Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

La Paneurythmie

1 post in this topic

LA PANEURYTHMIE

 

Une autre forme d’activité caractéristique et originale pour la Fraternité est la paneurythmie. C’est une succession tout à fait particulière de danses et de mouvements rythmiques exécutés en commun le matin, avec accompagnement de musique. La paneurythmie est d’une très grande importance, tant pour la santé physique que pour la vitalisation harmonieuse de l’organisme humain.

Le Maitre a précisé le sens véritable de la paneurythmie du point de vue spirituel par la phrase suivante, pleine de signification : « La paneurythmie est un échange raisonnable avec les forces de la nature vivante. »

Si nous fixons un regard observateur et perspicace sur le sens profond de la vie humaine et cosmique, nous découvrirons que chaque manifestation de la vie microcosmique est la répercussion ou la résonance d’une vie abondante qui jaillit du macrocosme. L’homme qui s’est réveillé du sommeil de son existence biologique s’est toujours efforcé de donner une expression à cette vie supérieure de l’esprit, aussi bien par les moyens d’expression de la musique, de la peinture, de l’architecture, que par ceux de l’art chorégraphique. Les mouvements de l’homme, même ceux exécutés dans la vie ordinaire, sont l’expression d’une idée. Et si nous avions la patience et l’oeil observateur d’un chercheur, nous pourrions les classifier selon les idées et les états d’âme qu’ils expriment.

Tout mouvement est l’expression d’une pensée. L’art chorégraphique devrait être si parfait que l’observateur puisse recevoir, à partir de l’exécution des mouvements, cette pensée vers laquelle ils nous orientent. La répétition d’une figure donnée de danse doit nous amener à l’idée, à la pensée et à ce que l’on ressent intérieurement. Par conséquent, la danse elle-même peut devenir une expression du principe spirituel chez l’homme. Ainsi la danse rythmée nous amène à l’idée du rythme du cosmos.

Les vingt-huit mouvements de la paneurythmie, calqués sur la Nature vivante, sont une expression des états ascendants de l’homme.

Ils sont paisibles, dépourvus de l’impétuosité enivrante et insistante des émotions, empreints de la grande simplicité des choses utiles et merveilleuses. On les danse de grand matin, aux heures du réveil de la vie, quand le grand don de l’Amour Divin se déverse à grands flots du coeur du monde.

La danse en cercle de la paneurythmie est une petite imitation de l’énorme roue universelle à travers laquelle s’effectue l’écoulement des forces de la vie du macrocosme. Dans ces danses sont cachés tous les états positifs que traverse la vie humaine. Ainsi par cet exercice à l’aube, chacun peut parvenir à un accord harmonieux avec les forces bienfaisantes de la nature vivante qui en découlent. Et c’est grâce à l’influence exercée par elle que germent et s’accroissent les petites semences déposées dans l’âme de l’homme.

« C’est dans l’heure belle et sacrée, dit le Maitre, lorsque la nature entière frémit de joie, qu’on forme le cercle vivant de la paneurythmie. À l’heure matinale, dans la nature épanouie, on commence les exercices rythmiques, où trouvent leur réalisation les sept principes fondamentaux de la vie Divine. »

Voici comment les définit l’Hermétisme :

Le premier principe est la Raison. Cela veut dire que tout au monde est raison.

En second lieu vient le principe de la conformité. II peut s’expliquer par les mots suivants : II y a une similitude entre toutes choses au monde, une conformité. La philosophie hermétique l’exprime comme suit : « Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. » Par exemple : il y a une corrélation entre l’idée, le ton, la forme, le mouvement et le nombre. II existe une harmonie et une corrélation entre les différents plans de la vie : physique et spirituel. Tout ce qui est au ciel se trouve de même sur terre. « La solution d’une série de problèmes d’ordre scientifique, philosophique et spirituel est obtenue de la même façon qu’en géométrie dont on doit connaitre les principes de similitude. »

Le troisième principe est connu sous le nom de principe des vibrations. II enseigne que tout est mouvement, que tout vibre. La science contemporaine édifie tout et explique tous les phénomènes à l’aide de la fréquence dont il est question dans ce principe fondamental. C’est comme cela que se déterminent les phénomènes suivants : le son, la chaleur, la lumière, les rayons de Roentgen, les émanations radioactives, etc.

