Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

3. — POURQUOI LE MAITRE A-T-IL CHOISI LA BULGARIE COMME CENTRE SPIRITUEL ET MYSTIQUE ?

1 post in this topic

3. — POURQUOI LE MAITRE A-T-IL CHOISI LA BULGARIE

COMME CENTRE SPIRITUEL ET MYSTIQUE ?

 

 

La naissance des races et des cultures est soumise à des lois strictement déterminées. La pensée scientifique contemporaine s’efforce d’établir une synthèse supérieure et une relation entre les divers facteurs qui régissent l’histoire spirituelle et culturelle des nations et de l’humanité tout entière. À cet égard, une nouvelle discipline scientifique commence à s’élever, la « philosophie des cultures ». Cette dernière s’efforce de sortir des limites de l’histoire objective de la Culture Humaine pour parvenir non seulement jusqu’à l’essence même d’une culture donnée, mais aussi pour établir les points communs, les profonds processus et les relations mutuelles entre les cultures qui se succèdent tout au long de la grande spirale du progrès éternel et ininterrompu du genre humain tout entier.

 

Nous basant sur la philosophie de la culture, nous estimons jusqu’à un certain point faciliter notre réponse à cette question : « Pourquoi le Maitre a-t-il choisi la Bulgarie comme centre spirituel et mystique ? » La venue du Maitre en Bulgarie n’est pas due au hasard. La Bulgarie est située à la frontière entre l’Occident et l’Orient. Dans le passé tout comme de nos jours la Bulgarie s’est toujours trouvée sous le feu croisé des deux influences de la culture de l’Europe occidentale et de celle de l’Orient. Après les peuples grecs et romains, c’est le peuple bulgare qui est le plus ancien en Europe. De nos jours, quand l’Orient et l’Occident sont plongés dans une crise généralisée spirituelle et culturelle, la Bulgarie représente en quelque sorte le champ d’opérations sur lequel on expérimente les méthodes qui permettraient de trouver une issue à cette crise. L’oppression sous laquelle le peuple bulgare a gémi durant plusieurs siècles d’esclavage a été une des conditions qui ont aidé à l’épuration et au perfectionnement de ses trésors spirituels et culturels. Car la Nature Vivante Raisonnable a effectué une véritable opération alchimique en vue d’ennoblir les richesses déposées dans l’âme de ce peuple. Du point de vue géopolitique et historique, la Bulgarie représente un pays mi-européen, mi-oriental, à la physionomie spirituelle et culturelle particulière.

 

Du point de vue historique, l’Orient est bien plus ancien et a donné naissance aux cultures transitoires de la race blanche (cultures antiques hindoue, antique persane, égypto-assyro-babylonienne et gréco-romaine). Seule la toute dernière, celle de l’Europe Occidentale, fait exception. D’ailleurs, elle n’apparait sur la scène de l’histoire qu’après la chute de l’Empire romain occidental, dont les héritiers directs sont les peuples saxons. Après elle, vient la culture des peuples slaves.

 

Rudimentairement parlant, l’influence exercée par l’Occident sur l’Orient possède avant tout un caractère politique, scientifique et technique, tandis que l’influence de l’Orient sur l’Occident est avant tout de nature spirituelle. Ce sont justement ces deux influences qui ont marqué de leur forte empreinte l’histoire du peuple bulgare, le caractère de sa culture et toute sa psychologie ; jusqu’à un certain point, il représente le centre focal, la synthèse des qualités physiques et psychiques de l’Occident et de l’Orient. Nous nous dépêchons de remarquer que c’est le Christianisme qui est le facteur principal de cette influence mêlée. Car ce dernier a exercé une influence essentielle sur toute l’histoire spirituelle et culturelle du peuple bulgare, et respectivement sur la naissance et le développement du Bogomilisme. Ce mouvement religieux s’est présenté comme une protestation contre la décadence de l’Église. À ce propos, il nous faut remarquer qu’il y a une différence essentielle entre l’essence spirituelle et mystique du christianisme et le culte liturgique tout extérieur, fait de cérémonie et de rites.

