Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

3. — L’HOMME AU SEUIL DE L’ÉCOLE

1 post in this topic

1.— L’HOMME AU SEUIL DE L’ÉCOLE

 

 

Nous avons déjà eu l’occasion d’observer que c’est le Christ, incarné dans Jésus de Nazareth, qui a posé les bases de la voie évolutionnaire de l’humanité dans le rythme de la spirale cosmique. Jusqu’à la venue du Christ, l’humanité en général (et les cultures de la Race Blanche, plus spécialement) était passée par diverses religions qui lui avaient été données par le monde invisible, en accord avec son degré de développement. Elle est passée par le Brahmanisme aux Indes, par le Mazdéïsme en Perse, par l’Hermétisme en Égypte, par l’Orphéisme en Grèce, ainsi que par le Bouddhisme, le Mosaïsme et autres religions. Toutes ces religions sont des degrés qui ont préparé la conscience humaine à comprendre la sublime révélation céleste, en la personne du Fils de Dieu : le Christ.

 

La venue du Christ a été préparée durant des millénaires ; cette préparation ayant déjà commencé à l’époque de la race atlante. Dans les chapitres précédents, nous avions déjà mentionné que cet être sublime, le Christ, n’avait pas suivi la voie d’évolution humaine et qu’il était une émanation de la Réalité Cosmique elle-même. Ce grand évènement, qui fait époque dans l’histoire planétaire, a été marqué par un évènement exceptionnel : peu à peu l’humanité a commencé à émerger des abimes du monde de la matière pour s’acheminer vers les sommets de l’illumination spirituelle.

 

L’antique monde païen accueillit ce grand évènement avec animosité, parce que les nouvelles ondes que le Christ apportait à travers Jésus ébranlaient les fondements de leur monde d’idoles, d’égarements religieux et de traditions sociales surranées. Alors, il fit appel au sectarisme et fit couler des torrents de sang innocent pour tenter d’annihiler cette puissante vague spirituelle que le Christ projeta dans la conscience humaine.

 

Sans nous arrêter aux détails de la voie parcourue par le monde messianique, nous aimerions noter dans quelles proportions il a contribué à préparer l’édification de la sublime oeuvre du Maitre. Si on examine la généalogie de Jésus de Nazareth, on voit toute une chaine d’âmes sélectionnées dans le but de préparer le corps physique de Jésus, afin qu’en lui puisse se manifester le Christ, cet être transcendant cosmique n’appartenant pas à la chaine d’évolution de l’humanité. C’est en Jésus que devait trouver son expression la nouvelle conception, le second Testament que le Christ avait pour mission de faire connaitre à l’humanité : « Ne lutte pas contre le Mal, mais aime ton ennemi ». Telle était l’époque ; elle devait s’adapter au stade auquel était parvenue la conscience humaine. L’âme humaine est nantie de grandioses potentialités qui, au fur et à mesure que les Races et leurs cultures évoluent, devaient se dévoiler petit à petit pour se manifester dans le monde physique.

 

Le Christ apparait au moment où l’humanité se trouve à ce tournant décisif de son développement : elle est parvenue à la limite de sa voie involutionnaire et doit s’engager dans la voie évolutionnaire. Toutes les cultures antiques de la Race Blanche (hindoue, perse, égypto-assyrienne et helléno-romaine) avaient suivi la voie involutionnaire. Cette phase révolue de la culture humaine est représentée dans le Nouveau Testament par les trois rois mages d’Orient qui, guidés par l’Étoile — les nouvelles lumières de la Sagesse du Monde — se rendirent à Bethléem pour rendre hommage à Jésus de Nazareth. Ces Mages étaient marqués du sceau de l’initiation des trois écoles du passé et ils venaient prendre contact avec la nouvelle culture que Jésus devait dévoiler à l’humanité. Le Christ, en la personne de Jésus de Nazareth, et en sa qualité d’Auguste Envoyé de la Grande Fraternité Universelle, était chargé d’apporter les nouvelles méthodes, devant remplacer celles du monde moïsiaque qui avaient fait leur temps.

 

D’où venaient ces Mages ? Ils venaient de l’« Orient », début ou origine de la spirale culturelle. En langage ésotérique, l’Orient symbolise le monde des âmes vénérables, celui des âmes éveillées de la Vérité et de la Liberté.

 

L’Orient, c’est le monde de l’Esprit, de l’inspiration et de la sublime création. C’est aussi le levant — où se lève notre Soleil qui régénère, découvre de nouvelles possibilités dans l’âme humaine, trace les contours d’une nouvelle culture plus grande et plus lumineuse. Et les Mages d’Orient présentent à Jésus trois dons : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. D’après le Maitre, ces trois dons furent présentés en hommage : l’or (symbole du savoir) à son intellect ; l’encens (symbole de l’auguste pitié) à son coeur ; et la myrrhe (symbole de la sublime patience) à sa volonté.

