Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

III. Guérison 1. Généralités pour les soins et les cures

1 post in this topic

III. Guérison

1. Généralités pour les soins et les cures

Dans la nature humaine, il existe une chose qui a besoin d’un certain ébranlement intérieur. Chaque souffrance, chaque épreuve est donnée pour renforcer votre substance spirituelle. Sans épreuves, vous ne pourriez pas vous développer.

Il y a plusieurs méthodes de guérison. L’une d’elles est la guérison par la Nature elle-même. Laissez le malade entre les mains de la Nature, il ne se passera pas beaucoup de temps avant qu’il ne retrouve la santé. C’est la meilleure méthode.

La seconde méthode fait appel au médecin qui vient, recommande certains médicaments, et quelque temps après, l’état du malade s’améliore.

La troisième est la méthode divine. Par elle, le malade guérit tout de suite, instantanément.

Pour être en bonne santé, l’homme doit avant tout compter sur lui-même et sur le contact direct avec la Nature vivante. Elle l’aidera plus que les hommes. La première condition est la confiance inébranlable en Dieu, ensuite la confiance en la Nature, puis la confiance en soi-même, et enfin la confiance en ses proches.

Les médicaments les plus puissants sont la lumière, l’air, le Verbe divin. Ils sont le souffle de Dieu. Les plantes les reçoivent aussi et c’est pourquoi elles possèdent des propriétés médicinales dues à la lumière, à l’air, à l’eau et aux éléments nutritifs qu’elles absorbent. Dans l’avenir, si les médecins acceptent la guérison par des concepts et des méthodes naturels, ils obtiendront de très bons résultats. Un médecin sera conducteur de la lumière, un autre de l’air, un troisième de l’eau, un quatrième de la nourriture.

Si l’homme n’est pas doux comme les fruits, caressant comme l’eau, mobile comme l’air et la lumière, il ne pourra pas acquérir grand-chose. Dieu est entré dans le pain, les fruits, l’eau, l’air et la lumière. Ainsi, Il s’est sacrifié. Celui qui aime Dieu et Le perçoit comme une partie de lui-même peut guérir. C’est pourquoi mangez avec amour, buvez avec amour, recevez la lumière avec amour!

L’homme est en contact avec Dieu par quatre moyens : par la lumière, par l’air, par l’eau et par la nourriture.

Retenez cette définition : l’homme doit s’aimer lui-même pour guérir son corps et aimer son prochain pour guérir son coeur. Celui qui veut réussir en toute chose dans son travail doit d’abord aimer Dieu. Toutes les bénédictions et toutes les richesses sont contenues uniquement dans l’amour envers Dieu.

Un jour, quand les hommes apprendront les lois de la lumière et de la chaleur, ils guériront toutes les maladies par leurs énergies. Il ne restera nulle part de maladie incurable.

Si vous suivez l’état d’un malade, vous constaterez que trois facteurs concourent à sa guérison : la Nature, le médecin et le malade lui-même. La Nature lui donne de l’aide à 50 %, le médecin à 25 % et le malade lui-même à 25 % et c’est à lui que revient le dernier mot. S’il ne participe pas lui-même au processus de guérison, l’aide de la Nature et du médecin restera sans effet, elle sera perdue.

Ce n’est pas une mince affaire de guérir les hommes. Quelquefois on soigne quelqu’un par une certaine méthode et au lieu d’une amélioration, il se produit une aggravation. En général, il est impossible de guérir tout le monde avec des moyens identiques. Pour chaque malade, on doit utiliser des remèdes spécifiques. Dans le monde il existe autant de remèdes que de maladies.

Donc, si vous voulez vous soigner comme il faut et en même temps être utile à vos proches, vous devez étudier la science qui dévoile les secrets de la Nature.

Si quelqu’un me demande : « Faut-il faire venir un médecin quand on est malade? », je lui réponds : « Ce problème est déjà résolu. Si vous vous conformez aux lois de l’ancienne culture, appelez le docteur, mais si vous respectez les lois de l’École initiatique, ne l’appelez pas!» Le médecin soigne et guérit les gens du monde, mais, pour un disciple, la maladie n’est pas une chose fortuite, elle a sa fonction et son rôle. Pour soi-même, pour son âme, chacun doit chercher son médecin intérieur.

