme peut lutter contre le mal, contre les forces négatives dans le monde. Or les hommes contemporains vivent dans l’enfer.

En tant que disciple, appliquez les lois de la suggestion pour vous influencer de manière positive. Si votre mémoire est faible, travaillez avec la suggestion pour la renforcer. Si quelqu’un aime dormir beaucoup et n’arrive pas à se lever tôt, chaque soir, qu’il s’autosuggestionne pour se lever par exemple à 5 h du matin. La loi de la suggestion prend tout son sens lorsqu’on l’applique pour acquérir quelque chose de créatif, de positif, comme par exemple une qualité ou une vertu. Consciemment ou non, tout le monde se sert de la suggestion comme méthode de travail, même les animaux.

Il y a des jours et des heures où la suggestion exerce une influence nocive sur l’homme. À ce moment-là, ni lui ni les autres ne devraient l’utiliser, mais au contraire, se fermer à elle. L’homme doit se protéger contre la suggestion comme les soldats se barricadent contre les ennemis.

Si une tumeur apparait dans votre abdomen ou dans un autre endroit du corps, n’ayez pas peur. Cela montre qu’un surplus d’énergie s’est accumulé et il doit être évacué. Il faut stimuler les cellules saines qui entourent la tumeur par une pensée concentrée, forte, afin de les rendre capables de chasser cette énergie et de rétablir l’état normal. Quand il n’y a pas d’autre issue, on peut aussi procéder à une opération. Une pensée puissante et concentrée peut faire disparaitre une tumeur, quelle qu’elle soit, même en 24 heures. En mettant le malade en sommeil magnétique, en trois jours vous pouvez faire sortir la tumeur. Par la pensée on peut donc liquider n’importe quelle tumeur, mais tout dépend de la qualité de la pensée.

Pendant la guérison d’une maladie, vous devez utiliser certaines formules magiques et plus exactement durant la lune décroissante. Par exemple en cas de rhumatisme articulaire, prendre un demi-kilo de sel en morceaux, sel de mer ou sel gemme. Chaque jour se lever tôt, avant le lever du soleil mettre un morceau de sel dans un récipient rempli d’eau de source et prononcer : « Comme ce sel se dissout dans l’eau, ainsi se dissoudra et disparaitra mon rhumatisme! » Si le résultat n’est pas immédiat, répéter cette expérience pendant deux semaines tant que la lune décroit. Cependant, si le rhumatisme résiste, faire la même expérience au coucher du soleil ou la nuit sous la lune. Les expériences de ce type doivent être tenues secrètes. N’en parler à personne, pas avant d’obtenir un résultat final. L’important est que l’homme soit persévérant et tenace jusqu’à la guérison.

Si vous avez un rhume, pensez à la santé en vous disant : « Je suis en bonne santé » et le rhume vous quittera bientôt. Quand l’homme en bonne santé pense à la maladie, il l’attire. Faites le contraire, pensez à la santé pour l’attirer et la renforcer. L’intelligence éveillée, la bonté, la grandeur, la noblesse sont en mesure de combattre les microorganismes à l’origine des maladies. Prenez l’habitude de choisir et d’employer des paroles et des pensées bienfaisantes, positives. Utilisez-les comme des formules par lesquelles vous pouvez vous suggestionner et influencer les autres.

Pour savoir si votre volonté s’est développée et si vous êtes capable d’appliquer une formule initiatique, faites cette expérience : en cas de mal au ventre, de spasme, essayez de réagir par la volonté. Posez la main gauche derrière le dos et la main droite sur le ventre, concentrez votre intellect et prononcez la phrase : « Je prie que la maladie s’arrête » ou encore : « La maladie est maintenant terminée! »

Aujourd’hui comment soigne-t-on les tuberculeux? On les met au lit, on ne leur permet pas de bouger ni à gauche, ni à droite, on leur donne une nourriture spéciale et rien d’autre. Non, qu’on laisse le malade libre! S’il veut rester couché, qu’il reste couché! S’il veut se promener, qu’il se promène! Mais tout au cours de la journée, qu’il prononce les mots : « Je guérirai » en augmentant le nombre de fois jusqu’à 1000, 2000 fois par jour. Le premier jour, il peut commencer à dire cette phrase cent fois, le deuxième jour, cent-vingt fois, le troisième, cent-cinquante fois, jusqu’à mille ou deux-mille fois. C’est ainsi que l’on peut guérir chaque maladie, chaque découragement. De cette manière, l’atmosphère lourde et sombre qui enveloppe les malades s’allègera, s’éclaircira, deviendra agréable et ils ressentiront de jour en jour une amélioration, un mieux-être. Alors les gens en bonne santé commenceront à les fréquenter.