 

Selon le Maitre, le plus grand évènement de notre planète, la venue du Christ, a eu pour tâche de briser les chaines du monde moïsiaque et d’indiquer à l’âme humaine la voie de sa libération. Ce fils de Dieu, cet esprit sublime, qui a dû se réduire 78 millions de fois, afin de se rendre visible sur notre terre, est venu pour vaincre le « Prince de ce Monde ». Cette venue du Christ sur notre terre était une nécessité cosmique. À maintes reprises le Maitre a souligné qu’avant même la création de ce monde, c’est-à-dire avant la manifestation physique de notre système solaire, la venue du Christ avait été déjà déterminée. C’est pourquoi le Christ dit : « J’existais avant Abraham ». Et pourtant Abraham avait été un des Patriarches, un des ancêtres de la race blanche. L’esprit du Christ se manifestait à travers Moïse et les autres prophètes des diverses époques.

 

Parlant du Christ, le Maitre dit encore : « Certains prétendent que le Christ a étudié quelque part sur terre. Non. La conscience du Christ était éveillée et c’est pourquoi il pouvait s’instruire directement du Monde Invisible, par l’intermédiaire de son lien indestructible avec la Cause Initiale, le Principe Éternel. » Voilà pourquoi le Christ dit : « Le père est en Moi et Moi Je suis dans le Père. »

 

« Quelle sublime patience possédait le Christ, quand les soldats romains l’injuriaient, le battaient. Quel grand exemple pour l’humanité. Si, pour le Principe Éternel, nous ne pouvons pas supporter tous les outrages, cela signifie que nous ne possédons pas le sublime Amour. C’est à l’aide des souffrances que l’Auguste Inconnu nous éprouve. J’aimerais que tous les hommes deviennent des Christs, qu’ils suivent tous la voie de l’auguste sacrifice. »

 

« En Hébreu, Yisus, Yichu, Echoa, sont quatre lettres. Elles indiquent le principe sur lequel le monde a été créé.

 

Jésus n’est pas un nom arbitraire. Le Christ est l’une des pages de la Réalité Cosmique. Après la résurrection, le Christ dit : « Toute puissance m’a été donnée dans le Ciel et sur la Terre. Et voici que Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ». (Matthieu, chap. 28, versets 18 et 20). Les clés de l’Enfer sont données au Christ. Pour ce qui est de votre enfer, de cet enfer qui est en vous, le Christ tient la clé de cet enfer aussi, alors tournez-vous vers Lui. »

 

« La puissance du Christ s’est manifestée au moment où il était sur la croix. II dit : « Je remets mon âme entre Tes mains ». (Luc : chap. 23, ver. 46). À ce moment-là s’exprima Sa grande confiance envers la Cause Primordiale, la Cause Cosmique. Et enfin il dit : « Tout est accompli ». (Jean, chap. 19, ver. 30). Sur ces mots, il retourna à la Realite Cosmique. »

 

« Ces êtres qui détournèrent les Juifs d’accepter le Christ sont les mêmes qui causèrent la seconde guerre mondiale. Sur la croix, le Christ eut une dernière tentation. Alors le tentateur lui dit : « As-tu vu ce qu’il t’est arrivé ? Si tu m’avais écouté, tu aurais eu la puissance et le pouvoir, tandis que maintenant tu es sur la croix. » Le Christ résista à cette tentation et ensuite, quand il descendit aux Enfers, il dispersa toutes les forces des ténèbres. En acceptant les souffrances, le Christ expia les péchés des hommes, ce qui signifie qu’il racheta une grande partie de leur karma. Le Christ a apporté une nouvelle lumière sur la terre. Il y a apporté une nouvelle force, à l’aide de laquelle l’aura de la terre fut améliorée et des conditions favorables pour le développement de l’humanité furent créées. Sans cette influence de la Nouvelle Lumière et de la Nouvelle Force, exercée par le Christ sur l’aura de la terre, l’humanité n’aurait eu ni la force, ni les moyens de se relever. »

 

« La venue du Christ est le plus grand de tous les évènements dans l’histoire de la terre. Les autres religions qui précédèrent ne font que préparer la conscience de l’humanité à comprendre le Christ. Depuis deux-mille ans, l’humanité parle des souffrances du Christ, cependant ces souffrances ne sont que le côté extérieur. Mais ce qui donna au Christ la force de supporter ces souffrances c’était Son Amour. C’est pourquoi il est dit dans les Écritures : « Je vous chéris tout comme le Père me chérit ». Les disciples du Christ n’ont dévoilé que des choses de second ordre, mais l’essentiel, qu’ils connaissaient, ils ne l’ont pas dévoilé aux hommes. »

