mayakitanova

Administrators
  • Content count

    265
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by mayakitanova

  1. 2. La santé La santé de l’homme dépend de quatre choses : de la force de son esprit, de la bonté de son âme, de la lumière de son intellect et de la douceur de son coeur. L’acquisition de ces qualités nécessite des connaissances. Chacun possède un esprit, une âme, un coeur et un intellect, mais chacun n’a pas pu les développer pour jouir d’une bonne santé. Que représente la santé? Le capital remis à la banque. Si chaque jour vous puisez dans ce capital sans le reconstituer, vous arriverez à la faillite. Mais si chaque jour vous lui apportez quelque chose, votre capital grandira, votre santé se renforcera. Si vous savez cela, ne vous demandez pas pourquoi après avoir été en bonne santé, tout à coup vous êtes malade. Plusieurs parmi vous dépensent leur «capital» sans rien déposer à la banque et sans s’apercevoir que, peu à peu, ils le dilapident. Est véritablement en bonne santé l’homme sain physiquement, mentalement et émotionnellement. La santé n’est pas seulement en rapport avec le monde physique, mais avec le monde des sentiments et le monde mental. Elle est le résultat de l’activité des lois supérieures, c’est-à-dire des lois du monde de l’Intelligence divine. Être en bonne santé suppose être en harmonie avec la Cause première des choses, avec ses proches et avec soi-même. La santé physique est basée exclusivement sur les vertus humaines. L’homme qui possède la vraie bonté n’est pas malade. Dès qu’il commence à douter d’elle, il commence à se rendre malade. Si le malade croit en la bonté, il guérira à coup sûr. Un homme qui commet des erreurs sort du domaine de la bonté, il ouvre lui-même la porte du mal et commence à se rendre malade. Après la maladie vient la mort. Si durant toute sa vie, de la jeunesse jusqu’à la vieillesse, l’homme n’a admis aucune pensée négative dans son intellect, aucun mauvais sentiment dans son coeur et si avec sa volonté il n’a commis aucun acte nocif, nulle maladie ne peut l’atteindre. Beaucoup de microorganismes peuvent le traverser, mais leurs toxines n’auront pas de prise sur lui. Celui qui veut avoir une santé florissante doit absolument être lié à Dieu et laisser circuler librement l’afflux d’énergie divine en lui. Vous ne pouvez pas être en bonne santé si vous n’avez pas de magnétisme. Lorsque quelqu’un se sent épuisé nerveusement, cela veut dire qu’il s’est laissé démagnétiser. Dans cet état, les pensées divines le traversent sans laisser de trace, il ne peut les retenir. Que deviendrait une plante si elle n’absorbait et n’utilisait pas les gouttes de pluie? Vous pensez que l’homme est sur la terre pour y vivre? Non, il est ici pour passer des épreuves. Une fois les épreuves passées, on l’envoie ailleurs. Quelqu’un peut avoir une bonne santé physique, avoir envie de bien manger, de bien boire, mais ne pas avoir une bonne santé spirituelle, c’est-à-dire ne pas être disposé à accomplir quoi que ce soit de bien. L’homme se nourrit spirituellement quand il fait le bien et s’il n’a aucune envie de se lier au bien, il est spirituellement malade. Être spirituellement sain signifie avoir des sentiments stables et purs. Lorsque l’organisme de l’homme ne contient aucun résidu ni déchet, il est en parfaite santé. L’homme dont l’organisme ne produit aucune putréfaction est véritablement en bonne santé. Chacun peut acquérir une excellente santé, et même en une minute seulement, s’il se soumet à l’influence des courants spécifiques existant dans la Nature. Dans le soleil existent des rayons particuliers, des courants spéciaux capables de ressusciter l’homme, à condition qu’il connaisse comment et quand les capter pour en tirer profit.
  2. II. Maladie et santé 1. Les maladies Dans le monde divin, les maladies n’existent pas. Elles sont une création de l’homme et non de Dieu. C’est l’homme qui crée ses propres maladies, non Dieu. La loi est la suivante : lorsque le corps souffre, c’est pour le bien de l’âme. Pour pouvoir supporter les vibrations du monde spirituel, les hommes doivent renforcer leur système nerveux. Aujourd’hui, toute la race blanche s’adapte petit à petit à la vie spirituelle. Les souffrances qu’elle traverse sont une préparation du monde invisible pour que les humains puissent établir le contact avec les entités du monde supérieur. Les maladies témoignent de nos déviations par rapport à la grande Vie divine, c’est-à-dire à la pensée juste. Actuellement, les maladies dont souffrent les humains sont de trois catégories principales : - physiques, qui concernent le corps, - émotionnelles, qui concernent les sentiments, - mentales, qui concernent la pensée. Les maladies du corps physique se soignent d’une manière, celles concernant les sentiments d’une autre et les maladies de la pensée d’une troisième manière. La médecine actuelle ne dispose d’aucune méthode qui guérisse définitivement les maladies. Qui est un malade psychique? Celui qui est mécontent, celui qui doute, celui qui ne maitrise pas son intelligence, son coeur, sa volonté. L’homme malade souffre dans sa chair et c’est de cette façon qu’il étudie les lois de la vie. Chaque maladie montre que l’homme a transgressé une vertu. Le mal des yeux, de tête, de poitrine, d’estomac ou de tout autre organe montre une insuffisance quelque part. Si l’homme acquiert ce qui lui manque, la santé se rétablit. La maladie est donc une conséquence. Aussi longtemps que les humains vivront dans des conditions ordinaires, ils ne feront qu’utiliser les acquis du passé. Comment peut-on arriver à la perfection? Par les souffrances! Par elles, l’homme descend dans la matière dense pour s’instruire. S’il ne souffre pas, il n’a pas d’avenir. La souffrance est une matière brute qui demande à être transformée. Si l’homme la transforme, il grandit dans la joie. Dieu, notre Père, exige notre perfection. Dieu veut que nous alliions à l’école pour apprendre et cela doit devenir notre désir. La meilleure des choses sur la terre est la souffrance. Là où est Dieu, il y a des souffrances. S’il n’y a pas de souffrance, Dieu n’est pas présent. Les bienfaits de la vie viennent par la souffrance. Si quelque chose était possible sans elle, le Christ aurait commencé par sauver le monde sans souffrir. Grand est celui qui porte consciemment les souffrances, mais nous, par notre incompréhension et notre ignorance, nous les provoquons. La moindre pensée impure, le moindre sentiment ou désir négatif entrave la pureté de notre vie. Quand je parle du côté positif des maladies, cela ne veut pas dire que l’homme doit être malade. Les maladies ne sont pas seulement physiques, chaque indisposition, chaque souffrance, chaque tristesse sont déjà des états maladifs qui se reflètent sur l’organisme. En ce sens, les maladies sont visibles ou invisibles, physiques ou psychiques. L’important est de trouver par soi-même des méthodes qui aident à les surmonter consciemment. Quoique savant, l’homme est toujours mécontent et insatisfait, donc prédisposé à la maladie. Quand nous aurons compris le sens profond de la souffrance, nous comprendrons que ce processus permet de former notre caractère. C’est une méthode dont se sert la Nature pour adoucir les sentiments bruts de l’homme. Lorsqu’il souffre quelque temps, l’homme lâche prise et commence à penser, à comprendre la situation des pauvres et des souffrants. Sans souffrance, la cruauté et la brutalité de l’homme ne peuvent s’adoucir. Les souffrances sont des moyens par lesquels la Nature rejette les impuretés de l’organisme. Sachant cela, remerciez pour les souffrances qu’elle vous donne, car sans elles, vous auriez pu vous empoisonner. Dans la vie humaine on passe obligatoirement par certaines souffrances prévues par la Nature elle-même. Elles sont indispensables et semblables au poids dont on charge un bateau pour l’équilibrer et assurer son fonctionnement, son mouvement. De la même manière, les souffrances sont des poids qui maintiennent l’équilibre des forces dans l’organisme humain. Par elles on gagne toujours. Celui qui ne souffre pas stagne, celui qui souffre grandit. Établir l’ordre dans le monde est l’oeuvre de Dieu, le travail de l’homme est de mettre de l’ordre dans son petit monde. Mais comment? Les souffrances lui apprennent la marche à suivre. Quand Dieu veut que l’homme Le connaisse, Il lui envoie des souffrances. Quel est le rôle des maladies? Quand un être vivant fait mauvais usage des forces reçues, la Nature lui envoie des maladies pour le limiter. En conséquence, la maladie n’est rien d’autre qu’une limitation temporaire de la liberté de l’homme ou des êtres vivants en général. Aujourd’hui les hommes s’inquiètent pour tout, ils ne soupçonnent même pas que les maladies renferment un certain bien. C’est toujours un problème à résoudre. Celui qui a résolu convenablement le problème reçoit le bien caché dans la maladie. Si au lieu de cela l’homme se plaint, il se prive de ce bien. Plus il se plaint et rejette la maladie, plus il est attaqué par elle. Par la maladie l’homme devient plus délicat, plus fin. Les malades de longue durée développent délicatesse, raffinement et noblesse. La nature des gens qui n’ont jamais été malades est plus brute, plus cruelle. Je ne parle pas ici des maladies psychiques, car elles ont un autre caractère et ne rendent pas l’homme plus noble, mais au contraire plus agressif. La maladie est quelque chose de vivant. Quand elle atteint l’homme et trouve en lui une nourriture convenable, elle y reste. Sinon, elle part. En conséquence, enlevez toutes les conditions favorables aux maladies et vous vous libèrerez d’elles. Chaque difficulté introduit des déchets, des résidus, des matières inertes dans l’organisme qui doit trouver le moyen de les assimiler afin de ne pas se rendre malade. C’est pourquoi la Nature a accepté les maladies comme méthode de traitement. La maladie n’est pas une punition, mais un stimulant, un moyen d’obliger l’homme à rejeter toute impureté de son corps. Souvent la Providence envoie à quelqu’un une grande souffrance pour le sauver d’un malheur encore plus grand. Si vous voulez guérir, vous devez aller jusqu’au fond de vos souffrances et passer par le feu pour vous purifier. Si vous ne pouvez pas acquérir une pureté absolue, vous ne trouverez pas ce que vous cherchez et sans souffrance la purification est impossible. Si vous êtes impur, vous passerez par la souffrance. Après chaque maladie, chaque souffrance, l’homme acquiert une certaine expérience qui l’élève. Plus la maladie est grave, plus l’homme deviendra fort. Les maladies ont un rôle éducatif, elles renforcent l’organisme et prolongent la vie. On a remarqué que les gens qui ont été malades dans leur enfance ont renforcé leur organisme et sont devenus plus résistants. Le rhume est comme le nettoyage pour Noël, la fièvre est comme le nettoyage pour Paques. Ces deux nettoyages sont différents. Lorsque les pensées, les sentiments et les actes de l’homme sont purs, celui-ci n’a pas peur, il ne s’inquiète pas, n’est pas tendu. Quelle que soit la maladie qui se présente, il reste inattaquable. Même s’il tombe malade, la maladie vient et passe, elle ne laisse pas de séquelles. Grâce à quoi? À la pureté de son sang. Pour faire face aux maladies et aux souffrances, pour surmonter facilement vos contradictions, purifiez vos pensées, vos sentiments et vos actes. C’est sur cela qu’est basée la pureté intérieure qui donne un sang pur. La santé, la force et le bien-être de l’homme proviennent de la pureté de son sang. Par les maladies, vous payez vos dettes. Si vous basez votre vie sur le désir de servir Dieu, Il vous accorde un « crédit » et vous guérissez. L’homme habitué aux souffrances supporte plus facilement la maladie que celui qui n’a jamais été malade. Le mal contient plus de force, le bien plus de douceur. La force est unie à la douceur. Si vous manipulez simultanément le bien et le mal, et si vous décidez de les séparer, vous allez vous créer une maladie incurable. Si on supprime les maladies de la vie des hommes, ils rencontreront un mal encore plus grand que du temps où ils en souffraient. Les maladies adoucissent les hommes, elles sont des méthodes pour régulariser le surplus d’énergie accumulé dans leur organisme. Quand vous vous approchez des gens doux, vous ressentez un certain agrément, car la douceur est un vêtement agréable qui les entoure. Cette enveloppe chaude et favorable crée chez les hommes doux