Supposons que vous avez une petite difficulté, vous avez mal au doigt et vous ne le supportez pas. Pour vous guérir, ou plus exactement pour arriver à supporter la douleur, imaginez que l’on vous plante un gros clou dans la main, une douleur encore plus grande remplace la douleur réelle plus petite. Si vous pouvez recréer mentalement ce coup dans votre main, une transformation de la douleur se produira dans votre esprit.

Si vous êtes malade, ne vous précipitez pas pour appeler le médecin. D’abord, mettez en application une, deux ou trois méthodes, concentrez votre pensée sur la douleur et répétez plusieurs fois : « Je vais guérir ». Dans certains cas, prononcer ces mots une dizaine de fois seulement peut suffire pour vous guérir, mais dans d’autres cas, il est indispensable de les répéter plusieurs fois, même jusqu’à mille fois. Peu importe le nombre, ne vous découragez pas, continuez avec conviction et vous aurez de bons résultats. De cette manière vous pouvez vous guérir vous-même ainsi que vos proches.

Si vous savez comment prononcer des mots comme vie, bonté, amour, sagesse, vérité, source, Christ, esprit, vous créerez autour de vous une atmosphère extraordinaire.

Votre vue n’est pas très bonne. Alors chaque soir avant de vous endormir, dites-vous : « Demain, dès que j’ouvrirai les yeux, je verrai mieux! » Celui qui croit peut tout.

Supposons qu’une personne ait une verrue ou bien une rougeur. En Bulgarie existe un usage ancien qui vous conseille d’aller dans une épicerie et de dérober un morceau de sel. Ensuite, quand la lune devient décroissante, on fait un cercle autour de la verrue avec ce morceau de sel en disant : «De même que la lune décroit et que ce morceau de sel fond, de même ma verrue disparaitra. » Puis on jette le sel et, quelque temps plus tard, la verrue aura disparu. Comment expliquer cela? On peut l’expliquer ainsi : le sel volé a servi de canal par lequel se sont échappés les courants qui nourrissaient la verrue.

Vous voulez tous être intelligents, sains, bons, purs. Vous pouvez obtenir ces qualités si vous savez comment prononcer le mot amour. Ce mot possède une force puissante même devant Dieu, les anges ou les hommes, à condition de savoir le prononcer. C’est le mot magique qui ressuscite les morts, il vaut des millions et des milliards. Tout s’incline devant sa puissance.

Il vous faut faire des expériences. Par exemple, si dix personnes se réunissent et concentrent leur esprit sur un malade, elles peuvent le guérir par la force de leurs pensées et par leurs prières.

Pour pouvoir maitriser les courants d’énergie qui vous traversent, vous devriez étudier les règles de la concentration. Commencez par concentrer votre regard sur un objet sans cligner des yeux pendant une minute. Répétez cette expérience en augmentant progressivement le temps. Cela aide aussi à renforcer vos yeux. Pendant la durée de l’exercice, l’esprit sera calme, concentré, et vous ne permettrez aucune dispersion de la pensée ni de la conscience.

Essayez de vous guérir mentalement avec la participation de votre volonté. Appliquez mentalement un cataplasme d’ognons ou un autre remède sur un furoncle et observez le résultat. Si votre pensée est forte, le furoncle éclatera bientôt.

La médecine conventionnelle conseille des drogues à l’insomniaque, mais celui-ci ne peut pas vraiment se reposer. S’il veut agir par les méthodes de la science initiatique, il va se dire : « Des que je serai couché, je m’endormirai aussitôt et après six heures de bon sommeil profond et réparateur, je me réveillerai! » La médecine contemporaine recommande la quinine contre la fièvre, mais la science initiatique recommande l’utilisation de la pensée. Ordonnez aux microorganismes de la fièvre de partir : « Microbes, je ne vous donne pas plus de 25 minutes pour sortir de mon corps parce que je suis occupé, il faut que j’aille travailler! »

L’homme peut être son propre médecin et guérir sans l’aide du bistouri. Par la pensée, il peut se libérer de toutes les excroissances de son corps. Comment? En les déplaçant d’un endroit à l’autre et ensuite à l’extérieur. Une excroissance interne peut être canalisée quelque part à l’extérieur. Si elle est superficielle, c’est encore plus facile.

Si vous connaissez les propriétés respectives de l’eau chaude et de l’eau froide, vous pouvez alors vous soigner par des méthodes plus subtiles. Par exemple, même sans boire, mais par l’imagination et par la concentration de la pensée, vous pouvez provoquer la dilatation de vos capillaires et l’amélioration de votre circulation sanguine, comme si vous buviez de l’eau chaude.