C’est vrai qu’il est difficile à l’homme de transférer une pensée d’un endroit à un autre tout en préservant son essence. Supposons que le médecin arrive à sortir de la tête du malade sa pensée pour la transférer ailleurs, la guérison peut être instantanée. S’il n’est pas instruit pour réaliser cela, il se servira de l’une des deux méthodes suivantes : soit l’homéopathie avec ses doses faibles, soit l’allopathie avec ses fortes doses de médicaments. Il existe encore un autre moyen, c’est de laisser évoluer la maladie jusqu’à sa crise maximale et, à partir de là, de la faire diminuer jusqu’à sa disparition complète. Chaque homme possède des forces cachées qui doivent s’éveiller. Si vous pouvez éveiller ces forces, la situation du malade s’améliorera de façon naturelle. Si les forces cachées de l’organisme ne peuvent pas se réveiller naturellement par des transpirations, des excursions, des bains, à ce moment-là la médecine prescrira des médicaments homéopathiques ou allopathiques. Quelquefois le médecin prescrit des doses plus fortes que nécessaire et au lieu d’éveiller des forces cachées, il les bloque.

Deux théories principales existent aujourd’hui dans la médecine : l’allopathie qui préconise l’utilisation de médicaments en doses maximales et l’homéopathie qui recommande des doses minimales. En allopathie, vous pouvez prendre toute une armée de médicaments sans aucune réaction de l’organisme, sans ressentir d’amélioration, là où avec de petites doses diluées, vous pouvez obtenir de grands résultats. La loi dit : « Par de petits efforts, on arrive au même résultat que par des grands.»

Je vous conseille le traitement homéopathique. Les petites quantités produisent de plus grands résultats. L’homéopathie se sert de grandeurs infinitésimales. Une toute petite quantité d’une substance, par exemple 1 suivi de 60 zéros, est capable d’exercer une grande influence sur l’organisme humain. Il suffit que le malade prenne une petite goutte de cette substance diluée pour guérir complètement, car cette goutte contient de l’énergie divine. Si le malade croit dans la force de cette énergie, en deux ou trois jours il rétablira sa santé.

 

Aujourd’hui on ne peut pas utiliser toutes les méthodes occultes, car parmi elles il y en a certaines dont vous ignorez les résultats. Votre organisme, votre cerveau, vos systèmes musculaire, artériel, nerveux ne résisteront pas, ils ne sont pas encore adaptés. Les Hindous possèdent des méthodes spécifiques qu’ils exercent depuis des milliers d’années. Les peuples occidentaux ne peuvent pas les pratiquer, car ces méthodes ne sont en quelque sorte pas appropriées à la culture occidentale. Par exemple, l’une d’elles est la respiration profonde. Mais la Fraternité Blanche Universelle se sert encore d’autres nouvelles méthodes naturelles qui sont excellentes.

Pour chaque homme, il existe sept ou huit moyens différents de guérison. Certains sont capables de se guérir par le moyen spirituel, mais ils sont très peu nombreux. Qui sont-ils? Seulement ceux qui n’éprouvent absolument aucun doute. Le malade doit avoir une confiance absolue en son guérisseur, et celui-ci doit être absolument véridique et sincère envers les malades. Si la confiance, la sincérité n’existent pas entre eux, aucune guérison spirituelle n’est possible. Il faut alors appliquer une méthode naturelle : l’eau, les plantes médicinales, l’air, etc.

Il existe une autre méthode efficace, c’est la musique.

De nos jours, dans les établissements de santé de presque tous les pays européens, on se sert de l’électricité et du magnétisme pour le traitement. Par ces méthodes, on tente d’éveiller les forces de l’organisme et d’accélérer ses vibrations.

Dès que les vibrations de l’organisme augmentent, l’homme guérit. De cette manière il est possible de guérir même des maladies comme le cancer ou la tuberculose. En utilisant ces traitements, le malade passe par de grandes crises avant que son état s’améliore. S’il résiste bien à la première crise, les suivantes passent plus facilement et elles diminuent jusqu’à leur disparition totale. Par les crises successives, l’organisme est purifié, nettoyé de tous les éléments toxiques et nocifs et le malade retrouve la santé.