une immunité contre toutes les maladies. La santé de l’homme dépend de sa douceur. Lorsqu’il la perd, il commence à se dessécher, à se solidifier et à devenir facilement vulnérable à la maladie. Partout où il dirige son regard, il voit le mal, le mécontentement devient son compagnon. La souffrance est un processus spirituel qui représente la chose la plus grandiose dans la vie et met en branle le plus grand mouvement des forces de l’organisme jusqu’à leur équilibre. Souvent les hommes éprouvent de grandes difficultés intérieures dues à l’obstruction des pores de leur corps, une grande souffrance est alors nécessaire pour les nettoyer. Les laver à l’eau et au savon les débloque seulement extérieurement, mais les canaux qui mènent à l’intérieur restent obstrués. Dans le corps humain, il existe environ sept-millions de pores qui sont les principales soupapes de l’organisme humain. Quand tous les pores sont ouverts, l’homme est en parfaite santé. Cette ouverture se réalise par le lavement intérieur appelé transpiration. Les microorganismes en affinité avec l’homme viennent l’habiter. Ils deviennent alors ses associés et commencent à se nourrir de ses énergies. Sans s’en rendre compte, l’homme devient une victime et tombe malade. On dit que Dieu vit en nous, mais nous avons des rhumatismes, et le rhumatisme reste. On dit que Dieu vit en nous, mais nous avons une tumeur, et cette tumeur reste. Dieu ne peut pas habiter dans un corps où il y a des ulcères ou d’autres maladies. Lorsque le corps devient absolument sain et libre de toute maladie, l’Esprit peut venir s’installer. Dans les conditions présentes, quand vous avez mal aux jambes ou mal à la tête, Dieu est loin de vous. Que représente une maladie? La matière désorganisée, l’énergie désorganisée, la pensée désorganisée. Les maladies sont vos baromètres. Grâce à elles, vous comprenez où vous en êtes, ce qu’il vous manque. Quand vous passez par la maladie, remerciez Dieu et priez pour qu’Il vous aide à comprendre ce qu’il vous manque. Jusqu’à présent les maladies représentaient la partie la plus négative de votre vie, mais le jour où vous trouvez le moyen d’y faire face, vous accédez au côté positif de la vie. Avoir une fracture du pied est la conséquence d’une pensée négative ou d’une erreur. Il n’existe pas de loi qui juge la pensée mais l’homme est emprisonné par la douleur qu’il ressent. Le médecin lui donne des narcotiques afin de l’opérer et le malade ne sent pas la douleur, mais après l’opération, la douleur revient avec le double d’intensité. La Nature est si intelligente que la punition qu’elle inflige à l’homme pour le corriger ne peut être évitée, c’est ainsi qu’elle rétablit l’harmonie. Quand je souffre je peux mieux comprendre qu’il existe une entité invisible qui me suggère : « Corrige ton erreur, sinon c’est moi qui m’en chargerai! » Les états maladifs tels que les rhumes, les fièvres ne sont pas de vraies maladies, mais des nettoyages de toutes les impuretés et des résidus accumulés. Par contre la tuberculose, le cancer sont de vraies maladies. Il existe aussi des maladies psychiques. Celui qui se culpabilise sans se corriger est déjà malade. Une chose est exigée de l’homme : la pureté du sang. Le sang pur est en mesure de vaincre chaque maladie, car il ne permet pas le développement des bacilles, quels qu’ils soient. Les vibrations du sang pur sont si puissantes que toutes les bactéries sont rejetées. Les maladies, mais aussi la capacité de travail d’un homme dépendent des vibrations de son sang et de son cerveau. La cause de toutes les maladies, de toutes les insuffisances et de toutes les infortunes dans la vie est de nature spirituelle et non physique. Si vous voulez être en bonne santé, n’acceptez dans votre intelligence, dans votre coeur aucune pensée ni aucun sentiment négatifs. Ces derniers sont des parasites et il ne faut pas les laisser se développer dans votre tête. Si le malade doit s’abstenir de certaines choses, ce n’est pas de l’air, mais plutôt de la nourriture. Il doit se nourrir moins, mais mieux, avec une nourriture bien choisie. Sa maladie lui est donnée pour qu’il éduque son estomac. Donnez au malade une pomme cuite au four, quelques noix et un petit morceau de pain grillé. Le lendemain, à la place de la pomme donnez-lui une poire cuite. Si vous avez un furoncle, sachez que le mal sort par lui. Chaque pensée négative, chaque sentiment, chaque acte négatif se manifeste en furoncle, en rhumatisme ou autres maladies. Par le rhume et par la toux, l’homme nettoie ses poumons et tout son système respiratoire des dépôts intérieurs. La fièvre nettoie en brulant les déchets. Lorsqu’un organe devient malade, tout l’organisme souffre. L’équilibre est rétabli lorsque tous les organes sont sains et en bon état. Les maladies arrivent dans le monde périodiquement. Plus il y a de crimes vis-à-vis de l’amour, plus les maladies et les anomalies augmentent dans la vie humaine. Dès que vous appliquez les lois de l’amour dans les familles, dans les sociétés, dans les peuples, tout de suite les maladies diminuent. Je ne parle pas de l’amour humain, mais de l’Amour divin qui élève l’esprit humain et résout tous les problèmes. La santé se rétablit par la pensée et s’entretient par les sentiments.
  3. (suite) L’homme respire aussi par ses pores, mais d’une manière inconsciente. Par les pores, il reçoit le prana de l’air qui renouvèle son organisme. Chez l’homme en bonne santé existe un flux vibratoire continu de magnétisme et d’électricité. Lorsque ce flux est normal, la transpiration s’évacue par les pores en rejetant toutes les toxines. Un tel homme est vertueux. Le corps des hommes vertueux est sain grâce à une purification continuelle de tout ce qui est nocif. Ce n’est pas l’eau qui le purifie, ce sont les vibrations produites par son corps qui le nettoient. Elles ne permettent aucune obstruction de ses pores. Seuls de tels hommes sont en bonne santé. Deux courants circulent à travers l’organisme humain. L’un part du nombril vers le haut, prend forme dans la tête et se dirige vers le centre du soleil. L’autre part du nombril descend vers le bas et se dirige vers le centre de la terre. Ce dernier englobe toutes les énergies inférieures accumulées par les pulsions inférieures et animales de l’homme. Un troisième courant de synthèse les relie et forme l’aura humaine. En approfondissant l’étude de la structure du corps, nous verrons que ces deux courants en incluent encore deux autres. Tous ces courants fusionnent entre eux. On les observe aussi dans les pensées et les sentiments humains. Le sang circule non seulement au rythme du coeur, mais aussi sous l’influence de l’électricité naturelle. Si le coeur est sous l’influence de l’électricité vivante, il bat à un rythme régulier en envoyant le sang dans tout le corps. Sans courant électrique, la circulation ne serait pas possible. Pourquoi? Parce que la résistance opposée par les artères et les veines au mouvement du sang est si grande que le coeur seul ne pourrait pas le propulser, il lui est absolument nécessaire de recevoir l’énergie de l’électricité naturelle. Par conséquent si vous voulez avoir un bon coeur, il faut garder en bon état votre cerveau, où passent les courants électriques de la Nature, ainsi que votre plexus solaire où passent les courants magnétiques vitaux. Pour que votre cerveau reste en bon état, préservez-le des pensées contradictoires. Pour maintenir votre plexus solaire en bon état, ne permettez pas que des sentiments négatifs envahissent votre coeur. C’est la lumière primordiale qui fait circuler le sang. La circulation sanguine possède un rythme, une impulsion qui provient de cette énergie, l’électricité universelle. L’électricité est une des formes de la lumière. La lumière est l’impulsion de cette Cause première du monde, elle remplit tout l’espace de l’univers. Le coeur n’a pas seulement comme fonction la propulsion du sang dans le corps. Il est le pôle de l’énergie électrique qui se transmet vers toutes les cellules et leur donne la possibilité de participer à la vie organique intégrale. Le foie et les poumons représentent deux transformateurs énergétiques. Les poumons transforment les énergies intellectuelles et dirigent l’énergie de la pensée vers le cerveau, le foie transforme les énergies émotionnelles et les dirige vers le système nerveux sympathique. Les sentiments ne peuvent pas se manifester sans le foie. Des énergies spécifiques parviennent de chaque glande. Si l’homme n’est pas en mesure de créer en lui des énergies mentales ou spirituelles, cela montre que les organes correspondants ne sont pas développés. L’homme doit travailler sur lui pour arriver à dissocier les énergies et choisir les plus subtiles qui lui permettront d’accomplir un meilleur travail. Par exemple on sait que l’amour possède trois pôles reliés à trois centres différents : le centre de l’amour envers Dieu siège dans la partie supérieure de la tête, le centre de l’amour envers les proches se trouve au milieu, dans la partie frontale de la tête, enfin l’amour envers soi-même a son centre dans le cervelet. Ce dernier est le plus grossier à cause des forces égocentriques qu’il développe. Les hommes d’aujourd’hui vivent dans cet amour et par conséquent pensent essentiellement à eux-mêmes. Le centre de l’amour envers Dieu est le plus important. Les Bulgares ont beaucoup souffert parce que la glande qui est le centre de l’amour envers Dieu est en eux faiblement développée. Chez les Slaves, à l’exception des Bulgares, elle est davantage développée. Si les Slaves perdent cet amour pour Dieu, ils perdront tout, car la puissance de l’homme réside dans le centre de l’amour envers Dieu. Les mains sont comme une dynamo avec ses deux pôles où passent les deux courants d’une pile. Leur bonne circulation et la régularité du circuit dépendent de la position des mains. Si vous tenez vos mains d’une manière relâchée et molle, vous serez toujours faible. Si vous voulez entretenir un contact avec les forces lumineuses de la Nature, dynamisez bien vos mains. Si vous voulez établir un contact avec un courant terrestre, étendez vos mains et vos jambes et étirez les muscles de votre corps. En quelques secondes seulement, vous pouvez régulariser vos propres courants. La paume de la main gauche est liée au côté négatif, elle transmet au corps des vibrations douces, magnétiques, alors que le dos de la main est positif, c’est-à-dire électrique. C’est le contraire pour la main droite. Cela signifie que l’homme possède deux sortes d’électricité et deux sortes de magnétisme qui sont diffusées les unes par la main gauche et les autres par la main droite. Quelle que soit la position des mains, il y a toujours un flux d’énergie qui circule. Les énergies naturelles sont mieux utilisées quand vous joignez vos mains, mais pour éviter des blocages ne restez pas trop longtemps dans cette position. Le mieux est de toucher vos mains seulement avec le bout des doigts. Lorsque l’homme croise ses mains et ses bras, cela montre qu’il veut s’isoler, qu’il est bloqué ou qu’il éprouve un certain trouble dans son âme. La partie externe du bras est chargée d’électricité positive, c’est pourquoi elle est poilue. La partie interne est passive, elle accumule de l’électricité négative. Ni l’argent, ni l’or, ni même la lumière n’émanent une énergie comparable à celle qui jaillit du bout des doigts de la main humaine. Chaque doigt est relié à un centre du cerveau, lui-même relié à un organe. Chaque organe est lié à des forces spécifiques, elles-mêmes en contact avec des régions et des mondes d’intelligence supérieure. Il suffit que l’homme soulève un seul de ses doigts pour établir un contact entre l’organe correspondant à ce doigt et le monde de l’Intelligence universelle d’où proviennent toutes les énergies. Une très puissante énergie sort du pouce, les autres doigts assurent l’arrière-garde. Par chaque doigt doit passer toute l’énergie nécessaire à l’homme pour son développement. Cela signifie que par les doigts, il reçoit des énergies qui viennent d’un monde supérieur. Dans la Nature tout est défini et ordonné : chaque doigt, chaque main doit recevoir la quantité d’énergie prévue, ni plus ni moins, sinon l’homme sera obligé de payer l’excédent reçu de la Nature. Comment va-t-il rembourser? Par des maladies, des crises et des épreuves. Le centre du cerveau renferme ce que l’on nomme « l’oeil ailé de l’âme » ou « le soleil intérieur ». Il fonctionne comme un transformateur. Si