1990_L_enseignement_du_maitre_Deunov-14.jpg

Le quatrième principe est le principe de la polarisation. Tout dans la nature est polarisé. Et cette activité ou polarisation est une loi fondamentale de la nature. Il y a des principes masculins et féminins, deux sortes de charges électriques, deux pôles magnétiques et toute une série encore de polarisations dans la nature organique et inorganique.

En cinquième lieu est le principe du rythme. Ce principe nous parle de la périodicité de tous les phénomènes. Les saisons ont leur rythme, la succession du jour et de la nuit est un phénomène cyclique, rythmique, les battements du coeur, le flux et le reflux de la mer. Presque tous les phénomènes de l’astronomie sont cycliques, de même qu’il y a des indices de rythmes dans l’Histoire.

Le sixième principe est celui des causes et des conséquences. Chaque phénomène est provoqué par une cause, et toute cause dans la vie physique aussi bien que dans la vie spirituelle, porte des conséquences inévitables.

Et enfin le septième et dernier principe de l'unicité et de la parenté. Tout dans la nature est apparenté, issu du Grand Tout. Si nous recherchons les traces des différents phénomènes, nous découvrirons qu’ils se réunissent tous dans un foyer, dans une cause génératrice, qu’il existe un lien entre tout ce qui se passe dans la vie, tant dans celle de l’être isolé, que dans le Tout. Donc, on pourrait traiter l’univers tout entier comme un organisme infiniment grand. (Ici le terme « Infini » est employé dans le sens de difficilement concevable et d’un monde encore plus difficile à déterminer par nos notions et nos pensées).

Revenons à la paneurythmie. Rien qu’en parlant, l’homme exécute des mouvements. Si nous essayons de transformer un chant, quel qu’il soit, en mouvements, nous remarquerons que ces mouvements exercent sur nous une certaine influence. II semble qu’à l’aide de ces mouvements, les tons et les paroles du chant deviennent plus vivants. C’est de cette manière que sont nées les danses. La paneurythmie est basée sur la loi de la corrélation entre les idées, les paroles, la musique et les mouvements.

La paneurythmie met l’homme en contact avec les êtres plus avancés que lui. En second lieu, elle éveille les dons et les capacités latentes en un être donné. C’est par son moyen qu’il devient apte à percevoir les forces vitales dont l’univers est rempli. Elle le fait résonner en harmonie avec ces forces. Quelles sont-elles ? D’après le Maitre, elles sont : le Bien, la Justice, la Raison, l’Harmonie, la Fraternité, la Liberté, ainsi que la possibilité de parvenir à l’Amour cosmique.

Dans un appendice à l’édition musicale de la paneurythmie, parmi les autres explications données au sujet de l’importance et de la signification profonde de ces danses, on trouve le texte suivant, dont nous citons une partie :

« Pourquoi les exercices paneurythmiques commencent-ils tous les ans le 22 mars et pourquoi les danse-t-on à l’aube ? La réponse à cette question est donnée par une citation du livre : Dans le royaume de la Nature Vivante. Le matin, au lever du soleil, la terre a une polarisation négative. C’est à ce moment qu’elle accumule le plus. Ce fait est d’une extrême importance pour apprécier la signification du lever du soleil. C’est pour cela qu’au lever du soleil l’organisme humain est le plus apte à percevoir l’énergie solaire. Le matin il y a plus de prana, ou d’énergie vitale, qu’à midi. C’est alors que l’organisme absorbe le plus d’énergies positives. »

« La terre elle-même est plus négative au début du printemps que pendant les autres saisons ; alors elle absorbe et accumule le plus. C’est pourquoi les rayons du soleil agissent d’une manière plus curative au printemps. Les meilleurs mois pour la revitalisation sont ceux du 22 mars au 22 juin. Pendant cette période, l’homme doit s’ouvrir lui-même et percevoir avec amour la force vivifiante dans laquelle il est plongé. »