 

Le Christianisme a effectivement joué un rôle primordial dans la naissance de la culture occidentale. Nous ne nous attarderons pas davantage sur la mission du christianisme, qui est d’engager l’humanité dans la voie évolutionnaire. Nous ne considérons pas comme un hasard le fait que le Monde Invisible ait justement choisi le peuple bulgare comme champ d’expérience servant à cultiver les semences idéologiques de la Nouvelle Culture, semences apportées et semées par le Maitre. Toute une série de conjonctures (historiques, géographiques, culturelles et philosophiques) composant un processus psychologique et métapsychique complexe ont présidé à la solution de ce problème d’une portée universelle : localiser le centre initial de la Nouvelle Culture. Si un tel problème était traité d’une manière rationnelle, en ne tenant pas compte des conditions métapsychiques particulières, il serait difficile de parvenir jusqu’à l’essence même de cette question. Tenter de trouver une réponse purement rationnelle à cette question ne peut nous mener qu’à une impasse.

 

L’unique voie que nous puissions suivre pour trouver une réponse adéquate à la question : « Pourquoi le Maitre a-t-il choisi la Bulgarie pour centre spirituel et mystique ? » est de prendre pour point de départ la loi raisonnable qui régit la naissance des cultures. D’après le Maitre, tout comme d’après l’ésotérisme et les toutes dernières données obtenues par voie d’expérimentation métapsychique, les nations, en tant que parties vivantes de cet organisme global formé par le genre humain tout entier, façonnent les éléments intellectuels, émotionnels et volitifs qu’elles possèdent. C’est pourquoi, au cours de ses réincarnations chaque être humain doit passer successivement par toutes les nations et par toutes les cultures, afin de pouvoir développer universellement et intégralement sa nature psychique. Le champ de développement de forces psychiques déterminées est formé par une situation géographique, géopolitique et ethnographique donnée. Les diverses cultures et nations impriment immanquablement leur cachet personnel sur la conscience intellectuelle, émotionnelle et volitive de l’être humain. Un homme né Chinois, acquerra la pensée concrète caractérisant la culture chinoise, né Aryen, son horizon s’élargira sous l’influence de la pensée abstraite des centres causals supérieurs caractérisant la race aryenne. Sous l’influence de la culture occidentale, l’homme se façonnera un sens pratique marqué en ce qui se rapporte au monde objectif, tandis que s’il se réincarne dans un peuple slave, il développera en lui-même les sentiments d’abnégation et de sacrifice de soi-même.

 

II est inutile de souligner que ces éléments nouveaux apportés par les diverses cultures, sont semés par les Grands Maitres de l’humanité qui, au cours d’un passé extrêmement lointain, les avaient développés en eux-mêmes au cours d’autres ères évolutionnaires.

 

Le Maitre souligne que chaque peuple représente une vertu dans l’organisme cosmique. D’après le Maitre, le peuple bulgare a particulièrement développé le centre de la fermeté qui fait partie du monde divin, du monde moral de l’homme. Ce centre est localisé en arrière de la partie coronale du crâne, c’est-à-dire au pôle opposé du centre de la charité qui, lui, est localisé dans la partie supérieure du front. Cependant, si le centre de la fermeté s’est développé à un tel point, c’est au détriment de celui de la persévérance qui est débile chez le Bulgare. Au contraire, chez l’Allemand le centre de la persévérance est parvenu à son degré extrême de développement. De son côté, la persévérance est une importante qualité sur laquelle repose le sentiment religieux. Comme chez le Bulgare le centre de la religiosité n’est pas développé, la persévérance par conséquent est faiblement développée.