ce soleil ne brille pas, l’homme n’est bon à rien. Quand l’énergie extérieure pénètre dans le cerveau, c’est ce centre, « l’oeil ailé de l’âme», qui la transfère à tout l’organisme. En plus de transformer l'énergie solaire, il possède encore d’autres capacités et propriétés dont dépendent la santé du corps et le bien-être émotionnel. En conclusion, on peut dire que cet oeil est un transformateur de l’énergie divine. Il crée des conditions pour l’expression de l’être humain. Je vous le dis, en tant que disciple, apprenez d’abord à contrôler votre cerveau. Quand vous recevez des énergies de la Nature, transférez-les vers le plexus solaire, le coeur, la gorge, le front, vers la partie postérieure de la tête, vers sa partie supérieure et après faites-les circuler autour de votre corps. Ainsi vous commencerez à faire des douches magnétiques jusqu’à former une aura lumineuse et magnétique enveloppant votre corps, et dès ce moment-là vous vous sentirez libre. Si l’on mange trop, une grande partie de l’énergie cérébrale part vers l’estomac et diminue l’activité du cerveau. Le cerveau est un accumulateur d’électricité et de magnétisme, aussi à peine a-t-il réussi à amasser quelque peu de ces énergies qu’elles sont absorbées par l’estomac chargé de nourriture. Cela veut dire que le cerveau a travaillé uniquement pour l’estomac. C’est pourquoi chacun doit savoir quand, combien et quoi manger. L’homme doit étudier ses états d’âme ainsi que les énergies de son cerveau pour pouvoir les transformer. S’il est en colère, fâché ou mal disposé, il doit savoir que cet état de colère est dû à l’énergie accumulée autour de ses oreilles, vers la partie arrière de la tête. Il doit savoir comment distribuer et transformer cette énergie pour éviter des explosions destructrices. Cette énergie peut être mise au travail et être utilisée consciemment. La colère est une énergie mal dirigée et mal utilisée. Après une colère, chacun éprouve un affaiblissement, une démagnétisation. La colère, la mélancolie, la mauvaise disposition sont des excédents d’énergie qu’il est possible de transformer en prenant une bêche et en creusant la terre pendant 10 à 15 minutes. Chaque tristesse, chaque difficulté provient d’un surplus d’énergie stagnante non utilisée. C’est pourquoi il faut vous décider à apprendre la loi de la transformation de l’énergie. Certains savent non seulement transformer leur propre énergie, mais aussi celle de leurs proches et de la société. Transformer les énergies signifie les faire passer d’un niveau inférieur à un niveau supérieur. Vous pouvez régulariser vous-même un excès d’électricité accumulée dans l’une ou l’autre partie du cerveau. Par exemple, si l’électricité est accumulée dans l’hémisphère droit du cerveau, ne touchez pas votre tête avec la main droite - ce qui renforcerait cet état -, mais passez votre main gauche sur la partie droite de la tête. Au contraire si vous avez un excès d’énergie dans la partie gauche de votre tête, caressez-la avec votre main droite, de cette façon vous constatez une accalmie et un changement de votre état. C’est pourquoi en été, lorsque le soleil cogne sur votre tête, caressez vos cheveux avec les deux mains. Par vos deux mains, vous pouvez enlever l’électricité qui s’accumule dans le cerveau et éviter un coup de soleil. Étant donné que le cerveau est relié à toutes les parties et à tous les organes du corps, la polarisation de ses centres se reflète immédiatement sur les organes correspondants. De cette manière ceux-ci prennent part à l’accumulation d’énergie. Sachant cela, vous devez chercher des moyens pour transférer les excès d’énergie d’un centre à l’autre dans l’organisme. Quand un excès d’énergie s’accumule dans le centre situé derrière les oreilles, l’homme commence à s’irriter, il est prêt à se battre contre tout le monde. S’il peut transformer cette énergie qui est une sorte d’énergie électrique particulière, s’il la met au travail, il se libèrera facilement de sa colère. Trouvez les moyens de maitriser le surplus d’énergie accumulée derrière vos oreilles, par exemple en allant couper du bois ou becher la terre. Si vous n’avez pas cette possibilité, touchez légèrement la pointe de votre nez quatre à cinq fois. Ce qui compte, c’est de trouver un moyen de transformer votre colère en travail. Le péché est dû aux sentiments trop personnels nourris par une énergie cosmique spécifique capable de provoquer des explosions si elle n’est pas transformée et repartie entre tous les centres du cerveau. À proximité du centre des sentiments personnels se trouve le centre de la mauvaise conscience par lequel ils doivent obligatoirement passer. Il vous est demandé d’apprendre les lois de la transformation des énergies et de les diriger d’un centre cérébral à un autre. Il faut travailler comme la Nature, pour chaque chose il y a un temps précis. Lorsque l’homme comprend la vie, il respecte toutes les règles et les lois de la Nature vivante. Vous êtes un point focal par lequel passent aussi bien les énergies solaires que les énergies terrestres. Le matin jusqu’à midi, vous êtes traversé par l’énergie solaire qui se dirige vers le centre de la terre. Après midi, le mouvement s’inverse, les énergies telluriques du centre de la terre passent à travers les pieds et se dirigent vers le soleil. Donc si vous faites certains mouvements le matin ou le soir, les résultats seront différents. Certaines personnes sont mal disposées dans l’après-midi parce qu’elles sont alors traversées par les courants de la terre. Il faut savoir polariser et concentrer les forces de la Nature. Ne les arrêtez pas, car vous risquez, en les refoulant, de provoquer en vous de grandes perturbations. Renvoyez ces forces vers le haut. Chaque homme puise de l’énergie du monde spirituel. S’il n’en est pas ainsi, il ne peut pas vivre dans le monde physique où on lui soutire de l’énergie et où il est soumis à une intoxication permanente. Les différents éléments apportent différentes énergies à l’organisme. Par exemple l’or apporte une sorte d’énergie, l’argent une autre et le fer une troisième. On peut en conclure que les hommes se différencient conformément aux différentes catégories et quantités de matériaux et d’énergies qui les composent. Selon moi, les vibrations de deux corps ne sont pas égales. Le corps qui a des vibrations plus fortes influence celui qui a des vibrations plus faibles. Si deux corps aux vibrations égales se rencontrent, ils s’harmonisent pleinement. Les hommes sont liés entre eux par des liens invisibles qui exercent sur eux un rôle dont ils sont conscients ou non. Ils sont semblables à des « vases communicants ». Comme les liquides transvasés, il leur est possible de réaliser des transferts d’énergie de l’un à l’autre. De l’homme rayonne une telle énergie dynamique spécifique agissant sur ses proches qu’il peut, s’il est en bonne santé, guérir un homme malade seulement par la transmission de son énergie. L’homme en bonne santé transmet de l’énergie, l’homme malade reçoit de l’énergie. L’aura de l’homme a une forme sphérique différemment colorée et de différentes épaisseurs selon chacun, en rapport avec son état mental. L’aura est-elle visible? Oui pour certains, pour d’autres non. Au milieu de l’aura existe un centre d’où s’écoulent des énergies, celles qui se trouvent au-dessus de ce centre sont liées aux capacités mentales et celles du dessous aux sentiments. Les énergies d’en haut sont des seigneurs, les autres des serviteurs. L’aura de l’homme est une protection naturelle. De ce fait, personne n’a le droit d’entrer dans l’aura d’un autre sans sa permission. Il faut respecter une distance de 50 à 70 cm, car une trop grande proximité risque de créer une dysharmonie dans les rapports entre les personnes. La plus sensible commence à la ressentir, elle est perturbée et souffre. Si deux amis se rapprochent, leurs corps astraux se lient et les énergies de l’un commencent à passer dans le corps de l’autre et réciproquement. Si l’un tombe malade, l’autre aussi. Si une femme aime son mari et qu’il meurt, elle part peu de temps après. C’est la même chose pour l’homme qui aime sa femme. Cela arrive quand les liens sont très forts. Lorsqu’un maitre parle à ses disciples regroupés autour de lui, très rapprochés les uns des autres, on ne peut pas dire qu’il se produit entre eux un échange négatif. Pourquoi? Parce que la pensée de tous est concentrée sur un sujet commun. Mais si deux personnes avec des pensées contradictoires s’approchent l’une de l’autre à moins de 50 cm, les auras s’interpénètrent et il se produit un échange négatif. Ne transgressez pas cette enceinte sacrée que la Nature a établie. L’énergie dont dispose la Nature est définie de façon mathématique et exacte. Elle est distribuée avec justice entre tous les êtres vivants. L’énergie consommée et dépensée par chacun est exactement déterminée, qu’il s’agisse de celle fournie par la nourriture ou de celle créée par les pensées et les désirs. Vous aimez un spiritualiste et vous voulez rester avec lui des heures entières pour vous baigner dans son aura. Cela représente un danger et même un délit. Il faut se baigner dans son aura juste le temps nécessaire et non des heures et des jours comme si on buvait sans s’arrêter. Le rôle des animaux est d’accumuler du magnétisme. Tant qu’ils sont en bonne santé, les hommes sont aussi en bonne santé. Dès qu’ils tombent malades, les hommes deviennent aussi malades. C’est pourquoi il faut être amicalement disposé vis-à-vis des animaux afin de bénéficier de leurs forces magnétiques. À cause de l’abattage des arbres et des animaux mammifères, les hommes rencontrent de grandes souffrances sans savoir comment s’en libérer. Ils ne soupçonnent pas que les animaux et les plantes représentent des réservoirs d’énergie vivante pour leur développement. L’énergie vitale des mammifères se disperse dans l’espace parce qu’on les tue. Non seulement les hommes ne sont pas capables de se lier directement avec les énergies naturelles, mais ils se privent aussi de celles accumulées par les animaux. L’homme commence à vieillir quand l’afflux des énergies diminue dans son organisme. Dans l’organisme d’un jeune, l’insufflation des énergies de la Nature est un processus perpétuel. Celui qui sait coordonner les flux et les reflux d’énergies de son corps avec ceux de la Nature peut rajeunir. Comme l’homme est riche en énergie, il la dépense à tort et à travers. Il ignore que la Nature tient compte de chaque énergie qui lui a été donnée. C’est elle qui accorde des crédits à chacun, mais un jour l’homme devra payer pour les énergies mal employées ou perdues d’une manière inconsciente. L’énergie divine doit être employée de manière consciente. Si quelqu’un mène une vie ordinaire et s’expose en plein soleil, tête nue à midi, il attrapera un coup de soleil, car l’énergie divine qui vient du soleil et descend vers la terre modifie certaines vibrations et peut provoquer un échauffement du cerveau. Par contre si vous menez une vie consciente avec une disposition pleine d’amour pour tous les êtres vivants, vous serez capable de transformer cette énergie en « akasha ». Ensuite vous ressentirez intérieurement une musique divine, grandiose, votre corps vibrera d’une manière sublime et vous aurez envie de donner cette énergie à tout le monde. Une telle manifestation sera possible seulement quand vous arriverez à la vie consciente. Quand on est malade un certain temps, on perd une partie de son énergie vitale. Voilà ce que l’on peut faire dans de pareils cas : prendre le lobe de l’oreille entre deux doigts et le tirer légèrement vers le bas, puis masser la petite bosse osseuse qui se trouve derrière l’oreille. Observer les changements qui se produisent dans l’organisme. Faire ces essais non seulement quand on est malade, mais aussi quand on est mal disposé intérieurement. Que faire en cas de perturbation ou de mal-être? Prenez votre oreille avec les doigts de la main droite et commencez à méditer. Après une ou deux minutes, vous constaterez que votre moral remonte, alors un meilleur échange se produira entre les énergies intellectuelles et les énergies émotionnelles. Chaque stagnation des énergies vitales dans notre organisme est due à une mauvaise circulation sanguine. C’est cette stagnation qui bloque l’activité de la pensée. Sachant cela, respectez votre oreille et votre nez comme des organes sacrés qui vous donnent des conditions pour une bonne réception et transmission des énergies.
