Sign in to follow this  
Followers 0
mayakitanova

1918_12_05 Une petite analyse / Lemouël

1 post in this topic

Une petite analyse / Lemouël

 

 

 

« Paroles de Lemouël, roi de Massa, instruit par sa mère. »

 

Proverbes de Salomon 31 :1

 

 

Par roi on entend l'esprit humain. Par mère on entend le Seigneur, la mère Divine, qui l'instruit.

 

 

Non, mon fils, non, fils de mes entrailles (31 :2)

 

 

Le mot fils signifie l’homme qui est sur Terre.

 

 

non, fils de mes voeux (31 :2)

 

 

La mère nature envoie toujours ses vœux vers ses enfants.

 

 

Ne livre pas aux femmes ta vigueur, ta conduite à celles qui perdent des rois! (31 :3)

 

 

La première chose, c'est de ne pas livrer sa vigueur aux femmes. Ici, par femme on entend le cœur humain qui a dévié du droit Chemin. C'est pourquoi ne lui livre pas ta vigueur. Celles qui perdent les rois, c'est un des vices de la raison humaine: l'orgueil. 

 

 

Jamais les rois, Lemouël,

 

jamais les rois ne doivent boire de vin, 

 

ni les princes de boissons fortes, 

 

de peur qu'en buvant ils n'oublient les lois

 

et ne lèsent tous les miséreux de leurs droits. (31 : 4,5)

 

 

Pour l'esprit humain, la première règle est de ne pas boire du vin. Par liqueur on entend le vin dans lequel on ajoute un peu de miel, du sucre et du poivre. Le mot vin signifie argent. Même le plus parfait des hommes perdrait la tête si on lui donnait de l'argent. Par vin on entend également toutes les faiblesses qui assombrissent la raison de l'homme, que ce soit des idées, des désirs ou des actes qui donnent une mauvaise direction aux désirs. 

 

Toutes les bonnes idées et les bons désirs de l'homme peuvent être opprimés. Tout homme qui opprime ses désirs déforme aussi son contenant intérieur. Selon la déformation de votre contenant, vous serez le même tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Telle est la loi Divine: l'homme à l'extérieur représente le monde physique, et à l'intérieur – le monde Divin. Jamais les gens qui t’entourent ne peuvent améliorer ta vie aussi bien que toi. Et ceux d’entre vous qui attendent la venue du bonheur de l'extérieur se trompent et sont souvent déçus. N'attendez pas le bonheur, il est en vous.

 

À qui doit-on donner du vin et de la liqueur ?

 

Donne une boisson forte à qui va mourir, du vin à qui trouve la vie trop amère : qu’il boive et qu'il oublie sa misère, qu'il cesse de remâcher ses tourments! (31 : 6,7)

 

Donnez de la liqueur à ceux qui sont en péril, et du vin - à ceux qui sont malheureux, en colère, maussades. Donne à boire à celui qui est méchant, celui qui est en colère! Vous n'arrivez pas à comprendre pourquoi il faut donner à boire et à manger à celui qui est méchant et en colère, et à celui qui est bon - non. Vous ne pouvez pas imaginer cette contradiction. Si vous avez une courroie trop dure, vous devez la tremper dans l'huile, pour qu’elle devienne plus molle. Une courroie qui est déjà molle ne doit pas être trempée dans l'huile.

 

Cela veut dire que l’énergie qui est dure doit être nourrie et trempée dans l'huile  pour s'adoucir. À l’homme malheureux qui est dur, donne-lui du vin, un peu de pain et il sera capable de travailler. L’homme qui est bon possède déjà cette douceur.

 

Prend la parole en faveur du muet, 

pour la cause de tous les affligés; (31 : 8)

 

Prends la parole en faveur du muet signifie que l'homme intelligent doit défendre celui qui ne peut pas parler, et celui qui peut parler ne doit pas être défendu.

 

prends la parole et dis le droit pour la cause du pauvre et du malheureux! (31: 9)

 

Vous, les femmes qui êtes mères, vous devez juger avec justesse. Quand l'homme s'assoit sur la chaise du juge, il doit oublier toutes ses relations personnelles, il ne doit pas penser à soi, mais s'unir avec Dieu, avec l'humanité, c'est-à-dire que les intérêts de Dieu doivent être les siens et que les intérêts de l'humanité doivent être les siens. Le grand comprend les petits intérêts, tandis que le petit n'inclut pas un autre petit en soi.

 

Une femme parfaite, qui la trouvera? 