Pour guérir, un malade doit tout d’abord purifier son sang et entreprendre ce travail seul. Comment? Par la respiration de l’air pur, en exposant son dos au soleil du matin et par une nourriture saine et simple. Il y a d’autres méthodes pour purifier le sang. Le résultat ne se fait pas attendre des mois et des années, mais parfois une seule journée suffit. Cela dépend de l’homme de choisir la méthode qui répond à son niveau d’évolution.

L’intellect connait les causes des maladies, mais il ne sait pas les guérir. Seule l’âme peut réaliser la guérison, si elle le veut.

Un véritable médecin possède le pouvoir de chasser les maladies et de faire sortir les entités nocives de ses patients avec la force de la parole, en prononçant des formules.

L’homme peut guérir lorsqu’en lui s’éveille la réserve d’énergie vitale qui va stimuler l’action de son organisme. Pour appliquer des traitements naturels, profitez surtout des mois d’avril et de mai quand la Nature est riche en énergie vitale : le prana. Chaque jour de ces mois vaut des millions. Ce que l’homme peut acquérir pendant cette période ne peut être obtenu à aucun autre moment.

Dans le monde tout est mathématiquement défini. Comme il y a un temps pour la semence, il y a un temps pour la guérison. C’est un Principe divin.

Soigner des malades n’est pas une chose simple. Les gens les plus mécontents au monde sont les malades. Pourquoi? Parce qu’ils attendent tout du médecin. Si celui-ci ne peut pas les aider, ils sont mécontents. Pour ne pas être confronté au mécontentement du malade, le médecin doit savoir qui soigner et comment. Par exemple, si les os situés derrière les oreilles sont bien prononcés, si le menton est large et la mâchoire inférieure un peu en avant, cette personne résiste bien aux maladies et peut guérir facilement.

Il y a deux moyens de guérison. L’un est conforme à la Nature, l’autre est la méthode instantanée, divine. La guérison instantanée est possible pour un homme vertueux, mais pas pour un pécheur. De nos jours, l’homme soigne seulement son corps physique, car il ne connait que lui et encore partiellement. Les apôtres et les disciples du Christ parlent du corps spirituel. Les sages et les grands Maitres parlent de sept corps qui constituent l’être humain dans sa totalité. L’homme a déjà commencé à vivre dans son corps spirituel, mais il ne possède encore aucune notion des autres corps.

Lorsqu’une personne se rend malade physiquement, sa maladie provoque des conséquences sur son corps éthérique et sur les autres corps subtils, et inversement. Si elle se soigne seulement par des méthodes physiques, elle n’arrivera pas à grand-chose. La nuit, pendant son sommeil, l’homme quitte son corps physique, et c’est à ce moment-là que le corps et toutes les cellules se purifient. Dans ce processus participent les autres corps subtils. Quand tout est bien nettoyé,

l’homme réintègre son corps physique et il se réveille. S’il a bien dormi, que son esprit a repris des forces, l’homme se réveille en bonne disposition et plein d’énergie.

Vous pouvez vous soigner par des médicaments, mais si les entités lumineuses du monde invisible ne participent pas, vous ne guérirez à aucun prix.

Si vous êtes malade, tout d’abord adressez-vous à Dieu, après à votre âme, et en dernier lieu au médecin. Tout le monde fait l’inverse, c’est pourquoi il n’y a pas de succès dans la guérison.

Une personne qui guérit instantanément démontre que son esprit et son intelligence sont éveillés. Si quelqu’un a du mal à guérir, l’intelligence de son corps et de son esprit sont faibles.

Même un animal dont le niveau d’évolution est inférieur à celui de l’homme sait comment guérir tout seul, mais nous, nous appelons le médecin parce que nous n’avons confiance ni dans le Seigneur, ni dans la Nature, ni en nous-mêmes.

Il faut avoir une vision claire de la maladie pour savoir comment la guérir. Par exemple l’estomac se soigne par la vérité, les poumons et la poitrine par la sagesse, la tête par l’amour. Dans la guérison, la foi et la volonté jouent un rôle principal.

Les larmes guérissent, elles nettoient l’intellect et la conscience.

La durée de la vie terrestre dépend des relations que l’homme a créées avec son âme. Il est impossible d’arriver à un âge très avancé pour quelqu’un qui vit seulement dans sa personnalité. Plus l’âme se manifeste dans la vie, plus l’organisme est résistant. Quand on veut se guérir, il faut chercher le médecin et les remèdes d’abord dans son âme.