  4. Pour La Gloire De Dieu Conférence du dimanche tenue le 11 juillet 1926, Moussala (2930 m) à 8 h 30 (Dernière conférence de la huitième série) En bref, je discuterai une pensée essentielle qui concerne la manifestation véritable de la Vie. Comment peut-on comprendre les mots " La Gloire de Dieu " ? La gloire peut être expliquée uniquement suivant la loi de la Sagesse ou de la connaissance. La science révèle la Gloire de Dieu mais quand les gens acquièrent le savoir, ils ne l'utilisent pas pour la Gloire de Dieu, mais pour leur propre gloire, d'où résulte le désaccord. Je considère les gens comme des unités séparées. Pour chaque unité il y a deux possibilités dans la vie : suivre la bonne voie ou faire un écart. Donc, chaque âme en tant qu'unité séparée a la possibilité de se dilater ou de se contracter. La science ésotérique explique ce phénomène de différentes manières. Les occultistes de l'Ouest expliquent ce phénomène par : " l'éther thermique ". L'éther signifie la matière d'où les choses naissent et se développent. La particule " et " est le début primaire d'où les choses naissent. " ther " est ce qui élève les choses sur la Terre. L'éther n'est pas une matière épaisse. L'éther thermique, c'est-à-dire la première énergie qui a commencé son activité, est lié à l'affection, à l'Amour. Par conséquent, l'Amour se révèle lors de la première manifestation de la Vie quand l'éther thermique commence à agir dans la matière. Donc, la vie se manifeste par la chaleur. Avec l'apparition de la chaleur, le courant de la vie a commencé à descendre vers la Terre pour l'organiser. Il est dit dans la Bible : " Au commencement Dieu créa le Ciel et la Terre. " (La Genèse 1 :1-3). Ce courant est l'Esprit Divin qui descend d'en haut pour organiser les choses. A l'état présent de votre développement, vous devez comprendre la loi de l'éther thermique. Il est un mouvement du dehors vers le dedans. Quand nous disons que nous devons aimer les autres personnes, nous comprenons cet éther thermique qui vient du dehors. Les gens exigent notre amour. Quelqu'un veut t'aimer et être aimé par toi. Pourquoi ? C'est une sorte d'énergie dans la Nature qui veut se manifester. Et comme vous ne comprenez pas la loi, vous dénaturez les choses. Quand une source veut se manifester, qu'est-ce qu'elle doit faire ? Elle doit se mettre à jaillir. Quand l'eau se met à jaillir, la source se manifeste. Cela arrive aussi aux humains. Quand un ange aime une personne, vous allez voir une émanation qui jaillit de cet ange. Ce qui jaillit de l'ange est liquide tandis que votre amour est épais. Quand vous aimez quelqu'un, vous émettez, vous aussi quelque chose. Si en ce moment un ange qui vient d'un long voyage vous voit, il dira : " Et alors, je me reposerai près de cette source. " L'ange va remplir sa tasse de votre eau et il sera capable de déterminer si votre source est bonne ou non. Voilà pourquoi quand les gens s'aiment dans le monde physique, il y a des manifestations purement physiques entre eux, ce qui est différent dans le monde Invisible. Là, l'Amour est une source. Ce sont des concepts abstraits pour vous. Vous dites seulement : ces gens s'aiment. Oui, c'est vrai, mais vous devez savoir que la vie correspond à l'éther thermique et si vous ne pouvez pas recevoir cette impulsion de dehors alors la vie ne peut pas se manifester en vous. La Vie qui vient de l'intérieur est la manifestation de cet éther thermique. Une fois la vie manifestée, ton éther vivifiant se trouvera dans le centre de la Terre. L'éther vivifiant est celui qui crée. Et pour que cette vie se manifeste, cette vague doit venir d'abord de dehors. Maintenant, quand je parle de la Terre, je trouve que vous lui ressemblez. Voilà pourquoi cet éther thermique doit venir en vous comme une impulsion extérieure pour pousser votre cœur à agir. Parfois vous voulez aimer. Donc, après avoir reçu un stimulant extérieur en vous, une autre impulsion doit jaillir du centre de votre cœur pour que la vie se manifeste. Donc, celui qui veut aimer va entrer en conflit avec la matière solide. Celui qui ne peut pas travailler avec la matière solide, ne peut pas vivre. Dans ce sens, du point de vue de la Vie, les souffrances sont des pierres avec lesquelles vous construirez votre futur. Après arrive la lumière qui est aussi nécessaire pour la Vie. Elle aussi est un flot qui s'appelle " éther lumineux ". Toutes ces manifestations extérieures de la Vie ont leur propre forme. La chaleur crée certaines formes dans l'homme. La lumière aussi crée certaines formes. Chaque courant crée ses propres formes. La chaleur et la lumière du soleil exercent une grande influence d'abord sur l'état religieux de l'homme ainsi que sur la science. Vous devez vous efforcer de garder en vous cette chaleur et cette lumière. Il ne faut jamais perdre cette petite chaleur que vous avez dans le plexus solaire ! Cette petite chaleur doit toujours exister en vous. Vous en avez besoin. Si vous avez cette chaleur, vous êtes invulnérable, personne ne peut vous nuire, mais si vous la perdez de grands malheurs peuvent vous arriver : des tempêtes, des catastrophes. Ils peuvent vous détruire complètement et rien ne restera de vous. Si vous gardez cette chaleur en vous, la lumière arrivera plus tard et quand la lumière arrivera, elle apporte la connaissance à l'homme. Donc, l'éther lumineux a de l'influence sur le cœur. Dans le cœur de l'homme du dedans vers le dehors, se produit un grand nombre de processus chimiques. Ils déterminent la manière de laquelle une personne va se révéler. Ne soyez pas bloqué par les différentes manifestations de la vie humaine ! Le monde extérieur peut être bloqué mais vous, non. Vous devez savoir que l'homme peut se manifester dans n'importe quelle direction mais tout cela c'est pour la Gloire de Dieu. Vos erreurs et vos omissions représentent des occasions pour l'élévation des êtres humains plus avancés que vous. Tu fais une certaine erreur, et ces êtres qui sont invisibles pour toi, utilisent cette erreur pour en créer une grande vertu. Tout dans le monde est construit de la manière qui permet à ces êtres d'utiliser chaque erreur pour la création d'une vertu. Et maintenant ne dites pas : si tout est pour du bien, faisons des erreurs ! Non, ce n'est pas ça. Je vous dis de ne pas regretter si vous avez inconsciemment fait une erreur ou une omission. Cette erreur sera utilisée par un autre être pour du bien. Sachez que comme vous êtes sur la Terre, vous ferez des erreurs, elles sont inévitables, mais les erreurs ne doivent pas être commises exprès. Le seul danger du côté de la Fraternité noire est dans le fait qu'ils ont comme but d'implanter dans l'homme une idée critique qu'il ne vit pas bien. Nous savons bien que l'homme ne peut pas devenir saint en un seul jour. Pour être saints nous devons connaître toutes les lois de la nature et même connaître son futur. Quand quelqu'un vient près de moi et me dit : " Je suis une personne sainte. " alors je lui réponds, " Alors raconte-moi mon futur ! " S'il ne peut pas me le raconter, je lui dis : tu n'es pas du tout un homme saint. Un homme saint doit prédire l'avenir des gens. Un homme avancé doit avoir une telle connaissance intérieure qu'il puisse pressentir le développement des événements. Pour le moment, vous tous, vous êtes susceptibles d'être influencés par le monde extérieur. Vous êtes des réflecteurs du monde extérieur, de sa lumière mais vous devez savoir que la lumière des gens est leur lumière et la vôtre est bien à vous. Mais si vous reflétez seulement leur lumière, ce n'est aucune lumière. Ce n'est que votre lumière qui est réelle si vous en avez une. Mais si vous reflétez leur lumière, vous la perdrez dès qu'elle cesse. Et si la lumière est en vous, vous la garderez pour toujours. Et si une lumière du dehors vient sur votre réflecteur, réjouissez-vous encore plus, elle augmentera votre lumière. Dans le cas échéant, vous devez toujours garder votre lumière et votre chaleur. Maintenant, nous sommes montés au Moussala. Ici, vous tous, vous êtes de bonne humeur, mais, là bas à Sofia, vous nourrissez de mauvais sentiments hostiles les uns envers les autres. Une sœur vient vous voir, vous ne pouvez pas la supporter, vous voulez qu'elle s'en aille. Quelle en est la raison ? – Ce sont des petites choses insignifiantes mais elles ne résolvent pas les problèmes. Vous n'aimez pas une sœur, vous voulez vous en débarrasser. Pourquoi ? Je ne voudrais pas résoudre maintenant ces problèmes entre vous, mais je dis que ces états existent dans le monde entier. Vous n'aimez pas quelqu'un, un autre ne vous aime pas. En même temps vous aimez beaucoup quelqu'un d'autre, vous voulez qu'il vienne vous voir mais il vous évite. Pourquoi est-ce que cela arrive ? Cela est dû à ces mêmes courants dans l'espace. La loi de l'amour est la suivante; quand un sentiment d'amour apparaît en moi, comme l'amour descend d'en haut, du ciel, je dois obligatoirement donner quelque chose. Si je ne donne rien, je ne peux pas manifester l'amour. Dieu qui nous aime, nous donne quelque chose lorsqu'Il se manifeste. Et nous aussi, quand nous voulons aimer Dieu, nous devons donner quelque chose de nous mêmes, nous devons sacrifier quelque chose, donner de nos fruits. Dieu aussi nous demande quelque chose. Nous lisons dans les Ecritures que les Juifs offraient des sacrifices à Dieu, et nous, qu'est-ce que nous allons apporter ? Aujourd'hui nous ne voulons pas de sacrifices, alors, qu'est-ce que nous devons faire ? Qu'est-ce que nous devons donner ? Des fruits doux de notre jardin ? Non, nous devons apporter des fruits du jardin de notre cœur sur un plateau spécial, fait en or et en diamant. En haut un ange nous accueillera et recevra ces fruits. Vous direz : C'est une fantasmagorie. Oui, ce sont des choses élevées, difficiles à comprendre. Abordons maintenant les faits, comme ils se présentent sur la Terre. Quand vous aimez quelqu'un, qu'est-ce que vous faites ? La mère va donner d'abord à l'enfant des chaussettes, elle va lui coudre une petite robe, une chemisette et elle manifestera toujours son amour quand l'enfant aura atteint un âge avancé. Quand l'amour naît dans le fils ou la fille, la même loi est en vigueur. Pour que cette loi se réalise en nous aussi, nous devons être toujours liés dans notre conscience avec le monde invisible, nous devons connaître le nom de quelqu'un de ce monde. Comment contactez-vous le monde invisible ? – dans votre sommeil, en faisant des prières ou avec votre pensée ? Quels sont vos traducteurs ? Quand je remonte dans le passé lointain, je vois que maintes fois vous n'avez pas utilisé les possibilités que vous avez eues pour votre élévation. Vous avez fait de telles erreurs que vous avez mis des barricades devant vous, vous avez érigé des montagnes dans votre vie. Maintenant, vous tombez sur vos erreurs dans votre vie. Vous devez surmonter maintenant ce que vous avez fait autrefois aux autres. Voilà pourquoi on vous donne aujourd'hui de bonnes conditions pour améliorer votre chemin. Votre chemin présent est une possibilité pour supprimer toutes les contradictions qui existent. Ces contradictions ne sont pas grandes. Maintenant quand nous discutons cette question chacun de vous doit être mis dans un cercle. Chacun de vous a un cercle déterminé dans lequel il peut agir. Chaque pensée a une périphérie déterminée et hors de cette périphérie, elle ne peut pas se manifester. Par exemple, voulez-vous que toute la Bulgarie vous écoute lorsque vous chantez. Le jour viendra qu'elle vous écoutera et ce sera comme à la radio. Pour chaque chose il y aura un instrument spécial. Si on vous écoute par l'air, on entendra un tel hurlement, un tel cri ! Quelle force devrait avoir ce cri pour qu'on l'entende dans toute la Bulgarie ! Dans les conditions contemporaines, pour que le son se transmette très loin, il doit être émis très fortement parce qu'il s'affaiblit en passant par l'air. Dans l'avenir, les gens développeront leurs capacités intérieures et quand on parlera ou on chantera quelque part, ce son se répercutera à travers l'éther à des distances lointaines et ils le percevront. Le son passera par l'air sans aucun obstacle. Par exemple si vous chantez à Varna, le son sera entendu partout. Donc, nous allons étudier l'éther thermique qui est lié à l'Amour. Vous étudierez la lumière ou l'éther lumineux qui est lié à la foi et à la Sagesse. Vous vous occuperez de l'éther chimique ou des manifestations volontaires de l'âme humaine, de l'eau. Les anciens alchimistes ou les occultistes ont fait les classifications suivantes : la terre, c'est la vie; l'eau, ce sont les processus chimiques; la lumière, c'est l'air et la chaleur, c'est le feu. L'homme doit maîtriser ces éléments : la terre, l'eau, l'air, le feu, la lumière et la chaleur. L'homme doit produire tout seul le feu. Quand ton cœur est froid, tu dois pouvoir le chauffer de l'intérieur et ne pas attendre qu'on le chauffe de l'extérieur. Vous direz : que Dieu fasse cela ! Mais c'est Dieu qui agit du dedans. Il peut faire tout Lui-même, tout seul, mais Il veut nous faire agir sur nous mêmes. Il veut que nous aimions. De cette façon vous étudiez un grand art. Si vous avez du feu et vous pouvez le maîtriser, vous pourrez descendre même dans l'enfer. Celui qui ne peut pas maîtriser l'eau, celui qui ne peut pas maîtriser l'air, celui qui ne peut pas maîtriser la chaleur, il ne peut être méritant. Ce sont des possibilités qui sont à la portée de l'homme. S'il n'utilise pas ces possibilités il sera comme le poisson. Il