Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

NATURE ET BUT DES ÉPREUVES

1 post in this topic

NATURE ET BUT DES ÉPREUVES

 

 

Le Maitre nous a toujours indiqué l’histoire de Job comme exemple classique des épreuves auxquelles est soumis le Juste, pour passer son examen de candidat-disciple. Il nous a donné cette loi importante : « Il ne faut jamais résoudre la question du Mal. Il faut seulement savoir que le Mal peut être évité. Les entités du Mal viendront, elles y ont tout intérêt ; elles vous feront venir à l’esprit les pires pensées. Ces mauvaises pensées qui seront en votre esprit, elles ne sont pas vous, elles sont l’état de ces entités. Vous disposez de certaines choses qu’elles cherchent à vous dérober. Mais pour vous les dérober, elles doivent d’abord vous troubler l’esprit. Mais les êtres lumineux viendront aussi vous instiller les plus belles des pensées. Ces dernières non plus ne vous appartiennent pas. Où se trouve l’homme ? C’est vous, vous qui éprouvez simultanément et le Bien et le Mal ; et vous tirerez un enseignement des deux. »

 

Par ces paroles, le Maitre nous découvre deux mondes que déjà les philosophes de l’antiquité tentaient d’expliquer. Sans approfondir les doctrines des oeuvres ésotériques de l’antiquité, nous citerons seulement en exemple Anaximandre. II affirmait que les parties composant un tout changeaient, tandis que le tout restait invariablement le même. Ce qui signifie que le divin en l’homme est inaltérable, mais, ainsi que le dit Anaximandre, les opposés contenus dans l’unité s’en détachent ultérieurement. Ces opposés sont ces deux mondes — le Bien et le Mal — qui sont constamment en lutte l’un contre l’autre.

 

Dans la littérature ésotérique, on trouve des milliers d’exemples sur les examens auxquels le candidat-disciple était soumis. À ce sujet, le Maitre dit : « Tout est examen dans la vie. Chacun doit passer par le feu. Tant que le minerai d’or n’est pas passé par le feu, il ne peut être épuré. Un très long processus est nécessaire pour cela ; des milliers d’années y seront consacrées. La tâche principale du disciple est d’harmoniser, d’équilibrer ces deux opposés — le Bien et le Mal — dont les forces se trouvent dans son organisme. »

 

Le Maitre souligne : « L’homme actuel ne perçoit pas correctement les Énergies du Cosmos, d’où il s’ensuit que dans certaines parties de son organisme s’accumulent beaucoup plus d’énergies qu’il n’est nécessaire, tandis qu’en d’autres elles sont en quantité insuffisante. Même les Énergies les plus subtiles, les plus élevées, provoquent un malaise en l’homme si elles sont toutes accumulées au même endroit. La nature ne supporte aucun excès. »

 

C’est une haute science que le disciple doit bien assimiler afin d’être en état de contrôler toute sa vie, et cela dans toutes ses manifestations. Le disciple doit savoir que les forces ou esprits sombres de l’Initiation de gauche ne peuvent plus rien voir quand ils pénètrent dans la lumière divine ; par contre, ils voient parfaitement dans l’obscurité. Quand le disciple vit dans l’ambiance de la lumière divine, les forces sombres ne le voient pas. Cela ressemble à la situation du hibou qui ne voit rien pendant le jour, mais qui s’oriente parfaitement dans le noir. C’est pourquoi, dans l’hermétisme, il est pris comme symbole des forces de ténèbres.

 

Le Maitre fait une subtile différence entre épreuve ou examen d’un côté, et tentation de l’autre. Le Maitre éprouve le disciple, lui fait passer un examen, tandis que les forces des ténèbres le tentent. On peut échouer à un examen, ne pas le passer ; mais en ce qui concerne la tentation, là il y a une chute morale. Si l’on échoue à un examen, on a le droit de s’y présenter de nouveau, tandis qu’on perd tout quand on tombe dans la tentation. Un des derniers et plus terrible examen du Disciple est quand il reste seul, abandonné de tous, sans aucun appui du dehors. Lors de ce dernier examen, on trouve un soutien dans le Divin qui est profondément enfoui dans l’être de celui qui est soumis à cet examen.