La science ésotérique prévoit différentes méthodes de guérison, de transformation des énergies négatives en positives. Étudiez toutes ces méthodes et faites des expériences pour connaitre lesquelles conviennent à votre organisme. Si vous ne trouvez pas votre méthode, vous risquez même d’aggraver votre situation. C’est pourquoi des médecins n’acceptent pas d’être soignés par des collègues. J’ai entendu un médecin dire : « J’ai peur de consulter un collègue qui me donnera des médicaments contraires à mon tempérament et à mon organisme. Je connais mieux les remèdes qui me conviennent. » C’est-à-dire que chaque médicament, même s’il est destiné à soigner une maladie spécifique, agit différemment selon les différents organismes. Pour guérir, la meilleure chose à faire est de savoir et de pouvoir surmonter par soi-même les difficultés et les contradictions. Une difficulté tout comme une contradiction peuvent provoquer une maladie. Transformez-les, enlevez-les de vos pensées pour libérer votre esprit, ainsi vous allez faire disparaitre les maladies dont vous souffrez.

L’Évangile contient des remèdes pour toutes les maladies et pour tous les troubles de l’âme, pour l’incrédulité et le désespoir, mais il faut savoir où les trouver et comment s’en servir.

Si l’homme est soumis à un courant électrique de 2 000 volts, il meurt. Mais s’il est soumis à l’influence d’un courant électrique de 20 000 volts et plus, il se renouvèle et se purifie sans bruler. Les physiciens disent que les molécules de l’électricité de 2 000 volts sont si grandes que, si elles passent par les tissus du corps, elles le détruisent et l’homme meurt. Les molécules d’électricité entre 20 000 et 50 000 volts sont par contre extrêmement petites. Elles peuvent donc passer librement à travers les tissus de l’organisme humain, les « masser », et au lieu de provoquer des problèmes, elles les renouvèleront et les purifieront. On peut dire qu’il existe plusieurs catégories d’énergies agissant différemment sur l’organisme : thermique, de la lumière, de l’électricité. Plus les particules de ces énergies sont petites, plus l’effet sur la matière du corps est bénéfique : elle sera vivifiée, purifiée, reconstituée par leur action.

Aucune pharmacie au monde ne peut nous donner ce que nous donne la Nature et l’homme éveille doit accumuler ses énergies magnétiques pour les transmettre à ses proches.

Si le système digestif est dérangé, il faut le traiter par la nutrition. Si c’est le système respiratoire, il faut le soigner par la lumière, la chaleur, l’électricité et le magnétisme. Enfin, si le système cérébral est déréglé, on doit le soigner par la pensée et les sentiments. Pour guérir votre cerveau vous ne devez accepter aucune pensée négative, en vous basant sur la loi que Dieu est Amour absolu, Harmonie absolue.

Il n’existe pas seulement des microbes nocifs, mais aussi des particules microscopiques qui, introduites dans l’organisme, peuvent lui apporter une amélioration. Dans leur pratique, les médecins de l’avenir apprendront à utiliser l’influence bénéfique de ces particules microscopiques.

Si quelqu’un croit aux méthodes et aux remèdes de dix médecins en même temps, il ne guérira jamais. Pour guérir, il faut croire en un seul médecin. Mais les forces de guérison sont d’abord cachées dans l’eau, dans l’air, dans la lumière et dans la nourriture. Chaque homme est un conducteur entre la Nature et lui-même, c’est pourquoi il lui est possible de se guérir seul, par lui-même.

En se soignant seul, le malade acquiert de la confiance en lui et dans ses propres forces. S’il se laisse soigner par les médecins, il considère que c’est le médecin qui a tout fait et petit à petit, il perd confiance dans ses possibilités. Les maladies ne sont rien d’autre que des problèmes que chacun doit résoudre convenablement. Si vous ne vous décidez pas à les traiter seul, de véritables maladies difficiles à guérir surgiront. En sachant cela, n’ayez pas peur des maladies.

Si vous voulez guérir un malade, vous devez semer en lui la simple vérité qu’il va guérir. Cette vérité grandira comme une graine en lui et donnera des fruits. Si vous semez en vous l’idée que vous êtes en bonne santé, vous serez véritablement en bonne santé.