Elle est précieuse plus que les perles. (31 :10)

 

Par femme parfaite, on entend un bon cœur. Il est dit dans l'Écriture : « Je leur donnerai un cœur de chair, je leur enlèverai le cœur de pierre. » Une bonne femme comprend un bon cœur. Acquérir un tel coeur vaut mieux que les perles. 

 

Son mari peut lui faire confiance: il ne manquera pas de ressources. (31 :11)

 

Le mari signifie la raison humaine qui possède aussi un cœur. On dit : « peut lui faire confiance », car le cœur dont on parle est intelligent. Pense à ton coeur! Si votre désir vous donne la possibilité de réfléchir, c'est un bon désir, et s'il ne vous donne pas la possibilité de réfléchir, il est dangereux. Remarquez comment vous affecte l'état de colère - vous faites une crise sans réfléchir aux conséquences. C'est la femme stupide en vous, autrement dit, le coeur stupide.  

 

Les ressources sous-entendent  toutes les joies qu'on cherche. Toutes les joies découlent du cœur – il est le sol dans laquelle poussent les biens Divins.

 

Elle fait son bonheur, et non pas sa ruine, tous les jours de sa vie. (31 :12)

 

Lorsque vous ne décevez personne, lorsque vous n’offensez personne, vous aurez plus d'amis, plus de gens pour vous aimer.

 

Elle sait choisir la laine et le lin, et ses mains travaillent volontiers. (31 :13)

 

Le Christ dit : « Cherchez, frappez à la porte et demandez. » Ainsi, d'après ce vers, le cœur évidemment cherche. Chercher, ce sont les désirs raisonnables de l'homme. Tous les jours de sa vie, elle ne cesse de chercher. Quoi ? – De la laine et du lin. La laine et le lin ont deux qualités différentes : la laine retient en elle la chaleur, tandis que le lin la laisse passer. C'est une question d'hygiène de porter des vêtements en lin pendant la saison d'été, et pendant l'hiver – des habits en laine. Les prêtres juifs ont toujours porté des sous-vêtements en lin. La femme intelligente cherche et travaille la laine et le lin qui représentent deux désirs sublimes. Les fils de la laine et du lin produisent les meilleurs fruits.

 

Par main on entend que cette femme possède une volonté intelligente pour tisser quelque chose de la laine et du lin. Le lin, c'est la pensée, et la laine – c'est le désir. Lorsqu'elle sent et réfléchit, elle sait ce qu'elle doit en faire. La laine sous-entend des désirs chauds, et le lin suppose un peu de sang-froid. L'expression et ses mains travaillent volontiers signifie qu'elle sait bien mettre au travail sa volonté.

 

Elle est comme les navires marchands,

faisant venir ses vivres de très loin. (31 :14)

 

Cela veut dire qu'elle a un gouvernail et sait naviguer les navires. Quel est le gouvernail de l'homme ? C'est sa langue. Les navires, c'est la bouche où elle fait venir ses vivres de loin, de l'intérieur. Ainsi, elle sait qu'elle est comme les navires marchands. 

 

Elle est debout quand il fait encore nuit (31 :15)

 

Donc, le Soleil ne la voit pas couchée au lit. Elle est sur pied avant l'arrivée de son maitre.

 

pour préparer les repas à sa maison

et donner ses ordres aux servants. (31 :15)

 

La maison – c'est le corps. Le cœur, la raison et tous les désirs – ce sont ses servantes à qui elle donne des ordres.

 

A-t-elle des visées sur un champ? Elle l’acquiert.

Avec le produit de son travail, elle plante une vigne. (31 :16)

 

Elle a des visées sur un champ avec les yeux, car les yeux sont une source de la Vérité. Elle voit ce qui est utile et ce qui ne l'est pas, et acquiert un champ. Le champ sous-entend les conditions extérieures sur le plan physique que Dieu a procurées. Par produit de son travail on entend le monde de son cœur. La vigne signifie que tous les idées et désirs sublimes sont plantés en elle. On dit d'une telle personne qu'elle est magnétisée.

 

Elle rayonne de force et retrousse ses manches! (31 :17)

 

L'expression elle rayonne de force signifie sa volonté. C'est une femme qui travaille sur son corps, fait de la gymnastique, elle ne paresse pas. Son corps est bien sculpté, sans aucun défaut. Elle définit bien ses actes, ses désirs et ses pensées, et de cette façon elle retrousse les manches.

 

Elle s'assure de la bonne marche des affaires, 

sa lampe ne s'éteint pas de la nuit. (31 :18)

 

Par nuit, on entend l'état où viennent la peine et les malheurs. Mais même alors, sa lampe ne s'éteint pas. Une femme qui souffre dans le malheur et dit: « Jusqu'à présent, j'allais à l'église, je croyais en Dieu, mais maintenant je n'y vais plus » n'a pas de lampe. 

