Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

Sixième conversation

1 post in this topic

SIXIÈME CONVERSATION

La conversation commença à cette heure matinale où le Maitre faisait sa promenade dans la prairie. Le jour était rayonnant et les arbres couverts de fleurs blanches enchantaient. Quand le Maitre vint et s’assit sur le banc sous l’auvent, une dizaine de disciples se réunirent autour de lui, assoiffés d’entendre les paroles du Maitre, pleines de sagesse et qui libéraient de toutes les contradictions.

LE DISCIPLE. — Que nous direz-vous, Maitre, des quatre éléments ou quintessences avec lesquels, selon les sciences occultes, le monde a été construit ? Certains auteurs les désignent du nom d’« éléments ». Plus concrètement, à quels éléments chimiques connus correspondent-ils, étant donné que ces quatre éléments ne doivent pas être pris dans le sens littéral du mot, mais sont considérés comme la base du tempérament et du naturel ?

LE MAITRE. — Le Feu correspond à l’oxygène, l’Eau à l’hydrogène, l’Air à l’azote et la Terre au carbone. Quand on dit Feu, Terre, Air, Eau, il faut comprendre les éléments constructifs, tout comme les propriétés fondamentales de l’oxygène, de l’hydrogène, de l’azote et du carbone.

Souvent, chez les hommes de notre Terre, on remarque une carence, d’autres fois un excédent de certains des éléments cités. Quand chez quelqu’un la circulation du sang ne se fait pas correctement, dans le sang de cet homme s’amasse du carbone, sous la forme d’acide carbonique, et cela le rend « impur ». Cette « pollution » du sang ne peut pas être établie d’une façon expérimentale, et c’est pourquoi les médecins nient que l’on puisse vivre avec un sang impur. Ici, la contradiction est seulement apparente, car les éléments étrangers polluant le sang sont sous la forme fluide, qui ne peut être isolée et vue par l’investigateur.

Quand les énergies électriques et magnétiques ne circulent pas correctement chez quelqu’un, dans son système nerveux s’amasse un excès d’azote. Alors il se produit un « engorgement » et l’on s’endort souvent. Au cours de son travail, ou bien d’une conversation, cette personne est toujours attaquée par cet état de somnolence. Voilà pourquoi chacun doit suivre les processus de son organisme et régulariser par des moyens adéquats, leur fonction correcte.

Les quatre éléments fondamentaux, au sujet desquels vous avez soulevé la question, jouent également un grand rôle dans la manière dont on se présente à l’attention de chacun. Suivant l’élément qui prédomine en cette personne, elle peut être active, rapide, impatiente, tandis qu’une autre sera lente, flegmatique, même ennuyeuse. On est le plus agréable quand on est naturel et que l’on ne pose pas. Quel que l’on soit, on est supportable étant donné que notre comportement est déterminé par l’action réciproque des éléments se trouvant en nous. Le comportement naturel de l’homme est son plus bel ornement.

Par exemple, si quelqu’un s’incline en signe de salutation d’une manière tout à fait naturelle et spontanée, personne ne peut l’imiter. Les actions originales ne peuvent pas être répétées. Elles ne peuvent pas être limitées. L’imitation, tout comme chaque attitude artificielle, repousse.

L’imitation est autorisée seulement dans le cas où quelqu’un veut assimiler un art donné, mais, chez lui, le talent ne jaillit pas de l’intérieur. Celui qui veut devenir musicien et n’est pas un musicien-né, doit s’efforcer à atteindre quelque chose du musicien-né en suivant son travail. Beaucoup de gens sont devenus des musiciens, sans être nés tels, en suivant les méthodes, les directives et le travail d’un grand musicien.

II est très important que l’homme travaille avec ses qualités originales innées. II doit développer ses petits talents afin d’arriver à la manifestation de ses grands dons. Le comportement naturel, la persévérance et le travail assidu doivent être les compagnons inséparables de celui qui poursuit les cimes de l’Esprit.

Les disciples, qui vivent dans la conscience qu’ils marchent sur le sentier menant à la perfection, ne doivent pas être des fainéants, comptant sur les autres pour tout faire. Ils doivent faire des efforts afin de résoudre eux-mêmes les problèmes difficiles. Souvent ceux qui les dirigent évitent sciemment de résoudre leurs difficultés afin de les déshabituer de leur indolence.