La neurasthénie montre un surplus d’électricité au niveau des nerfs, facteur de dérèglement du système nerveux. Vous savez bien qu’il y a de l’eau chaude et de l’eau froide dans vos salles de bain. Si vous ouvrez seulement l’eau chaude, vous allez vous bruler. Si vous ouvrez seulement l’eau froide, vous allez prendre froid. Il faut ouvrir doucement les deux robinets en même temps jusqu’à ce que la température de l’eau devienne agréable pour se laver. « L’eau froide » provient de la tête et « l’eau chaude » du système nerveux sympathique. Il faut donc refermer un peu le robinet du savoir excessif et ouvrir le robinet de l’amour. Le mélange, la synthèse du savoir et de l’amour produit un courant agréable. Si le rhumatisme vous dérange, ouvrez le robinet de l’amour. L’épaule vous fait mal, caressez-la, commencez à l’aimer.

La pureté est une condition nécessaire pour la santé, pour les pensées, pour les sentiments.

Pour guérir un homme, il faut d’abord le libérer de tous les éléments étrangers, de tous les résidus déposés en lui. Le malade, pour retrouver sa santé, doit purifier son sang en respirant de l’air pur, en exposant son dos au soleil et en mangeant une nourriture saine et de bonne qualité. Il faut commencer par de toutes petites expériences microscopiques et, petit à petit, aller vers de plus grandes. La science respecte déjà cette méthode, alors vous aussi appliquez-la!

Ce que l’on appelle « le mauvais oeil » existe. Par exemple, quelqu’un jette un regard sur vous et vous commencez à vous sentir mal, à avoir mal à la tête. Certaines personnes peuvent rendre malade un boeuf ou une vache juste en les regardant. La cause de cet état réside dans la force du regard exercé sur vous ou sur l’animal. Un tel effet est dû à l’électricité sortant des yeux et projetée sur vous, mais que vous n’avez pas pu assimiler : elle se reflète négativement sur votre organisme. Il y a des grand-mères qui savent comment guérir du « mauvais oeil ». C’est très simple. Elles prennent un oeuf entier et le frappent contre le front du boeuf ou de l’homme concerné et en le cassant, le malade retrouve son état normal. L’oeuf a la propriété de recevoir le surplus d’énergie, mais cette méthode peut être employée uniquement par des personnes qui sont de bonnes conductrices de l’électricité, car elles seules sont en mesure de résister à l’émanation du malade. On peut dire la même chose des médecins. Il existe beaucoup de médecins, mais très peu obtiennent des résultats pour une complète guérison. Le véritable médecin est une sorte de canal, l’issue par laquelle la maladie peut sortir à l’extérieur. Le médecin doit pouvoir prendre et donner quelque chose au malade.

 

Chaque mauvaise disposition physique ou psychique se soigne soit par une méthode similaire à la cause qui la provoque, soit par une méthode contraire à la cause. Par exemple, les mains et les pieds gelés se soignent par le froid et non par le chaud. On peut traiter les brulures avec de l’huile d’olive, car elle a la propriété d’absorber la chaleur et de libérer le surplus d’énergie provoqué par la brulure dans l’organisme.

Créez un milieu harmonieux pour le malade et son esprit se calmera. Celui qui rend visite à un malade ne doit avoir aucune pensée négative, aucun sentiment pessimiste, car le malade est extrêmement sensible, à cause de l’élargissement de son double éthérique qui le rend facilement irritable. Chez le neurasthénique, par exemple, le double est trop large et prend beaucoup d’espace autour de lui.

Pour vous libérer d’une maladie, arrêtez d’en parler constamment.

La joie apporte la vie. Pour guérir, l’homme doit se réjouir et chanter, quelle que soit sa maladie. Souvent, pour guérir, il suffit de se lier avec des gens en bonne santé, bons de nature et pleins d’amour. Diriger ses pensées et ses sentiments vers de telles personnes apporte le plus grand bien.

Je ne recommande pas les traitements par les dérivés du pétrole et tous les médicaments qui brulent la peau.

Ne permettez pas que l’on vous caresse ou vous embrasse les yeux. Cela ne vous apportera aucun bonheur. Les yeux ne sont pas faits pour être touchés. Il faut s’en réjouir par le regard, de loin.