 

Pourquoi fallait-il que le Maitre ouvre la Haute École de la Vie en Bulgarie ? En maints endroits de ses Causeries, le Maitre dit que le Bulgare est avant tout un slave, avec un mélange de sang mongol, de sang grec et de sang romain. Le type romain s’est exprimé par la largeur du menton, tandis que le type mongol par ses pommettes saillantes. On aperçoit l’influence du sang grec dans le nez si caractéristique du Bulgare. Le Mongol est conservateur ; le Romain se distingue par son intrépidité, et le Grec par son sens aigu de la beauté. Le Maitre dit aussi qu’avant la venue des Slaves la Bulgarie était peuplée par des autochtones qui suivaient la voie du Bien. Ces indigènes avaient un caractère très doux. C’est la raison pour laquelle leurs voisins de la péninsule balkanique les appelaient « les débonnaires ». Dans le fond de son caractère, le Bulgare garde les traces psychiques de ces lointains habitants du territoire bulgare. Ils aspiraient au spirituel, au mystique. D’autre part, les Bulgares ont hérité des Slaves leur esprit d’abnégation, de sacrifice de soi, et des Protobulgares la bravoure.

 

La nature psychique du Bulgare est caractérisée par les qualités fondamentales suivantes :

 

a)    Amour du spirituel et du mystique, legs des « débonnaires ».

 

b)    Amour de la vaillance et de la bravoure, hérité des « guerriers d’Asparoukh » ou Protobulgares.

 

c)    Amour du sacrifice de soi, hérité des Slaves.

 

Un autre trait caractéristique du Bulgare est sa tendance à l’internationalisme. Et aussi qu’il n’est pas rancunier. La générosité est une des qualités distinctives du Bulgare. II aime amasser des biens afin de pouvoir les distribuer. Les quelques siècles d’esclavage que le Bulgare a soufferts lui avaient été imposés par le Monde Invisible dans le but de le préparer à la mission qui lui avait été conférée. Ces souffrances de plusieurs siècles étaient indispensables pour tremper son caractère. Le peuple bulgare fut préservé de l’assimilation et recouvra sa liberté grâce à la Fraternité Blanche qui le préparait à sa mission historique.

 

Le Maitre dit : « II y a 5.400 ans que le Ciel prépare le peuple bulgare en vue de l’époque actuelle. L’Esprit du Christ se manifeste maintenant chez les Slaves, avec le peuple bulgare comme centre. » D’après le Maitre, la Bulgarie se trouve actuellement dans son siècle d’or. Actuellement, c’est elle qui répand ses richesses spirituelles mystiques dans le monde entier. À l’avenir, ces peuples le lui revaudront et ce sont eux qui lui feront crédit à leur tour. Par contre, la Russie, pour le moment, est dans son siècle de fer. C’est au XXIe siècle, qu’elle entrera dans son siècle d’or. Étant donné qu’elle se trouve dans son siècle d’or, la Bulgarie sera gardée et protégée par la Providence. Personne n’est en état de lui faire du mal, car elle est le créditeur spirituel de l’Europe tout entière. Le Maitre souligne : « La Bulgarie sera peu touchée par les évènements mondiaux, à charge de rester neutre dans les conflits armes. »

 

Nous ne citons que quelques-unes des pensées et des conceptions du Maitre sur la mission du peuple bulgare. Pour clore ce chapitre, nous citons un passage tiré du livre « Conversations près des sept lacs de Rila » : « Les épreuves par lesquelles les peuples slaves passent feront naitre en eux quelque chose de beau. Ils se sont acheminés vers l’Amour et y parviendront. »

 

« Actuellement les Bogomiles reviennent de nouveau. La vie entre dans une phase nouvelle. Ma mission est de vous divulguer l’enseignement divin. Votre tâche de Disciples est de le divulguer au peuple bulgare. La tâche du peuple bulgare est de le divulguer à toutes les nations. »

 

« J’en répondrais à Dieu, si je n’accomplissais pas ma mission. Vous serez vous aussi responsables si vous ne transmettez pas cet enseignement au peuple bulgare. Le peuple bulgare également répondra devant Dieu s’il ne transmet pas cet enseignement aux autres peuples et nations. »

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0