 

Le Disciple doit posséder une volonté ferme comme le diamant, afin d’aller jusqu’au bout de toutes ses épreuves ou examens. S’il possède des aspirations élevées, un haut idéal, avec lesquels il vit toujours, c’est pour lui une garantie qu’il soutiendra avec succès tous ses examens, toutes les épreuves et toutes les tentations de sa vie. Grâce à eux, le disciple deviendra son propre maitre, c’est-à-dire qu’il soumettra sa nature inférieure, la mettant en état de devenir une source d’énergie pour lui, tout comme la plante utilise ses racines pour absorber les sucs qui lui sont nécessaires.

 

Le Maitre nous donne la clef suivante : « Les Entités ou Êtres qui vous entourent sont de deux catégories : les uns sont supérieurs, les autres inférieurs. Tirez un enseignement des êtres supérieurs et faites travailler les êtres inférieurs. »

 

Tout comme le minerai est jeté dans le haut fourneau pour en extraire l’or, ainsi les Êtres supérieurs font passer les hommes par certaines épreuves. Ces épreuves sont le feu purificateur permettant d’éveiller le Bien en vous. Tout comme les scories, ce qui est inutile doit rester à part. Quand Dieu créa le premier homme, il voulut savoir si Adam possédait l’obéissance et la reconnaissance. Comme Adam ne réussit pas à passer cet examen, il dut s’engager dans la voie de la souffrance.

 

En général, il y a un grand nombre de dangers pour celui qui veut s’engager dans la voie du disciple. L’occultisme contemporain préconise des méthodes permettant de développer les forces cachées de l’homme sans tenir suffisamment compte des grandes responsabilités qui y sont attachées. D’après le Maitre, le monde invisible ne fait passer des examens qu’à ceux qui sont capables ; aux ignares, il ne donne pas d’examens. Après avoir réussi les examens auxquels le Maitre l’a soumis, le disciple s’engage dans la Voie de l’Initiation. Il ne peut pas ne pas y avoir de flux et de reflux pour l’homme. On doit s’y attendre : ils viendront immanquablement. Celui qui est sage fait tout comme les Égyptiens avec le Nil. Au temps des pluies, ils dirigeaient les eaux dans des réservoirs, puis s’en servaient pour l’irrigation.

 

Le Maitre a toujours insisté sur le fait que la vie sur la terre est une grande École : « La vie terrestre représente une des Grandes Écoles. Sur la terre, l’âme doit être stimulée par un idéal. Afin de pouvoir se délivrer des limitations, l’homme est devenu l’esclave volontaire des conditions. Au début de chaque affaire, l’homme est absolument libre. S’il ne sauvegarde pas la liberté initiale qui lui a été dévolue, une légère limitation s’ensuit. Tout d’abord, l’homme se trouve sur une surface horizontale, puis vient une surface en légère pente et alors il perd une partie de sa force. Puis la pente devient de plus en plus abrupte et l’homme commence à glisser toujours plus bas, jusqu’à ce qu’il arrive enfin tout au fond. C’est pourquoi s’il tombe au premier combat, il commence à perdre. Par conséquent l’homme doit être fort dans son premier combat. »

 

Tous les examens auxquels on soumet un Disciple sont des problèmes d’équation aux nombreuses inconnues, problèmes que l’on doit résoudre ici, sur terre. Ces problèmes résolvent nombre de questions : si l’on possède une foi inébranlable, si notre comportement dans le milieu ambiant est ce qu’il doit être, si l’on respecte la loi de l’Équité, et aussi si l’on tient à cette dignité divine que l’on possède en soi-même. Le Maitre fait ressortir que si l’on ne résout pas ces problèmes, on ne pourra obtenir un diplôme qui nous présente dans les mondes supérieurs. Ce diplôme sera le résultat des leçons apprises sur la terre, des examens de maturité réussis.

 

Le Maitre insiste sur une loi très importante pour le Disciple : « Dès que vous vous serez engagés dans la voie de la vie spirituelle et que vous commencerez à progresser, alors viendra l’opposé, alors commenceront les contradictions. Hormis l’Auguste Principe Éternel, il n’y a pas d’être qui ne soit soumis à la tentation. »

 

La voie du Disciple est l’une des plus ardues. Même dans l’antiquité les exigences étaient extrêmement grandes. Ainsi, Pythagore dut attendre 20 ans en Égypte avant que les prêtres l’introduisent dans les Pyramides. II avait également passé 10 ans à Babylone et en Palestine pour y acquérir une partie des Initiations auxquelles on pouvait accéder à cette époque.

