Search the Community

Showing results for tags 'amour'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Bibliothèque Beinsa Duno
    • 1914 - 1944
    • Conférences de dimanche
    • 1990 L enseignement du maitre Deunov
    • LA NOUVELLE CULTURE DE L’ÈRE DU VERSEAU
    • Au coeur de la santé
    • Мusique
    • Livres pour télécharger
    • Journal Grain de ble
    • Livre de prieres
    • Paneurythmie
    • Le testament de l’amour
    • Dans le royaume de la Nature vivante
  • Thèmes généraux
    • Thèmes généraux
    • Les Paroles du Maître Peter Deunov au sujet de la Fraternité Blanche Universelle

Categories

  • Files

Categories

  • Videos

Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Location


Interests


Отговорете на въпроса

Found 2 results

  1. Беседата на български Traduit par - Maya Kitanova Travaillez avec amour J’aimerais savoir pourquoi vous avez demandé cette rencontre*. Réponse : Nous voulons être encore une fois avec Vous, Maitre. Avez-vous des questions à poser ? ... Savez-vous d’où tire son origine le mot bulgare poznai (connaitre) ? Il dérive d’une vieille racine qui signifie vivre consciemment. C’est ce qui donne du sens à la connaissance. Vivre en conscience, c’est la Vie éternelle. Ainsi, ce sont des synonymes - Vie et Vie consciente. Or, il ne suffit pas de vivre, mais il faut vivre en conscience. Connaitre veut dire vivre au sens plein du mot. Maintenant, les gens vivent et s’enrichissent, mais il leur manque la confiance dans leur vie. Vous avez surement observé certains élèves qui commencent à étudier la musique et qui ne comprennent rien, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent rien interpréter. Je vous demande, est-ce que l’enseignant investit quelque chose en eux ? Si l’élève n’a pas ce grand amour pour la musique et le désir de l’apprendre, l’enseignant peut-il développer quelque chose en lui ? Non. Selon cette même loi, si vous n’avez pas un désir fort et intense de vivre, qu’est-ce que le Seigneur peut faire pour vous ? Ainsi, ce que vous cherchez se trouve en vous. Cependant, il y a aussi des choses qui sont en dehors de vous. Les enseignants de musique demandent à leurs élèves de travailler sur des études et des exercices, au lieu de se distraire avec des mélodies populaires ou de donner des concerts ce qui gâcherait leur talent. L’élève doit tout d’abord apprendre l’art de jouer d’un instrument musical. Ainsi, la Vie évolue de façon harmonieuse - le temps que l’élève met pour apprendre, il atteint son objectif. De la même façon, une personne qui veut acquérir la vie Divine doit avoir des méthodes pour atteindre cette Vie. Chaque élève doit avoir ses propres méthodes. Je remarque maintenant que ceux à qui l’Esprit commence à parler disent : « À moi, l’Esprit me parle déjà ». Mais savez-vous quelle grande différence il peut y avoir lorsque l’Esprit parle ? L’Esprit a parlé aussi à Élie, à Ésaïe, mais la question est comment leur a-t-il parlé. Donc, l’Esprit ne parle pas de la même façon à tout le monde. Un enseignant de musique peut enseigner à cinquante ou à cent élèves à la fois, mais le premier reconnait à peine les notes, le deuxième a pris deux, trois ou cinq leçons, le troisième a pris cinquante leçons, et ainsi de suite. Vous ne comprenez pas que la manifestation de l’Esprit Divin parmi vous est graduée. Lorsque l’Esprit nous parle, ce n’est pas la seule chose qui compte, mais il faut comprendre aussi les vivantes lois Divines. À cet égard, les inventeurs d’aujourd’hui donnent les meilleurs exemples : ils répètent un essai une, deux ou trois fois sans succès. Pendant quinze ou vingt ans, ils réalisent des essais sans succès, jusqu’au moment où quelqu’un atteint son objectif, et quelqu’un d’autre – non. La persévérance est nécessaire. La même persévérance doit avoir celui qui a emprunté le chemin Divin. Ce qui peut être atteint en une journée n’est pas un enseignement. Je ne dis pas que c’est difficile, mais cela prend du temps. Lorsque vous vous mettrez à étudier cet Enseignement, vous rencontrerez beaucoup d’obstacles. Imaginez un enseignant de musique avec vingt ou trente élèves dont les conditions sociales sont différentes : le père d’un élève est riche et lui achète un bon instrument, le père d’un autre élève est pauvre - cet élève n’a même pas de souliers et a besoin de rattraper les conditions extérieures qui lui manquent, tout en étudiant ses leçons. Cependant, chez les élèves pauvres se développe un meilleur caractère que chez les élèves riches – les pauvres sont plus aguerris. Plusieurs d’entre vous ressemblent à ces élèves riches et veulent maitriser cet art sans être confrontés à beaucoup de difficultés. C’est la tendance parmi vous. Le christianisme contemporain comprend deux catégories. La première représente l’accumulation, tout comme l’engraissement des porcs, dont la graisse devient de plus en plus épaisse, mais elle ne possède aucune force musculaire. De la même façon, les couches s’accumulent sur la terre l’une après l’autre ou encore les couches de poussière qui s’accumulent dans une maison où personne ne fait le ménage. Dans ce cas, les acquis et l’enrichissement sont extérieurs. Dans la deuxième catégorie du christianisme, ce qui est acquis, c’est la croissance intérieure où chaque particule fait partie d’un tout et dans cette particule se manifeste la Vie. Parfois, ces particules ne sont pas unies, chacune d’elles mène une vie individuelle et dit : « Personne ne doit se mêler de mes affaires », et parfois, chaque particule est liée aux autres et elles sont toutes vivantes. Ainsi, votre expérience doit faire partie de cette deuxième catégorie. Par exemple, vous lisez un livre – c’est une accumulation. Un auteur peut écrire quelque chose de véridique, mais vous croyez qu’en lisant ce qu’il a écrit, vous le comprenez. Vous ne pouvez pas le comprendre pour la simple raison que vous n’êtes pas dans ses conditions que vous ne comprenez pas non plus, vous ne savez pas ce qui l’a motivé à écrire. Vous lisez l’Évangile, vous lisez ce que le Christ a dit, ce qu’Ésaïe a dit, mais vous ne savez pas ce qui a poussé le Christ à dire cela. Tant que vous n’essayez pas les mêmes conditions dans la Vie, vous ne comprendrez pas cet Enseignement. Lorsque l’Esprit viendra, il créera en vous cette compréhension. Pour cela, des fois, lorsqu’il y a de l’accumulation dans votre vie et vous décidez de l’essayer, il y a seulement de la poussière qui se lève et vous pensez que vous connaissez la vie. Toutes ces particules se détachent, mais il n’y a rien d’organique en elles. Cela vous arrive et vous vous dites : « Ce n’est pas vrai, nous nous sommes trompés » Oui, s’il y a de l’accumulation en vous, je vous dis que vous vous êtes trompés – ce n’est pas une chose vivante. Si l’eau passe neuf fois par votre poussière et cette dernière ne se détache pas, alors c’est organique, et si elle se détache, c’est insignifiant. Je fais un constat sur la loi qui régit la Vie. Vous ne pouvez pas vous libérer du doute. Il est naturel et inévitable. Il ne s’agit pas d’une loi ici, mais dans les conditions présentes, le doute est inévitable. Chez les gens dont la foi est faible, la colère, le mépris, la jalousie, le mensonge et beaucoup d’autres choses sont inévitables. Question : Si cette chandelle est allumée dans notre esprit, comme Vous le dites, ces choses sont-elles toujours inévitables ? Non, lorsque cette chandelle s’allume dans l’esprit Divin, c’est-à-dire, lorsque Dieu allume votre chandelle, il la mettra sur le chandelier et dira : « Que cette lumière s’allume parmi les gens ». C’est ça, le sens, c’est comme cela que les gens glorifieront Dieu. Question : Qui peut allumer cette chandelle, Dieu ou nous-mêmes ? Elle s’allume quand on est en contact avec Dieu. Et les flammes qui sont apparues devant les apôtres, n’étaient-elles pas les mêmes chandelles ? Tout dépend de l’Esprit Divin. Il est différent de tous les autres esprits. Il y a beaucoup d’autres esprits. Les choses se disent et se sèment, mais pour chaque chose il y a un moment déterminé. Je vous dis de ne pas croire que le moment n’est pas venu. Il ne sert à rien de s’inquiéter. Ne pensez pas que pleurer et vous plaindre vous aidera. Cela ne vous aidera point. Pleurer a un sens bien différent : lorsque vous allez auprès d’une personne cruelle, vous pleurez pour adoucir son cœur, tout comme le sol sec qui a besoin d’eau. Quand vous allez auprès d’une bonne personne, avez-vous besoin de pleurer ? En vous voyant mal habillés et pieds nus, ne vous habillera-t-elle pas ? Et si vous lui dites que vous ne voulez plus vivre, ne vous défendra-t-elle pas ? Dieu est un Être intelligent et lorsqu’on va près de lui avec une foi positive, Il n’hésite pas. Maintenant, nous allons auprès de Dieu avec nos propres idées humaines. Parfois, nous nous inquiétons beaucoup et nous étouffons l’Esprit Divin en nous. Imaginez la mère qui prépare un gâteau et son enfant qui n’arrête pas de criailler près d’elle. Elle pétrit la pâte et il lui demande : « Est-ce que le gâteau est déjà prêt ? » L’enfant doit attendre que la mère finisse son travail. Est-ce que le gâteau serait prêt en moins de temps si l’enfant restait près d’elle en la dérangeant et en lui posant tout le temps la même question ? Non ; qu’il aille chercher de l’eau, du bois pour allumer le feu, qu’il soit joyeux près de sa mère et le gâteau sera prêt plus tôt. La vie chrétienne est facile à adopter, mais certaines idées sont fausses. Vous direz : « Ne sommes-nous pas chrétiens après toutes ces années ? » Vous êtes chrétiens, mais