habite dans l'eau mais il ne maîtrise pas l'eau. Cet homme agira comme la taupe. Elle habite la terre mais elle ne maîtrise pas la terre. Qu'est-ce que les oiseaux ont fait ? Ils habitent l'air mais ils ne maîtrisent pas l'air et jusqu'à présent, ils n'ont rien fait. Ils n'ont aucune culture. Et ceux qui s'occupent du feu, eux aussi ils ne peuvent pas le maîtriser. Ils font de grands incendies : ils allument une maison, une bombe qui provoque un grand tremblement de terre et ils s'éloignent. Nos maisons se détruisent et nous souffrons et ils font la fête. Donc, nous devons étudier ces forces mais il y a le danger que si l'on vous révèle certains secrets, vous ne pouvez pas les utiliser d'une manière raisonnable. Donc, je vous dis : quand vous voyez quelqu'un, vous ne devez pas vous arrêter sur ses faiblesses mais sur ses vertus. Vous direz : je te croyais ami mais tu as telle ou telle faiblesse. Non pour comprendre une personne, nous devons nous arrêter sur ses vertus parce que les choses mauvaises chez l'homme bien ne sont qu'une ombre dans sa vie. Seulement un homme extrêmement bon, peut avoir des ombres dans sa vie. Ce n'est que lui qui peut manifester le mal. Est-ce que les loups vont chez un berger qui n'a pas de brebis ? Là où il y a des brebis, il y a des loups et des ours. Est-ce qu'il y a des poux chez un homme mort ? Si vous voyez des poux et des puces chez quelqu'un vous saurez qu'il est vivant. Où vont les poux ? – Chez les vivants. Je vous dis : vous tous, vous devez développer de nobles caractères, vos âmes doivent êtres largement ouvertes de sorte que celui qui vous rencontre sente que vous portez le souffle de la vie, de la fraîcheur; que vous ayez de la plénitude et de la bonté sans faire aucun effort. Vous devez vous manifester naturellement, d'une manière Divine; Vous devez être bons par nature, sans le vouloir exprès. Et même si parfois vous ne voulez pas être bons, restez quand même bons. Et même si vous ne voulez pas faire du bien, être incapables de ne pas le faire. Ce sont ces gens-là que j'appelle bons. Maintenant l'essentiel pour vous est de garder quelque chose de cette excursion sur le Moussala. Qu'est-ce que vous retiendrez de ce jour ? Un jour quand vous aurez 60-70 ans vous en rappelleriez-vous quelque chose ? Vous direz : Laissez nos cheveux blancs, ils ne sont pas importants pour l'instant. " Et alors où est passée votre foi ? Vous devez non seulement ne pas vieillir mais chaque jour vous devez rajeunir. Vous devez non seulement ne pas mourir mais vous devez revenir à la vie chaque jour. Vous devez vivre chaque jour dans la joie ! Et quand vous irez dans l'autre monde, vous irez aussi sur le Moussala mais vous verrez le Moussala sous une autre forme. L'essentiel, c'est que nous faisons cette excursion parce que nous avons certaines questions sur la terre que nous devons résoudre. Chaque montée au Moussala nous donne une impulsion. Nous sommes au sommet et personne ne peut nous arrêter. Notre élan est si grand que nous pouvons atteindre le sommet de partout. Nous sommes à une telle hauteur que la loge noire est impuissante, elle ne peut rien nous faire, nous allons nous frayer le chemin partout. Mais si nous étions retournés sans monter au Moussala alors nous aurions cédé cette position comme Kouropatkine et les Allemands lors du siège de Verdun. Chacun doit être pris de l'enthousiasme ! Votre erreur c'est que vous manquez d'élan. Vous devez avoir un idéal ! Si tu t'arrêtes devant la moindre difficulté, tu manques d'élan. Si tu as de l'élan, tu seras comme les oiseaux, tu passeras et t'envoleras. Si tu as de l'élan, si tu as un idéal, aucun diable ne peut t'arrêter. Donc, le haut idéal – l'aspiration vers Dieu, apporte de la chaleur. Vous voyez, ici au Moussala, à cette hauteur nous avons une température de 22 degrés. Qu'est-ce que signifie physiquement la chaleur de 22 degrés ? Si nous additionnons 2 plus 2, nous aurons le nombre 4, le nombre, le plus fort, au plus haut sommet. Le feu de ces énergies, de ces forces, agit dans ce carré. Tout ce qui tombe dedans, tout se détruit. Donc, nous avons ici le carré de la vie. A une température de 22 degré la vie est capable de détruire tous les obstacles qui peuvent être rencontrés sur le chemin. La nature, elle aussi révèle la même chose. Tout est détruit au Moussala. Donc, ce nombre correspond au Moussala. Dans la langue juive, il y a 22 lettres. Les juifs interprètent toute leur philosophie suivant la Kabbale. Donc, toutes les unités séparées vivent dans une unité commune. L'unité commune, c'est Dieu à qui nous sommes liés. Et toutes nos idées sont corrigées par cette unité commune. Nous pensons toujours à Dieu mais nous ne pouvons pas prendre conscience de Lui et nous n'en avons pas besoin. Mais il y a une idée sainte en nous. Quand nous arrivons à un certain endroit, nous corrigeons toujours nos fautes grâce à cette idée en nous. Dieu est celui qui corrige nos fautes. Il dit : " Ne fais pas ceci ! ". – et tu approuves avec joie. Après il dit : " Accepte ceci et tu l'acceptes. Il n'y a personne dans le monde que Dieu ne corrige pas. Parfois tu pleures jusqu'à ce que Dieu vienne, il te regarde, il te prend par la main et tu te libères de toutes les difficultés. Maintenant nous allons parler de vos difficultés. Elles sont une bénédiction pour vous et vous allez les porter. Que vous le sachiez. Nous ne vous délivrerons pas des difficultés. Vous délivrer des difficultés, cela signifie vous faire le plus grand mal. Nous vous donnons des connaissances, des possibilités pour utiliser ces difficultés pour le bien. Toute votre richesse consiste en ces difficultés. Quelqu'un dit : " et si Dieu me débarrasse de cette difficulté ". Ne dis pas cela, mais dis : Mon Dieu, donne-moi des connaissances pour me débrouiller avec toutes les difficultés dans ma vie. Vous avez des difficultés spéciales dans la vie dont vous ne pouvez parler à personne. Il faut un médecin ! Si tu es un commerçant qui a fait faillite et tu racontes ta mésaventure à un autre commerçant qui est ton adversaire, rien ne restera de toi, mais si tu le racontes à l'un de tes amis qui t'aime, qui peut comprendre ta situation, il te donnera un conseil qui te délivrera de ta difficulté. Les Ecritures disent; " Remettez votre charge à Dieu ! " Tu peux remettre ta charge seulement sur celui qui t'aime et sur celui que tu aimes. Si tu l'aimes en te liant à lui, il prendra ta charge. Et s'il ne t'aime pas et tu ne l'aimes pas, il ne prendra pas ta charge. Maintenant le brouillard autour de nous montre que cette année le monde passera par de grandes difficultés. Les gens mondains seront enveloppés d'une brume assez épaisse qu'ils doivent surmonter. Cela se poursuivra pendant toute l'année mais à l'endroit le plus haut, il y aura de la chaleur et beaucoup de forces. Dans les brouillards il y a beaucoup de forces. Quoi qu'il arrive, n'ayez pas peur ! Soyez courageux et décidés ! Vous portez une idée sacrée. On peut vous mettre dix fois dans le feu mais n'ayez pas peur vous ne brûlerez pas. Vous serez comme Daniel qu'on a jeté dans le fossé avec les lions. Est-ce que les lions l'ont mangé ? Vous serez comme les trois jeunes hommes dans le four de feu. Ont-ils brûlé ? Vous serez comme le Christ sur la croix ? Est-Il mort ? Est-Il resté dans la tombe ? Combien de saints on enterre et après ils n'y sont plus. Ni la Terre ni la prison les tient. Un anglais connaissait la Fraternité Blanche Universelle ainsi que les savoirs des yogas indiens mais il n'était pas aimé par le gouvernement anglais et on l'a enfermé aux Indes et on a placé des gardes près de sa cellule. Quand ils vont le matin dans la prison, ils voient qu'il n'y a personne. Ils le saisissent encore une fois, ils le mettent de nouveau à la prison et ils y mettent 10 gardiens mais il disparaît de nouveau. Enfin, il leur écrit une lettre : " Vous ne pouvez pas m'emprisonner. Laissez-moi en paix et suivez votre chemin ! Je ne suis pas contre les lois mais j'ai certains droits à cause desquels vous devez me laisser suivre mon chemin ! Ne pensez pas que vous pouvez m'enfermer. " La force de cet homme est dans cette foi. Vous pouvez vivre la même expérience mais vous avez besoin de foi. On peut vous enfermer autant qu'on veut mais Dieu va vous libérer de la prison. C'est la beauté dans le monde ! Si quelqu'un de vous a cette conception, même s'il est emprisonné avec 10 gardiens, il sortira dehors et il se sentira libre, maître de sa situation. Vous aussi, vous avez la foi, mais combien encore vous en faut-il pour que cette foi soit renforcée. Vous avez des connaissances mais combien il faut encore en acquérir ! Vous avez des vertus mais ces vertus doivent se développer encore. Votre Sagesse, votre Justice, votre pitié, toutes ces vertus en vous doivent être renforcées et peuvent se renforcer. Vous avez toutes les capacités à renforcer ces vertus. Alors, je ne parlerai pas maintenant, à vous qui m'écoutez ici, d'une quelconque philosophie parce qu'au Moussala on ne peut étudier aucune philosophie, mais je vous donnerai quelques points pratiques à mettre en application. Moussala est seulement un lieu où faire des expériences. Maintenant je dois vous laisser ici, au sommet, au moins pendant une heure, pour que vous vous couchiez et pendant ce temps là, vous apprendrez trois fois plus que si je vous faisais une conférence. Quand vous serez descendu en bas, la première chose que vous devez faire, consiste en l'expérience suivante : concentrez votre esprit en haut vers Dieu et dites : " Mon Dieu, comme nous suivons ce chemin et nous voulons Te servir, que cette petite chaleur vienne en nous pour la sentir ! Je suis prêt à porter mes souffrances, mais donne- moi cette petite chaleur pour que je la sente. " ! Ne demandez pas à Dieu de grandes choses ! Vous voulez de Dieu toujours de grandes choses et de cette façon vous perdez aussi les petites au lieu de demander très peu. Cette petite chaleur qui viendra apportera le nouveau dans votre vie. C'est une loi : quand tu demandes à Dieu, demande cette petite chaleur ! C'est la première expérience, la première condition. Alors quand tu ressentiras ma petite chaleur, tu diras : " Mon dieu, donne- moi la petite lumière pour que je la ressente ! " Et quand tu as dit cela, une petite lumière rayonnera dans ton esprit. Tu remarqueras dans le centre de ton cerveau cette lumière blanchâtre. Cette lumière sera très petite comme une épingle. Ainsi vous avez deux possibilités : la chaleur et la lumière. C'est alors que vous commencerez la vie. La chaleur réagit sur la vie et la lumière sur la chimie, sur la religion. Vous deviendrez courageux et décidés. Alors quand vous vous réveillez le matin, vous devez demander deux choses de Dieu. Maintenant quand vous appliquez une méthode, une seconde, une troisième; et enfin quand vous êtes en difficulté, vous direz : " Mon Dieu, donne-moi la petite chaleur, donne-moi la petite lumière ! " Après l'avoir ressenti, vous direz : " Mon Dieu que tout soit pour ta Gloire ! " Et quand les difficultés et les souffrances arrivent, vous direz de nouveau; " Mon Dieu, que tout soit pour Ta Gloire ! " Pour tout ce qui arrive dans la vie, vous direz : " Pour la gloire de Dieu ! " Ce sera votre gain de Moussala. Et si l'on vous demande ce qu'on vous a dit au Moussala, vous direz : Que tout soit pour la Gloire Divine ! C'est le résumé de tout ce que je vous ai parlé au Moussala " Que tout soit pour la Gloire Divine ! " Nous étudions maintenant pour la plus petite chaleur qui existe en nous et pour la plus petite lumière qui puisse se manifester en nous – chaleur et lumière ! Et maintenant, pour toute l'année vous savez : tout se passe pour la Gloire Divine ! L'année prochaine, quand nous viendrons ici, je vous dirai : montrez-moi votre petite chaleur et votre petite lumière ! Maintenant nous ferons un exercice. Vous vous disperserez à une distance d'au moins un mètre entre vous. Vous vous tournerez au sud et vous prononcerez la formule : Que la Vertu commence à régner et toutes les mauvaises pensées dans le monde disparaissent ! " Vous vous tournerez à l'est et vous prononcerez la formule : Que la Justice Divine commence à régner dans le monde et que toute injustice disparaisse dans notre vie " ! Vous vous tournerez au nord et vous prononcerez la formule : Que la Vérité Divine commence à régner dans notre vie et que tout esclavage disparaisse de notre âme " ! Vous vous tournerez à l'ouest et vous prononcerez la formule : Que la Sagesse Divine commence à régner dans toutes les manifestations de notre vie et que le mal disparaisse de notre chemin " ! Vous vous tournerez de nouveau à l'est et vous prononcerez la formule : Que Dieu règne et que Dieu soit glorifié dans tout Son Amour, toute Sa Sagesse et toute Sa Vérité " ! Et que nous accomplissions tout pour la Gloire Divine sur la terre " ! Amen ! Traduction par Dacha Nedkova Revue par Tania Dimitrova Tous les membres de notre équipe de traduction sont volontaires et travaillent gratuitement. Nous apprécierons chaque acte d'aide en matière de relecture, édition, publication ou distribution de ces traductions. Pour des renseignements plus détaillés, vous pouvez nous contacter :
