Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

4. — LE MONDE DES JUSTES ET LES DEGRÉS DE LA CONSCIENCE HUMAINE

1 post in this topic

4. — LE MONDE DES JUSTES ET LES DEGRÉS

DE LA CONSCIENCE HUMAINE

 

 

La troisième phase du développement de l’humanité est celle où l’âme humaine passe par le monde des Justes. Premièrement, l’âme après avoir traversé la phase de la conscience moïsiaque, a racheté les péchés qu’elle a commis en se détournant des lois raisonnables de la nature ; en second lieu, après être passée par le monde messianique, l’âme s’est engagée dans la voie de son perfectionnement, celle de son élévation intérieure et se prépare à pénétrer dans sa troisième phase : aider le monde ambiant à suivre la voie du développement humain.

 

Afin de rendre plus claire la marche suivie par le développement de l’humanité (de l’involution à l’évolution), nous donnerons en abrégé les degrés de conscience humaine, tels que le Maitre les a définis :

 

« L’Esprit Divin immaculé descend en une vague concentrique à travers sept plans, c’est-à-dire à travers sept mondes. An cours de la période saturnienne, l’Esprit Divin immaculé est descendu jusqu’au plan mental et a formé le corps mental de l’homme. Durant la seconde période, ou période solaire, l’Esprit est descendu dans le plan astral et a formé le corps astral, ou corps des désirs. Pendant la troisième période, ou période lunaire, l’Esprit est descendu dans les régions éthériques, en formant le corps éthérique de l’homme. Pendant la quatrième période, ou période terrestre, l’Esprit est parvenu jusqu’au plan le plus inférieur du monde physique et a formé le corps physique de l’homme. Au cours de cette période durant laquelle l’esprit descendait et remontait, il passait par le jour spirituel et la nuit spirituelle. Au cours de la première période, quand l’Esprit Divin oeuvrait et avait créé l’homme à l’image de Dieu, l’être humain était pur de tout péché. C’est au cours de la seconde période que l’homme déchoit complètement. Mais c’est au cours de la quatrième période, la terrestre, qui est celle de la descente au degré le plus bas, que la déchéance parvient à sa limite extrême. »

 

Comme nous l’avons dit plus haut, c’est avec la venue du Christ sur terre que l’humanité s’engage dans sa voie évolutive. Le Christ est venu sur terre pour sauver l’humanité, c’est-à-dire pour apprendre aux hommes à connaitre l’Essence Cosmique en eux et dans l’Univers. D’après le Maitre, c’est sur cela que la philosophie de l’avenir sera érigée.

 

Selon le Maitre et selon l’École du Christ de la Fraternité Blanche, les stades de conscience de l’homme au cours du processus de son développement sont les sept suivants :

 

I. — REVIREMENT. Si nous nous représentons la conscience, l’âme humaine comme une graine enfouie dans la terre, dans la matière la plus dense, alors nous pouvons dire qu’elle s’endort, que l’âme en quelque sorte perd la notion de son origine et de son essence. Cet état de l’âme humaine se manifeste dans la conception du monde moïsiaque. Parlant de cet état, le Maitre dit qu’en lui l’Amour agit comme aspiration. En général, le monde moïsiaque évolue sous l’emprise de l’amour bestial. Ce dernier se transforme dans son contenu, son sens et sa forme. II oublie tout. Nous considérons l’amour bestial comme inférieur, bas, car il est exclusivement lié à la matière. L’amour bestial ne s’étend que jusque-là où va l’intérêt de l’animal, un intérêt uniquement animal. Après avoir acquis suffisamment d’expérience, l’homme du monde moïsiaque commence à manifester les lueurs d’une conscience plus élevée. Pendant une certaine phase de son développement, l’homme vit une profonde crise intérieure. Jusqu’à ce moment-là, il a vécu inconsciemment, sans se demander quel est le sens de sa vie ; mais à un certain moment, il prend conscience qu’il s’est engagé sur une fausse route et qu’il erre sans but. Alors vient pour lui une sombre période pendant laquelle il cherche et éprouve une profonde douleur intérieure. C’est lors de la période la plus sombre, au milieu des plus atroces bouleversements intérieurs, qu’en lui jaillit une lueur qui petit à petit s’étend et le remplit d’une joie jusqu’alors insoupçonnée. Cette lumière est l’idée de Dieu, du Principe Raisonnable qui oeuvre dans tout l’Univers, tout comme au sein de l’homme.