Le Maitre a toujours souligné que la peur, le manque de foi, le manque de confiance, la colère, etc., sont toujours des influences inférieures. Du moment que l’homme vit sur la terre, il ressent toutes ses existences antérieures. Quand se manifestent uniquement les forces de l’intellect objectif, il s’agit des vestiges du caractère de la Race Jaune. Les peuples de cette race sont conservateurs et fanatiquement attachés à leur religion. Quand on est belliqueux, c’est un vestige des Peaux-Rouges. Quand chez quelqu’un ce sont les vils désirs ou passions qui prennent le dessus, cela vient de l’influence de la Race Noire, de la Race Lémurienne. Le bon sens et la raison proviennent de la Race Blanche, la Race Aryenne.

 

La sixième race qui doit venir au cours de la nouvelle époque, nous dit le Maitre, possèdera toutes les qualités, facultés, dons et forces volitives de toutes les races précédentes. Sous ce rapport, elle sera la synthèse intérieure des qualités et vertus humaines. Nos sens perceptifs — qui ont graduellement fait leur apparition au cours des races antérieures et se sont perfectionnés au cours des cultures afférentes — sont en liaison étroite avec la profonde vie psychique de l’homme. Ainsi, la bouche, qui a plusieurs fonctions, est liée aux forces du subconscient ; l’oreille à celles du conscient ; le nez ou l’odorat à celles de l’instinct de conservation ; tandis que les yeux à celles du supraconscient.

 

La tâche fondamentale du disciple est d’harmoniser les forces de son organisme, les accordant ainsi au rythme stellaire. Les planètes ont deux pôles d’influence : l’un positif et l’autre négatif. Le pôle négatif de Saturne provoque la peur, la crainte. La haine et la vengeance sont provoquées par le pôle négatif de Mars. Les jouissances et l’amourachement viennent du pôle négatif de Vénus. Dans leur influence positive, ces planètes apportent : Saturne, un caractère prudent et consciencieux ; Vénus, la tendresse et la douceur ; Mercure, la raison, le bon sens ; le Soleil, Inspiration à la beauté, à la musique, à la poésie, à la science, etc.

Le Maitre donne au disciple la clef suivante pour lui permettre d’entrer en contact avec les pôles positifs des planètes : « Pour acquérir la bonne influence des planètes, les disciples doivent fréquenter les personnes possédant ces traits. » II recommande de former de petits groupements de 12 personnes se trouvant sous l’influence des douze signes zodiacaux. De cette façon il se fera un profond échange psychique et métapsychique.

 

La nourriture exerce également une forte influence sur la vie psychique de l’homme. Le Disciple doit bien comprendre le fond de la Nature Vivante Raisonnable. Il y a des aliments qui doivent être pris certains jours et d’autres non. Les aliments sucrés sont sous l’influence de Vénus ; les acides, sous celle de Mercure, tandis que les pimentes, sous celle de Mars. Nous ne faisons que mentionner toutes ces profondes connaissances qui au cours de la nouvelle époque seront vérifiées, élargies et intégralement appliquées. Les Disciples doivent connaitre ces choses, afin de pouvoir les appliquer dans leur travail.

 

Dans de nombreuses causeries, le Maitre parle de la grande lutte qui a lieu dans la conscience humaine et qui ne cessera que le jour où l’homme se sera rendu maitre des forces sombres, des forces de sa nature inférieure — matériel brut provenant des races et cultures passées. « La conscience du Disciple doit toujours être en éveil. II doit savoir, dans un cas donné, si la souffrance est à lui ou à autrui, il doit savoir quelle pensée accueillir et laquelle non. Le disciple doit se garder des influences parasites qui ont pour but de l’induire en erreur, afin de pouvoir le piller. Il doit également savoir entrer en contact avec les Êtres Supérieurs avancés, qui s’efforcent de le préserver de ces influences parasites et qui, en général, l’aident constamment le long de sa route menant au perfectionnement. »

 

Le disciple doit préserver ses forces. « Les moustiques enfoncent leur trompe dans la chair et en sucent le sang. Il existe également des moustiques psychiques. Quand vous vous découragez, ce sont des moustiques psychiques qui sucent votre sang. Nous devons nous débarrasser du tourment inutile des êtres inférieurs. Le Christ est venu libérer l’humanité de certains êtres dont les hommes étaient prisonniers au cours de la voie involutionnaire. »

 

Le disciple doit se créer un critérium, il doit différencier les pensées d’après leur nature. Tout comme il existe cinq catégories de personnes (ordinaires, de talent, génies, saints et Maitres), ainsi il y a également cinq catégories de pensées, de sentiments et d’actes. C’est quand on agit sans la Lumière Divine que nait le mal et que viennent les catastrophes.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0