vos idées sont très différentes. Vous pouvez avoir deux ou trois fils, quatre ou cinq filles, mais un seul enfant qui comprend. Je vous demande comment vous vous entendez avec vos autres enfants ? Vous vous entendez avec eux aussi. Ils ressemblent à des invités qui viennent chez vous et vous disent : « Maman, je veux ceci, je veux cela » et ensuite ils partent, tandis que l’autre enfant reste à la maison pour vous aider. Vous aussi, vous dites : « Mon Dieu, je veux ceci ou cela » ou vous déclarez : « J’ai dit à mon père de m’acheter ceci ou cela et il me l’achètera ». C’est l’une des entraves qui empêchent plusieurs de réussir. Maintenant, dans cette Vie véritable, il y a une autre compréhension intérieure qui ne peut pas être comprise avec des mots. Vous arriverez à cette profondeur, à ce calme intérieur, à cette Paix et à la compréhension de la vie Divine. Ce sont des choses abstraites, mais vous arriverez à l’aspect pratique de l’Enseignement pour faire de votre demeure une oasis dans le désert, avec des arbres fruitiers, et lorsqu’un voyageur passe avec ses chameaux, il pourra s’y arrêter. Commentaire : Dans l’une de vos conférences précédentes, vous disiez que lorsqu’on veut changer notre position par rapport à nos proches, nous devons changer notre attitude envers Dieu. Question : Comment peut-on appliquer cet Enseignement en pratique ? Pour cela, trois conditions sont nécessaires : la première est d’être au service des gens – nous sommes alors à l’état de serviteurs. La deuxième est d’être au service de soi-même : notre vie individuelle est alors renforcée. La troisième condition est d’être au service de Dieu. Chaque jour, divisez votre service de façon proportionnelle et observez à laquelle des trois catégories appartiennent vos actions. En étant au service de Dieu, l’homme peut également servir les gens, mais sa position sera différente. C’est de cette façon que vous changerez votre position initiale – vous serez au service de Dieu. Vous trouverez ce désir au fond de votre âme, car c’est une impulsion de l’âme. C’est un état que vous comprenez naturellement, et non pas un état que vous devez étudier. Vous en êtes tous conscients, vous le savez, mais vous dites que le temps n’est pas venu. Ce service est difficile, une École est nécessaire. Vous trébuchez lorsque vous voulez servir Dieu. Vous devez vous libérer de votre état et ne pas dire: « Nous sommes des femmes ». Les hommes veulent servir Dieu, mais ils disent : « Nous sommes des hommes » ; les enfants veulent servir Dieu, mais ils disent : « Nous sommes des enfants » ; les enseignants veulent servir Dieu, mais ils disent : « Nous sommes des enseignants ». C’est un état temporaire qui vous est donné uniquement pour que vous appreniez certaines leçons. Dans une pièce de théâtre, vous jouez par exemple le rôle du domestique. Il vous est donné pour que vous étudiiez ce rôle, car chaque rôle possède des aspects et des caractéristiques particuliers que vous devez étudier. Cependant, peu importe le rôle que vous avez, vous n’êtes pas ce que vous représentez sur la scène. Vous êtes venues comme des femmes uniquement pour apprendre ce rôle. L’essence de la femme en tant qu’art, vous ne l’avez pas encore appris, c.-à-d., je ne dis pas que vous ne le savez pas, mais c’est ce que vous êtes en train d’étudier. Quelqu’un qui vous regarde de l’extérieur demandera : « Est-ce que c’est vraiment une femme? », après quoi il donnera son opinion. Maintenant, le fait que je vous parle ainsi ne veut pas dire que vous devez vous libérer de cet état, car c’est la vie et c’est votre rôle. En dehors de cela, vous étudierez les choses qui appartiennent à l’essence de votre âme. Imaginez que vous êtes quatre sœurs à la maison. Votre père est mieux disposé envers l’une d’elles, la mère est mieux disposée envers une autre, un frère est mieux disposé envers la troisième, et la quatrième n’a la bonne disposition de personne, ils la repoussent tous et c’est elle la coupable pour tout. Évidemment, elle se sentira désespérée, elle sera toute chagrinée et triste, jusqu’au moment où elle comprendra le sens de la Vie. Admettons que tout le monde autour de vous vous torture, on vous traite d’ignorant, de stupide, de maladroit, et lors des soirées avec des invités, on parle tout le temps de vous. Vous ne saurez pas que faire ni où aller. Admettons que vous ressentez le désir de prier Dieu pour vous libérer et admettons aussi que Dieu n’adoucit pas le cœur d’aucune de ces personnes par rapport à vous. Enfin, vous trouvez une amie à l’extérieur qui a de la compassion pour vous – votre moral remonte immédiatement et vous supportez tout avec joie. Une transformation se produit en vous : vous portez toujours votre fardeau, mais il vous parait plus léger. Ainsi, votre état dans le monde ne changera pas, mais vous trouverez une amie et vous porterez votre fardeau avec allégresse. Le monde sera perplexe et dira : « Cette femme a un plus ». Ensuite, vous plongerez dans le doute et vous vous demanderez si votre amie est de passage dans votre vie – vous êtes alors dans une phase négative. Par conséquent, le monde ne changera pas encore, votre père, votre mère, votre sœur seront toujours les mêmes, ils continueront à avoir leurs plans et leurs idéals, mais ils doivent acquérir un nouvel élément. Je vous explique comment cela fonctionne dans la Nature : les fleurs qui sont plus proches de la fenêtre, vous les arrosez tout comme les autres, mais elles sont plus fraiches, car elles reçoivent plus de lumière. Et celles qui sont placées à l’ombre, orientées vers le nord, elles auront toujours l’air maussades. Elles sont la quatrième sœur – personne ne s’occupe d’elle, c’est toujours elle, la vilaine, et tout le monde dit : « Ah, elle, on n’y peut rien ! ». Quant à moi, je trouve une petite fenêtre, je la place là, et aussitôt, elle commence à pousser – tout ce qu’elle veut, c’est un peu de lumière. Ainsi, veillez à ce que la lumière Divine illumine toujours votre âme, car le monde peut périr, mais la lumière Divine est éternelle. Dieu est Lumière. La deuxième condition dans le monde consiste dans le fait que tout le monde attend des autres plus qu’ils ne peuvent offrir en échange. Remarquez qu’il existe une autre loi, selon laquelle les fréquences de vibration des âmes ne sont pas les mêmes. Au contact avec certains gens religieux, non seulement votre âme ne s’élève pas, mais elle descend plus bas, à leur niveau, comme en science physique où le mélange de deux liquides à température différente prend la température moyenne des deux. Pour cela, d’après cette loi, vous devez vous approcher les uns des autres selon les vibrations de vos âmes. Les âmes dont les vibrations sont les mêmes peuvent interagir, mais celles qui sont différentes restent en arrière. Les canards qui volent de la même façon avancent, et ceux qui ne volent pas de la même façon prennent du retard. Pouvez-vous atteler le cheval et le bœuf ensemble ? Vous aurez une alliance dysfonctionnelle. Essayez maintenant d’identifier ce qui vous trouble, pour être en mesure de vous libérer des dépôts accumulés en vous. Vous libérer de vos dépôts signifie que la nouvelle Vie doit toujours se déverser dans votre vie, car l’eau stagnante, même si vous la couvrez pour la préserver, elle sera toujours stagnante; un vieil habit, même si vous le lavez et le raccommodez, il reste un vieil habit. Il vous faut un nouvel habit. Maintenant, vous dites parfois : « Quand j’étais enfant, ma foi était si forte ! » La Foi chez l’enfant et chez l’adulte est différente. La Foi évolue aussi. L’apôtre Paul dit : « Lorsque j’étais enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai fait disparaitre ce qui était de l’enfant. » Ceux parmi vous qui ne comprennent pas, leur intérêt sera suscité et ils reprendront là où ils sont rendus, chacun selon son niveau. Tout comme la plante qui pousse un peu chaque jour, vous devez pousser un peu chaque jour aussi. Si vous ne poussez pas, il n’y a pas de développement ni de compréhension. Vous devez atteindre cet état où, lorsque vous voulez faire quelque chose, vous ressentez la présence de Dieu si vivement que vous êtes capables de vous arrêter avant de le faire. Vous affirmez maintenant que vous ressentez la présence de Dieu, mais lorsque l’épreuve arrive, vous ne réussissez pas et vous avez des regrets. Quand votre voiture se renverse, vous trouvez le chemin, mais c’est important de le trouver avant que la voiture ne se renverse. C’est là où réside la Force de la Vie. À cette étape de la Vie, vous aurez des obstacles et on vous dira : « Vous n’êtes pas sur le bon chemin, car l’Évangile nous enseigne telle ou telle chose ! » Je vous dis : l’Évangile nous enseigne beaucoup de choses, mais vous ne les comprenez pas. Parfois, ceux qui expliquent ce que l’Évangile nous enseigne ressemblent à ceux qui écrivent le mode d’emploi qu’on retrouve dans la teinture que vous achetez pour teindre les œufs de Pâques. Dans ce mode d’emploi, on peut lire la composition de la teinture, le type d’œufs à teindre, comment mélanger la teinture et dans quelle quantité d’eau, etc. On peut lire : « Mélangez la teinture dans une quantité d’eau X, ensuite mettez les œufs d’une telle façon et vous aurez de tels résultats. » Tout se fera selon le mode d’emploi du sachet, mais il faut passer par tout le processus. Cependant, il y a des savoirs plus profonds que ceux de la teinture. Dans les conditions actuelles, les gens trébuchent beaucoup. L’atmosphère est remplie d’âmes moins développées qui s’approchent de vous et