 

« Le Christ dit : « Personne ne peut venir à Moi que le Père ne l’ait appelé. » Et encore : « Personne ne peut aller au Père, si Je ne lui en montre le chemin. » Ce qui signifie que si Dieu vous a appelé au Christ, II vous montrera le chemin. Sans le Christ, on ne peut aller à Dieu. II n’y a que le Christ que nous puissions interposer entre Dieu et nous. C’est le Christ qui est le chemin menant à Dieu. Le nouveau dans le monde est l’esprit du Christ. Est-ce que les Écritures ne disent pas : Nulle oreille n’a entendu, nul oeil n’a vu ce que Dieu a préparé pour ceux qui L’aiment. »

 

« Quels trésors spirituels incalculables recèle en elle-même la Nature Raisonnable. Hors du Christ, on ne peut trouver la Vérité. И Il y a partout des hommes qui sont prêts. Ils sont prêts déjà depuis des millénaires. Ils viendront. La conscience du Christ embrasse tous les hommes. Quand le Christ est né, il y avait une conjoncture maléfique qui indiquait qu’il serait sacrifié. Ce que le Christ a dit est conservé. Un jour, ses Paroles seront reproduites. Dans la nature, rien ne se perd. Les disques de ce que le Christ a dit existent dans les enregistrements de l’Akacha et peuvent être reproduits. Vous n’entendrez pas seulement, mais vous verrez également tout ce qui s’est passé alors. Le Christ a dit des paroles qui ne sont pas inscrites dans les Évangiles. Celui qui veut étudier plus pleinement la Vérité doit savoir que tout n’est pas exposé dans les Écritures. Si le Christ venait dans les Églises de notre époque, les serviteurs de l’Église lui demanderaient si ce qu’Il dit est en conformité avec les exigences de l’Église. Seuls les pécheurs diraient : « Celui-ci apporte quelque chose de nouveau, il nous aidera ». Au sujet du Christ, il y a des conceptions, des interprétations erronées. L’oeuvre du Christ est divine. Elle n’est pas terminée ; le Christianisme vivra dans l’avenir son siècle d’or. Le Christ ne s’est pas encore manifesté intégralement. Quand le Christ se sera manifesté intégralement, les souffrances disparaitront. Le Christ ne s’est pas manifesté tant que la Paix ne règne pas sur terre. Puisqu’en vous il n’y a pas la paix, donc vous non plus vous n’êtes pas complètement manifestés. »

 

Plus loin, le Maitre dit du Christ : « Le Christ agit dans les profondeurs de l’âme humaine. Maintenant le Christ ne va plus se manifester, mais s’incarner en vous. La réincarnation est une grande limitation. Le Christ viendra dans les âmes. Le Christ a apporté le feu de l’Amour et nous sommes libres d’accepter ou non ce feu. C’est avec le Christ que commence l’évolution de l’humanité. Les fondateurs des autres religions appartenaient à l’évolution humaine, tandis que le Christ n’est pas de l’évolution humaine. C’est un être divin. Le Christ est la lumière qui oeuvre dans toute la nature. Le Christ est en relation avec ceux qui formeront la sixième race humaine. »

 

Une des plus hautes conceptions que le Christ a apportée aux hommes est celle qu’ils doivent naitre de nouveau. Le Maitre l’exprimait ainsi : « II y a 2.000 ans, quand le Christ parlait du Royaume de Dieu, c’est-à-dire de cet ordre divin sur lequel le monde s’appuie, de cet État où vivent les âmes sublimes, II a indiqué également de quelle manière on peut pénétrer dans ce Royaume de Dieu et y obtenir la citoyenneté. C’est justement en naissant de nouveau que l’on peut y pénétrer. Car, n’oubliez pas que le Christ a prononcé ces paroles devant un des plus grands érudits de son temps, Nicodème, un des « Principaux » parmi les Juifs et qui était un des « Docteurs d’Israël », une autorité sur toutes les questions concernant la religion et la vie. Vous devriez lire le chapitre 3 de l’Évangile de saint Jean (il est évident que ce n’est qu’un court extrait d’un long entretien que Nicodème eut avec le Christ, au cours de la visite qu’il lui rendit pendant la nuit), pour voir avec quelle perplexité ce docte personnage accueillit les paroles du Christ au sujet de cette « naissance à nouveau ». Et pourtant, ne pensez-vous pas que les plus grands érudits de nos jours ne manqueraient pas d’accueillir avec la même perplexité les paroles de quiconque leur parlerait de ce sublime processus par lequel les portes du Royaume de Dieu s’ouvrent pour l’homme ? Vivant avec ces idées (tirées de la vie ou de la science) qu’ils se sont formées sur la « naissance », il est certain qu’ils demanderaient des explications détaillées, des arguments logiques et des preuves sur cette incompréhensible « naissance à nouveau ». Mais comment peut-on prouver des choses qui sont en dehors de la sphère de l’expérience humaine ordinaire ? Ce serait la même chose que de parler à un aveugle de la beauté de l’arc-en-ciel, de ses merveilleuses couleurs. Pourtant, dans ce cas, certains pourraient rétorquer : « Pourquoi parler de choses qui sont si peu compréhensibles pour les hommes de notre époque actuelle ? » Parce que, en réalité, il n’y a pas d’évènement dans la vie de l’homme qui soit aussi « actuel », aussi important et aussi essentiel pour son âme que « naitre à nouveau ». C’est un évènement capital dans la vie de l’homme, un évènement qui découvre une ère nouvelle dans son développement. Et si l’on ne nait pas à nouveau, on ne comprendra jamais les profonds secrets de la Nature Vivante et on ne saisira pas les liens intimes que l’on possède avec elle. Si l’homme ne nait pas à nouveau, ce monde, qu’il veut comprendre d’une manière purement extérieure, lui restera pour toujours incompréhensible. »

