Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

À propos de l'image spirituelle du Maitre

1 post in this topic

À PROPOS DE L’lMAGE SPIRITUELLE DU MAITRE

L’Enseignement de la Fraternité de Lumiere possède ses propres traits spécifiques, parmi les diverses variantes de la Science Divine. Nous en avons déjà parlé. Elle consiste en cela que le Maitre a posé les fondations permettant de parvenir à la haute connaissance de Dieu, de la Création et de la Vie, se basant sur le principe du Christ qui remplace en de nombreux endroits le mot « aum » de la philosophie d’Hermès Trismégiste par le mot « amour ». Cependant, s’il nous faut tracer dans ses lignes générales les principes et postulats fondamentaux de l’Enseignement de la Fraternité, il faut convenir que, dans leurs lignes générales, ils ne se distinguent pas de l’Enseignement de la Science Hermétique — Enseignement qui a donné naissance à des variantes telles que l’École de Pythagore et le Judaïsme qui représente la plus puissante forteresse du monothéisme, ainsi qu’aux doctrines ariennes de l’Orient, qui trouvent leur expression la plus puissante dans l’ancienne philosophie hindoue.

Dans la science occulte, il y a trois postulats fondamentaux, appelés les trois lois fondamentales, qui suppriment toutes les contradictions dans les lignes générales de la vie humaine. Ce sont: la Loi de l’Évolution, la Loi des Causes et des Conséquences (le Karma) et la Loi de la Réincarnation de l’âme.

Pour donner une image plus nette de cette unité de conception entre les lois fondamentales de la doctrine Theosophique et de la Fraternité de Lumière, nous donnons ci-dessous un court extrait d’une conversation avec le Maitre, dans laquelle il est question de l’essence de l’Égo.

Un de ceux qui fréquentaient l’Izgrev, s’adressa au Maitre et lui raconta ce qui suit :

« Il y a une semaine, après avoir pris mon déjeuner, je me suis couché pour faire la sieste. Avant de m’être endormi, à demi assoupi, je compris que je me trouvais debout dans ma chambre et que je regardais mon corps sur mon lit. Je saisis que j’étais plus grand que mon corps, et

quelqu’un qui se trouvait derrière moi, mais que je ne voyais pas, me dit : “C’est toi, là.” Alors je lui demandai: “Si c’est moi qui suis la, alors moi, qui regarde mon corps, est-ce que ce n’est pas moi ?” Je devins la proie d’un trouble. Celui qui était derrière moi dit : “Je vais te montrer qui tu es.” Après avoir dit cela, il m’emmena vers mon corps dans lequel j’ai plongé et puis je me suis réveillé pour de bon.

—    Celui qui regardait est celui qui est réel, répondit le Maitre, tandis que celui qui était sur le lit était son habitacle provisoire. Le double, qui était hors du corps, a lui aussi des yeux, un nez, une bouche et des oreilles. Ce double était dans la chambre, tandis que sur le lit, c’est ton corps qui était couché. Si une personne expérimentée dans ces choses mettait un morceau de sucre dans la bouche du double, celui qui est sur le lit dirait : “C’est du sucre.” De nombreuses expériences de ce genre ont été faites.

—    Qu’est-ce qui restera de nous après la mort ? demanda le visiteur.

—    Quand vous sortirez de votre corps, vous possèderez un autre corps invisible — un corps transparent pour la vue terrestre — dans lequel siègera la conscience. »

Pour abréger cette conversation, nous ajouterons que le Maitre continua à parler des corps humains en ces termes :

« L’homme a un corps physique, un double éthérique, un corps astral et, enfin, un corps Divin. »

Cela correspond à la description de l’homme, donnée par Swami Vivekananda, selon laquelle l’être humain possède un corps astral et un corps causal. La différence consiste en ceci que la philosophie yogiste est basée sur l’hindouisme, tandis que l’enseignement de la Fraternité suit l’Enseignement du Christ.

Après avoir terminé sa conversation avec son visiteur, le Maitre continua :

« Si vous vivez selon les lois de Dieu, les voies vous seront ouvertes ; mais si vous faites des fautes, naturellement des difficultés s’élèveront. Dans le monde, il existe deux sortes d’ordres : l’un est l’ancien, l’ordre humain, tandis que l’autre est l’ordre Divin.

—    Comment parviendrons-nous à acquérir les qualités qui sont nécessaires pour vivre selon le nouvel ordre, l’ordre Divin ? demanda un de ceux qui assistaient à la conversation.

—    De la même façon que le violoniste parvient à acquérir sa virtuosité, répliqua le Maitre. En faisant des exercices et en se rapprochant graduellement de ce qui a été donné pour idéal. »

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  
Followers 0