vous ressentez un malaise, un mécontentement. Ce sont elles qui causent cet état. Selon la théosophie, ce sont des âmes élémentaires. Vous devez tous vous libérer d’elles et pour cela, vous devez avoir un râteau. Ces âmes ont besoin d’être éduquées, elles doivent apprendre à se soumettre à la loi Divine et à travailler. Question : Est-ce que ce sont ces âmes qui nous font trébucher ? Oui Question : Elles gagnent probablement quelque chose, n’est-ce pas ? Oui, elles viennent pour vous voler. Question : Ne devrions-nous pas avoir des moyens pour nous protéger d’elles ? Lorsqu’elles arrivent, mettez-les au travail, apprenez-leur à tisser, à filer, mettez-les au travail dans la cuisine. Elles exercent une influence seulement sur la raison et vous direz : « Cette pensée n’est pas la mienne, ce désir n’est pas le mien ! » C’est de cette façon que vous pouvez les rejeter. Si l’homme décide de croire tous les pensées et désirs qui lui traversent l’esprit, que se passera-t-il ? Ces pensées et désirs doivent s’en aller tout comme l’eau et le vent, et nous en prendrons seulement ceux dont nous avons besoin – ce n’est pas tout pour nous. Je vous laisse libres et je veux que vous étudiiez de votre plein gré toutes les règles que je vous donne et que vous les appliquiez de façon à ce que vous soyez en mesure de vous mettre le licou et de l’enlever vous-mêmes. Je ne vous impose aucune discipline, je vous laisse agir librement. Vous voulez parfois me tromper, mais dans cette situation, je suis gagnant, et vous êtes perdants. De cette façon, vous vous mettez en situation d’échec les uns les autres. Je remarque souvent que vous détruisez des choses que j’ai réparées. Souvent, avec la bonne intention d’agir, vous avez la ferveur de l’Apôtre Paul et vous dites : « J’avais la ferveur, mais pas la bonne compréhension des choses ». Si vous entrez dans un jardin, où irez-vous ? Vous irez surement vers le poirier ou le pommier avec les meilleurs fruits. Même l’être le moins intelligent dans le monde n’ira pas vers le pommier sauvage – il ira chercher les meilleurs fruits. S’il n’y a pas d’autres pommes, il ira vers le pommier sauvage, mais s’il y a de belles pommes, il ira vers elles. La même loi s’applique dans le monde : si vos fruits sont bons, ce ne sera pas nécessaire d’inviter la personne, car elle viendra toute seule vers vous. La vie est faite ainsi et c’est très vrai : vos relations avec gens qui vous entourent sont définies par la richesse de votre esprit et la richesse de votre cœur. Pour moi, l’Amour, ce n’est pas ce qui change. C’est une idée ridicule – on aime, mais dix ans plus tard, on tourne le dos. Paul dit : « L’amour ne passera jamais ». Réplique : J’ai toujours pensé qu’il faut s’efforcer pour s’emparer du Royaume des cieux. Question : Quelle vertu est la plus importante pour avoir de meilleurs résultats ? Forcer le Royaume des cieux signifie que seulement celui qui est en mouvement s’en emparera. Imaginez que vous sortez le matin au sommet d’une montagne pour observer le Soleil levant. Si vous vous dispersez à des endroits différents au lieu de rester tous au même endroit, le Soleil vous donnera à tous de sa force. Si vous vous mettez en file l’un après l’autre et attendez votre tour pour recevoir sa grâce, une discordance se produira sans doute. Exposez-vous au soleil tous en même temps et attendez sa grâce. C’est ça, l’enseignement Divin : il n’y a pas de moment précis ni d’ordre - vous vous présenterez tous en même temps. Question : Nous nous connaissons tous de l’extérieur. Est-il possible de se connaitre et de s’aimer de façon à devenir un groupe puissant à Sofia ? Qu’est-ce qui vous empêche ? La difficulté réside dans votre esprit. Pouvez-vous nous emmener à la montagne ? Aujourd’hui, même les jeunes enfants vont à la montagne. Ce n’est pas une chose difficile. Vos questionnements me font penser à une pièce avec une grande fenêtre devant laquelle il y a un grand miroir qui reflète le lever du Soleil le matin. Vous êtes tous là et vous attendez de voir le Soleil dans le miroir – c’est ça, votre état actuel. Je veux que vous sortiez dehors au lieu de regarder le Soleil dans le miroir. Vous ne pouvez jamais trouver la Vérité de cette manière. Le miroir vous montrera que le Soleil se lève d’une profondeur lointaine, c’est-à-dire, il vous montrera que la Vérité est juste derrière vous. Vous devez essayer de pénétrer dans votre âme que vous connaissez très peu. Il vous faut de l’expérience que chacune de vous doit vivre individuellement. Ainsi, vous devez vous tourner vers Dieu et dire : « Seigneur, allume notre chandelle, peu importe comment, juste allume-la! » Vous laisserez tout à la disposition de l’Esprit Divin et il allumera la chandelle. Cette chandelle s’allumera de la façon que Dieu aura choisie. L’esprit qui donne des talents aux gens n’est pas ce que vous croyez. Nous accordons un sens particulier au mot « Esprit ». Cette chandelle n’est-elle pas encore allumée en vous ? La chandelle doit être allumée et placée sur le chandelier, ensuite vous devez enlever le boisseau et dire : « Que la Lumière soit ! » Le Maitre regarde dehors : il y a de la bruine. La pluie montre qu’il vous faut plus de Vie. Les conditions météorologiques me disent que ce qui vous bloque, ce sont les brouillards d’en haut qui symbolisent la Vie. Les difficultés que vous éprouvez sont en réalité moins graves que vous ne le croyez. Vous mettez un petit problème sous le microscope et vous dites : « Personne n’a jamais eu un problème aussi grave que le mien! » C’est vrai – tes problèmes sont à toi seule. Rapprochez-vous, allez sur le Chemin de l’Amour et vous verrez ce que Dieu peut faire pour vous. Levez-vous doucement chaque matin, essayez de concentrer vos pensées, de garder votre calme intérieur, de pénétrer dans la pensée Divine, car certaines expériences que vous vivez sont karmiques et inévitables. Réplique : Vous avez dit hier que lorsque cette chandelle s’allume, les choses karmiques disparaissent. Oui. Vous pouvez décider d’y mettre fin. Avez-vous, par exemple, cette Foi positive ? J’examine la Foi positive à travers l’élargissement de la conscience. Bref, je vous aiderai comme le vent – j’enlèverai la poussière pour qu’elle ne vous dérange pas. Dans le monde Divin, c’est comme si vous montiez à bord d’un train. Vous respecterez les règles du train – si vous êtes en retard, il ne vous attendra pas. Vous monterez à bord, vous voyagerez et vous descendrez à l’endroit déterminé. Ne vous inquiétez pas pour le machiniste et n’ayez pas peur que la locomotive se détache des wagons – ce ne sont que des suppositions. Vous direz : « Prions le Seigneur pour que le voyage se passe bien. » Vous irez auprès du Seigneur avec votre âme et non pas avec le corps. Vous mettrez votre Foi en Lui. Essayez de ne pas vous troubler – la Foi vivante est nécessaire. Disons que vous vous trouvez dans une situation problématique et que vous vous tourmentez. Parfois, cet état est dû à une nourriture difficile à digérer qui cause l’accumulation de certains résidus en vous. Parfois, ce sont des sentiments contradictoires qui causent des crampes – par exemple, vous aimez et vous détestez en même temps et vous ressentez alors des pointes au cœur. Vous dites : « J’ai des pointes au cœur! » Bien sûr que tu as des pointes au cœur, débarrasse-toi des sentiments contradictoires et la douleur disparaitra! Parfois, quelqu’un peut vous agresser avec ses pensées et vous causer des pincements. Pour cela, vous devez apprendre à vous protéger, à mener une telle vie que les flèches vivantes rebondissent sur la cuirasse de votre corps. Parfois, vous devez vous libérer du diable. Savez-vous ce qu’il fait ? Il joue le tour suivant : vous lui devez de l’argent, il vient le collecter, mais vous oubliez de prendre la lettre de change. L’année suivante, il vient encore chez vous et dit : « Tu penses que tu as déjà payé ? Non, tu dois payer maintenant ! » Vous devez donc prendre la lettre de change. Autrefois, il y a vingt ans, tu as commis des pêchés quelconques, tu as prié le Seigneur de te pardonner, mais voilà que vingt ans plus tard le diable vient te dire : « Tu dois payer ! » Tu lui diras : « J’ai déjà payé, je n’ai plus rien à payer, poursuis-moi en justice ! » Cela vous cause du tourment. L’homme doit faire la différence entre la justice et l’injustice. Il y a des choses morales et des choses immorales, il y a de bons gestes et de mauvais gestes, de bons actes et de mauvais actes. Votre âme doit se débarrassez de tous les actes mauvais et injustes, se libérer des vieux tourments, pour que vous ne gardiez que l’expérience. Question : Nous allons nous en débarrasser, mais s’ils ne veulent pas nous quitter ? Ils vous quitteront. Dans cette école, il faut travailler fort et parfois les gens créent des ennuis tout seuls par ignorance, ce qui les fait souffrir. Essayez d’être riches de Foi et de Connaissances. L’homme doit s’enrichir ! Autrefois, les gens allaient dans des monastères et vivaient dans l’isolement pendant dix, quinze ou vingt ans pour devenir plus forts. Vous pouvez réaliser la tâche suivante : chaque école a ses défis et ses difficultés, alors essayez de vous libérer de votre ancien karma dès maintenant, ne tardez pas. Essayez de planter de nouvelles pensées et de nouvelles idées qui permettent la croissance et l’élargissement de l’âme et qui rendent l’homme plus fort. Chacun d’entre vous a une petite dette ou un paiement à faire. Lorsque la date d’échéance approche, vous vous mettez à chercher de l’argent. Ce sont de nouvelles