 

Elle tend la main vers la quenouille,

ses doigts dirigent le fuseau. (31 :19)

 

Les gens contemporains ont découvert que la Terre tourne sur son axe comme une quenouille. Or, les femmes d'autrefois savaient que puisque la terre tournait sur son axe, alors elles aussi devaient tourner sur elles-mêmes. Donc, chaque femme doit tourner ses deux côtés contre le Soleil. Les deux côtés sont la joie et la peine et chaque femme doit tourner en fonction d'eux simultanément. Le côté de la joie est clair, et l'autre est sombre. C'est pourquoi la femme doit tourner sa quenouille. Lorsque la peine arrive, tourne ta quenouille! Demande-toi: « Est-ce que ma quenouille tourne ? » Cependant, que fais-tu ? – Tu laisses ta quenouille et tu dis : « La Terre ne tourne pas. » Si, la Terre tourne toujours, voilà pourquoi la femme doit tourner elle aussi. Si la Terre cessait de tourner, tout le monde mourrait, et grâce à cette mère, vous êtes tous habillés. La quenouille représente le monde Divin. Ce fil montre d'où vient l'énergie. L’écheveau est le système Solaire. La quenouille se met sur la taille. La Voie Lactée signifie la taille de l'esprit humain. Le système Solaire tente d’attraper cette taille. Tout le monde doit avoir un écheveau. Si le fuseau arrête de tourner, s'il lui manque la quenouille et l’écheveau, tout tourne à l'envers.

 

Ses doigts s'ouvrent en faveur du pauvre,

elle tend la main au malheureux. (31 :20)

 

Vous ne pouvez pas tendre votre main au malheureux, tant que vous n'avez pas lavé et tissé votre laine. Le mot « malheureux » dans ce vers signifie toutes les graines qui ne sont pas encore plantées. Tu tends la main, tu prends ces graines et tu les plantes dans le jardin – comme cela, tu fais un bien. Une fois que tu tends ta main au malheureux, cela veut dire que tu as de la volonté. Lorsque vous aidez quelqu'un, vous aidez le faible, et non pas le fort; et les malheureux sont l'avenir du monde.

 

Elle ne craint pas la neige pour sa maisonnée,

car tous les siens ont des vêtements doublés. (31 :21)

 

Les vêtements doubles dans le vocabulaire occulte signifie des vêtements magnétiques. Il y a des gens qui attrapent facilement toute maladie – ils sons dévêtus. Toute personne qui se met en colère et doute est dévêtue. Et c'est vrai, Adam et Ève, après avoir péché se sont dévêtus et n'ont pas pu résister aux luttes extérieures. La puissance du christianisme consiste justement en cela – tout le monde peut être vêtu. Quand nous commençons à acquérir cet habit magnétique, nous apercevons en soi une Puissance. On observe ce fait dans notre quotidien: lorsqu'on met un habit, nous ressentons un contentement, une chaleur, mais si on l'enlève, nous ressentons un malaise. La peine veut dire que notre habit a été volé. Lorsqu'on est content et joyeux, nous avons notre habit sur nous. Cette loi est très juste. Lorsque vos enfants sont joyeux, ils sont vêtus, mais essayez de leur enlever l'habit – à l'instant ils deviennent malheureux. Ainsi, à l'origine de tous vos malheurs est le manque de cet habit. Si vous étiez clairvoyants, vous seriez capables de voir à quoi vous avez l'air avec ou sans cet habit. 

 

Elle s'est fait des couvertures,

des vêtements de pourpre et de fin lin.

Aux portes de la ville, on reconnait son mari

siégeant parmi les anciens du pays. (31 : 22, 23)

 

Son mari sous-entend sa raison. Lorsque sa raison parle, tout le monde l'écoute, car le mari d'une telle femme est honorable. Si elle est paresseuse, personne ne l'écoute, car son mari n'est pas honorable.

 

Elle fabrique de l'étoffe pour la vendre, 

elle propose des ceintures au marchand.

Revêtue de force et de splendeur, 

elle sourit de l'avenir.

Sa bouche s'exprime avec sagesse

et sa langue enseigne la bonté. (31 : 24-26)

 

Cette loi des instructions aimables est utile pour tous. Réfléchissez sur ces vers vous-mêmes, et moi je vous les expliquerai une autre fois.