Ne traitez pas vos yeux avec quoi que ce soit, sauf avec de l’eau pure. Il existe une eau remplie de magnétisme vivifiant qui peut les purifier et les rafraichir.

Un malade doit toucher souvent la partie inférieure de ses oreilles pour renforcer sa vitalité. Chacun doit savoir que son propre organisme représente une partie de l’organisme divin. Et si pour préserver sa vie l’homme provoque la perte de la vie de son frère, par cet acte, il dégrade sa propre vie.

Les opérations peuvent se faire, mais pas de manière physique. Quel sens y a-t-il à supprimer les membres d’un corps humain? Il faut commencer d’abord par le psychique et aller vers le physique. Les méthodes de la chirurgie et de la médecine modernes ne sont pas bonnes. Avant d’éliminer une partie du corps humain, il faut trouver la cause qui a provoqué la maladie et la supprimer pour que le corps puisse rester indemne. Les parties du corps humain ne doivent pas être mutilées.

Couper la jambe ou le pied de quelqu’un n’est pas une science, lui enlever un oeil n’est pas une science non plus. Supprimer un rein n’est pas non plus une science. L’homme peut vivre avec un rein, mais pourquoi donc la Nature lui en a-t-elle donné deux? Les médecins disent que l’homme peut vivre sans appendice. La Nature l’a mise en place et les médecins l’enlèvent en disant que l’on peut vivre sans!

La chirurgie est une science ancienne. Enlever les amygdales doit être une méthode que l’on utilisera en dernier recours, car après leur extraction l’état souvent s’aggrave. Avec quoi va-t-on remplir la place vide? Rétablir quelque chose, la reconstruire, cela est une science. On peut enlever un oeil à condition de pouvoir en remettre un autre à la place qui rétablisse la vue. Cela est une vraie chirurgie. N’importe qui peut couper une jambe, mais la remplacer par une autre n’est pas à la portée de tout le monde!

Si vous le pouvez, ayez la patience de supporter une opération sans anesthésie, car il se passe beaucoup de temps avant que l’organisme se libère des produits anesthésiants. Pour opérer, on utilise la morphine afin que le malade ne sente rien, mais après la douleur revient avec plus d’intensité. La Nature n’aime pas que l’on bloque ses énergies. Ne croyez pas que par cela vous pouvez vous épargner des souffrances.

Ne chantez pas quand vous vous rendez auprès d’un malade. C’est à lui de chanter, s’il le veut. Priez pour lui et s’il est disposé à chanter, chantez avec lui.

Sachez qu’un malade qui prie et chante tout doucement en lui-même guérira. Mais l’état est grave s’il n’est disposé ni à prier, ni à chanter. Il va bientôt partir dans l’autre monde. Sa disposition par rapport à la prière et au chant est un diagnostic par lequel vous pouvez savoir si un homme est en bonne santé ou malade, s’il est bon ou méchant. Quand il perd le gout de la musique, de la prière, l’homme s’endurcit, devient méchant et ensuite tombe malade. En reprenant sa bonne disposition, il commence à prier, à chanter et retrouve sa santé.

En cas de mal de tête, prenez un bain de pieds chaud et rajoutez petit à petit de l’eau encore plus chaude pour augmenter la température au maximum possible. Avant le bain de pieds, faites aussi un lavement des intestins.

Si vous avez mal à l’estomac, faites un régime et mangez très peu. Chaque matin, buvez une petite tasse d’huile d’olive et une tasse d’eau bouillante. Puis exposez votre abdomen au soleil, tôt le matin, deux ou trois heures par jour.

À celui qui a une très grande fièvre, je recommande un régime sévère : ne rien manger pendant un à six ou sept jours, laisser les fenêtres de sa chambre ouvertes, assurer une arrivée abondante de lumière, ne pas dormir beaucoup, rester éveillé et prier.

Si vous avez pris froid et que vous êtes fiévreux, buvez de un à cinq verres d’eau bouillante ou une tisane, jusqu’à provoquer une transpiration abondante. Puis quittez vos vêtements trempés et essuyez-vous bien, recommencez à boire encore quelques tasses, puis massez vos pieds et vos mains avec de l’huile d’olive et couchez-vous. Ainsi vous serez hors de danger.