 

« À notre époque, les gens sont tellement préoccupés de leurs intérêts matériels, qu’ils pensent que leur vie sur terre est ce qu’il y a de plus important et que le monde dans lequel ils vivent est unique. Cependant, ni la vie présente des hommes n’est la plus importante, car elle est éphémère, ni le monde dévoilé devant eux n’est unique. Pour l’homme la terre est une école temporaire dans laquelle il ne restera pas toujours. Mais tout comme un élève qui resterait trois années de suite dans la même classe serait exclu de l’École pour inaptitude et incapacité, l’homme qui passerait trois époques successives sur terre sans avancer se verrait rejeté. En vue de ce fait, la naissance à nouveau requiert une signification toute spéciale. D’autant plus que l’humanité se trouve au seuil d’une époque nouvelle, dans laquelle règnera un nouvel ordre des choses, radicalement différent de l’actuel. Les gens sont arrivés au point où il leur faut absolument abandonner leurs anciennes conceptions ; car ces dernières sont comme un brouillard dense enveloppant les objets et ne permettant pas même d’apercevoir les sentiers qui mènent au but sublime de la vie. Pourtant, tous les domaines de la vie, malgré leur diversité, ont un but commun. La vie possède un grand centre commun qui dirige toutes ses fonctions complexes. À notre époque, les gens n’ont pas conscience de ce centre commun de la vie, ni même de leurs liens avec lui. Ils nient ce centre, ils nient Dieu.

Mais en même temps qu’ils nient Dieu, ils se placent eux-mêmes dans la position de divinités. Pourquoi alors ces « divinités » souffrent-elles ? Pourquoi se plaignent-elles des injustices de la vie ? Pourquoi protestent-elles contre le mal et s’indignent-elles des crimes et des péchés ? Dieu n’existe pas, n’est-ce pas ? Dieu ne vit pas en les lieux impurs. Peut-être les philosophes répliqueront-ils que Dieu est partout, qu’il impénètre l’espace tout entier. Cependant, ils doivent savoir que Dieu se détourne des lieux impurs, où des crimes et des péchés ont été commis. »

 

« Le seul moyen pour l’homme de prendre conscience de ce centre unique de la vie commune est de naitre à nouveau. Alors il verra la splendeur du Royaume de Dieu, la beauté et l’harmonie du monde dans lequel vivent les âmes augustes. Alors lui seront découvertes les lois de cet État mondial dont dépendent la vie et l’existence de tout ce qui est dans l’Univers. Alors il comprendra pourquoi il est venu sur terre et pourquoi il doit aller dans l’autre monde. »

 

*

* *

 

Dans la troisième partie de cet ouvrage, nous avons souligné que l’emblème du Christianisme est le pentagramme. D’après le Maitre, le pentagramme représente la solution du problème, ou péché originel, datant du moment où l’homme s’était imaginé pouvoir vivre sans Dieu. Il avait oublié qu’il n’était qu’une partie d’un Tout cosmique, le seul qui puisse lui offrir toutes les conditions lui permettant de se développer comme il le devait.

 

Le pentagramme symbolise l’homme qui travaille, qui doit créer un lien harmonieux entre lui et la Cause Première de la création. Toute sa nature intime, toutes ses facultés, qualités morales et forces volitives doivent être mobilisées pour le rachat de ses péchés. C’est le pentagramme, l’étoile à cinq branches qui donne la solution de ce sublime problème.

L’enseignement du Christ, bien compris, donnera selon le Maitre « la possibilité à l’âme humaine de se perfectionner ; c’est une des conditions nécessaires pour que les Justes puissent se manifester. Juste est celui qui vient pour servir, pour aider les autres. »

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0