Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

II. Maladie et santé. 1. Les maladies

1 post in this topic

II. Maladie et santé

1. Les maladies

Dans le monde divin, les maladies n’existent pas. Elles sont une création de l’homme et non de Dieu. C’est l’homme qui crée ses propres maladies, non Dieu.

La loi est la suivante : lorsque le corps souffre, c’est pour le bien de l’âme.

Pour pouvoir supporter les vibrations du monde spirituel, les hommes doivent renforcer leur système nerveux. Aujourd’hui, toute la race blanche s’adapte petit à petit à la vie spirituelle. Les souffrances qu’elle traverse sont une préparation du monde invisible pour que les humains puissent établir le contact avec les entités du monde supérieur.

Les maladies témoignent de nos déviations par rapport à la grande Vie divine, c’est-à-dire à la pensée juste.

Actuellement, les maladies dont souffrent les humains sont de trois catégories principales :

-    physiques, qui concernent le corps,

-    émotionnelles, qui concernent les sentiments,

-    mentales, qui concernent la pensée.

Les maladies du corps physique se soignent d’une manière, celles concernant les sentiments d’une autre et les maladies de la pensée d’une troisième manière. La médecine actuelle ne dispose d’aucune méthode qui guérisse définitivement les maladies.

Qui est un malade psychique? Celui qui est mécontent, celui qui doute, celui qui ne maitrise pas son intelligence, son coeur, sa volonté.

L’homme malade souffre dans sa chair et c’est de cette façon qu’il étudie les lois de la vie. Chaque maladie montre que l’homme a transgressé une vertu. Le mal des yeux, de tête, de poitrine, d’estomac ou de tout autre organe montre une insuffisance quelque part. Si l’homme acquiert ce qui lui manque, la santé se rétablit.

La maladie est donc une conséquence. Aussi longtemps que les humains vivront dans des conditions ordinaires, ils ne feront qu’utiliser les acquis du passé.

Comment peut-on arriver à la perfection? Par les souffrances! Par elles, l’homme descend dans la matière dense pour s’instruire. S’il ne souffre pas, il n’a pas d’avenir. La souffrance est une matière brute qui demande à être transformée. Si l’homme la transforme, il grandit dans la joie. Dieu, notre Père, exige notre perfection. Dieu veut que nous alliions à l’école pour apprendre et cela doit devenir notre désir.

La meilleure des choses sur la terre est la souffrance. Là où est Dieu, il y a des souffrances. S’il n’y a pas de souffrance, Dieu n’est pas présent. Les bienfaits de la vie viennent par la souffrance. Si quelque chose était possible sans elle, le Christ aurait commencé par sauver le monde sans souffrir. Grand est celui qui porte consciemment les souffrances, mais nous, par notre incompréhension et notre ignorance, nous les provoquons. La moindre pensée impure, le moindre sentiment ou désir négatif entrave la pureté de notre vie.

Quand je parle du côté positif des maladies, cela ne veut pas dire que l’homme doit être malade. Les maladies ne sont pas seulement physiques, chaque indisposition, chaque souffrance, chaque tristesse sont déjà des états maladifs qui se reflètent sur l’organisme. En ce sens, les maladies sont visibles ou invisibles, physiques ou psychiques. L’important est de trouver par soi-même des méthodes qui aident à les surmonter consciemment. Quoique savant, l’homme est toujours mécontent et insatisfait, donc prédisposé à la maladie.

Quand nous aurons compris le sens profond de la souffrance, nous comprendrons que ce processus permet de former notre caractère. C’est une méthode dont se sert la Nature pour adoucir les sentiments bruts de l’homme. Lorsqu’il souffre quelque temps, l’homme lâche prise et commence à penser, à comprendre la situation des pauvres et des souffrants. Sans souffrance, la cruauté et la brutalité de l’homme ne peuvent s’adoucir.

Les souffrances sont des moyens par lesquels la Nature rejette les impuretés de l’organisme. Sachant cela, remerciez pour les souffrances qu’elle vous donne, car sans elles, vous auriez pu vous empoisonner.

Dans la vie humaine on passe obligatoirement par certaines souffrances prévues par la Nature elle-même. Elles sont indispensables et semblables au poids dont on charge un bateau pour l’équilibrer et assurer son fonctionnement, son mouvement. De la même manière, les souffrances sont des poids qui maintiennent l’équilibre des forces dans l’organisme humain. Par elles on gagne toujours. Celui qui ne souffre pas stagne, celui qui souffre grandit.

Établir l’ordre dans le monde est l’oeuvre de Dieu, le travail de l’homme est de mettre de l’ordre dans son petit monde. Mais comment? Les souffrances lui apprennent la marche à suivre.

Quand Dieu veut que l’homme Le connaisse, Il lui envoie des souffrances.