dettes que vous accumulez. Chacune de vous doit essayer de faire ce qui est dans son pouvoir, de réaliser un travail, d’apprendre un exercice. Certaines d’entre vous ont plus d’expérience et d’autres en ont moins. Certains ont de l’expérience dans un domaine, et d’autres – dans un domaine différent. L’Esprit vous parle à tous d’une manière différente. Vous avez tous besoin de prier avec véhémence. Quand on parle de chandelle allumée, en entend quelque chose de différent. La chandelle de l’homme est allumée, mais il y a une différence d’une chandelle à l’autre. Par exemple, vous avez des lampes ordinaires à gaz qui dégagent une odeur. Il y a aussi des lampes où le gaz se transforme en vapeur avant de s’allumer – la combustion de ces lampes est meilleure. Enfin, il y a d’autres types de gaz avec de l’air ajouté – ils brulent complètement et produisent une lumière plus forte. Ainsi, la raison doit passer à cet état Divin sans laisser de résidu quelconque, sa Lumière et son feu doivent être purs. Essayez de trouver votre âme et de vous tourner vers elle. Lorsque vous trouverez votre âme, vous ressentirez une plénitude intérieure, tandis que maintenant vous ressentez un vide et vous reculez chaque jour. Que vous preniez quelque chose ou pas, sentez toujours la plénitude en vous ! Jésus dit que vous n’êtes pas cette source vivante qui puise à l’intérieur, mais une source qui puise à l’extérieur et s’épuise un peu chaque jour. Aussi, l’Écriture dit : « Priez les uns pour les autres pour que vous soyez guéris. » Bon, qu’est-ce que l’Esprit vous a dit, quelle est la chose la plus sublime dont il vous a parlé ? Parfois, l’homme se parle tout seul, et parfois, quelqu’un d’autre lui parle. Lorsque Dieu parle, il y a des éléments nouveaux, il y a quelque chose de particulier. Quand le Seigneur se met à parler à l’homme, ce dernier ressent ses paroles avec son esprit, son cœur et sa volonté. Elles pénètrent partout, car sa Parole est vivante. Celui qui entend la Parole de Dieu, il est vivant, il n’est pas mort. Vous ressentirez alors au fond de votre âme une Joie et celui qui l’a déjà essayée la connait. Elle ressemble à la source tranquille qui ne s’épuise pas, mais qui peut disparaitre. Tu fais une erreur et tu la perds en revenant à ton état ordinaire. Ensuite, tu entends encore cette voix douce et tu t’élèves de nouveau. C’est très difficile de rester dans cet état. Il vient chaque jour, mais vous ne pouvez pas le retenir. Cependant, vous devez apprendre à le retenir. Question : Comment faire pour le retenir ? Cela prend de la volonté. Vous devez être prêts à travailler au nom de l’Amour Divin, au nom du Dieu vivant. Lorsque nous travaillons au nom de l’Amour, nous ne mentionnons pas son nom. Lorsque je sauve une personne et je la guéris, dois-je lui dire que je le fais au nom de l’Amour ? Je le fais pour moi-même, et il m’importe peu si elle s’en rend compte ou pas. Je ne lui réciterai pas de prières, je ne lui parlerai pas d’Amour, mais je lui rendrai service comme il faut et je reprendrai mon chemin. Le Soleil qui vous donne sa lumière vous dit-il « Je suis lumière » ? L’Amour vous dit-il « Je suis Amour » ? S’il vous dit cela, il se limite. Ce qui est Amour ne dira pas qu’il est Amour. Ce serait étrange si je demandais à quelqu’un : « Est-ce que tu vis ? » Celui qui vit, il éprouve des sentiments, il fait du bien – il vit, bien sûr. Il y a beaucoup d’obstacles devant les gens. Ces obstacles sont vraiment mauvais. Réunissez-vous selon la loi de la liberté, échangez vos idées et ne vous interrompez pas les uns les autres. Vous n’avez pas encore appris cet art de céder la parole à quelqu’un d’autre. Celui qui n’a pas appris à écouter, qu’il fasse l’effort et qu’il apprenne à écouter. Quelqu’un dit : « Je ne peux pas écouter des bêtises ! » Le vent qui souffle, est-ce que sa parole est toujours intelligente ? Lorsque vous vous retrouvez dans une société, vos paroles sont-elles toujours intelligentes ? Penses-tu que tu as raison si tu as écouté quelqu’un pour le juger après ? Apprends à fermer tes oreilles. Quand il s’agit de bien comprendre, libérez-vous de l’idée qu’une personne est plus intelligente que l’autre. Vous vous trompez, on ne peut pas dire que certains gens dans le monde sont plus intelligents que d’autres, car à un moment donné tu es intelligent, mais à un autre moment, tu es stupide. À l’intérieur du monde Spirituel, devant Dieu, essayez de ne pas voir les choses comme étant stupides. Si une chose te parait stupide, laisse-la. Celui qui commet des actes stupides doit apprendre quelque chose, il doit acquérir de l’expérience. Voici en quoi consistent les actes stupides : admettons que vous portez une belle robe blanche en soie. Une autre femme qui n’a pas les mains propres touche la robe pour essayer le tissu. Une autre femme après elle fait la même chose. Vous direz : « Oh, que c’est bête ! » Je vous demande pourquoi avez-vous eu des taches ? « Plusieurs femmes ont touché ma robe et elles l’ont salie ! » Oui, mais chacune d’entre vous a envie de toucher et vos doigts ne sont pas propres. Dans ce cas, ta robe doit rester propre. Lorsque vous entrez dans le christianisme, le danger réside dans le fait que vous vous retrouvez dans l’état de ces commerçants qui exhibent leur marchandise, la compétition s’allume entre eux et ils ne peuvent plus se supporter. De la même façon, vous exhibez vos expériences aussi. Ne le faites pas, cédez votre place aux autres, qu’ils vendent leur marchandise en premier. Quand ce sera votre tour, vous vendrez autant que vous pourrez, et ce qui vous restera, vous le reprendrez. Cependant, vous dites : « Ça ne marche pas comme ça, j’ai dépensé beaucoup trop d’argent » et la compétition est lancée. Réplique : le problème, c’est que nous ne pouvons pas nous supporter les uns les autres. La patience découle de l’Amour. Quand tu aimes une personne, tu peux la supporter. Cependant, il existe une autre loi et vous devez en tenir compte : admettons que vous avez jeuné pendant trois jours, et moi, je vous dis : « Attendez, je vais vous raconter une expérience ». Cela vous énerve et alors je vous dis : « D’accord, vous pouvez partir » et ensuite je me plains de vous, car vous n’avez pas voulu m’écouter. Je ne me mets pas à votre place et je ne tiens pas compte du fait que vous avez faim et que vous n’avez rien mangé pendant trois jours. On doit dire d’abord qu’on a faim avant d’écouter. Pour cela, il faut avoir l’esprit éveillé. Vous êtes capables de travailler à l’extérieur. Vous avez beaucoup de connaissances et vous devez en donner aux autres dans le monde extérieur – vous avez un surplus et non pas un manque de connaissances. Vous demanderez : « Devrais-je dire telle chose ? » Il y a beaucoup de travailleurs dans le monde aussi. Ayez la foi que le monde se développe selon un plan déterminé. Le plan Divin ne peut être changé d’aucune manière et tout se déroule selon des calculs mathématiques précis. Si vous déviez de votre chemin, vous souffrirez, et ce que Dieu a déterminé pour vous arrivera de toute façon. Par exemple, on veut vous inviter à une randonnée, mais vous ne voulez pas y aller, alors on vous force, vous essayez de résister et bout du compte vous vous rendez à l’endroit, mais vous vous sentez fatigués. Pour cela, vous pouvez y aller sans vous y opposer. Ainsi, que vous résistiez ou pas, vous accomplirez le travail que vous avez à faire. Vous devez prier l’une pour l’autre. Les bonnes pensées que vous vous envoyez ont une très bonne influence et les mauvaises pensées ont une mauvaise influence. Si vous jouez d’un instrument de musique et je viens vous saupoudrer le nez d’un peu de poivre, comment pourrez-vous jouer ? Vous allez éternuer beaucoup. Ces règles sont infaillibles, l’Écriture dit : « Priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. » Le monde entier est régi par le malin. Quelles attentes peut-on avoir d’un monde qui est régi par le malin ? Tel qu’il est aujourd’hui, on ne peut s’attendre à rien. Ce ne sont que des rebuts qui s’accumulent au fond et un jour, lorsqu’il y aura assez de rebuts, Dieu soulèvera le fond, enlèvera l’eau et le transformera en jardins, en champs et en montagnes. C’est ce qui arrivera avec le fond marin. Ayez la foi que vous avez toutes une bonne âme. Ne dis pas que tu es méchante, car c’est inutile. Oui, lorsque tu agis, ta volonté peut te rendre méchante. Réplique : Pour trouver notre âme, est-ce une question d’évolution ou il faut de la volonté ? Il faut éliminer les obstacles. Imaginez que sur une petite pleur vous mettez une épine – pourra-t-il pousser ? Non. C’est la même chose pour vous – si vous ne pouvez pas évoluer, c’est parce que quelqu’un vous a mis une épine. Il faut vous assurer qu’il n’y a aucune épine sur vous. Si on vous donne une balance pour mesurer les liquides et les solides, et si vous tenez compte des unités de mesure, tout ira bien. Mais si quelqu’un vous disait : « Cette balance n’est pas précise, on vous en donnera une autre », alors les mesures ne seraient plus les mêmes. Vous devez mesurer tout sur la balance Divine pour maintenir une harmonie parfaite. S’il y a quelque chose de désagréable en vous, ce sera une source d’ennuis pour vous. Lorsque Dieu veut qu’une personne l’entende, il lui donne des ennuis, des maladies et de la misère. Cependant, lorsque la personne l’entend, il lui parle de façon intelligente. Dieu a deux façons de parler – avec la raison physique et avec la Parole intelligente. Si vous arrivez à vous mettre en accord et en harmonie entre vous, nous sommes