Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

Dixième conversation

1 post in this topic

DIXIÈME CONVERSATION

 

LE MAITRE. — La voie du disciple est une stricte autodétermination. Du moment qu’elle est déjà accomplie dans sa conscience, il ne doit pas seulement montrer ses convictions, mais tester sur ses positions fermement, dur comme un diamant. Quand celui qui s’est engagé sur la voie sacrée a raison, toutes les conditions extérieures s’adouciront et sa route sera ouverte. Sous le terme autodétermination, on ne comprend pas seulement garder ses convictions cinq, dix ou quinze ans, puis commencer après cela à creuser, mais une autodétermination irrévocable et éternelle. Dans les convictions du disciple doivent être contenues les aspirations du chemin parcouru au cours des siècles, chemin qui est le même que celui qu’il suit maintenant.

II faut savoir que dans l’actuel développement de l’humanité, pour chacun des disciples, il surviendra au moins une difficulté. Elle est karmique ; et chaque disciple doit avoir une échine morale solide, afin de ne pas reculer. Vous saurez cela aussi que, le plus souvent, la difficulté vient en résultat d’une désobéissance. C’est pourquoi, ne vous détachez jamais du principe fondamental et directeur de votre vie.

Travaillez sur les vertus. Chaque qualité indispensable à l’évolution du disciple est un matériel d’études. La patience, la prudence, l’honnêteté peuvent s’étudier comme des sciences. Vous aurez à passer un examen en honnêteté comme on passe un examen en géométrie. Un des traits les plus nobles que doivent développer les hommes, et plus spécialement les Bulgares, c’est le respect l’un pour l’autre.

On exige de vous de l’héroïsme. Encouragez-vous et soyez comme ce batelier qui ne tient pas compte s’il rencontrera une petite ou une grosse vague le long de son chemin en mer, mais rame avec persévérance et courage. C’est seulement ainsi que vous atteindrez le rivage. Et le rivage est une nouvelle culture, lumineuse et élevée, qui ne doit jamais disparaitre de votre conscience. Quand vous vous levez le matin, posez-vous cette question : quelle partie du travail doit-elle être accomplie en ce jour pour la venue de cette culture ?

(C’est par ces paroles que se terminera notre réunion ce jour-là.)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  
Followers 0