II est nécessaire que je vous explique aussi cela, que les Grands Maitres et les Adeptes connaissent l’essence de toutes choses, mais ne créent pas de théories. Et si vous demandez à un de ces Maitres ce qu’il y a sur le soleil, quoiqu’il sache ce qu’il y a dessus, il ne vous le racontera pas, mais dira : « Je vais vous apprendre comment on peut pénétrer là-bas avec sa conscience, et quand vous aurez maitrisé cet art, vous verrez vous-même ce qui vous intéresse. »

Une des qualités les plus nécessaires que vous devez assimiler pour ce travail est la concentration. À l’aide de ce puissant moyen, efforcez-vous de vous défaire de tous vos défauts karmiques. Si vous réussissez à faire cela, votre volonté va se renforcer. C’est justement pour cela que ces défauts vous sont donnés, afin que vous vous en défassiez par vos propres efforts. Tâchez de mettre en harmonie tout ce qui est en vous.

LE DISCIPLE. — Plus nous apprenons de vérités sur la vie, plus elle nous semble compliquée. Parfois, il arrive des moments où ой le disciple ne sait pas s’il faute ou s’il agit correctement. Il arrive même des moments où il devient la proie du pessimisme.

LE MAITRE.—Je vais vous donner un exemple au sujet du pessimisme. Parfois vous ressemblez à ces noceurs qui réunissent leurs amis pour une orgie dans laquelle ils gaspillent tout leur argent. L’orgie se termine, les réjouissances s’achèvent, et leur organisateur, resté sans argent, jeûne toute une semaine. C’est un des moyens les plus caractéristiques pour en arriver à cet état que vous appelez pessimisme. Sur cette Terre, les disciples ressemblent parfois à ces fils de parents riches qui ont été envoyés à l’étranger pour y faire des études. Le père envoie de l’argent, mais eux ils achètent des choses qu’ils ne devraient pas, et leur bourse se vide. Alors, ils se mettent à écrire des lettres pleines de tristesse à leurs parents dans lesquelles ils parlent de leur situation pénible, de leur pessimisme.

LE DISCIPLE. — Quelle est la raison pour laquelle beaucoup de choses que nous avons conçues et projetées dans la vie ne se réalisent pas ?

LE MAITRE. — Il y a deux choses qui l’empêchent. L’une est la négligence et l’autre est l’ajournement. Mais il faut faire une différence entre les deux. Le négligent dit : « On peut s’en passer » ; tandis que celui qui ajourne dit : « Maintenant, je suis très pris ; mais quand j’aurai fini mon travail, alors je le ferai. » II n’est pas permis au disciple d’avoir un de ces défauts. Du moment que cela est en rapport avec des choses de Dieu, il faut tout sacrifier.

Une explication complémentaire : si, à un moment donné, il vous vient à l’esprit une idée lumineuse qui élève, notez-la immédiatement, car si vous remettez cela à une autre fois, vous l’oublierez. Si vous faites un beau rêve et s’il vous a fait une forte impression, notez-le. S’il vous vient à l’idée d’envoyer à quelqu’un une belle pensée, lumineuse et utile, ne perdez pas de temps. Pensez à votre ami. Peut-être qu’à ce moment-là, il a besoin de vous. De même s’il vous vient à l’idée d’accomplir une bonne oeuvre, ne dites pas que vous le ferez quand vous aurez le temps, car vous ne le ferez jamais. Le temps d’agir est quand vous avez pensé à le faire.

Il arrive parfois qu’un homme commette une action qui parait inattendue, tant pour les autres que pour lui-même. Il n’est pas étonnant que l’idée de cette action ait son germe dans la pensée d’un de ses aïeux. Elle a été transmise aux générations jusqu’à ce qu’il s’en trouve un qui l’accomplisse presque inconsciemment. Pour ne pas devenir la victime d’une chose de ce genre, surtout si sa qualité n’est pas bonne, il vous faut vérifier les idées qui vous viennent à l’esprit et résister à celles qui sont en contradiction avec vos conceptions.

LE DISCIPLE. — Comment expliquer qu’il y a des jours où l’on a perdu toute disposition au travail ? On n’est pas fatigué, on ne se sent pas physiquement indisposé, mais tout désir de travailler a disparu.