 

Attentive à la marche de sa maison, 

elle ne mange pas le pain de l'oisiveté. (31 : 27)

 

Cette femme ne prend pas n'importe quelle nourriture, mais choisit seulement celle qui est parfaitement saine. Il est connu que la paresse est la mère de tous les vices. En général, les gens d'aujourd'hui sont devenus très paresseux. Ils vont à l'église pour tromper Dieu, allument une bougie et disent: « Disons une prière, allumons une bougie et nous pourrions obtenir quelque chose. » Ils prennent un billet de loterie et ensuite s'installent dans un café pour attendre le gros lot. Lorsque le tirage arrive et ils voient qu'ils ne gagnent rien, alors ils achètent un nouveau billet et vont à l'église de nouveau pour allumer une bougie et prier. Ils achètent des actions, mais le prix diminue des fois et ils perdent tout. Ces gens sont paresseux. Ne fais pas de même, mets-toi au travail, exploite tout ce que tu possèdes! Les malheurs qui vous arrivent, c'est votre passé; ils vous aident à payer vos vieilles dettes. 

 

Pourquoi ne mange-t-elle pas le pain de l'oisiveté? Manger le pain de l'oisiveté, on le voit souvent dans la société d'aujourd'hui: un jeune homme fait la cour à une jeune femme dans une maison; il a une belle tenue, sa vie semble bien ordonnée, mais il a quelques dettes. Il cherche cette fille riche pour qu'elle paye ses dettes. Le père et la mère ont hâte de l'attraper sans connaitre l'état de ses finances et organisent le mariage du jeune couple. Les prêteurs se présentent l'un après l'autre avec leur police en main et se disent: « Il est riche maintenant, il paiera  ses dettes. » Les parents s’étonnent et se disent: « Comme c'est étrange, il semblait être très honnête ». Oui, mais puisque vous vous êtes unis avec cet homme paresseux, vous allez maintenant subir les conséquences. Quand un esprit vient vous dire que vous pouvez avoir une vie facile, ne montez pas dans sa voiture et ne croyez pas à ses promesses.

 

Ses fils, debout, la disent bienheureuse 

et son mari fait sa louange: 

« Bien des femmes ont fait leurs preuves, 

mais toi, tu les surpasses toutes ! » (31 : 28, 29)

 

C'est vrai que ces mères sont respectées par leurs enfants, ainsi que par le monde. Par ces vers, Salomon décrit la femme parfaite ou l'élan de l'âme humaine.

 

Le charme est trompeur et la beauté s'évanouit;

seule, la femme qui craint le Seigneur mérite la louange. (31 : 30)

 

Par l'expression craint le Seigneur on entend que chaque femme pieuse sera louée.

 

Célébrez-la pour les fruits de son travail:

et qu'aux portes de la ville, ses oeuvres disent sa louange! (31 : 31)

 

Pendant ce mois-ci, étudiez tout le chapitre.

 

Vous ferez un essai pour connaitre la puissance de ces anciennes formules, pour voir la force magique de la quenouille. Lorsque votre esprit est tourmenté, faites l'essai suivant: imaginez douze kilos de laine; mentalement, prenez un grand cuvier et commencez doucement à laver cette laine. Vous la laverez une, deux, trois, quatre, cinq fois, jusqu'à ce qu'elle devienne très propre. Ensuite, prenez l'une de ces cardes des gitans et commencez à la carder. Cardez-la pendant une demi-heure et faites-en des écheveaux. Ensuite, mettez-la sur les grandes cardeuses et faites-en de grands écheveaux. Mettez un des écheveaux à la quenouille et commencez à filer. Je voudrais que vous me décriviez ce processus et les sentiments que vous éprouvez quand vous filez. Votre description sera aussi détaillée que celle du naturaliste qui observe sous microscope un processus. Observez quel sentiment vous éprouvez après chaque écheveau fini. Cette formule avec le cardage et le filage de la laine nous est donnée par l'occultisme, et en une demi-heure elle nous est plus utile qu'un pédagogue pendant un an. Cet essai avec la laine, faites-le au moins quatre fois par mois. Si quelqu'un attrape la maladie espagnole, en gardant le lit, qu'il lave cette laine.

 

Si ces essais s'avèrent fructueux, alors ils sont vrais et justes. Ce qui est inventé  et créé par nous ne donne pas de résultats. Ne vous trompez pas à propos de certaines connaissances qui ne peuvent pas vous donner de la force. Si une idée vous vient à l'esprit, pensez-y, gardez-la pendant un jour ou deux, et si elle ne donne pas de fruits, alors elle est infertile. N'entretiens pas de désirs et de pensées qui ne t'apportent rien. Tournez le fuseau sans cesse, que le fil descende sans cesse d'en haut et faites ainsi deux ou trois fuseaux. Un tel processus doit s'effectuer dans votre esprit. La prière seule ne suffit pas, il faut travailler aussi. 