 

Le grand penseur et écrivain russe, L.N. TolstoÏ a vécu une telle révolution intérieure et l’a décrite en détails dans son livre « Confession ». Tout comme dans son roman « Anna Karénine » il fait vivre à son héros, Lévine, une pareille révolution intime. Pour les Slaves, et plus récemment pour le peuple russe, Tolstoï a fait figure d’annonciateur de la venue du Maitre et de la nouvelle culture de la race blanche. C’est cet état d’âme, cette grande crise intime, vécue par Tolstoï, qui est justement le premier stade de l’éveil de l’homme, de son revirement. Jusqu’alors, l’homme tournait le dos au Principe Divin, au Sublime Centre de la Vie ; après son revirement, il se trouve face à Dieu.

 

Comment se fait-il que l’homme, parvenu à un certain degré de son développement, arrive à l’idée du Principe Primordial ? C’est parce que cette idée est profondément renfermée en lui, c’est avec cette notion qu’il vient sur terre ; elle vit enfouie dans les profondeurs de son âme. Voilà pourquoi le Maitre soulignait que c’est la notion extérieure de Dieu qui est la plus grande preuve de son existence. Cette phase — le revirement — est un profond processus mystique intérieur. II est l’illumination de la conscience humaine par un rayon venant de Dieu. C’est pourquoi le Christ disait : « Personne ne peut venir à Moi sans être appelé par Mon Père. » La même pensée est exprimée dans les Écritures, par les paroles suivantes : « Dieu nous a attirés par la trame de son Amour. »

 

Le Maitre nous révèle également la loi suivante : « Celui qui possède un lien avec Dieu se rapproche du Grand Centre de la Vie et c’est ainsi qu’il s’emplit de paix, de lumière et de joie, tandis que celui qui n’a pas de lien avec Dieu s’éloigne de ce centre et vit dans le doute, l’obscurité, la déception et le découragement. Après avoir passé par cet état, l’homme se trouve au seuil du second stade.

 

II.    — REPENTIR. Après avoir passé par le premier stade, celui du revirement, l’homme commence pour ainsi dire à analyser la vie qu’il a menée jusqu’alors. En lui commencent à surgir les lueurs d’une vie claire et pure ; il se repent amèrement des actions qu’il a commises dans le passé. Peu à peu, il parvient à se créer de nouvelles conceptions, un nouveau critérium, une nouvelle mesure d’appréciation de sa vie écoulée. L’ancien Testament représente l’histoire de ces deux phases, de ces deux stades de conscience. On y trouve des exemples illustrant parfaitement ces états.

 

III.    — RÉDEMPTION. L’homme qui est passé par les deux stades précédents éprouve le besoin d’exécuter la volonté de Dieu, de servir le Principe Cosmique, de vivre pour la Vérité et la Beauté. Ainsi, il pénètre dans la phase de la rédemption, ou dans le monde messianique. Alors il étudie les lois de l’amour humain. Le Maitre souligne que l’amour humain est mêlé d’amour bestial. Cet amour agit comme sentiment. Il change de forme et de contenu, mais non de sens, à l’encontre de l’amour bestial qui n’est que passion instinctive excluant toute pureté. C’est là le monde des tentations. Le défaut de l’amour humain est qu’il limite toujours. Il suffit de tomber amoureux pour être immédiatement limité. L’homme dit : « Je t’aime et tu ne fréquenteras plus que moi et mes amis. Tu ne fréquenteras personne d’autre. »

 

Que signifie rédemption en langage ésotérique ? À l’époque actuelle du développement de l’humanité déferle une vague spirituelle, et celui qui l’accueillera pénètrera dans de nouvelles conditions de vie, dans une culture nouvelle ; il avancera d’un pas dans son ascension. Rédemption signifie être inclus parmi ceux qui s’élèveront dans les nouvelles conditions de vie, dans le nouveau stade culturel. Tandis que ceux qui n’auront pas accueilli cette vague spirituelle demeureront dans l’ancienne pendant une longue période et seront obligés d’attendre jusqu’à une lointaine époque qu’une nouvelle vague spirituelle vienne les relever. C’est une des étapes importantes du Christianisme.

