Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

4. Guérison par la respiration

1 post in this topic

4. Guérison par la respiration

L’air est dépositaire de l’énergie divine. C’est la plus grosse réserve dans laquelle la vie a stocké ses énergies.

Tout d’abord je dis que l’air, porteur des pensées divines, passe en premier dans le système respiratoire où il se transforme et de là, se dirige vers le cerveau par voie sanguine. Donc l’homme ne reçoit pas les pensées divines directement par le cerveau, c’est l’air qui est leur porteur principal. Dans les conditions présentes de la vie, si l’homme est privé d’air, il ne pourra capter aucune pensée. Dans ce sens la respiration est un acte sacré. C’est pourquoi il faut apprendre à bien respirer pour pouvoir capter les pensées divines contenues dans l’air et les transmettre ensuite au cerveau.

Chaque énergie divine qui descend doit passer d’abord par le système respiratoire et, de là, remonter dans le cerveau pour ensuite descendre dans le coeur.

La respiration de chacun est différente et correspond au degré d’évolution de l’homme. D’habitude le malade respire rapidement, les animaux aussi, tandis que l’homme en bonne santé respire régulièrement, calmement et en fonction de son développement personnel.

Quelle que soit la maladie dont vous souffrez, cherchez de l’aide dans la respiration profonde. Il n’existe pas de maladie qui ne puisse être guérie par la respiration. Une longue vie est le résultat d’une respiration profonde et régulière. La respiration en elle-même dépend de la pensée juste, positive et de la qualité des émotions. Respirez profondément et pensez que la bénédiction divine parvient à l’homme par l’air.

La respiration est un processus double : physiologique et psychologique. Son objectif final, en tant que processus psychologique, est la purification de la pensée.

Les poumons représentent un laboratoire compliqué à l’intérieur duquel se conjuguent de multiples énergies. Le prana de l’air pénètre dans les poumons et aide à l’ozonisation du sang, même là où l’air arrive difficilement. Dans le sang ainsi purifié sont déposés des éléments de vie.

Du fait que l’air contient de la lumière et du prana, lorsqu’il respire, l’homme reçoit ces deux éléments indispensables au sang.

À part par l’estomac, l’homme se nourrit par ses poumons et son cerveau d’où il reçoit une nourriture supérieure à la nourriture physique. Dans l’avenir l’être humain se nourrira seulement par ses poumons et son cerveau.

Lorsque l’homme tombe malade, sa respiration s’accélère. On remarque ce fait surtout chez les personnes dont la constitution pulmonaire est faible. Elles accélèrent consciemment leur respiration déficiente en croyant s’aider de cette façon. En réalité leur état s’aggrave encore plus. La respiration normale doit correspondre au rythme naturel, au rythme cardiaque. C’est ce rythme qui est bon pour la santé.

La bonne respiration dépend de la qualité de l’air absorbé et du temps de sa rétention. Plus longtemps l’air est retenu dans les poumons, plus il est efficace. La réussite des entreprises de chacun dépend aussi de cela. Certains adeptes sont arrivés à l’état de retenir l’air pendant une demi-heure et même une heure.

Ceux qui ont perdu leur équilibre respirent de manière très accélérée.

Quand la respiration est rapide, le sang s’oxygène très vite et son épuration est partielle. C’est pourquoi la plupart des gens ont plus de sang veineux, c’est-à-dire de sang impur. À cause de cette oxygénation trop rapide, la combustion dans l’organisme se fait irrégulièrement, une partie des matériaux qui lui sont destinés ne peuvent être brulés et ils s’accumulent sur les artères et les veines sous forme de résidus.

Hormis les poumons qui ont un rapport direct avec l’air, l’homme possède sept-millions de pores par lesquels il lui est relié.

Si l’homme ne respire pas bien, la peau de son visage et de ses mains se ride prématurément. Les rides sont dues au dérangement du foie et à la mauvaise respiration.

La concentration de la pensée est en rapport avec la respiration. Plus profondément l’homme respire, plus facilement il se concentre.

Pour chaque homme il existe des méthodes de respiration particulières. Chacun peut choisir celles qui lui conviennent, conseillées par son maitre ou par son médecin intérieur. Apprenez à écouter votre médecin intérieur, c’est-à-dire le divin qui vous habite.