LE MAITRE. — Très souvent de tels états arrivent par la voie de la suggestion. Dans ce cas-là, le disciple peut se faire une autosuggestion. Qu’il dise une, deux, trois ou plusieurs fois qu’il va travailler. Si le désir de travailler ne lui vient pas, alors qu’il répète cette autosuggestion plusieurs fois et alors il commencera à travailler avec plaisir. La bonne autosuggestion crée une puissante impulsion.

Quand vous vous levez le matin, dites ce qui suit:

« Je ne vais pas lutter centre moi-même, mais je serai en harmonie avec moi-même. Je ne vais pas être en contradiction avec la nature, mais je serai en harmonie avec la nature. Je ne serai pas en contradiction avec Dieu, mais je serai en harmonie avec Dieu. »

Si vous perdez courage, vous êtes dans le principe terrestre humain. Si vous sentez un élan et de l’enthousiasme, vous êtes dans le monde Divin qui toujours inspire et donne des forces aussi bien que du courage. Une autre fois, vous craignez le destin. Qu’est-ce que le destin ? C’est la loi karmique. II n’existe pas d’autre loi que la correction d’une transgression des lois de la vie.

LE DISCIPLE. — Existe-t-il des cas où des hommes, qui ont commencé à suivre la voie spirituelle, aient éprouvé des déceptions parce que ce sentier est escarpé et exige une vie vertueuse, et qu’ils aient désiré revenir à la vie des gens ordinaires qui leur semble plus facile et plus réelle ?

LE MAITRE. — Probablement, c’est une de ces personnes qui ont commencé à suivre la voie spirituelle en s’attendant à ce qu’elle leur rapporte de grands avantages et en pensant qu’ils pourront arranger leur vie comme ils le veulent et s’y attendent. Même certaines personnes qui sont dans l’École occulte pensent ainsi. C’est une grande erreur. Vous saurez que vous venez à l’École occulte pour apprendre comment vivre raisonnablement. Le savoir que vous y acquerrez vous aidera à comprendre beaucoup mieux et avec une plus grande clarté non seulement la science, mais aussi tout dans la vie. Vous acquerrez une qualité qui vous aidera à comprendre les choses véritablement réelles et à ne pas les confondre avec les erreurs.

II faut que vous sachiez que les Maitres qui visitent l’humanité ne permettent pas aux savants, aussi bien qu’aux plus avancés des disciples des sciences spirituelles, d’acquérir beaucoup de connaissances, car dans l’état actuel de l’humanité ces connaissances risquent de ne pas apporter de résultats très brillants. Ils ne peuvent pas supporter la haute fréquence de vibrations de cette vérité. C’est pourquoi il est nécessaire d’apprendre avant tout les particularités extérieures des phénomènes et, plus tard, leur essence.

À vous, je vous dis : Vous ne parlerez de choses sacrées et élevées qu’avec des gens sages, savants, au caractère noble et spirituel. Avec les sots, vous ne parlerez que des choses ordinaires de la vie quotidienne... d’ognons, d’ail, d’argent pour des mariages et des divorces, de procès juridiques, du courant de la vie quotidienne. Ne gaspillez pas en vain ce que vous avez appris et que vous devez utiliser comme fondements de votre vie. Parfois vous dites des choses non adéquates à un de vos interlocuteurs, mais vous saisissez immédiatement qu’il ne vous comprend pas. Vous en êtes fâché, mais vous non plus vous n’avez pas compris à qui vous parliez.

(Après une pause de quelques minutes, le Maitre continua :)

Vous devez tous savoir que la mer que vous traversez va vous surprendre par des tempêtes. Du premier au dernier jour de votre vie, vous allez passer par des « crises ». Les uns davantage, les autres moins, mais tous vous passerez par elles. Je les appelle « orages moraux ». Quand il vous arrive quelque chose d’un peu plus sérieux dans la vie, dites-vous : C’est un « orage moral ». Le sage trouvera une place plus à l’abri et passera plus aisément à travers l’orage. Dans ces cas-là, l’intuition, qu’il est bon que vous développiez en vous-mêmes, vous préviendra de l’arrivée d’« orages», tout comme la météorologie prévient pour les changements qui vont survenir.

Le plus important de tout, c’est que vous ne rompiez pas avec la source de votre vie. Ne rompez pas votre lien avec le Sublime.

Gardez-vous des émotions excessives, car le coeur troublé empêche l’esprit humain de voir son image.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  
Followers 0