  5. 11. Les énergies Chaque énergie physique est une manifestation de Dieu. L’énergie de notre vie physique, mentale et morale vient du soleil. Je ne parle pas du soleil physique, de ce disque que nous voyons, mais d’un autre soleil, invisible, derrière le soleil physique, qui produit tous les résultats invisibles. Quand l’énergie invisible descendant du soleil arrive sur la terre, le principe féminin la transforme en lumière. Le soleil, principe masculin, a émis cette énergie et la terre-mère a donné naissance à la lumière terrestre. De la même façon, l’énergie émise par votre cerveau et votre tête est reçue par le plexus solaire, cerveau de l’estomac, où elle se transforme en vie qui commence à fonctionner et à se manifester. Les êtres vivants sont des portes, des conducteurs d’énergies. C’est par l’homme, forme la plus évoluée sur terre, que passent les énergies les plus élevées. Plus l’énergie contenue dans notre organisme est intense, plus elle est bénéfique et moins elle est intense, plus ses effets sont négatifs. Beaucoup d’êtres vivant dans le monde physique se trouvent sur un plan d’évolution inférieur et, par conséquent, puisent leurs forces des êtres qui ont un niveau d’évolution supérieur. Si vous vous trouvez sur leur chemin, ils ne manqueront pas de puiser vos forces et vous vous sentirez affaiblis, épuisés. Pour remplacer cette énergie perdue, il faut vous lier au monde supérieur et de là, à votre tour puiser des énergies. Quoi que vous fassiez, il est impossible de vous libérer seul des influences du monde inférieur. C’est pourquoi si certaines entités puisent de vos forces, vous êtes amené à puiser à une autre source d’énergie. Autrement dit, lorsqu’il est sur terre, l’homme perd continuellement des énergies. Il doit se brancher aux énergies solaires pour se ressourcer. Dans notre corps se trouvent 700 à 800 millions de nerfs différents par lesquels on reçoit les énergies de la Nature. Savez-vous combien de millions d’êtres ont travaillé à l’élaboration de ces canaux? L’énergie contenue dans chaque cellule humaine est si puissante qu’elle est en mesure de déplacer l’axe de la terre d’un mètre de son parcours. Quelle puissance l’homme représenterait si toutes ses cellules cohabitaient dans des rapports d’entente et d’harmonie! Aujourd’hui les hommes emploient leur force pour détruire plus que pour bâtir ou créer. La pensée pourrait produire des résultats extraordinaires, immenses, puissants si elle était employée seulement pour créer et édifier. L’homme recueille des forces vitales de plusieurs sources : la nourriture, l’air, l’eau et la lumière, mais il acquiert aussi des énergies de ses pensées, de ses émotions et de ses actes. Pour son développement, il peut puiser des énergies de la lumière s’il connait ses lois, de la vie s’il la comprend, et de l’amour s’il aspire à lui. L’homme peut s’abreuver à ces trois sources qui lui donnent force, vie et santé. L’organisme n’a besoin d’aucun surplus d’énergie, seulement de ce qui lui est nécessaire. Chaque excédent doit retourner vers la Nature. L’homme représente un triangle équilatéral avec un centre commun vers lequel se dirigent toutes ses énergies. Autrement dit l’homme est une somme d’énergies convergeant vers un centre. Inversement, il est une somme d’énergies provenant d’une source commune et qui se diffusent dans différentes directions. Que représente le corps physique? C’est un conducteur, c’est-à-dire une installation grandiose dans laquelle peuvent circuler les forces de la Nature. Par cette installation passent deux courants naturels : l’électricité positive et négative et le magnétisme positif et négatif. Pour le moment la circulation de ces courants dans notre corps physique est défectueuse, c’est-à-dire que certains possèdent plus d’électricité ou de magnétisme négatifs, d’autres plus d’électricité ou de magnétisme positifs. Seules les énergies négatives sont créatrices. Si vous êtes clairvoyant, vous verrez la lumière apparaitre seulement au pôle négatif. On dit qu’un homme est agréable quand il possède de l’énergie négative, c’est-à-dire du magnétisme, cet homme a quelque chose à donner et à recevoir des autres. Le magnétisme et l’électricité - je ne parle pas ici des forces mécaniques - sont des forces qui découlent de Dieu. Quand ces deux courants descendent de Dieu, le magnétisme entre dans le coeur et l’électricité dans la tête. Grâce à eux, l’homme peut dépasser beaucoup d’obstacles qui encombrent la route de son évolution. Le magnétisme est la force qui fait évoluer l’univers et favorise le développement de tous les êtres vivants. Le mouvement de la lune autour de la terre, de la terre autour du soleil, du soleil autour d’autres soleils, tout cela est dû à l’action du magnétisme qui entretient l’harmonie de la vie dans l’univers tout entier. Si le magnétisme se perd, la vie ne peut se manifester. L’homme qui perd son magnétisme devient mécontent, taciturne, tout lui parait sombre. Celui qui en possède peu a tout le temps froid et doit rester au chaud. Grâce au magnétisme, l’homme devient attirant et chaleureux. L’énergie magnétique vivante circule à travers la colonne vertébrale qui est un endroit des plus fragiles, soumis aux plus grands chocs. Les énergies magnétiques se diffusent en ondes courbes, tournent en formant des spirales et produisent de la chaleur. Notre santé est basée en grande partie sur la circulation des forces magnétiques dans notre corps. Les énergies électriques se meuvent davantage en ligne droite. L’homme doit comprendre les lois pour parvenir à éliminer le surplus d’électricité et de magnétisme de son corps. L’électricité et le magnétisme sont des forces en action à l’extérieur de nous. Elles se polarisent mutuellement et si l’homme connait les lois de leur mouvement, il peut les transformer consciemment. Pour le moment l’énergie vitale qui circule dans la Nature - ainsi que dans tous ses éléments - et qui est appelée « prana » par les Hindous ou bien électricité vivifiante, n’est pas encore découverte. Notre organisme conserve cette énergie grâce à l’oxygène et l’hydrogène qui en sont les porteurs, mais ne sont pas l’énergie elle-même. Le prana possède différents états, il peut être physique, astral ou mental. Sans lui la pensée ne pourrait pas se former, ni les émotions se manifester, ni la volonté agir. Le prana est à la base de la création et de la manifestation des pensées, des sentiments et des actions humaines. Cela ne veut pas dire que les sentiments et les pensées de tout le monde sont identiques. Chaque homme, en accord avec son évolution, recevra ce dont il a besoin et exprimera ce dont il est capable. Les Hindous possèdent une théorie scientifique sur l’origine et la formation du prana dans l’organisme humain. L’homme capable de l’utiliser consciemment et de façon juste peut se guérir de toutes les maladies d’estomac, des poumons, des yeux, etc. Au début du printemps, le prana existe en plus grande quantité et l’organisme peut le capter davantage. En été, la chaleur est plus grande, mais pas le prana. Il existe certains indices au moyen desquels on peut reconnaitre l’abondance de prana dans la Nature. Les montagnes sont des réservoirs dont les énergies vivifiantes aident chacun à transformer ses états négatifs. Le prana est indispensable pour l’organisme humain, de lui dépend la santé, c’est pourquoi nous recommandons des sorties et promenades très tôt le matin pour en recevoir une plus grande quantité. Après il faut transformer cette énergie captée et l’utiliser à bon escient, car mal utilisée, elle peut aussi provoquer des dégâts. Des êtres d’un monde supérieur descendent et transforment l’énergie mentale pour l’adapter aux intelligences humaines. Ne croyez pas que le cerveau ait besoin de la même énergie que l’estomac. Les énergies du foie et de l’estomac diffèrent de celles des poumons et du cerveau. Pour qu’une idée noble, élevée puisse prendre forme dans le cerveau, il est exigé une énergie spécifique qui s’adresse à la partie supérieure du front. La partie inférieure n’est pas en mesure de saisir ce genre d’idées. Donc l’homme doit comprendre les lois de la circulation de l’électricité et du magnétisme vital, nommé aussi prana. Le capteur et l’émetteur principal du prana est la moelle épinière de la colonne vertébrale qui atteint d’abord le cervelet puis arrive dans le cerveau. S’il y a un blocage au niveau du cervelet, son circuit vers le cerveau ne peut s’effectuer et cela provoque un dérangement dans l’organisme tout entier. Les sentiments sont le pôle négatif et les pensées sont le pôle positif; le cerveau est positif et le système nerveux sympathique est négatif. Dans la partie gauche du corps, l’énergie descend vers la jambe et le pied gauche et remonte par le pied droit et la partie droite. Un courant électromagnétique se forme autour de chaque organe. Par exemple, de l’énergie positive passe par le sourcil droit et se déploie jusqu’au-dessous de l’oeil droit où elle se transforme en énergie négative. De là elle monte au-dessus de l’oeil gauche où elle devient à nouveau positive puis elle redescend au-dessous du même oeil comme énergie négative. Dans ce mouvement, l’énergie forme en quelque sorte un circuit en forme de huit. Dans le point situé entre les sourcils, à la racine du nez, se trouve un centre qui régularise le courant autour des yeux. Les énergies dans le cerveau se divisent en trois zones principales. La première est située derrière les oreilles ou siègent les énergies inférieures que l’on peut comparer à l’enfer chez l’homme. La seconde englobe les énergies qui fonctionnent dans le champ du front, domaine de la vie humaine. La troisième zone, comparable au paradis de l’homme, est celle de la partie supérieure du cerveau où circulent des énergies de valeurs morales et spirituelles. Par conséquent lorsque l’homme contrarie ses qualités supérieures, les énergies de cette région descendent dans la zone située derrière les oreilles, c’est-à-dire l’enfer. Pour éviter cela, chacun doit ouvrir la voie à de bons sentiments et à de bonnes pensées, et ne pas les refouler. Vous savez qu’en physique, l’énergie du pôle positif est transférée au pôle négatif. Connaissez-vous le chemin de l’énergie positive? Normalement elle sort de l’hémisphère droit du cerveau, circule en surface, passe en tournant sous l’hémisphère gauche, puis au-dessus, et revient sous l’hémisphère droit. Ici dans le pôle négatif se forme la lumière. Ainsi la pensée vient de l’hémisphère droit, passe par l’hémisphère gauche et il en résulte la production de lumière dans le mental. Il existe un courant lunaire et un courant solaire. Le courant solaire vient de l’hémisphère droit du cerveau, pénètre dans l’hémisphère gauche et ressort au bas de la colonne vertébrale appelé coccyx. C’est le processus de l’intelligence primaire de l’homme. L’autre courant, lunaire, vient de la partie gauche et passe par la droite. Le même processus se produit par les narines au moment de la respiration. Il existe un courant de l’intellect et un courant du coeur. Les deux se meuvent en un circuit en forme de huit. L’énergie de la partie droite du cerveau passe dans la partie gauche, c’est pourquoi l’homme moderne pense seulement avec son hémisphère gauche. C’est aussi la cause de l’asymétrie dans le visage humain. Si l’on observe attentivement les deux parties du visage, la gauche et la droite ne sont jamais symétriques. Cette asymétrie s’observe dans les yeux, les oreilles, la bouche, les mains et dans tout le corps humain. Si l’énergie s’accumule dans l’hémisphère droit et qu’elle manque dans l’hémisphère gauche, l’homme devient trop actif, nerveux, il ne peut pas rester en place. L’homme doit arriver à travailler avec les deux parties de son cerveau pour que ses énergies soient distribuées de manière équitable. Les hommes contemporains ne respectent pas cette loi et, en conséquence, souffrent d’une autre insuffisance physiologique qui consiste en une distribution irrégulière du sang vers les organes du corps. Dans l’organisme sain, le sang irrigue de manière égale toutes les parties du corps. De la même manière la pensée doit pénétrer toutes les cellules de l’organisme, c’est seulement ainsi que l’homme peut être en bonne santé. Quand vous touchez la main d’un homme en bonne santé, vous remarquez qu’une face reste chaude et l’autre froide, de même qu’une moitié de la tête est chaude et l’autre froide. Chez l’homme malade, il n’en est pas ainsi. Les courants dans son corps deviennent tantôt chauds, tantôt froids, parce que l’équilibre des forces de son organisme est rompu. S’il rétablit l’équilibre intérieur de ces courants, il retrouve sa santé. Comme la terre, l’homme possède deux pôles, nord et sud, qui représentent ses réservoirs d’énergies. Votre intellect produit un courant froid et votre coeur un courant chaud. Ces deux courants forment une sorte de mouvement tourbillonnant qui apporte la vie même, il est la circulation intérieure de l’homme. La contradiction vient lorsque l’intellect produit un refroidissement plus grand que nécessaire et que le coeur développe un surplus de chaleur. Plus l’homme est évolué, plus son émanation est lumineuse. Un tel homme possède du magnétisme qui agit sur l’intelligence et le coeur de ses proches. En sa présence, même les plus excités et les plus nerveux se calment. Le magnétisme est un courant qui s’écoule librement et indépendamment de la volonté, il ne doit pas être interrompu. Qui peut interrompre le courant magnétique chez une personne? Un homme méchant et vicieux. Comment savoir si vous avez du magnétisme? Si vous êtes bien disposé, vous avez du magnétisme; mal dispose, énervé, vous le perdez. Le magnétisme donne une bonne disposition. Personne n’est plus magnétique que les enfants, c’est pourquoi ils vous attirent. L’électricité dessèche l’homme, le fait maigrir et le rend