Maintenant, lorsque je parle de la respiration profonde, je n’ai pas l’intention de vous recommander des exercices spéciaux comme en possèdent les Hindous car ils ne sont pas applicables aux Européens, je vous dis simplement de respirer profondément en vous efforçant de garder un rythme égal.

Il faut savoir une chose : beaucoup de règles et de méthodes hindoues ne correspondent pas aux règles de la Nature vivante universelle. Par exemple, si on applique à l’Ouest la science de la respiration utilisée par les Hindous, pour nous, les résultats obtenus seront contraires et négatifs. Pourquoi? Parce qu’elle a été acquise durant la descente de l’humanité, c’est-à-dire conformément à la loi de l’involution.

Les Hindous travaillent intensivement sur la respiration profonde et complète, ils accumulent ainsi beaucoup d’énergie que les Européens ne sauraient comment utiliser. En fin de compte, au lieu de se faire du bien, ils se feraient du mal.

Il est dit dans les Saintes Écritures : « Et Dieu insuffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un Être vivant ». Donc en inspirant l’air, l’homme a reçu la Vie divine. C’est pourquoi, lorsqu’il se trouve en difficulté, il doit respirer, car l’air est porteur d’électricité et de magnétisme qui, en passant par le nez, renouvèle le système nerveux. Par la respiration vous pouvez obliger votre cerveau à penser juste et votre estomac à travailler normalement. La respiration irrégulière est à la base de beaucoup de maladies. Vous avez mal aux pieds parce que vous ne respirez pas bien, de même pour la tête, le coeur ou la colonne vertébrale. La respiration rapide et superficielle est dangereuse, elle mène vers différentes maladies.

La force vivifiante qui guérit est le prana répandu dans l’air! Une force existe entre l’amour et la vie, c’est le prana. Il renouvèle la pensée. Au moment de la respiration, pensez que vous absorbez du prana par toutes vos cellules, ne pensez pas à votre femme, à vos enfants, à ce qui est d’un intérêt secondaire, laissez de côté vos boeufs, vos abeilles, votre nourriture, vos préoccupations quotidiennes. Par la concentration de votre pensée, vous pouvez vous guérir de n’importe quelle maladie, vous protéger des malheurs qui vous menacent. Les malheurs se meuvent comme des projectiles. En vous déplaçant hors de leur trajectoire, même de très peu, ils passeront sans vous atteindre.

Plus vous retenez l’air dans vos poumons, plus vous recevez d’énergie. Ainsi, même pollué, l’air n’aura pas autant d’influence négative. Lorsque le nombre de respirations diminue, la vie se prolonge et vice versa. Si vous arrivez à une seule respiration par minute, vous avez déjà acquis beaucoup. Respirez avec joie, avec amour, le visage souriant, prenez une bonne posture, que votre colonne vertébrale forme une ligne parallèle avec celle qui joint le centre du soleil au centre de la terre, la poitrine en avant et non rétrécie vers l’intérieur. En respirant ainsi, vous vous reliez au rythme de la Nature et vous renforcez votre corps et votre esprit.

Dans les poumons existent des cellules végétales qui ont besoin d’acide carbonique. La respiration profonde avec rétention facilite l’accumulation de l’acide carbonique, renforce les cellules végétales et prolonge leur vie dans les poumons. S’il les rend plus fortes, l’homme est en bonne santé.

La santé est liée à la respiration consciente, c’est pourquoi au moins trois fois par jour, le matin, à midi et le soir avant de se coucher, l’homme doit consacrer 10 à 15 minutes à sa respiration et faire des exercices. Il doit remercier pour l’air absorbé ainsi que pour le bienfait qu’il a reçu par lui. C’est cela, la respiration consciente.

Respirez profondément pour recevoir le plus possible de prana vivifiant. Il contient différentes propriétés : physiques, émotionnelles, mentales. Sans prana, la pensée ne peut pas se former, les émotions ne peuvent pas se manifester et la volonté ne peut pas agir. Chacun, conformément à son développement, recevra ce dont il a besoin et exprimera son potentiel.

Quand il respire, l’homme doit ressentir que l’air est un bien inestimable. Par ses poumons, l’homme se relie à l’amour. Celui qui aime s’élargit en même temps que ses poumons.