Une autre règle : prenez un purgatif pour éliminer tous les éléments inutiles de vos intestins et de votre estomac. Ne mangez pas pendant deux jours, mais buvez trois ou quatre verres d’eau bouillante, puis deux tasses de bouillon d’épinards, enfin deux bols de soupe de pommes de terre. Et après, mangez moins pendant quelque temps.

L’homme doit transpirer, non seulement physiquement, mais spirituellement, par les souffrances qui représentent aussi une sorte de transpiration. Si quelqu’un n’arrive pas à transpirer physiquement, il est exposé à toutes sortes de dangers. Mais sans souffrances, on est aussi exposé aux dangers.

En cas de refroidissement et si vous en avez la possibilité, faites des marches en montagne, grimpez des sommets de façon à transpirer, mais changez toujours les vêtements mouillés avec des propres. Buvez aussi deux ou trois verres d’eau bouillante. Ceci est très bénéfique pour ceux qui souffrent d’asthme ou ceux qui ont tendance à grossir.

Si vous ne vous endormez pas facilement, la cause vient souvent d’un surplus d’énergie dans le cerveau. Pour vous en libérer, faites des exercices destinés à diriger cette énergie vers d’autres parties du corps. Concentrez votre pensée sur la pointe de votre nez pendant cinq minutes ou encore lavez vos pieds avec de l’eau chaude pour faire descendre le sang dans les pieds.

À quoi servent les maladies dans le monde? Elles sont un moyen d’éducation. Par elles, le monde invisible corrige les humains. Si les médecins d’aujourd’hui arrivaient à comprendre cela, ils apprendraient à leurs patients comment vivre. Il n’est pas suffisant de palper seulement le pouls d’un malade et de lui prescrire un médicament. Non, il faut lui prendre la main et lui dire : « Je vous guérirai si vous êtes prêt à corriger vos défauts et à mener une vie saine. » Et si le malade promet vraiment de corriger sa vie, le médecin s’engage à le guérir. Par cette méthode, les médecins pourraient apporter beaucoup de bien aux humains. Actuellement, ils étudient principalement les symptômes des maladies, mais un véritable médecin doit connaitre avant tout les manifestations et les signes d’un organisme en bonne santé, pour pouvoir les comparer avec ceux d’un organisme malade. C’est un art de pouvoir prendre des mesures préventives au moins dix ans avant que l’homme ne succombe à la maladie. Cet art est seulement à la portée du médecin qui connait les sciences spirituelles.

D’après moi, un véritable médecin est celui qui connait les causes de chaque maladie et les fait comprendre au malade. Le médecin est un assistant de la Nature qui travaille en conformité avec ses lois.

Il faut apprendre le langage des organes. Chaque organe possède son langage spécifique. Le foie a son langage spécifique, l’estomac un autre, les systèmes sympathique ou musculaire, tous ont leur langage et leur grammaire. Si vous ne savez pas comment leur parler, ils ne vous comprendront pas. Il existe des occultistes qui connaissent ces langues et si, vous aussi, connaissez le langage d’un organe, vous pouvez lui suggérer des idées. Si votre foie est dérangé, vous pouvez lui faire des suggestions et si vous y arrivez, vous obtiendrez des résultats. Pour traiter un organe, le médecin doit connaitre son langage. Celui qui veut devenir un vrai médecin doit apprendre le langage de chaque organe, aussi bien celui du foie que celui de l'estomac, des poumons ou du système nerveux.

Vous êtes tombé malade? Détachez-vous de votre personne et parlez à l'organe malade avec ces mots : « Il ne faut pas que tu aies peur, tu guériras, tu guériras, tu guériras! » Parlez-lui comme à une seconde personne. Si vous vous dites que c'est impossible, vous influencez l'organe qui continuera à être malade. Dites-lui par exemple : « Tu guériras. Je te mettrai une abeille et par sa piqure tu guériras absolument! » Tout le monde peut guérir, mais quand? Quand on finit par le croire.

Quelle est la vocation du médecin? C'est d'apprendre aux hommes les lois qui fondent leur santé et leur bien-être.

La vocation d'un médecin ne consiste pas seulement dans la prescription de méthodes de guérison, c'est beaucoup plus que cela. C'est d'apprendre aux hommes à vivre correctement, conformément aux lois de la Nature intelligente qui sont les lois de l'Intelligence cosmique. Dans l'avenir, on paiera les médecins pour leurs conseils. Ainsi ils ne visiteront pas les malades, mais les gens en bonne santé, une ou deux fois par semaine, pour leur apprendre à bien vivre et comment améliorer leur vie.

