Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

Naissance d'un fils

1 post in this topic

NAISSANCE D’UN FILS

En 1864, il revint à Hatardja, année où naquit son fils Peter, le 11 juillet2.

En janvier 1865, les notables de Varna demandèrent à Constantin Deunovski de venir officier dans le cadre de l’Église bulgare nouvellement fondée dans cette ville. De cette époque date des démêlés du prêtre Deunovski avec l’Église grecque et le pouvoir turc qui, pour l’une ne voyait pas cette Église indépendante d’un bon oeil, et qui pour l’autre n’appréciait pas l’activité d’un patriote. (La création d’une Église bulgare autonome date de février 1870, la libération de la tutelle turque eut lieu en 1878.)

En 1869, il revint à Hatardja où il poursuivit son activité jusqu’en 1871. Ensuite il est de nouveau a Varna.

*
* *

L’enfant Peter, né le 11 juillet 1864, grandissait dans ce paisible et sévère milieu patriarcal avec tout de même en arrière-plan l’anxiété provoquée par la participation du père aux luttes religieuses très imbriquées dans la politique de cette époque. La famille Gueorguiev comprenait deux autres enfants : une fille ainée, Marie, et un garçon, Athanase, qui était né un peu plus d’une année avant Peter.

Tout ce qu’on peut savoir de la tendre enfance de Peter, c’est qu’il ne fit pas spécialement parler de lui.

Jeune adolescent, il montrait une perspicacité et une sagesse peu communes à cet âge, mais les adultes avaient autre chose à faire qu’à déchiffrer des signes dans un comportement qui pouvait donner lieu à des interprétations diverses, voire opposées, en fonction de l’état d’esprit d’un quelconque observateur. Et la famille, comme c’est souvent le cas, ne pouvait ni comprendre ni interpréter correctement une tendance marquée pour la méditation. De plus, un enfant à l’esprit éveillé pose souvent un problème aux adultes. Si l’enfant est sérieux, méditatif, on le qualifie de « renfermé » ou de « solitaire », et s’il ne se livre pas aux jeux bruyants et parfois cruels dans leur inconscience, qui sont assez souvent de règle chez les enfants, alors on se demande si ce n’est pas là le fait de quelque chose d’anormal !

Ayant obtenu un certificat d’études secondaires, Peter choisit de devenir maitre d’école dans le village de Hotantza, réputé pour sa pauvreté. Il n’y avait pas d’école alors, mais un habitant céda une grande pièce pouvant servir de salle de classe. Le village ne pouvait payer l’instituteur, mais seulement le nourrir et chauffer l’école en hiver.

Peter vint offrir ses services à ce petit village, et il arriva avec pour tout bagage une petite valise et un violon dans sa boite. Ce violon était son seul luxe, et il avait appris à en jouer auprès d’un homme qui avait reconnu ses dons pour la musique. Souvent il joua de petits morceaux à ses élèves émerveillés.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  
Followers 0