Quand je parle de pouls régulier, de battement rythmique du coeur, tout de suite surgit la question : qu’est-ce qu’une bonne et profonde respiration? Presque tout le monde respire mal, on inspire et expire l’air seulement avec la partie supérieure des poumons. À cause de cette respiration superficielle et faible, la force manque pour rejeter complètement l’air à l’extérieur. En conséquence, une partie de l’air vicié reste dans les poumons et forme des résidus. Si on veut régulariser sa circulation sanguine, il est indispensable tout d’abord d’inspirer profondément l’air, de le retenir un certain temps dans les poumons et ensuite de l’expulser lentement. Quand l’homme pratique comme il faut la respiration, il se renouvèle et se libère des états maladifs, aussi bien physiques que psychiques.

Il existe un prana assimilable par la narine gauche et un prana assimilable par la narine droite. Par la narine gauche, on reçoit le courant magnétique relié au plexus solaire et appelé « courant solaire ». Par la narine droite, on reçoit le courant électrique lié au cerveau et appelé « courant lunaire ». Quand on veut développer davantage son intellect, il faut inspirer l’air par sa narine droite et l’expirer par la gauche. Lorsqu’on veut développer plus son coeur, il faut inspirer par la narine gauche et expirer par la droite. En alternant la respiration, par la narine gauche puis par la narine droite, on harmonise les deux courants et on assimile l’électricité et le magnétisme d’une manière équilibrée.

Ainsi, respirez profondément et consciemment. Si vous êtes mal disposé, triste, respirez profondément. Si vous avez mal à la colonne vertébrale, au dos, respirez profondément. Vous avez mal aux pieds, aux mains, respirez! Maux d’estomac, de tête, mal au ventre, respirez toujours profondément!

Quand l’homme n’assimile pas assez de prana par l’air, il se sent faible, angoissé, sans vie et sans force. À qui la faute? À lui-même. Recevoir davantage de prana ne dépend que de lui, car il se trouve en abondance dans la Nature.

En vivant sur la terre, l’homme a besoin de l’air pour alimenter son double éthérique et son corps astral. L’air contient cette énergie spécifique nommée par les Hindous prana. Certains scientifiques la nomment électricité vivifiante ou magnétisme vivifiant. Vous allez à la montagne pas seulement pour l’air pur, comme le pense la plus grande partie des gens, mais aussi pour le prana. Très tôt le matin, en vous exposant au soleil, vous assimilez des rayons lumineux qui apportent du prana pour votre intellect et des rayons chaleureux qui apportent du prana pour votre coeur. Quant aux poumons, c’est le matin qu’ils assimilent le mieux le prana de l’air.

On a remarqué que plus l’homme respire profondément, plus il retient l’air dans ses poumons et plus larges sont ses narines. Le nez mince et plat montre que la respiration et la circulation sanguine sont faibles. Si le nez est trop pointu, l’homme est irritable, nerveux et coléreux. Pour se calmer, il doit respirer profondément.

Certains ont peur de respirer l’air froid pour ne pas se refroidir. Si vous respirez par la bouche, oui, vous avez raison d’avoir peur, mais la Nature a aussi prévu cela. Elle a formé le nez comme un filtre qui retient les impuretés et réchauffe l’air. La muqueuse et les sécrétions du nez régularisèrent l’air et l’adaptent aux poumons. Quand vous sortez par grand froid, n’absorbez pas l’air d’un seul coup, mais à petites doses, tout doucement pour vous adapter à la température extérieure. Commencez lentement par de petites respirations et augmentez progressivement la quantité d’air inspire. Dans la bonne respiration existe un rythme régulier à respecter.

D’abord, inspirez lentement, calmement, sans précipitation, puis retenez dans vos poumons l’air inspiré. Il n’existe pas plus grande bénédiction pour l’homme que d’inspirer lentement, de retenir l’air et de recevoir le prana, c’est-à-dire l’énergie vivifiante qu’il contient.

La respiration habituelle est d’environ 15 respirations par minute. Quand vous faites des exercices respiratoires, essayez d’arriver progressivement a une respiration complète par minute (inspiration, rétention, expiration). Si vous y arrivez, vous serez en mesure de guérir toutes les maladies, même la tuberculose.

Pratiquez l’exercice suivant : en partant de la position mains repliées sur les épaules, dépliez tout doucement vos bras et vos mains à l’horizontale en inspirant profondément; retenez l’air et commencez à descendre vos bras près du corps en expirant lentement. Ainsi vous recevrez suffisamment de prana, votre circulation sera stimulée et vos capillaires s’élargiront.