délicat. Quelquefois ce dessèchement peut être si prononcé qu’il amène une fragilité des nerfs qui ne sont plus en mesure de résister aux conditions de leur environnement. L’humidité régularise l’action de l’électricité dans l’organisme. Par contre si le magnétisme prend le dessus, l’homme commence à trop grossir. Un tel homme peut ne pas manger beaucoup et prendre quand même du poids. Lorsqu’un homme est prêt à se bagarrer avec tout le monde, cela montre que la partie droite de son cerveau est chargée d’un excès d’électricité. La mauvaise disposition, les états dépressifs, le pessimisme montrent que c’est l’hémisphère gauche du cerveau qui est chargé d’un excès d’électricité. L’électricité agit dans la partie frontale du cerveau et le magnétisme dans la partie arrière. C’est ainsi que les forces de l’organisme s’équilibrent et que l’homme peut penser juste et se réjouir de sa bonne santé. L’excès d’énergie provoque de nombreuses maladies. Lorsque l’homme gros devient malade, on doit introduire dans son organisme de l’électricité et, au contraire, du magnétisme dans l’organisme de l’homme trop maigre. Que les maigres fréquentent les gros pour provoquer de bons échanges entre eux! Le système cérébrospinal est une dynamo, un accumulateur d’électricité, et le système nerveux sympathique un accumulateur de magnétisme. Les neurasthéniques ressentent souvent des picotements sur les jambes et sur la colonne vertébrale, dus aux molécules d’électricité, ou même des pincements dus aux explosions de l’énergie électrique. Une prédominance d’électricité épuise l’homme et le dessèche. Le système nerveux sympathique sert comme accumulateur de la force magnétique vivante qui vient du soleil. Dès que les forces magnétiques commencent à se rétablir chez les malades neurasthéniques, ils ressentent comme une chaleur agréable qui inonde leur corps. Dans un organisme normal, l’électricité et le magnétisme réunis forment une chaleur agréable, résultat d’un équilibre des forces. Quand deux pensées harmonieuses se présentent, l’une d’entre elles est positive et reliée aux courants froids de la Nature, et l’autre est négative et reliée aux courants chauds de la Nature. Tant que l’homme se meut entre ces deux courants, il se sent bien, il est en bonne santé. À ce moment-là, dans un des hémisphères cérébraux se forment les courants froids et dans l’autre les courants magnétiques chauds. Par contre si la tête se réchauffe trop, ceci provoque un état maladif. Pour rétablir un bon état de santé, une scission est nécessaire afin de créer à nouveau deux courants opposés dans les hémisphères du cerveau. Ainsi la circulation sanguine se normalise et l’homme retrouve son équilibre. Un homme peut-il être en bonne santé s’il ne se lave jamais les pieds, les mains, la figure et le corps? Les pores doivent toujours être ouverts, jamais obstrués. Ils sont entourés d’une enveloppe magnétique protectrice. Un jour, quand les hommes auront développé leur sixième sens, ils verront autour de leur corps l’enveloppe fluidique qui régularise la chaleur de leur organisme. Tant qu’elle existe, l’homme est en bonne santé. Quelquefois, sous l’influence d’une vie désordonnée, cette enveloppe se déchire et donne l’entrée libre à des influences extérieures qui provoquent des maladies. Ce vêtement magnétique enveloppe l’estomac, les poumons et toutes les cellules.
  6. 10. Les corps subtils L’Esprit divin, vierge, descend comme une vague qui roule à travers sept champs, sept mondes. Pendant la période de Saturne il est arrivé jusqu’au monde mental et a formé le corps mental de l’homme. Dans la deuxième période, la période solaire, l’esprit est descendu dans le monde astral et il a formé le corps des désirs ou corps astral. Dans la troisième période, lunaire, l’esprit est descendu dans le domaine éthérique et il a formé l’enveloppe éthérique du corps. Dans la quatrième période, la période terrestre, l’esprit est arrivé dans le plan inférieur du monde physique et là, il a formé le corps physique. Dans la première période, quand l’Esprit divin a travaillé et crée l’homme à l’image et à la ressemblance de Dieu, l’homme était sans souci. Dans la deuxième période il a commencé à chuter, dans la troisième période il est tombé dans la décadence et dans la quatrième, la période terrestre, la plus basse de son involution, il est arrivé au plus bas de sa chute. L’homme descend et pénètre dans la matière pour s’y vêtir d’enveloppes de plus en plus denses, puis il recommence son ascension et se manifeste dans des formes supérieures. Dans chaque période s’effectuent une descente et une ascension partielles comme dans un mouvement ondulatoire. Le mouvement final est ascendant. Le corps le plus connu, le corps physique, se compose de trois enveloppes. La première est éthérique et dépasse le corps d’un ou deux centimètres. Les forces physiques passent par elle, ainsi que l’électricité et le magnétisme. De même que nous habillons notre corps de vêtements épais ou légers pour le préserver du froid ou de la chaleur, de même l’enveloppe éthérique est le vêtement de santé de notre corps qu’il préserve des agressions extérieures. L’enveloppe éthérique est liée à la deuxième enveloppe, dite astrale, qui dirige les passions. Elle préserve l’homme, par exemple de la colère, de l’envie de se venger, etc. L’enveloppe astrale est liée au monde astral, subconscient. Le jour où les hommes développeront leur sixième sens, ils verront que le corps physique est entouré d’une émanation éthérique. Tant qu’elle existe, l’homme est en bonne santé, car c’est une protection qui régularise la chaleur de son organisme. Quelquefois sous l’influence d’une vie dissolue, cette enveloppe magnétique se déchire et alors les agressions extérieures pénètrent dans le corps et occasionnent de nombreuses maladies. Ce vêtement magnétique entoure l’estomac, les poumons, tous les organes intérieurs et spécialement les cellules. Tant que l’homme est sur terre, il travaille essentiellement avec son corps physique qui est l’instrument le plus adapté pour la terre, mais aussi il pense, il ressent, il cherche les causes et les conséquences des choses. Avec quoi pense-t-il? Avec son corps mental. Avec quoi ressent-il? Avec son corps astral. Avec quoi cherche-t-il les causes et les conséquences? Avec son corps causal. De même que le corps physique n’est pas développé de manière identique chez tout le monde, de même les corps plus subtils n’ont pas un niveau égal de développement. Cela veut dire qu’un travail grandiose attend l’homme dont le but est de développer tous ses corps jusqu’à leur perfection. Par ses sentiments, c’est-à-dire son corps astral, l’homme est lié au monde astral nommé aussi corps spirituel. Le monde astral est composé de deux parties, l’une inférieure, reliée aux sentiments inférieurs et l’autre supérieure, reliée aux sentiments supérieurs. La consistance du monde astral est liquide, semblable à l’eau. Les êtres qui vivent là sont comme des poissons dans l’eau. L’homme doit respecter la loi hiérarchique dans les trois mondes. Dans le plan physique il doit savoir comment se nourrir, respirer, boire de l’eau et comment recevoir la lumière, c’est-à-dire avoir un corps physique bien constitué. Pour entrer dans le monde spirituel, son corps astral doit être bien organisé. De la même façon, pour avoir accès au monde mental, l’homme a besoin d’un corps mental bien établi. Celui qui a développé ses trois corps peut s’appeler un être sage, intelligent, conscient. Les corps astral et mental sont tout aussi importants que le corps physique. Sur terre, l’homme vit aussi dans ses corps mental et causal qui sont liés à des mondes situés au-dessus des mondes physique et astral. Donc l’homme possède quatre véhicules : physique, astral, mental et causal. Étant donné que chaque corps est composé d’une matière particulière, il accomplit un travail spécifique. Chaque organe du corps physique est lié avec un des quatre mondes. Par exemple le foie est lié au monde astral, c’est-à-dire au monde des sentiments ou monde des esprits, il régularise les sentiments inférieurs chez l’homme, absorbe les poisons de l’organisme et les transforme. S’il est déréglé, les toxines se répandent partout et l’homme meurt. Comme le corps physique, les corps subtils, astral, mental et causal possèdent chacun leur anatomie et leur physiologie, semblables, analogues à celles du corps physique. Durant la vie humaine, après chaque période de sept ans commence une nouvelle phase liée au développement d’un nouveau corps. Ces corps sont au nombre de sept. Chez les hommes hautement spirituels se constituent encore trois autres corps puis deux autres s’établissent chez les hommes les plus évolués. Au total, l’homme peut développer 12 corps. Dans la partie frontale du cerveau se trouve une sorte de réseau de fils blancs par lesquels se manifestent l’intelligence et la raison humaine. La conscience de soi est reliée à notre double, c’est-à-dire à notre corps éthérique qui est le médiateur avec les forces de la Nature. Le corps physique de l'homme vit grâce à son double. Si le rapport entre le double éthérique et le corps physique est normal, équilibré, harmonieux, l’homme sera toujours en bonne santé. Si ces deux corps ne sont pas liés comme il faut, apparaissent des états maladifs. Lorsque certains organes sont malades, cela signifie que l’harmonie entre le double éthérique et le corps physique est perturbée. Pour résoudre le problème, il est indispensable que la personne concernée dirige tout d’abord son attention vers le rétablissement de bons rapports entre son corps physique et son corps spirituel. Lorsque vous effectuez un travail spirituel, un surplus d’énergie s’accumule qui peut provoquer certains états dangereux. L’homme spirituel devient trop sensible, tout l’atteint. Son double éthérique se prolonge davantage vers l’extérieur, son corps astral s’élargit et il commence à se plaindre de ne plus supporter la présence et les influences des autres. Il faut comprendre la loi et savoir comment rentrer en soi-même. Quand vous aurez appris cette loi, vous ne permettrez plus à votre double éthérique de s’échapper à l’extérieur. Là où les influences sont bénéfiques, harmonieuses, vous pouvez vous élargir tant que vous voulez, mais si vous restez dans des conditions de vie défavorables, il faut savoir rentrer en soi. Quand son double le quitte, l’homme commence à mener une vie presque animale, il mange, il boit, il ne pense à rien. Sachant cela, soyez très vigilant, très prudent. Faites attention à ne pas vous faire peur les uns les autres, surtout pendant le sommeil, car à ce moment-là le double éthérique sort et s’en va dans l’espace. Quand l’homme dort, son double est relié au corps physique par la corde d’argent. Si quelqu’un est réveillé en sursaut, brusquement, son double n’a pas le temps de revenir dans son corps, il reste entremêlé dans l’espace avec d’autres doubles et s’il ne sait pas comment se dégager, l’homme risque de plonger dans la folie. Selon la science ésotérique, chaque corps de l’homme représente une certaine constante, que ce soit le corps physique, le corps astral, le corps mental ou le corps causal. Chacun des quatre corps possede des energies specifiques. Vous devez connaitre ces énergies pour pouvoir les transformer et les faire circuler d’un monde à l’autre. Les corps matériels sont tridimensionnels, mais pas les âmes. Le monde émotionnel, lui, possède quatre dimensions, le monde mental cinq et le monde causal six. L’âme appartient au monde de la septième dimension. L’esprit est de la dixième dimension. Le monde au-dessus du nôtre est à notre monde ce que notre monde est au monde des animaux. L’âme humaine possède un corps particulier lui permettant de s’élever après la mort. Ce corps est tellement plastique et si bien fait qu’il peut devenir petit ou grand. C’est ce corps qui construit le corps physique et tous les autres corps subtils, au nombre de sept, mais qui d’après moi sont au nombre de douze. Ce dont je vous parle aujourd’hui sera vérifié et prouve dans l’avenir comme une réalité indiscutable. Le corps physique nous fournit la matière brute et sert de charpente au corps spirituel par lequel nous nous matérialisons et dématérialisons lors de nos passages dans le monde des esprits. Si l’âme n’a pas réussi à bâtir un corps spirituel dans le corps physique, après la mort elle reste comme une petite orpheline, pauvre, elle devient impuissante, car elle ne sait plus d’où prendre ses forces. Le corps humain est une prison dans laquelle l’âme demeure temporairement. L’esprit, l’âme et l’intellect ne meurent pas, ce sont des principes immortels. Le corps physique est le résultat de l’intellect humain, c’est lui qui peut se constituer le corps qu’il désire. Ne vous efforcez pas de vaincre la chair en vous. Le spirituel ne peut pas se développer sans la chair qui est une sorte de tuteur sur lequel on peut greffer une plante ou un arbre. La chair et l’esprit se livrent un combat jusqu’au moment où l’esprit, c’est-à-dire la greffe, prend sur le tuteur. Quand la greffe a bien pris et commence à se développer librement, la sève du tuteur se met à circuler vers le haut, vers la greffe, et en même temps la sève de la greffe commence à descendre vers le tuteur, ainsi la vie circule normalement. On peut dire qu’alors, le combat entre la chair et l’esprit a cessé. Cela s’appelle aussi transformation des énergies. Chaque être humain doit connaitre cette loi et bien l’appliquer dans sa vie. Pour cela il faut prier.