Quel est le rôle des maladies? Quand un être vivant fait mauvais usage des forces reçues, la Nature lui envoie des maladies pour le limiter. En conséquence, la maladie n’est rien d’autre qu’une limitation temporaire de la liberté de l’homme ou des êtres vivants en général.

Aujourd’hui les hommes s’inquiètent pour tout, ils ne soupçonnent même pas que les maladies renferment un certain bien. C’est toujours un problème à résoudre. Celui qui a résolu convenablement le problème reçoit le bien caché dans la maladie. Si au lieu de cela l’homme se plaint, il se prive de ce bien. Plus il se plaint et rejette la maladie, plus il est attaqué par elle.

Par la maladie l’homme devient plus délicat, plus fin. Les malades de longue durée développent délicatesse, raffinement et noblesse. La nature des gens qui n’ont jamais été malades est plus brute, plus cruelle. Je ne parle pas ici des maladies psychiques, car elles ont un autre caractère et ne rendent pas l’homme plus noble, mais au contraire plus agressif.

La maladie est quelque chose de vivant. Quand elle atteint l’homme et trouve en lui une nourriture convenable, elle y reste. Sinon, elle part. En conséquence, enlevez toutes les conditions favorables aux maladies et vous vous libèrerez d’elles.

Chaque difficulté introduit des déchets, des résidus, des matières inertes dans l’organisme qui doit trouver le moyen de les assimiler afin de ne pas se rendre malade. C’est pourquoi la Nature a accepté les maladies comme méthode de traitement. La maladie n’est pas une punition, mais un stimulant, un moyen d’obliger l’homme à rejeter toute impureté de son corps.

Souvent la Providence envoie à quelqu’un une grande souffrance pour le sauver d’un malheur encore plus grand.

Si vous voulez guérir, vous devez aller jusqu’au fond de vos souffrances et passer par le feu pour vous purifier. Si vous ne pouvez pas acquérir une pureté absolue, vous ne trouverez pas ce que vous cherchez et sans souffrance la purification est impossible. Si vous êtes impur, vous passerez par la souffrance.

Après chaque maladie, chaque souffrance, l’homme acquiert une certaine expérience qui l’élève. Plus la maladie est grave, plus l’homme deviendra fort. Les maladies ont un rôle éducatif, elles renforcent l’organisme et prolongent la vie. On a remarqué que les gens qui ont été malades dans leur enfance ont renforcé leur organisme et sont devenus plus résistants.

Le rhume est comme le nettoyage pour Noël, la fièvre est comme le nettoyage pour Paques. Ces deux nettoyages sont différents.

Lorsque les pensées, les sentiments et les actes de l’homme sont purs, celui-ci n’a pas peur, il ne s’inquiète pas, n’est pas tendu. Quelle que soit la maladie qui se présente, il reste inattaquable. Même s’il tombe malade, la maladie vient et passe, elle ne laisse pas de séquelles. Grâce à quoi? À la pureté de son sang. Pour faire face aux maladies et aux souffrances, pour surmonter facilement vos contradictions, purifiez vos pensées, vos sentiments et vos actes. C’est sur cela qu’est basée la pureté intérieure qui donne un sang pur. La santé, la force et le bien-être de l’homme proviennent de la pureté de son sang.

Par les maladies, vous payez vos dettes. Si vous basez votre vie sur le désir de servir Dieu, Il vous accorde un « crédit » et vous guérissez. L’homme habitué aux souffrances supporte plus facilement la maladie que celui qui n’a jamais été malade.

Le mal contient plus de force, le bien plus de douceur. La force est unie à la douceur. Si vous manipulez simultanément le bien et le mal, et si vous décidez de les séparer, vous allez vous créer une maladie incurable. Si on supprime les maladies de la vie des hommes, ils rencontreront un mal encore plus grand que du temps où ils en souffraient. Les maladies adoucissent les hommes, elles sont des méthodes pour régulariser le surplus d’énergie accumulé dans leur organisme.

Quand vous vous approchez des gens doux, vous ressentez un certain agrément, car la douceur est un vêtement agréable qui les entoure. Cette enveloppe chaude et favorable crée chez les hommes doux une immunité contre toutes les maladies. La santé de l’homme dépend de sa douceur. Lorsqu’il la perd, il commence à se dessécher, à se solidifier et à devenir facilement vulnérable à la maladie. Partout où il dirige son regard, il voit le mal, le mécontentement devient son compagnon.