En tant que disciple, vous devez apprendre à vous guérir par la respiration profonde. Si vous avez mal à l’estomac ou au ventre, faites six exercices quatre fois par jour, de la manière suivante : posez la paume de la main gauche sur le ventre, paume de la main droite sur votre main gauche. En respirant profondément, vous devez arriver à sentir la contraction et la dilatation du diaphragme. Celui qui ne sait pas bien respirer ne peut être disciple du nouvel Enseignement.

Il est bien de respirer d’abord par la narine gauche en comptant jusqu’à 10 ou 15 et après de boucher la narine gauche, de retenir l’air dans les poumons 30 à 40 secondes et ensuite d’expirer lentement sur le même rythme. Quand vous inspirez par la narine droite, fermez la gauche. Durant la rétention, les deux sont fermées. Ces exercices sont indispensables pour tous, autant pour ceux en bonne santé que pour les malades, mais surtout pour ceux qui pratiquent une activité intellectuelle.

Respirez calmement, d’une manière ininterrompue et avec un rythme établi. Pour vous soigner, faites entre 12 et 19 respirations le matin et avant les repas de midi et du soir (chaque inspiration, rétention, expiration, est un exercice). En faisant ces exercices, votre intellect doit être concentré. Le diaphragme descend, monte, se contracte et se dilate dans un mouvement régulier. Le diaphragme est la frontière entre le monde spirituel et le monde physique. Certaines causes de palpitations, de problèmes respiratoires, asthme, maladie des poumons, proviennent du déplacement du diaphragme par rapport à sa position naturelle. S’il se trouve trop haut, le coeur et les poumons ne fonctionnent pas bien. Par la pratique d’exercices respiratoires, les poumons remplis d’air poussent le diaphragme et l’obligent à descendre à sa place naturelle. Dans l’expiration, les muscles abdominaux doivent intervenir, ils exercent une pression sur l’air et le propulsent à l’extérieur.

C’est bien aussi de faire des exercices respiratoires en disant des prières comme « Notre Pere » ou « La Bonne Prière » (annexe 2). Respirez lentement, profondément, au rythme établi, sans déviation de la pensée. Celui qui n’est pas exercé dans la respiration doit commencer à retenir l’air deux ou trois secondes et augmenter progressivement d’une seconde chaque fois jusqu’à 30 secondes. S’il arrive à la rétention de 30 secondes, il peut résoudre beaucoup de problèmes de santé comme, par exemple, maux de tête, faiblesse des poumons, problèmes d’estomac, paralysie. Tout cela disparaitra! Soignez-vous avant d’être malade. Si l’homme ne respire pas profondément, aucun médicament ne peut l’aider. L’haleine et la transpiration de celui qui est arrivé à une excellente respiration sont parfumées et sa circulation sanguine est régulière. Quelle que soit votre maladie, cherchez de l’aide dans la respiration profonde. Il n’existe pas une maladie qui ne puisse être guérie par la respiration profonde.

1. Exercices respiratoires

1.    En inspirant, portez très lentement vos bras latéralement et à l’horizontale. En retenant l’air, prolongez le mouvement jusqu’à la verticale. En expirant, passez les mains derrière la tête et redescendez les bras jusqu’à leur position initiale.

2.    Inspirez en levant les bras lentement devant vous jusqu’au-dessus de la tête. Le regard accompagne le mouvement. Retenez l’air un moment. Expirez lentement en redescendant doucement les bras. Le regard suit le mouvement jusqu’en bas.

3.    Position de départ : les deux bras sont à l’horizontale de chaque côté du corps, paumes ouvertes vers le haut.

Inspiration : inspirez lentement en repliant tous les doigts, pouce sur le majeur. En même temps, imaginez qu’avec l’air vous recevez l’Amour divin qui pénètre tout, y compris l’air, car Dieu pénètre tout, car Dieu est Amour.

Rétention : retenez l’air le plus longtemps possible en pensant que vous assimilez l’amour qui pénètre toute la Nature. Durant la rétention, repliez lentement les bras en maintenant les mains fermées et amenez-les devant la poitrine.

Expiration : dépliez lentement les bras de chaque côté du corps jusqu’à l’horizontale, puis ouvrez lentement les mains. Durant l’expiration, pensez que vous envoyez la lumière provenant de votre amour au monde entier.