 

IV.    — RÉGÉNÉRATION. Pendant cette phase, la conscience humaine prend davantage d’ampleur, s’évade du cadre étroit des formes religieuses et éprouve avec plus de force encore le désir de devenir un serviteur du Dieu Vivant. Le divin en lui se manifeste avec une puissance supérieure.

 

V.    — NAISSANCE À NOUVEAU. Nous avons déjà traité longuement de cette question dans les chapitres précédents. Cependant il nous faut encore en parler, car elle est la condition essentielle et indispensable pour pénétrer dans le monde des Justes. Le mobile directeur des actes du Juste est l’amour angélique, l’amour en tant que force. Le Maitre dit de cet amour qu’il change de forme, mais jamais de sens et de contenu. Du moment qu’il ne change pas de sens et de contenu, cela prouve que cet amour est angélique et libre de passions.

 

La nouvelle naissance est précédée de grandes douleurs et souffrances. Ce sont en quelque sorte les douleurs de l’enfantement de cet homme nouveau qui va pénétrer dans le monde des Justes. Chaque naissance est accompagnée de souffrances. Et ici, la liquidation accélérée du karma au moyen de peines et de souffrances est la condition préalable à la formation de travailleurs pour la haute oeuvre, l’oeuvre divine. La liquidation accélérée du karma exempte d’un grand nombre de réincarnations, autrement indispensables. Ayant ainsi payé ses dettes karmiques, l’homme est déjà préparé à oeuvrer librement dans les champs du seigneur, et il est un citoyen libre de la vie nouvelle. C’est pourquoi, quand l’homme passe par de grandes souffrances, il doit savoir qu’il se trouve au seuil d’une nouvelle naissance, c’est-à-dire qu’il est candidat pour pénétrer dans la phase des Justes.

 

Le Juste de son côté est candidat à l’état de disciple ; il est sur le parvis de l’École. Quand dans la vie du Juste surviennent de grandes épreuves, des souffrances intérieures et extérieures, des douleurs et des tourments, cela indique qu’il a été agréé comme Disciple, qu’il a pénétré dans l’École. Le Juste est né à nouveau. II a été libéré des impératifs de la loi karmique. En lui s’éveille la conscience cosmique. II se sent faire partie du Tout de la Vie et il témoigne de l’Amour dans sa forme divine : l’Amour envers tout sans exception. Après les souffrances de la nouvelle naissance, l’homme s’éveille jusqu’à une nouvelle et plus profonde compréhension de l’Amour. Le Maitre dit : « Seul celui qui ressent l’Unité de la Vie, cette unité qui réunit tous les êtres en un Tout, est parvenu à l’Amour divin, lui seul commence à comprendre. Il adore Dieu en tout et en tous. »

 

Tous les nouveaux courants de la littérature, de l’art, de la vie sociale et de la philosophie, qui excluent la violence et oeuvrent pour la justice universelle, opèrent dans le monde des justes. Tous ceux qui oeuvrent dans ces nouveaux courants sont des postulants de la Haute École de la Vie, c’est-à-dire des postulants à devenir des disciples du Maitre. Le Maitre nous dit clairement : « Toutes les idées qui naissent en l’homme viennent du Soleil. Pourquoi chaque nouvelle idée, avant d’être adoptée, est-elle précédée de souffrances ? Afin d’accroitre la réceptivité des hommes envers les idées qui proviennent du Soleil. De la sorte, vous visitez une exposition d’art et vous êtes émerveillés par un tableau si plein d’un haut idéal que pour le moment il vous transforme. Cependant, vous ne vous rendez pas compte des souffrances par lesquelles le peintre qui l’a exécuté est passé. »

 

La cinquième phase, celle de la naissance à nouveau, nous introduit dans le monde des Justes qui, pratiquant l’Amour en tant que force, travaillant à l’Universel Tout, à la Vie en tant qu’Unité.

 

VI.    — INITIATION. C’est la sixième phase des stades de conscience. Les Disciples qui sont déjà entrés dans l’école l’ont en partage.

 

VII.    — RÉSURRECTION. Dans ce septième stade de la conscience, la résurrection, l’âme revient à son état primitif d’Esprit Divin immaculé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0