prêts à vous aider. Même si elle n’est pas ici, j’aide toute personne, si elle est prête. Chaque personne chez qui existent les conditions nécessaires, je l’aide. Une personne désire étudier – je m’arrête et je l’aide. Une personne peut bourrer sa tête de règles, de savoir et d’expériences, mais ils n’habitent pas en lui. Elle dit : « Ayons de l’amour et de l’affection pour autrui, ayons de la miséricorde ! » D’accord, mais ce sont des qualités, et non pas des règles – aimer comment ? Tu viens me voir, tu me supplies de te donner vingt leva – je n’en ai pas et je ne te rends pas service. Je vais sur mon chemin, je croise une personne qui me demande de l’aider à lever son sac, et je lui réponds : « Je ne peux pas, je suis pressé ». Une personne sur ton chemin est tombée – arrête-toi et aide-la ! À chaque moment donné, tu t’arrêteras et tu appliqueras la loi de l’Amour. Tu rends visite dans une maison, ta sœur est triste et te demande : « Ne pourrais-tu pas m’aider ? » - « Dieu t’aidera ». Non, arrête-toi, aide ta sœur, dis-lui : « Dieu nous aidera les deux ! », dis-lui « Ce sera fait ! ». Je peux faire de bonnes choses pour vous, mais souvent je me retiens pour les raisons suivantes – sera-t-il intelligent de prier Dieu de vous envoyer de la pluie, si vos champs ne sont pas labourés ni semés ? Si vos champs sont déjà semés, demandez, je suis prêt à vous envoyer tout ce qu’il faut – je vous enverrai autant de pluie que vous voudrez. Vous avez tellement de connaissances aujourd’hui ! Vous ne vous êtes pas arrêtées pour réfléchir un peu à ce que je dis, pour comprendre une centième de toutes les formules que j’ai données. Vous dites : « Cette chose, nous la comprenons ! » Oui, mais vous ne l’appliquez pas. Sachez que les êtres vivants dans le monde sont beaucoup plus que vous ne le croyez. Vous n’êtes pas seules. Ne croyez pas que lorsque vous êtes seules, personne ne vous observe et ne voit ce que vous faites. Commencez à travailler pour ce Jésus, pour ce Dieu que vous aimez tant. Faites quelque chose pour lui ! Quand je vous dis de faire quelque chose, je veux dire qu’il faut faire quelque chose consciemment, et lorsque vous posez un bon geste, vous éprouvez du plaisir du fait d’avoir fait quelque chose pour Dieu. Les chrétiens sont forts. S’ils sont quatre, cinq ou dix-mille à se concentrer sur la même idée, ils peuvent aider tout le monde, mais pour cela, il faut de la mutualité. Aujourd’hui, ils peuvent te venir en aide à toi, demain – à une autre, ensuite – à une troisième, et de cette façon, peu à peu, tous les champs seront labourés, semés, moissonnés. Et maintenant chez vous, vous aurez chacune ses difficultés individuelles, les difficultés de son monde intérieur, dans son esprit et dans son cœur. Vous aurez des difficultés liées à la société et à la subsistance. Ces difficultés sont réelles et tu devras les éliminer. Ton mari n’est pas content, il prie, mais tu ne peux pas l’aider ; tu lui mets de l’onguent, car il a une épine, tu dis : « J’ai mis de l’onguent et je ne peux faire rien de plus. » Oui, l’onguent peut aider là où il n’y a pas d’épine, mais s’il y en a une, il ne l’aidera pas. Tu enlèveras l’épine ! Si l’épine ne peut être enlevée chez une personne, cela veut dire qu’elle a des difficultés qui ne peuvent pas être éliminées. Par exemple, vous avez des difficultés et vous dites : « On ne m’aime pas » - c’est une des grandes difficultés. Tu ne peux pas forcer les gens à t’aimer. Pourquoi ne t’aiment-ils pas ? Les occultistes disent que celui que personne n’aime s’est démagnétisé. Il commence à voir le mauvais côté des gens, tout le monde l’évite, car il s’est démagnétisé. Pour cela, prenez garde à vous-mêmes – lorsque vous commencez à perdre de vue le bien chez les gens, vous êtes alors démagnétisé et peu de gens vous aimeront. Maintenant, Dieu vous a donné un divertissement. Il vous regarde dans vos difficultés et il dit : « Ces gens font bien leur travail. » Parfois, je vois l’erreur chez les maitres. Si vous êtes assis à ma table et je vous donne à manger selon les règles, vous aurez faim. Si je vous donne plus, une personne mangera plus qu’une autre et je devrai vous gronder. Non, ce qu’il faut faire lorsque vous venez me rendre visite est de donner à chacun de vous trois noix et un petit morceau de pain. C’est ce que vous devez apprendre ! Question : D’où vient la grande joie ? C’est de l’énergie en abondance. Parfois, quand l’homme mène une vie modeste pendant longtemps, une grande Joie lui arrive. On peut observer cet état chez tout le monde. La Joie descend souvent dans la Vie physique. La Joie manifestée sur le plan physique est la Joie de l’âme. Je vais vous donner un exemple pour vous montrer où repose le mal : disons que votre source d’eau est pure, mais la tasse que vous prêtez n’est pas propre et la personne n’est pas contente. Le mal n’est pas dans la source d’eau, ni dans l’intention, mais dans la tasse. La tasse doit être propre. Le pain que vous donnez à la personne n’est pas mauvais, mais vos mains doivent être très propres pour que la personne vous soit reconnaissante. On prêche ces choses-là sans cesse depuis huit-mille ans. Maintenant, vous passerez à un stade supérieur. Si tu veux embrasser quelqu’un, tu dois savoir ce que tu exprimeras avec ton baiser. Ou bien, qu’est-ce que le serrement de main exprime aujourd’hui ? Ne pensez pas que le baiser a été inventé par l’homme – c’est l’économie de la Nature. Ce sont deux courants électriques : la lèvre supérieure est le pôle positif et la lèvre inférieure est le pôle négatif. Lorsque l’homme approche ses lèvres, l’électricité passe de l’une lèvre à l’autre. Lorsque la mère embrasse souvent son enfant, les deux se renouvèlent. Avez-vous remarqué qu’elle n’embrasse pas son enfant au même endroit ? Cependant, combien de fois cette loi est-elle appliquée comme il faut ? Le serrement de main, c’est la même loi : il permet un échange intérieur des énergies. Le serrement de main signifie faire connaissance, saluer. Élargissez votre cœur, regardez le monde droit dans les yeux, soyez reconnaissants pour tout, aspirez à la Pureté ! La première chose qui est nécessaire pour vous, c’est la Pureté intérieure de l’âme. Garder sa Pureté, c’est la chose la plus difficile. Pour cela, pour devenir pur, l’homme doit être ami avec Dieu et des gens bien. Vous avez besoin de nouvelles expériences pour changer votre état d’esprit. À la fin de vos études dans cette École, vous aurez encore beaucoup à apprendre. Si vous devenez très sensitifs, vous verrez que l’aura des gens est très obscure. Vous ressentirez les vibrations de leurs pensées et de leurs désirs, de leur mécontentement, de leur ingratitude. Et tout cela, vous devez le laisser retomber et dire : « Au nom de Dieu, je laisserai tout cela retomber. » Aspirez au développement personnel. Chaque jour, gardez le silence pendant dix à quinze minutes pour apprendre le silence. Rentrez en vous-mêmes et réfléchissez de la façon la plus simple sans attendre des réponses. Tout comme dans la Nature où chacun regarde où il veut, ou bien à la table où chacun choisit ce qu’il veut manger, dans ses réflexions, chacune d’entre vous doit rentrer dans soi-même et tenter d’acquérir cette énergie. Si tu observes les autres - leur position, leur façon de prier, ce n’est pas une méditation. Pour la méditation, il faut être dans une grande pièce où personne ne peut vous déranger et il faut garder une distance d’un demi-mètre entre vous. Il serait bien, lors de vos réunions, d’examiner les caractéristiques d’une fleur, d’un œillet par exemple, d’une fraise, etc. d’examiner leurs manifestations psychologiques. Toutes les fleurs doivent faire l’objet d’études sur place et doivent être observées sous microscope. Vous remarquerez à quel point les fleurs sont sensibles à l’Amour, mais cela prend plus d’excursions. Aspirez à une plus grande liberté et n’ayez pas de restrictions. Lorsqu’il y a trop de règles, on tombe dans une autre extrémité, alors essayez de cesser de vous juger, évitez de le faire. Nous allons commencer à aborder des sujets plus abstraits. Vous devez participer à la discussion de manière objective pour que vous ne visiez personne. Parfois, vous pouvez imaginer quelqu’un comme modèle pour le décrire, mais il ne doit pas être dans la mire. Ce modèle sera devant vous aussi longtemps qu’il le voudra. Lorsque vous posez pour un artiste, vous restez aussi longtemps que vous voulez, n’est-ce pas ? Vous devez faire la même chose dans la Vie. Puisque vous n’avez pas encore appris la loi de la concentration, le monde Invisible se sert de méthodes négatives pour développer la concentration en vous : lorsque vous haïssez une personne, vous la portez dans votre esprit et de cette façon, vous vous concentrez. Et parfois, il vous arrive une douleur, un furoncle, et vous vous concentrez. Vous avez mal au ventre ou mal à la tête – ce sont des façons naturelles pour concentrer la pensée. Lorsque vous avez l’occasion d’aimer quelqu’un, vous êtes distraits et vous n’êtes pas capables de vous concentrer. Quand on se concentre, l’esprit doit être mis à sa place et il faut séparer les bons désirs des mauvais désirs. Lorsque vous travaillez sur vous-mêmes, faites chaque jour quelque chose pour le développement de votre âme. Quoi que fassiez, n’ayez pas peur ! Ne pensez pas que c’est un déficit, ce n’est peut-être qu’une allure extérieure. Les formes religieuses, le jugement, la moralisation entravent l’évolution. Je comprends la question de la façon suivante : je ne suis pas obligé de vous faire