Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

Des manifestations extraordinaires

1 post in this topic

DES MANIFESTATIONS EXTRAORDINAIRES

À plusieurs reprises, nous avons mentionné, dans ces pages, la grande et sage modestie avec laquelle le Maitre évitait de montrer et de faire tout ce dont il était capable. De sa si grande et riche entité, il ne manifesta que ce que nous, ses disciples, étions aptes à concevoir et à appliquer.

Pourtant, malgré toute sa retenue, il se passa certaines choses qui ne pouvaient échapper aux yeux de nombre de ses disciples. Mentionnons ici, tout d’abord, un cas curieux, bien que d’apparence bien simple.

Il y a bien des années, une des soeurs, qui devint par la suite collaboratrice d’un Institut Supérieur, arriva de la ville de Tarnovo, se présenta au Maitre et lui annonça avec joie qu’elle avait terminé ses études secondaires et qu’il ne lui restait plus qu’à se présenter à un examen de langue et de littérature bulgares. Elle se trouvait auprès du Maitre le samedi et lui dit qu’elle devait repartir pour Tarnovo le lendemain, dimanche, étant donné que l’examen devait avoir lieu le lundi. Le Maitre l’écouta sereinement et, heureux de son succès, lui dit qu’il n’était pas nécessaire qu’elle parte le dimanche et qu’elle pouvait rester un jour de plus avec les siens.

« Mais, Maitre, comment pourrais-je rester dimanche, quand mon examen commence tôt, le lundi matin à huit heures ? Si je ne me présente pas, je perdrai toute une année scolaire !

— Tu peux passer encore la journée de demain auprès des tiens » ajouta calmement le Maitre et il se remit à son travail.

L’âme de la jeune fille fut remplie de sentiments contradictoires et d’inquiétude. Comment rester ? N’allait-elle pas rater son examen ? D’un côté, elle voulait suivre la recommandation du Maitre et, d’autre part, elle se tourmentait à l’idée de perdre toute une année, à cause d’une seule matière, et, de plus, se laisser devancer par ses camarades. En fin de compte, l’attachement et la foi qu’elle éprouvait envers le Maitre prirent le dessus et elle resta à Sofia.

Lorsqu’elle arriva le lundi à Tarnovo, se demandant comment réussir à obtenir qu’on l’interroge par exception, on lui annonça que l’examen avait été annulé à cause d’une irrégularité quelconque.

C’est alors seulement que la soeur comprit la raison pour laquelle le Maitre lui avait si calmement recommandé de ne pas se presser de voyager le dimanche.

La conscience de celui qui vit également dans des mondes d’autres dimensions, là où le passé, le présent et l’avenir ne forment qu’un tout et fusionnent, est d’une autre essence, bien plus vaste.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  
Followers 0