« L’action de la paneurythmie sur l’homme est énorme et totale. Elle a son importance pour le développement et le métabolisme de l’organisme. Les mouvements de la paneurythmie ne sont pas fatigants, parce qu’ils sont harmonieux et beaux. Au cours de ces danses, toutes les parties du corps prennent part, sans tension superflue. Les muscles se développent, la respiration et la circulation s’intensifient, le système nerveux se stabilise. »

« Les mouvements de la paneurythmie ne sont pas fortuits, mais sont le fruit d’une connaissance des forces vitales de la nature qui se réveillent dans l’organisme humain. »

Parce que les mouvements des exercices et danses paneurythmiques sont accompagnés d’une musique spéciale, particulière à chaque exercice, cette combinaison exercice-musique crée chez l’homme une joie et une allégresse esthétiques ; cela relève le tonus et crée une bonne humeur. Quand ces danses sont exécutées en grande compagnie, leur effet est plus fort, on se sent inclus dans un processus rythmique qui semble une prolongation du rythme de la nature et du cosmos.

À propos de l’effet de la danse sur l’homme, dans l’appendice cité on trouve encore ce qui suit:

« L’action des exercices paneurythmiques est triple :

1.    Ils accumulent dans l’organisme les forces constructives de la nature et coopèrent à son développement. Ces forces sont vivifiantes.

2.    Et comme les mouvements dans la paneurythmie sont en harmonie avec le rythme cosmique, ils réveillent des forces latentes dans l’âme humaine.

3.    Au moyen de la paneurythmie on envoie des forces, des pensées et des idées dans le monde qui toutes continuent à travailler dans un sens positif. »

II est possible que certaines personnes, ignorant les phénomènes cachés de la vie universelle, puissent penser : « Quel peut bien être le sens de telles danses pour la vie du Tout ? » Une telle question ne saurait être faite que par des gens qui vivent dans l’erreur et dans l’isolement, et qui n’ont pas encore saisi que tout ce qui se passe dans le monde se réfléchit dans la vie entière. Et de fait, les pensées humaines, les sentiments et les actions remplissent un espace rationnel, appelé plan spirituel, qui est parfois si pollué par les pensées, les désirs et les actions négatifs des hommes, qu’il s’impose par nécessité une « ozonisation » pour qu’une vie ultérieure et une harmonie relative y soient possibles. II peut paraitre étrange, mais c’est un fait prouvé, que l’harmonie, l’amour et les pensées optimistes qui règnent dans une famille déterminent à un haut degré l‘état de santé de ses membres. Un peu plus loin dans le texte de l’appendice, il est dit :

« Nos mouvements, alors même qu’ils sont inconscients, ne sont pas fortuits. Pour un bon observateur, nos mouvements disent beaucoup de choses. Les mouvements des mains, des jambes, le mouvement involontaire que nous faisons pour porter notre main à la tête ou ailleurs, représentent des mouvements au moyen desquels on se libère de l’énergie accumulée là où elle est en surplus ou bien on transfère de l’énergie là où il en manque. Ce n’est pas par hasard que, quand nous avons mal à la tête, nous y appuyons la paume de notre main, ou si on a mal aux dents, nous la posons sur notre joue. »

Il en est de même pour un orateur. Par la diversité de ses mouvements, il montre l’intensité de sa pensée dans les différentes parties de son discours, de même qu’un acteur choisit, au cours de son récital, des gestes qui soient synchronisés psychologiquement avec sa parole.