La souffrance est un processus spirituel qui représente la chose la plus grandiose dans la vie et met en branle le plus grand mouvement des forces de l’organisme jusqu’à leur équilibre. Souvent les hommes éprouvent de grandes difficultés intérieures dues à l’obstruction des pores de leur corps, une grande souffrance est alors nécessaire pour les nettoyer. Les laver à l’eau et au savon les débloque seulement extérieurement, mais les canaux qui mènent à l’intérieur restent obstrués. Dans le corps humain, il existe environ sept-millions de pores qui sont les principales soupapes de l’organisme humain. Quand tous les pores sont ouverts, l’homme est en parfaite santé. Cette ouverture se réalise par le lavement intérieur appelé transpiration.

Les microorganismes en affinité avec l’homme viennent l’habiter. Ils deviennent alors ses associés et commencent à se nourrir de ses énergies. Sans s’en rendre compte, l’homme devient une victime et tombe malade.

On dit que Dieu vit en nous, mais nous avons des rhumatismes, et le rhumatisme reste. On dit que Dieu vit en nous, mais nous avons une tumeur, et cette tumeur reste. Dieu ne peut pas habiter dans un corps où il y a des ulcères ou d’autres maladies. Lorsque le corps devient absolument sain et libre de toute maladie, l’Esprit peut venir s’installer. Dans les conditions présentes, quand vous avez mal aux jambes ou mal à la tête, Dieu est loin de vous.

Que représente une maladie? La matière désorganisée, l’énergie désorganisée, la pensée désorganisée.

Les maladies sont vos baromètres. Grâce à elles, vous comprenez où vous en êtes, ce qu’il vous manque. Quand vous passez par la maladie, remerciez Dieu et priez pour qu’Il vous aide à comprendre ce qu’il vous manque. Jusqu’à présent les maladies représentaient la partie la plus négative de votre vie, mais le jour où vous trouvez le moyen d’y faire face, vous accédez au côté positif de la vie.

Avoir une fracture du pied est la conséquence d’une pensée négative ou d’une erreur. Il n’existe pas de loi qui juge la pensée mais l’homme est emprisonné par la douleur qu’il ressent. Le médecin lui donne des narcotiques afin de l’opérer et le malade ne sent pas la douleur, mais après l’opération, la douleur revient avec le double d’intensité. La Nature est si intelligente que la punition qu’elle inflige à l’homme pour le corriger ne peut être évitée, c’est ainsi qu’elle rétablit l’harmonie. Quand je souffre je peux mieux comprendre qu’il existe une entité invisible qui me suggère : « Corrige ton erreur, sinon c’est moi qui m’en chargerai! »

Les états maladifs tels que les rhumes, les fièvres ne sont pas de vraies maladies, mais des nettoyages de toutes les impuretés et des résidus accumulés. Par contre la tuberculose, le cancer sont de vraies maladies. Il existe aussi des maladies psychiques. Celui qui se culpabilise sans se corriger est déjà malade.

Une chose est exigée de l’homme : la pureté du sang. Le sang pur est en mesure de vaincre chaque maladie, car il ne permet pas le développement des bacilles, quels qu’ils soient. Les vibrations du sang pur sont si puissantes que toutes les bactéries sont rejetées.

Les maladies, mais aussi la capacité de travail d’un homme dépendent des vibrations de son sang et de son cerveau.

La cause de toutes les maladies, de toutes les insuffisances et de toutes les infortunes dans la vie est de nature spirituelle et non physique. Si vous voulez être en bonne santé, n’acceptez dans votre intelligence, dans votre coeur aucune pensée ni aucun sentiment négatifs. Ces derniers sont des parasites et il ne faut pas les laisser se développer dans votre tête.

Si le malade doit s’abstenir de certaines choses, ce n’est pas de l’air, mais plutôt de la nourriture. Il doit se nourrir moins, mais mieux, avec une nourriture bien choisie. Sa maladie lui est donnée pour qu’il éduque son estomac. Donnez au malade une pomme cuite au four, quelques noix et un petit morceau de pain grillé. Le lendemain, à la place de la pomme donnez-lui une poire cuite.

Si vous avez un furoncle, sachez que le mal sort par lui. Chaque pensée négative, chaque sentiment, chaque acte négatif se manifeste en furoncle, en rhumatisme ou autres maladies. Par le rhume et par la toux, l’homme nettoie ses poumons et tout son système respiratoire des dépôts intérieurs.

La fièvre nettoie en brulant les déchets. Lorsqu’un organe devient malade, tout l’organisme souffre. L’équilibre est rétabli lorsque tous les organes sont sains et en bon état.

Les maladies arrivent dans le monde périodiquement. Plus il y a de crimes vis-à-vis de l’amour, plus les maladies et les anomalies augmentent dans la vie humaine. Dès que vous appliquez les lois de l’amour dans les familles, dans les sociétés, dans les peuples, tout de suite les maladies diminuent. Je ne parle pas de l’amour humain, mais de l’Amour divin qui élève l’esprit humain et résout tous les problèmes.

La santé se rétablit par la pensée et s’entretient par les sentiments.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0