Voulez-vous renforcer vos cheveux? Dirigez souvent votre pensée vers leurs racines. Dans une année vous aurez gagné beaucoup, vos cheveux deviendront épais, ils repousseront et se fortifieront. À quoi est due la perte des cheveux? À une inquiétude intérieure et au manque d’humidité dans l’organisme. Pour rétablir leur couleur, il est indispensable d’apporter à votre intellect des pensées lumineuses, à votre coeur des sentiments nobles. En même temps, lavez vos cheveux pendant un ou deux ans avec une décoction de racines d’orties pour les aider à rétablir leur couleur. Toutes les possibilités sont contenues dans la pensée. Elle régularise le fonctionnement des organes du corps. La pensée négative provoque de multiples états maladifs. La pensée harmonieuse est capable de transformer tous ces états.

Quelqu’un tombe malade et vous voulez l’aider à guérir. Chaque soir, pendant qu’il dort, envoyez en direction de son subconscient de bonnes pensées de guérison et vous verrez que son état va bientôt s’améliorer.

Si vous êtes malade, imaginez que la lumière du soleil tombe sur vous comme une douche lumineuse ou que vous baignez dans une mer de lumière, de santé, de force, de puissance, de bonté, comme si vous étiez immergé en Dieu Lui-même. Si la maladie est dans un endroit précis du corps, il faut lui donner l’ordre suivant : « Sors d’ici, j’ai du travail, je dois servir Dieu, va-t’en! » Si la maladie touche tout le corps, dites : « Va-t’en hors de moi! » Accompagnez ces mots par des passes de haut en bas avec la main droite, ensuite approchez votre main de la bouche et tout en expirant énergiquement trois fois, secouez-la vers le bas trois fois de suite.

Celui qui comprend la force cachée que contient le cercle l’utilisera pour la guérison. Par exemple, en l’encerclant, il est possible de faire disparaitre une verrue sur la main, en une demi-heure seulement. Vous avez un furoncle sur le cou? Dessinez un cercle autour et concentrez votre pensée sur lui. La force du cercle commencera à agir sur le furoncle et peu de temps après, il percera et disparaitra. De cette manière vous pouvez tester la force de votre pensée et la force de votre foi. Si vous dites que vous avez la foi et vous n’êtes pas capable de guérir la moindre des maladies, cela prouve que votre foi est encore à l’état embryonnaire.

Je vous donnerai une méthode pour agir en cas de dérangement de votre foie. Mettez votre main droite sur le ventre, paume tournée à l’intérieur, et la main gauche sur la taille, paume tournée vers le corps, et dirigez mentalement les énergies du soleil vers le centre de la terre. Dix, quinze minutes plus tard, votre état s’est amélioré, vous allez mieux, vous êtes plus joyeux.

Il est toujours possible de sauver un malade même si son pouls diminue jusqu’au nombre d’un battement par minute. Avec ce pouls, il peut vivre encore jusqu’à trois jours. Si ses proches prient pour lui et entretiennent continuellement des pensées positives, son pouls s’accélèrera petit à petit et le malade sera hors de danger.

En cas de fièvre, les médecins prescrivent habituellement 30 centigrammes de quinine par jour. Supposons que le malade est pauvre et qu’il ne possède pas assez d’argent pour le médicament. Qu’est-ce qu’il doit faire alors? Pour guérir, qu’il applique la loi de la suggestion. Mentalement qu’il aille dans une pharmacie pour acheter 30 centigrammes de quinine, qu’il s’imagine avoir pris cette quantité et puis qu’il attende les résultats. De cette manière il va guérir deux fois plus vite que par l’absorption réelle de quinine. Mais cette expérience de suggestion exige une pensée intense. Si la pensée manque d’intensité, qu’il aille même dix fois par son imagination à la pharmacie, il n’aura pas de résultat.

Si j’étais un médecin qui veut vraiment guérir ses patients, voilà ce que je ferais. Je prescrirais au malade différents liquides et poudres qui, entrant en interaction entre eux commenceraient à agir dans le corps comme des éléments vivants, mais seulement à la condition qu’après chaque prise du médicament, le malade répète : « Je vais guérir, je guérirai! » Par ailleurs j’engagerais une centaine de personnes pauvres, en leur donnant à chacune cinq levas* *NDT : Lev, leva : monnaie bulgare. pour aller visiter le malade, le convaincre de sa bonne mine et de sa proche guérison. Certes, le malade a donné 100 levas pour les médicaments que j’ai prescrits en qualité de médecin, mais pour lui faire entendre des paroles d’encouragement, j’ai donné en plus 500 levas**. **NDT : En prenant cela au sens figuré, pour guérir ses malades le médecin doit être prêt à dépenser plus qu’il reçoit et à travailler avec ses énergies et sa pensée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0