 

Que signifie le mot prière? La respiration a du sens seulement lorsque le sang circule. Lorsque le sang pénètre dans les poumons blancs et se purifie – c’est une prière. Si vos poumons manquent de sang, pourquoi respirer et prier ? Pour prier, il faut de l'air pour purifier le sang. Parfois vous priez sans savoir pourquoi. Vous dites: « Que Dieu nous bénisse! » Mais vous ne savez pas pour quelle raison. Vous dites: « Seigneur,  que ma situation s'améliore un peu! » Est-elle vraiment mauvaise votre situation? Mais vous direz: « Je veux être comme les autres. » N'êtes-vous pas comme les autres? Pour prier, la nourriture doit être bien mâchée par les dents avant de descendre dans votre estomac qui doit faire son travail et la transformer en jus, qui de son côté doit atteindre les poumons blancs, et c'est alors que tu peux commencer à prier. L'homme qui peut prier et celui qui a la pleine conscience. Certains demandent: « Pourquoi prier? » Pour purifier ton sang, tes pensées et tes désirs! Si vous ne priez pas de votre plein gré, la Providence créera des conditions pour que vous priiez. Même les gens les plus durs prient: ils tombent malades, appellent le docteur et lui disent: « S’il te plait, docteur, aide-moi ! » Si Dieu te prive de quelque chose, tu vas vite chez un prêteur pour prier. Prier, c’est une loi imposée par Dieu. Quelqu’un dit: « Je ne veux pas prier Dieu. » D'accord, choisis quelqu'un d'autre. Il a des gens qui prient leurs chevaux – ils leurs disent: « Allez, vas-y mon cheval! » Tu pries ton cheval pour qu'il t'aide à porter ton poids. D'un point de vu psychique, la prière est une loi nécessaire. Prier Dieu, c'est ce qui est bon, c'est l’air pur. Hors de cette prière, tu descendras de plus en plus bas. Les milieux que tu traverseras seront de plus en plus impurs. Si tu n’es pas disposé pour prier, descends dans ton estomac et travailles-y un peu.

 

Dans les essais que vous ferez, votre motivation ne doit pas être égoïste, mais vous devez tous commencer à étudier les lois Divines de la même façon que vous étudiez les diverses matières – les sciences naturelles, le bulgare, la géométrie, et d'autres. Chaque personne qui est entrée dans l'école doit vérifier ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. Ce n'est pas comme dans les journaux où on peut lire un jour qu'une ville a été prise, et l'autre jour, on annonce qu'elle a été de nouveau reprise, etc. Par exemple, on peut lire que les Roumains ont envahi Dobroudja et tout le monde se décourage. Cependant, hier soir on a lu que ce n'était pas vrai. Quelqu'un te dit que tu auras des soucis et tu commences à t'inquiéter – voilà que les Roumains entrent dans ta tête. Vous ressemblez à cette demoiselle qui a rêvé qu'elle était mariée et qu'elle avait un enfant qui est mort. Elle s'est levée le matin et elle a tout raconté à sa mère. Toutes deux ont été très inquiètes et se sont mises à pleurer. Vous créez beaucoup d'ennuis dans votre esprit à cause de faits irréels. Une femme dit: « J'ai entendu que les sœurs n'ont pas une bonne opinion de moi. » Voilà les Roumains qui entrent dans ta tête; puis elle ajoute: « Non, je me suis trompée, elles ont une bonne opinion de moi » - les Roumains sortent de ta tête. L'un est aussi vrai que l'autre. Si la première chose est juste, la seconde l’est aussi. Un prêtre te dit que tu es hérétique, et moi, je te dis que tu ne l'es pas – les Roumains sont entrés et puis sortis de toi.

 

Lorsque vous entrez dans une école, vous devez avoir l'esprit critique pour examiner les choses, et avoir une ouverture au monde Invisible et à ses lois. C'est la seule façon de rendre votre caractère solide. À présent, vous voulez apprendre sans faire d'effort. Je souhaite que cette laine vous la laviez, la cardiez et la filiez vous-mêmes. Si vous ne savez pas carder et filer, je vais vous l'apprendre. C'est la seule voie pour rendre l'esprit humain plus noble et le rehausser. Il faut travailler, travailler et encore travailler! Je ne vous parle pas de labeur, mais bien de travail. La peine et le labeur je laisse aux gens, car c'est le monde qui s'en occupe. Lorsque tu souffres et tu es triste, dis-toi: « Je me mets au travail ! »

 

Sofia, le 5 décembre 1918

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0