« Toute idée, chaque qualité de l’âme, dit-on dans le texte de l’édition, correspond à un certain mouvement. Il y a des mouvements du Bien, de la Charité, de la Justice. L’Amour a ses courbes de mouvements. La beauté aussi. Toutes les vertus ont leurs mouvements. II faut apprendre cela. C’est sur cette base qu’est construite la paneurythmie. Les gens qui ont mené une mauvaise vie deviennent laids et leurs gestes aussi. Voilà pourquoi il est indispensable d’inclure des éléments conscients dans la vie sous-consciente. »

La signification de la paneurythmie devient évidente en ce qui concerne ce qu’on appelle « la corrélation dans la nature ». II existe une corrélation entre toutes choses. Elle est fondée sur l’unité sur laquelle repose la vie tout entière. Dans le système périodique des éléments chimiques, après chacun des sept éléments suivent d’autres éléments qui possèdent des propriétés analogues. II en est de même pour le spectre de la lumière, pour les octaves de la musique. On rencontre la même chose dans l’échelle des vibrations électromagnétiques.

On peut mentionner certaines choses des écrits de saint Yves d’Alveydre réunis dans l’oeuvre intitulée L’Archéometre. Cette déviation apparente nous montrera la façon dont a été établi le lien et le rapport entre le ton, la forme et l’idée. D’après cet occultiste français, une forme de l’espace peut être considérée comme cristallisée, figée, sous la forme d’une musique. D’Alveydre affirme que les mesures données dans la Bible dans le livre Exode, chapitre 25, sont les mesures du Tabernacle. Elles ne sont pas arbitraires et, dans leur ensemble, elles forment une symphonie musicale. II fait la même analyse et tire les mêmes conclusions également de la description du Temple de Salomon dans le livre d’Ezéchiel, chapitres 40 à 43. Saint Yves d’Alveydre donne les méthodes d’après lesquelles on peut incorporer une forme musicale dans un édifice ou bien dans un ornement. Cela permet de juger à quel point la sphère de l’influence musicale est vaste. En outre il prétend que de nombreuses formes de la nature représentent de la musique cristallisée.

C’est pourquoi les formes des mouvements de la paneurythmie, qui se conforment à certaines périodes du rythme de la vie cosmique, sont considérées comme agissant d’une manière puissante dans le sens positif sur l’organisme et le psychisme de l’homme.

Pour conclure, nous dirons :

La paneurythmie est une danse dont les formes sont aptes à exprimer, par la musique, le mouvement et les paroles, les nouvelles idées sur la vie qui constituent l’Enseignement du Maitre de la Fraternité de Lumière, et qui est à même de les transmettre non seulement à l’individu, mais aussi à la vie universelle.

Le nombre des disciples de la Fraternité augmente bien que les conceptions fondamentales de la science occulte qui recoupent exactement les conceptions des disciples de la Fraternité soient qu’on ne devient un disciple de la Science Divine que lorsque le temps est arrivé ou l’âme se réveille de son sommeil séculaire. C’est le cas de celui qui est déjà passé par les expériences et les épreuves de ses vies passées et présente et qui s’est persuadé de lui-même sans subir ni propagande, ni violence, que cette voie est la voie unique pour son développement, et aussi que c’est la seule conception au monde qui supprime les contradictions fondamentales qui tourmentent l’humanité. II n’existe aucune question, aucun problème de la science et de l’art sur lesquels le Maitre ne se soit pas prononcé et sur lesquels il n’ait pas donné sous une forme compréhensible de précieuses pensées fondamentales et des directives qui servent de voies sures menant à des vérités encore plus sures. Si les gens de spécialités différentes se mettaient à fouiller les centaines de volumes et de conférences, ils y trouveraient des indications uniques, chacun dans sa spécialité. II parlait de médecine, d’histoire naturelle, d’astronomie, d’astrologie, de pédagogie et de musique surtout. Nous n’avons pas la possibilité de donner tout ce qui intéressait le contemporain, avide de lumière sur tout. Cette tâche sera accomplie par d’autres, ayant à leur disposition toute la richesse de la Parole du Maitre, et qui frayeront d’autres voies à beaucoup de problèmes insolubles dans la vie et dans la science. En guise d’illustration, nous donnerons ici quelques pensées et conceptions de base du Maitre concernant la médecine et la santé. (Extraits de ses conférences.)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  
Followers 0