4.    Inspiration sur 16 unités de temps, rétention sur 16 unités de temps, expiration sur 32 unités de temps. Faites cet exercice trois fois par jour, le matin, à midi et le soir, six fois de suite. L’inspiration se fait par la narine gauche et l’expiration par la narine droite. Pratiquez cet exercice pendant deux ou trois mois.

5.    Exercice respiratoire ayant pour objectif l’augmentation de la rétention de l’air. Dans cet exercice, on ne se sert pas des unités de temps. Il faut inspirer lentement et profondément, retenir l’air le plus longtemps possible et l’expirer le plus lentement possible. Le temps de la rétention peut être augmenté d’une minute, d’une minute et demie, de deux minutes, etc.

6.    Quand vous êtes nerveux, irrité, en colère, faites l’exercice suivant : avec l’index de la main droite, fermez la narine droite et inspirez par la narine gauche en comptant sept unités de temps. Retenez pendant dix unités, puis fermez la narine gauche et expirez en neuf. Cet exercice aide à régulariser le système nerveux, à calmer le cerveau et à renforcer la mémoire. Si vous faites cet exercice le matin avant midi, inspirez par la narine gauche et expirez par la droite; le soir, inspirez par la narine droite et expirez par la gauche. Faites cet exercice vingt-et une fois par jour : sept le matin, sept le midi et sept le soir.

b) Recommandations

1. Durant les exercices respiratoires, vous pouvez prononcer mentalement certaines formules. Exemple : «Je Te remercie Seigneur de tout mon coeur, de tout mon esprit, de toute ma force, des bénédictions que Tu m’as données». Prononcez cette formule le temps d’un exercice complet (inspiration, rétention, expiration).

2.    Vous pouvez réciter mentalement « Notre Pere » durant une respiration complète. Faites cet exercice dix fois de suite, le matin, le midi et le soir.

3.    Récitez « La Bonne Prière » (annexe 2) pendant les exercices respiratoires.

4.    En prenant une inspiration, prononcez mentalement les paroles force, vie, santé, trois fois de suite, ainsi que pendant la rétention et l’expiration. Répétez dix fois de suite cet exercice le matin, le midi et le soir.

5.    Inspirez en prononçant mentalement le mot vie. Retenez l’air en pensant force et expirez sur le mot santé. Faites cet exercice lentement, calmement en accord avec un rythme établi, en méditant sur les mots vie, force et santé.

L’énergie vivante qui régénère notre organisme arrive par la colonne vertébrale. La moelle épinière possède la faculté d’absorber le prana de l’air et de le transmettre à tout l’organisme. Prenez note des formules à prononcer mentalement dans les trois phases de la respiration : inspiration, rétention, expiration.

Exemple 1

Inspiration : « Merci Seigneur pour la Vie divine que Tu as répandue dans l’air et que nous recevons par l’air ». Rétention : « Je reçois la Vie divine par l’air, elle pénètre toutes mes cellules et apporte la force, la vie et la santé ». Expiration : « Cette Vie divine me renforce et je la manifeste par mes actes». Par la Vie divine, on comprend le prana. Il faut imaginer très fort le prana comme étant une goutte qui se transmet d’une cellule à l’autre, d’un organe à l’autre et pénètre tout.

Exemple 2

Inspiration : « Que le Nom de Dieu se glorifie en moi! » Rétention : « Que le Royaume de Dieu et sa Justice s’établissent en moi! ». Expiration : « Que la Volonté de Dieu soit faite! » Vous pouvez faire cet exercice cinq fois en inspirant par la narine droite et en expirant par la gauche; ensuite cinq fois en inspirant par la narine gauche et en expirant par la narine droite.

Exemple 3

Inspiration : « Seigneur, je Te remercie de venir chez moi ». Rétention : «Seigneur, je Te remercie de demeurer en moi». Expiration : « Seigneur, je Te remercie de me donner Ta bénédiction ». Exemple 4

Inspirez par la narine gauche, narine droite fermée. En même temps, prononcez la formule : « Seul l’Amour divin est Amour », retenez un instant l’air et commencez à expirer en prononçant la même formule. Faites cet exercice trois fois par jour, le matin, à midi et le soir, quand vous êtes bien disposé et que vous avez du temps. Répétez chaque exercice trois ou dix fois de suite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0