Sans l'amour, le pouvoir de guérison se perd. Guérir les malades signifie pouvoir enlever le fardeau qui pèse sur leur dos. Néanmoins, dans un sens, c'est une bonne chose que les gens tombent malades de temps en temps, sinon ils risqueraient d'affronter des malheurs bien plus grands encore. Personne ne peut éviter la souffrance envoyée par la Nature elle-même. S'il arrivait à l'homme d'échapper à une souffrance, deux ou trois autres s'abattraient sur lui. La Nature est très sévère et exigeante.

Si vous visitez un malade, adressez-vous d'abord au Seigneur et dites-lui : « Seigneur, je T'en prie, aide-moi à guérir ce malade! » Si l'homme arrive à se relier à l'Intelligence cosmique, Dieu commencera à travailler à travers lui. Il suffit que cet homme-là visite un malade, pose sa main sur lui, pour qu'au bout de trois minutes le malade puisse se lever de son lit. Ainsi cet homme constatera qu'il existe un lien entre lui et l'Intelligence cosmique.

Quand on s'engage dans la guérison d'un malade, on entre en contact avec lui. Ne prenons-nous pas une partie de sa souffrance, direz-vous? Ne pensez pas à cela. Posez-vous d'abord la question : « Dois-je vraiment m'engager à  le guérir? » Si vous êtes certain qu'il faut le guérir, ne reculez devant aucun obstacle et n'ayez pas peur des conséquences. Mais comment savoir si on doit s'engager? Si vous aimez cette personne, vous devez la soulager de son mal.

Il n'est pas permis de guérir n'importe qui. Si un médecin spirituel libère un criminel, il portera son karma. Il existe des criminels, des assassins que personne ne peut guérir, pas même un guérisseur spirituel.

Jésus-Christ n'a jamais entrepris la guérison des mécréants, des assassins ou des criminels. Pour ce genre d'individus, il n'y a pas de guérison possible.

Dans l'Antiquité vivait un adepte qui avait le pouvoir de guérir toutes sortes de maladies. Des sourds, des aveugles, des muets arrivaient de partout et il les délivrait. Mais il était grandement étonné qu'à la place de la gratitude, les gens délivrés de leur mal lui répondent par la cruauté et le mécontentement. Il s'adressa ainsi à Dieu : « Seigneur, pour quelle raison ces gens me persécutent-ils? Je leur ai ouvert les yeux, les oreilles pour qu'ils voient et entendent, je leur ai ouvert la bouche, et malgré tout cela ils ne me laissent pas tranquille. » Et Dieu lui répondit : « J'ai fermé les yeux, les oreilles, la bouche de ces gens-la parce que leur coeur est cruel. Pour qu'ils ne pèchent plus, Je les ai privés de l'abondance et de la douceur du monde extérieur. Tu t'es introduit dans Mon plan sans Ma permission, c'est pourquoi tu dois porter les conséquences de ton attitude. Il y a un sens à ouvrir les yeux et les oreilles aux aveugles et aux sourds seulement s’ils sont prêts à servir Dieu.»

En guérissant pour de l'argent, vous prendriez une grande responsabilité. Supposons que vous guérissez quelqu'un, vous lui prenez son argent, mais un an plus tard, il meurt. Que se passe-t-il alors? Il vient s'installer en vous et vous risquez de porter son karma. C'est ainsi que vous perdrez plus de vous-même que ce que vous avez reçu. C'est pourquoi si vous guérissez quelqu'un, faites-le sans demander d'argent. La main du disciple occulte doit être pure et désintéressée.

Celui qui est convaincu de guérir les malades par lui-même peut prendre de l'argent. Celui qui pense que Dieu guérit à travers lui n'a pas le droit de prendre de l'argent.

La nourriture, la lumière, l'air, les échanges avec les hommes bons, tout cela sera vos remèdes dans l'avenir. L'homme bon, l'homme sain vous guérira sans que vous sachiez que votre salut vient de lui. C'est pourquoi les médecins doivent être les hommes les meilleurs, les plus vertueux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0