la morale, vous êtes des fleurs qui doivent s’arroser et prendre soin de soi elles-mêmes, elles pousseront seules. Quelqu’un dit : « Je veux devenir meilleur ». Si tu es sur le bon Chemin, ton développement sera le bon. Comme vous avez des états d’esprit différents, quelqu’un dit : « Je suis indisposé ». Nous ne comprenons pas cette philosophie et lorsque nous nous mettons à proximité les uns des autres, nous ne nous entendons pas, nous trébuchons. L’homme ne peut pas avoir le même état d’esprit sur le plan physique. Parfois, il se trouve à l’état de l’arbre dont les feuilles et les fleurs sont tombées et vous dites : « Notre opinion sur lui a changé ». Non, il s’est déshabillé, mais la chair se rhabillera. Travaillez avec Amour ! Travaillez avec cet Amour duquel Tolstoï dit : « être prêt à tout laisser, être prêt à servir tout, sans attendre d’être payé. C’est ça l’Amour – porter tout vêtement et servir tout. Si tu peux faire cela, tu as l’Amour ; si tu ne peux pas faire cela, tu as l’amour aussi, mais il n’est pas celui qui élève les gens. Si tu peux faire cela, la question trouve sa réponse d’une façon intelligente. Dans l’Amour, lorsque tu sers quelqu’un, tu ne vendras pas tes services – tu seras libre et tu travailleras comme bénévole, tu ne te sentiras pas obligé, tu ne seras pas responsable. Tu feras volontairement ce que l’Amour exige. Cet Amour exige que le roi et le serviteur renoncent à ce qui leur appartient, qu’ils deviennent serviteurs. Cet Amour dit : « Pour moi, les maitres n’existent pas ». Après avoir travaillé longtemps en son nom, il dit : « Tu es digne maintenant d’être un maitre dans ton repos, mais aussitôt reposé, retourne travailler. » Ainsi, quand tu te reposes, tu es un grand homme, quand tu travailles, tu es petit. Savez-vous comme c’est difficile de travailler ainsi ? Les gens sont très égoïstes et pensent que tu es un homme de fer, et même si tu travailles pour eux pendant vingt-cinq heures, ils ne te diront pas : « Assez. » Personne ne doit exercer de l’influence sur les autres – vous laisserez chaque personne se réaliser et travailler seule, car dans cet Amour, elle évoluera toute seule. Quelqu’un arrive et dit : « Il faut agir de telle façon », mais sait-il comment il faut agir ? La société moderne l’aurait prescrit ainsi. Pourtant, la société moderne n’est pas parfaite, elle a aussi ses défauts. L’essentiel : commencez avec l’Amour, devenez des héros, pour que vous soyez contents de travailler en son nom. Les larmes de la jeune fille montrent que l’homme doit se purifier. Pleurer est dans tous les cas une méthode de purification. Lorsque l’homme commet une erreur, il doit pleurer un peu pour se purifier. Tu viens sur Terre et tu pleures, tu es attristé à cause des erreurs que tu as commises en haut, dans le monde Invisible. Ne pensez pas qu’il y a une autre raison – toutes les âmes sont venues sur Terre pour racheter ces erreurs. Lorsqu’elle se rappelle une erreur, l’âme doit pleurer un peu afin de se libérer d’elle. Ces erreurs peuvent être les tiennes ou celles de quelqu’un d’autre, mais il s’agit d’un principe général. Les larmes expriment un adoucissement de l’âme, une élévation de la conscience – un tel homme est sur le Chemin du renouvèlement. Parfois, tu es abandonné pour que tu puisses évoluer. Quelquefois, tu sens que ton esprit est affaibli, ce qui peut durer des fois peu de temps, et des fois – quelques jours. Après quoi, tu te rafraichis. Ce sont des illusions, des choses irréelles, ce sont des états temporaires que vous devez éprouver. Lorsqu’une personne se sent abandonnée, parfois elle devient cruelle, haineuse, plus méchante, et parfois, elle se dirige vers Dieu, ce qui est bien, alors nous devons rester seuls plus souvent. Lorsque l’homme porte la Vie en soi, il se purifie facilement de ces états d’âme et s’il se salit la main, il se lave facilement. Et lorsqu’il n’y a pas d’eau, il porte la saleté à une distance de plusieurs kilomètres. À l’arrivée de la Vie Divine, l’homme se lave facilement, mais si cette eau n’est pas là, il porte la saleté pendant des jours sur ses trois doigts. Apprenez la loi de la réjouissance, non pas la réjouissance extérieure, mais celle de l’intérieur, soyez sincèrement contents. Lorsque tu es content, quoi qu’il t’arrive, tu traverseras l’épreuve en pleine conscience. Tu peux geindre, tu peux souffrir, mais tu supporteras toute épreuve volontairement et consciemment. L’homme doit porter ses souffrances avec dignité. Exprimez votre Amour envers tous – envers les faibles, les infirmes, les enfants ! Lorsque vous êtes tristes, allez auprès des gens qui sont plus tristes que vous, faites quelque chose de bon pour eux et votre tristesse passera, ou bien lisez la biographie d’un grand homme qui a souffert. Il y a beaucoup de méthodes de guérison. Et ce monde, d’un bout à l’autre, je l’appelle le monde de la déception. Pour certains, c’est le monde de l’émerveillement, mais pour moi, c’est le monde de la déception. Lorsque tu viens au monde, tout le monde est heureux. La première année, tout le monde tremble devant toi – quoi que tu ordonnes, tout le monde écoute, quoi que tu dises, on te donne tout. Enfin, tu es graduellement détrôné. À la troisième année, tu deviens prince, à la cinquième – ministre, ensuite – gérant, et à la fin, tu deviens domestique, tu es envoyé en bas en te disant : « Ce n’est pas comme avant, quand tu étais enfant.» On te donne la pioche et on t’envoie travailler les vignes. Dans le monde Spirituel, Dieu commence à l’inverse – tout d’abord, tu es domestique, et à la fin, tu es roi. Pour cette raison, on vous donne des coups de fouet maintenant sur Terre. Tu te maries avec un homme, il est ton maitre et il dit : « Ici, ce n’est pas comme chez ton père, sais-tu qui je suis ? » et quelques années plus tard, ta nuque te fait mal. Tu dis que tu n’aimes pas ton mari – avec raison. Parfois, tu aimes quelqu’un, parce qu’il a fait quelque chose de bien pour toi ; quelques jours passent, et état change et tu ne l’aimes plus – pourquoi ? Parce qu’il t’a fait quelque chose de mal. Alors, tu dis : « Je ne peux plus le supporter, cet homme ! » et l’homme dit : « Mais c’est quoi, ce karma ! Je t’haïs, voilà que je passe ma vie dans une prison à cause de toi, vingt ans de ma vie sont gaspillés en vain ! » Ensuite, l’image change : tu arrives dans une autre vie et tu corriges tes erreurs et tu dis : « Je vais corriger mes erreurs, je ne mettrais pas en prison. » C’est une loi qui tourne comme une roue. Lorsque vous deviendrez clairvoyants, vous serez transportés dans une vie d’autrefois en Égypte ou ailleurs, vous verrez des scènes de cette vie, vous verrez quel rôle vous avez joué et vous direz : « Dieu merci, je comprends maintenant comment j’étais avant ! » Pour cela, lorsque vous deviendrez clairvoyants, lorsque vous serez élevés, votre état actuel vous paraitra clair et agréable. Ainsi, la vie de tous les gens peut devenir agréable. Nous devons aspirer à corriger notre Vie selon le plan Divin et à le comprendre comme il est fait. Si vous êtes clairvoyants, vous verrez des images des plus belles. Sofia, lundi 10 mai 1920 *La conférence a eu lieu à la demande des sœurs avant le départ du Maitre de Sofia pour la province
  2. Introduction dans l'amour Éphésiens: 4 En guise d'introduction à cette conférence, je vous donnerai l'exemple suivant: imaginez un convoi de charrettes dans la rue et vous conduisez chacun une charrette. Certaines charrettes avancent doucement, mais plusieurs grincent et font beaucoup de bruit. Que devez-vous faire pour qu'elles grincent moins? Vous prendrez du goudron et avec la plume vous en mettrez sur les axes des roues pour qu'elles ne grincent pas. Ce grincement – ce sont les souffrances dans votre vie. De la même façon, lorsque votre coeur grince, mettez-y du goudron. Vous étudierez l'épitre de Paul aux Éphésiens en lien avec les Proverbes. Chacun de vous s'arrêtera sur les passages les plus importants qui sont au coeur de cette épitre. Cette introduction est nécessaire et vous devez toujours la garder à l'esprit. Sachez que chaque souffrance est une introduction dans l'Amour. Quelqu'un demande: « Pourquoi je souffre? » Je lui réponds: « Car on est en train d'écrire ton livre, une introduction à l'Amour. Tant que je suis à l'introduction, ne croyez pas que vous savez tout. Celui qui croit qu'il sait tout, il vieillit vite. Pour rester jeune, l'homme devrait croire qu'il a beaucoup à apprendre. On observe la même chose chez les enfants: ils ont hâte d'étudier tout. Ne dites jamais que c'est pour les jeunes et non pas pour vous les vieux comme vous, car l'idée que vous êtes vieux restera avec vous et vous le deviendrez réellement. Tu te courberas comme un point d'interrogation sans même t'en rendre compte et tout le monde dira que tu es vieux. Sachez que la jeunesse est une introduction au Royaume de Dieu. Pour y entrer, une innovation est nécessaire dans votre Vie : celle de devenir jeune. Je continuerai avec l’explication du quatrième chapitre: Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l’unité de l'esprit par le lien de la paix. (4 : 1-3) Prisonnier veut dire l'homme qui est voué à l'école de Dieu. Paul dit: « Moi, qui étais voué à l'école de Dieu, je vous exhorte d'étudier comme moi – en toute humilité, douceur et patience, en supportant les autres avec charité. » Lorsque vous êtes en classe, quelqu'un pourrait vous pincer ou vous accrocher, mais vous vous direz: « Ce n'est rien, la salle est étroite, l'Amour prédominera! » En vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix signifie de vous efforcer de lier une leçon à une autre, d'avoir ce lien intérieur que l'Esprit, c'est-à-dire le Maitre a mis en vous. Par ces mots, Paul dit : « J’ai écouté ce Maitre très attentivement. » Plus loin dans l'épitre, on dit: Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation. (4 : 4) Par cela, Paul veut dire: « J’ai soumis mon corps à l'Esprit, en lui servant dans l’espérance. » Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous. (4 : 5,6) Avec ces vers, Paul dit: « Je faisais cela, car j'écoutais et je mettais en oeuvre les idées de Ce seul Seigneur qui me parlait d'une seule foi – une foi par rapport à l'esprit. » Un seul baptême veut dire mettre en oeuvre, supporter toutes les peines et difficultés avec gratitude. Le baptême, ce n'est pas le fait d'entrer dans l'eau; le baptême, c'est un examen que tu dois passer. Paul dit : « Toujours lorsque le Maitre m'interrogeait, je faisais le Bien, c'est-à-dire que je donnais la bonne réponse, car j'étudiais bien mes leçons. » Par un seul Dieu, on entend la place, les conditions qui ont été données à Paul par Dieu, car Paul dit: « Nous vivons et évoluons en un seul Dieu », c’est-à-dire que nous sommes dans la même école. Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. (4 : 7) Par ce vers, Paul dit; « J’ai utilisé cette grâce Divine. » La grâce, c'est lorsque par temps difficiles des esprits plus évolués appelés des Anges descendent pour vous encourager, pour vous aider, pour vous révéler la réponse à une question. Cette révélation soudaine peut arriver de diverses façons. Elle peut arriver dans un rêve, sous forme d'une idée qui vous vient à l'esprit dans votre sommeil et que vous ressentez clairement au réveil. L'aide ne vient pas toujours par les paroles. Il y a trois façons de parler: parler à l'extérieur, parler à l'intérieur et parler d'en haut, c'est-à-dire parler au corps, au cœur et à l'esprit. Quelqu'un dit : « À table, le repas est prêt ! » - c'est parler au corps. Je dis: « Aimons-nous » – c'est parler au coeur. Cette deuxième façon de parler, on ne la comprend pas aussi bien que l'invitation à manger, car avec cette dernière vous avez de l'expérience. Réfléchissez à votre compréhension de l'Amour. Lorsque je vous dis: « Connaissons Christ! », c'est parler à l'esprit. Comment connaitrons-nous le Christ? Réfléchissez à l'Amour et à la connaissance du Christ. Expliquez-moi, comme Bulgares, comment vous aimez et comment vous connaissez le Christ. Chez nous, je sais comment ça se fait, mais je veux le savoir pour la Bulgarie. C'est pourquoi il est dit : Étant monté en haut, il a emmené des captifs, Et il a fait des dons aux hommes. Or, que signifie : Il est monté, sinon qu’il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre? Celui qui est descendu, c'est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses. (4 : 8-10) Le Christ, lorsqu'il a été sur Terre a tout accompli et dit: « J’ai vaincu le monde. » L'autre victoire – celle sur la chair, Il l'a laissée pour vous. Il y a trois choses qui entravent la Vie, à savoir: la chair, le monde et le diable. L'adversaire le plus dangereux est la chair. Elle est le lien entre l'homme et le monde, et le monde est le lien entre la chair et le diable. Le Christ, lorsqu'il a vaincu le monde a coupé le lien d'attachement entre la chair et le diable. Tu as une fille qui tient une correspondance avec son amant, et toi, comme mère, tu détruis ce lien télégraphique et la correspondance est interrompue. Ainsi, le Christ a détruit le lien entre la chair et le diable qui n'a plus sa place chez vous, à moins qu'il ne soit invité. Paul dit: « Je suis passé par là et notre lutte a été grande. » Par tous les cieux, on entend la manifestation de Dieu dans la Vie humaine. Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et maitres, pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ. (4 : 11,12) Remarquez que toutes ces choses sont données pour le perfectionnement des saints. Qui sont les apôtres ? Ce sont ceux à qui Christ parle. Les prophètes sont ceux à qui l'Esprit parle. Les évangélistes arrivent après les prophètes, après eux arrivent les pasteurs et les maitres. Trouvez en vous-mêmes ce qui a trait à l'apostolat. Réfléchissez sur ce vers; à quoi vous fait penser la mission des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des pasteurs, des maitres? Le mot prophète a été utilisé avant Christ. Trouvez le rapport entre le prophète, l'évangéliste, etc. L'homme doit développer son talent lié à l'apostolat. L'apôtre est celui à qui on parle de l'extérieur. Le prophète est celui à qui on parle de l'intérieur. L'évangéliste est celui qui a essayé les choses. Quand tu manges une pomme, tu diras la bonne nouvelle*: « Elle est délicieuse. » Qui est le pasteur? Le pasteur est la mère qui nourrit l'enfant, le berger est celui qui mène les brebis au pâturage, le maitre est celui qui transmet des connaissances. Jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. (4 : 13) Les apôtres allaient avec Christ, écoutaient, interprétaient son Enseignement. L'esprit a travaillé en eux. Ils étaient douze personnes. Les prophètes ont continué le travail des apôtres et ils étaient plus nombreux qu'eux. Les évangélistes ont été encore plus nombreux, et les pasteurs et les maitres – les plus nombreux. Trouvez combien ont été les prophètes. Chaque église doit avoir au moins un prophète. Chaque société, quelque petite qu'elle soit, doit avoir au moins un prophète. Par prophète, il doit y avoir au moins dix évangélistes. C'est ça, l'ordre de croissance, et les talents se multiplient de la même façon. Les talents de l'homme correspondent aux prophètes, aux apôtres, aux évangélistes, aux pasteurs et aux maitres et tous doivent se développer. Chacun peut être un prophète pour soi même. Un prophète est chaque personne perspicace qui prévoit les choses de loin. Il a étudié à l'école, fini ses études et commence à appliquer ses connaissances, à faire des calculs, et enfin il prévoit qu'une certaine comète retournera dans tant d'années. Quand sa prédiction se réalise, les gens disent : « Voilà un prophète. » Tous ces talents nous sont donnés pour connaitre le Fils de Dieu, jusqu'à ce que nous soyons parvenus à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. Un autre vers dit: « Nous avons l'esprit du Christ. » Par cela, Paul entend le lien entre le corps et l'âme de Dieu. En disant que l'Esprit vous enseignera, Christ accorde à l'Esprit une place supérieure par rapport à l'âme. À certains égards, on place l'âme entre l'esprit et le corps. Paul dit: « Pour avoir l'Esprit du Christ, vous devez avoir ce lien entre l'esprit et le corps. » Afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction. (4 : 14) On voit ici que dans le monde, nous ne devons pas être des enfants. Ton enfant peut-il aller à Vitocha par une nuit orageuse? Pour y aller par un temps pareil, il faut être adulte. Voilà pourquoi, Paul dit : « Je ne suis plus enfant. » Je sais que chez les Bulgares la curiosité d'esprit est très développée. Il y a cinquante ans, dans la région de Varna, une gitane est arrivée avec un gros escargot avec lequel elle prévoyait l'avenir. Elle est devenue très populaire et des gens de toute la région l'entouraient pour qu'elle prévoie leur avenir. Elle a gagné beaucoup d'argent et elle est devenue riche, suite à quoi un soir des brigands l'ont attaquée pour lui voler l'argent. Elle voyait tout pour les autres, mais n'était pas capable de prévoir qu'elle serait volée. Tout le monde aimerait savoir ce que l'avenir lui réserve, mais ce n'est qu'un passetemps. Généralement, on prévoit l'avenir avec une tasse de café, dans les cartes, par le chant du coq et vers où il est tourné, par le braiment de l’âne, etc. Lorsque l'homme se met en route, il a aussi des clairvoyances: par exemple, il croise une charrette vide ou bien un curé et il commence à s'inquiéter. Ces choses sont en vous depuis des milliers d'années sauf que vous avez perdu la clé pour les interpréter et c'est pour cela que vous vous inquiétez. Pourquoi êtes-vous troublés par une charrette vide ou par un chat qui croise votre chemin? Que devez-vous faire ? Vous devez trouver à quel moment le chat ne croisera pas votre chemin, à quel moment le chat ne sort pas. Mais que, étant vrais dans l'Amour, nous croissions en toutes choses jusqu'à lui qui est le chef, le Christ. (4:15) Paul sous-entend l'Amour purement spirituel, qui ne change pas, dans lequel la polarisation entre l'amour et la haine n'existe pas. Dans le monde Spirituel, l'Amour se manifeste uniquement sous forme d'attraction. Et l'amour de l'attraction et de l'éloignement, vous le connaissez: vous rencontrez une personne, vous l'attirez, mais bientôt vous vous lassez d'elle et vous la repoussez. Cela se produit autant chez les jeunes que chez les vieux. Un jeune homme aime une jeune femme, puis la repousse. C'est la loi de la Terre – lorsque deux êtres s'unissent sur Terre, ils donnent des coups sans doute. Cet échange de coups est inévitable. Supposons que vous êtes couché dans un lit qui est assez grand pour une personne. Admettons que par manque de place, votre bienaimé se couche sur vous. Vous le supporterez pendant une demi-heure, mais ensuite vous ne serez plus capable de supporter son poids et vous lui donnerez des coups. Les conditions nécessaires à l'Amour n'existent pas sur Terre. Lorsque tu aimes quelqu'un, tu dois le garder à une distance d'un demi-mètre de soi-même. Dans l'amour, généralement l'un se met sur le dos de l'autre. Lorsqu'on dit: « tu aimeras ton prochain comme soi-même », cela veut dire de le garder à un demi-mètre de soi-même. Si tu l’aimes plus que toi-même, tu le porteras sur ton dos. Dans un des contes d'Halima**, on raconte l'histoire suivante : un homme qui traversait une rivière a vu un vieillard sur la rive qui ne pouvait pas traverser. Il l'a mis sur son dos et les deux ont traversé. Lorsqu'il était temps pour le vieillard de descendre, il a refusé et le jeune homme a dû le porter pendant plusieurs jours. Du coup, il a eu l'idée l'idée de sortir sa bouteille de vin pour boire un peu et pour enivrer le vieillard. Il buvait son vin et le vieillard lui serrait la gorge: il voulait boire lui aussi. Le jeune homme lui en a donné une fois, deux fois, jusqu'à ce que le vieillard s'enivre. Enfin, il lui a lâché le dos et les deux se sont mis à danser. Ainsi, lorsque ton bienaimé ne te lâche pas, donne-lui un peu de vin, et ensuite vous vous amuserez ensemble. Aujourd'hui, l'amour est une source de souffrances pour vous tous. J'appelle les hommes sur Terre des malheureux d'amour. Tous les gens ont des peines d'amour et se plaignent que personne ne les aime. Pour diminuer les souffrances dans le monde, je suggèrerais moins d'amour. Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. (4 : 17) Vous vous croyez sages. Le sage est en bonne santé, il n'a pas d'abcès ni de douleurs, il est riche. Les païens parlaient plusieurs langues et n’arrivaient pas à se comprendre. Les gens qui ne s'entendent pas parlent plusieurs langues. Certains parlent la langue de l'estomac, d'autres – celle du coeur ou celle de l'esprit. Si je vous dis de connaitre Christ dans Sa plénitude, vous me répondrez: « As-tu des coupons, du sucre ? » Ce n'est pas ça, connaitre le Christ. Quelqu'un dit: « Lorsque nous connaitrons Christ, nous aurons plus à manger. » Si on veut connaitre Christ pour qu'il nous donne plus de nourriture, c'est de l'incompréhension de la question. Manger est une nécessité pour toi tant que tu as une charrette. Ainsi, tant que tu as une charrette, tu dois avoir du goudron. Si tu laisses la charrette, tu n'as plus besoin de goudron. Il ne te reste que ton cheval, alors tu prendras dans ta bourse de la nourriture pour toi et pour ton cheval. Lorsque le chemin devient très abrupt, tu laisseras ton cheval, tu laisseras la bourse avec sa nourriture et tu prendras seulement ta bourse à toi. L'homme a besoin de trois contenants à goudron: pour la charrette, pour le cheval et pour soi-même. Tu as un mari – tu porteras du goudron pour lui aussi. Peut-être que tu ne veux pas de lui, mais celui qui est uni, qu'il ne se sépare pas. Tu as des enfants – tu porteras du goudron pour eux. Pensez à l'attitude des enfants envers les parents, réfléchissez aux relations entre les enfants et leurs parents, de l'homme envers la femme et vice versa. Pourquoi l'homme cherche-t-il la femme et la femme – l'homme? Vous aurez comme exercice de répondre par écrit à cette question. Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur Coeur. (4 : 18) J'interprète cette idée à l'inverse: lorsque le cœur est endurci, il y a moins de travail, et lorsqu'il y a moins de travail, la raison est obscurcie. Un cœur endurci ne peut pas créer. Vous allez manger moins, et lorsqu'on mange moins, la raison s'endurcit. Le mot cœur est utilisé en liaison avec le sol. Le corps doit obligatoirement être sain. Le cœur signifie les conditions, la Vie, c'est-à-dire ce qui est produit par le cœur, et la raison signifie le fruit du processus intérieur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité. (4 : 19) Paul dit que la Pureté est nécessaire dans la Vie. Lorsque le cœur et l'estomac sont endurcis, il se produit à l'intérieur une certaine décomposition et une mauvaise odeur. C'est pourquoi ils ne doivent pas être endurcis. Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ. (4 : 20) L'enseignement de Christ est l'enseignement de la Vie. C'est comprendre les lois fondamentales, mais non pas comme elles sont au Ciel, mais comme elles se développent sur Terre. Si vous connaissez Christ, lorsque vous vous mettez en colère, lorsque vous n'êtes pas contents de quelque chose, vous devez tout de suite vous polariser et revenir à un état de calme. Si la surface de la mer est troublée, cela ne veut pas dire qu'il l'est en profondeur aussi. Lorsque nous connaitrons Christ, nous aurons le Pouvoir de ne pas nous troubler et nous serons maitres de soi. Vous voulez être les maitres des Forces dans la nature. Non, soyez les maitres des Forces en vous. Tu ne peux pas être le maitre des choses tant que tu ne parles pas leur langue. Tant que tu ne parles pas la langue d'un animal, tu ne le comprendras pas. Quand tu dis au cheval : « Allez », il se met en route. Nous devons apprendre la langue de ces Forces vivantes en nous, et lorsqu'on dit à notre Coeur de se calmer, qu’il se calme, et lorsqu'on dit à notre raison de rester tranquille, qu'elle t'entende. On vous a enseigné à vous débarrasser du vieil homme qui correspond à votre ancienne manière de vivre et se détruit sous l'effet de ses désirs trompeurs, à vous laisser renouveler par l'Esprit dans votre intelligence et à vous revêtir de l'homme nouveau, créé selon Dieu dans la justice et la sainteté que produit la vérité. (4 : 22-24) Le vieil homme, ce sont tous les habitudes, pensées et désirs trompeurs qui se sont installés en nous par le passé et qui se manifestent maintenant. Ces vieilles habitudes ressemblent à un vieux vêtement avec trous par lesquels le vent passe. Le vieil homme est en lambeaux, tandis que le nouveau est sain, sans déchirures. L'esprit est la Force conjonctive de la raison. Se renouveler signifie se mettre un peu d'huile chaque jour. L'esprit est une Force qui transforme le travail en carburant que la raison utilise. Le nouvel homme doit être créé à l'image de Dieu dans la Justice, la Sainteté et la Vérité; dans la Justice - par rapport au corps, dans la Sainteté – par rapport à l'âme, dans la Vérité – par rapport à la raison. Alors, rejetez le mensonge qui est une qualité de la raison, son défaut, et dites toujours la vérité à vos proches. Tous les différends entre les gens sont causés par le mensonge, car nous nous trompons les uns les autres. C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres. (4 : 25) Ne vous trompez pas! Ne trompez pas votre estomac non plus. En Amérique, pour couper la faim, souvent les gens mangent de la glace ou boivent du café. Ne trompez pas votre estomac avec du café, du thé ou autre chose. La charrette ne pourra pas avancer ainsi. Tu mettras dans ton estomac quelque chose de substantiel. Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère, et ne donnez pas accès au diable. (4 : 26,27) Un autre défaut est la colère, c'est une qualité du cœur. Que votre cœur ne brule pas, car c'est dangereux. Ne donnez pas accès au diable, qui habite le corps – ne lui donnez pas la possibilité de faire sa place. Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin. (4 : 28) N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. (4 : 30-32) Votre travail pendant ce mois-ci sera d'identifier les idées principales que Paul a exprimées dans cette épitre. Vous devez identifier les idées qui se rapportent au corps, à l'âme et à l'esprit. Essayez de trouver une méthode qui vous permettra d'appliquer cet Enseignement dans votre Vie. Comme le sujet est vaste, même une application partielle sera suffisante. Ne croyez pas que j'attends de vous de devenir sages instantanément. Il est important de comprendre l'exercice dans un moment donné. Trouvez le lien entre l'épitre aux Éphésiens et les Proverbes. La deuxième chose que vous ferez est de retenir votre langue, de parler moins. Réfléchissez à l'avance à tout ce que vous allez dire. Vous êtes agité – ne parlez pas. Dites l'essentiel, retenez votre langue et votre parole. Que votre charrette ne grince pas, que votre cheval ne trébuche pas, c'est-à-dire que le maitre qui conduit la charrette doit avoir l'esprit clair. Le troisième exercice que vous allez accomplir au moins une fois par jour est le suivant : vous allez vous assoir confortablement sur une chaise ou bien vous allez vous tenir debout, vous allez ouvrir la fenêtre, vous allez laisser un instant votre bourse pour avoir une bonne disposition, vous allez fermer votre narine droite, et vous allez inspirer par la narine gauche en comptant en silence jusqu'à dix. Ensuite, vous allez fermer aussi la narine gauche et les deux narines fermées, vous allez garder l'air dans vos poumons, en comptant encore une fois jusqu'à dix. Puis, vous allez ouvrir la narine droite par laquelle vous allez expirer l'air, en comptant jusqu'à dix. Après, vous allez fermer la narine gauche, et vous allez inspirer par la droite, tout comme la première fois. Cet exercice, vous allez le faire dix fois l'un après l'autre ou deux fois cinq, en inspirant une fois par la narine gauche et une fois par la narine droite. Avant de faire l'exercice, ouvrez l'Écriture sainte aux Éphésiens et lisez chaque jour dix vers en commençant par le premier chapitre. Veuillez comprendre les idées principales de ces vers et que la plus importante s'imprègne en vous. Le 16 janvier 1919, Sofia *la bonne nouvelle: dans le texte bulgare, les mots « évangéliste » et « bonne nouvelle » sont de la même famille de mots, car l'évangéliste est celui qui donne la bonne nouvelle ou encore l'évangile. **les contes d'Halima: sous ce nom, selon certaines sources du Moyen Âge, on vise les contes arabes de Mille et une nuits