  7. 9. Les sens Le premier homme a été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Il disposait de 12 sens. Dans le processus d’involution, il a successivement perdu certains sens et aujourd’hui il ne dispose plus que de cinq d’entre eux. C’est pourquoi son savoir et ses possibilités actuels, comparés à ceux du passé, se situent dans un rapport de 5/12. D’abord est apparu le toucher, puis le gout, l’odorat, l’ouïe et à la fin, la vue. Les cinq sens correspondent aux cinq cultures. Ils résument l’histoire de l’esprit humain jusqu’à nos jours. Dans l’avenir l’homme doit développer encore d’autres sens. Ses oreilles et ses yeux se modifieront et recevront une forme plus parfaite. D’ici trois-mille ans, on trouvera une énorme différence entre la future humanité et celle de notre temps et, aux yeux de nos successeurs, les humains d’aujourd’hui apparaitront comme des sauvages. L’oeil est apparu en dernier. Il est d’origine supérieure. Tous les adeptes, les clairvoyants et les maitres de l’humanité lisent et s’instruisent d’après l’oeil. La matière de laquelle les yeux ont été créés provient d’ailleurs, sur la terre elle n’est qu’une projection. Un organe mutilé, par exemple les yeux, ne peut être réparé véritablement, car ses parties subtiles ne sont pas ici sur terre. Les forces qui expriment l’intelligence humaine et sa sagesse ont créé le nez et les oreilles. Les forces et les énergies par lesquelles s’exprime l’amour ont créé la bouche. La vérité a créé les yeux, les sourcils et les cils. La sagesse a créé le front. D’après moi, beau est celui qui a ses yeux, ses oreilles et sa bouche en bonne santé. Les yeux sont liés au cerveau, les oreilles au coeur et au système sympathique, la bouche à l’estomac et au foie. La construction du nez, sa largeur, sa grandeur dépendent de l’état des poumons et sa forme correspond à la forme des poumons. Que représente le nez? C’est un centre des courants électrique et magnétique. Il est comme un sommet où se déposent des énergies de la Nature. Les mauvaises pensées agissent sur le nez et de là sur le système respiratoire. Si ce système ne fonctionne pas bien, le système digestif souffre. Le résultat est la destruction de l’harmonie entre les systèmes cérébral et sympathique. Il est quelquefois bien de poser son doigt à la racine du nez entre les yeux pour se concentrer. Les distraits peuvent mettre le doigt à la pointe du nez pour mieux penser. Apprenez à vous concentrer, à rassembler vos pensées. Posez légèrement votre doigt entre les sourcils au début du nez ou sur sa pointe. Les mains représentent une force très puissante avec deux pôles; la main droite est la force positive (émissive), la main gauche est la force négative (réceptive). Tous les états maladifs se reflètent dans les yeux. On peut y voir les croisements des lignes concentriques indiquant l’interruption des courants énergétiques. L’oeil est une forme divine, vivante, dans laquelle sont écrits la structure du cosmos, le système solaire et la composition de la vie. Il n’y a pas d’organe plus parfait que l’oeil humain. Le peu de lumière que vous recevez se transforme et illumine tout le corps et lorsque cette lumière se répand à l’extérieur, elle illumine le monde entier. Ceux qui ont des yeux marrons ont besoin de chaleur, ils doivent laver leurs pieds chaque soir avec de l’eau chaude à la température de 35 a 41°. Ceux qui ont des yeux bleus ont besoin d’humidité et si les extrémités commencent à se refroidir, ils doivent boire 3 ou 4 tasses d’eau chaude. Ce sont des remèdes externes très faciles à utiliser. Pour les personnes aux yeux bleus et gris, il est recommandé la paix intérieure et le calme. Leur esprit doit toujours être occupé, non par des problèmes grandioses et difficiles à résoudre, mais par ce qui représente des conditions pour leur évolution. La Nature a teinté les yeux de différentes couleurs, bruns, bleus, noirs, gris, pour montrer ce qui manque à l’homme. Ceux aux yeux marron sont pleins de tendresse et facilement épris. Ceux qui ont des yeux bleus passent pour idéalistes, ils préfèrent penser à des sujets élevés et leur tête est un peu dans les nuages. Les non-végétariens aux yeux bruns doivent manger davantage d’agneau. Ceux qui ont les yeux bleus doivent se nourrir davantage de poisson. La sensibilité de nos doigts dépend de toutes petites papilles. Nos différentes expressions de délicatesse et de raffinement dépendent aussi d’elles. Il ne faut pas les blesser, les soumettre à des écarts de température excessifs. Quatre doigts de la main sont liés avec les mondes des anges, des séraphins, des chérubins et des archanges. Le pouce, lui, est directement lié au monde divin. En sachant ceci, caressez souvent vos doigts pour vous lier aux forces qui les traversent afin d’établir un contact avec elles. Ne cachez jamais votre pouce dans la main. Par ses doigts, l’homme entre en communication avec le monde spirituel dans lequel vivent des êtres intelligents toujours prêts à l’aider. C’est un malheur si un de vos doigts est endommagé, surtout le pouce. La main humaine est très belle. L’évolution du cerveau et du coeur dépend d’elle. Le pouce est lié au visage, il représente le divin en l’homme. L’index c’est la noblesse, la bienveillance, l’honneur. Le majeur voit tout en bien ou en mal, c’est le doigt de la justice, de la logique, mais il est sévère. La beauté et la distinction sont représentées par l’annulaire, c’est le doigt du soleil. Le petit doigt, l’auriculaire, est celui de l’application des comptes et des rapports avec les autres. Votre bien-être c’est votre pouce. Il représente le divin et il doit toujours dominer les autres doigts, ne le cachez pas! Si l’intelligence, le coeur et la volonté agissent convenablement, à ce moment-là le pouce bouge avec facilité. Si l’intelligence fonctionne bien, le pouce de la main droite aussi. Si le coeur agit bien, le pouce de la main gauche se meut comme il faut. Si les deux pouces se meuvent bien, la volonté est bonne. Si une personne est mentalement malade, cela se reflète sur ses pouces et ses autres doigts.
  8. 8. Les cheveux Les cheveux servent à régulariser les énergies dans l’organisme humain. Chaque cheveu est le centre d’une force dynamique qui aide à la diffusion du sang sur la surface du corps. Les cheveux sont aussi indispensables à l’homme que les plantes à la terre. Les cheveux ne sont rien d’autre que des antennes données à l’homme par la Nature, au moyen desquelles il communique non seulement avec les endroits les plus éloignés de la terre, mais aussi avec les autres planètes. Cela veut dire que les cheveux sont capables de percevoir les vibrations du Soleil, de la Lune, de Mars, de Venus, de Jupiter et de communiquer avec eux. Cependant les cheveux ne sont pas tous capables de capter les vibrations d’une manière égale. De même que les yeux ne reçoivent pas pareillement la lumière, l’un recevant plus que l’autre, de même les doigts de la main n’ont pas une capacité de réception identique. Le corps est un ensemble d’antennes multiples. Dans ce sens il représente un centre pourvu de nombreuses antennes par lesquelles entrent et sortent d’innombrables pensées, sentiments et désirs. On sait que les plantes et les arbres retiennent l’humidité du sol. Elles sont des pompes qui puisent l’humidité pour l’amener vers la surface de la terre. Les cheveux ont une fonction semblable pour l’organisme humain, ils régularisent l’humidité dans le corps. Rien que sur la tête, vous avez 250 000 cheveux, comme une belle parure. Certains sont implantés sur le centre de la foi, d’autres sur le centre de la conscience, de l’équité, de la moralité ou de la miséricorde, etc. Ces cheveux-là accomplissent un travail grandiose. Penser signifie recevoir. Ne croyez pas que l’on puisse créer des pensées par soi-même. La pensée - je vous parle de la pensée harmonieuse - vous devez l’attirer des entités d’un niveau supérieur à vous. Pour avoir des sentiments nobles, il faut aussi les faire venir des entités supérieures. Les cheveux ne sont pas tous faits de manière identique. Même de très peu, chaque cheveu se différencie des autres par sa couleur, son épaisseur et sa qualité. Vous n’êtes pas les seuls propriétaires de vos cheveux, ils appartiennent aux générations précédentes. Vous avez donc à votre disposition les radiorécepteurs de vos ancêtres! La tête est une radio, les cheveux sont des antennes et lorsque la radio est bien réglée, il n’y a pas de bruits parasites, les pensées sont transmises clairement. Chaque cheveu est une antenne, chaque cheveu est conducteur de la lumière. Vous ne soupçonnez pas quels sont les rapports des cheveux avec les forces extérieures de la Nature. C’est pourquoi on doit les soigner et bien les entretenir. Pour stimuler leurs capacités, passez souvent vos mains dans vos cheveux. Quand vous êtes mal disposé, énervé, irrité, je vous recommande de mouiller un peu vos cheveux et de les arranger avec vos doigts ou un peigne. Il est préférable que les femmes portent les cheveux longs. Si vous êtes devenu trop faible, mou et sans volonté, il est bien de raser vos cheveux comme un soldat. En revanche celui qui est brutal, violent doit laisser pousser ses cheveux. Il faut toujours maintenir ses cheveux bien coiffés. Je recommande aux gens nerveux d’ébouriffer un peu chaque soir leurs cheveux, de passer ensuite plusieurs fois leurs doigts dedans et de bien les peigner au matin.
  9. 7. Le foie Le foie est un organe capital dans le fonctionnement du corps humain. Si le foie arrête de fonctionner, l’homme meurt. Dans les conditions actuelles, le foie décide de tout. S’il est dérangé, l’homme devient mal disposé, sombre, acariâtre, pessimiste, il n’est pas attentif en parlant, il développe la haine, prend mal les situations, se vexe et est capable d’aller jusqu’à l’assassinat. Tous ces effets négatifs proviennent du foie. Si le foie de quelqu’un est déréglé, dans son intellect passent des pensées négatives et désagréables. Le dérangement du foie développe la cruauté, il est relié à des sentiments inférieurs. Sachant cela, ayez une attitude sacrée envers la vie et la santé que Dieu vous a données. L’homme vit avec ses quatre corps : physique, astral, mental et causal. Chaque corps, composé d’une matière spécifique, accomplit un travail particulier et chaque organe physique est relié à un organe du monde astral qui est le monde des émotions. Ce dernier régularise les sentiments inférieurs, absorbe les toxines de l’organisme et les transforme. S’il est dérangé, les toxines se propagent dans tout l’organisme et l’homme meurt. Un lien très étroit existe entre le foie et la vésicule biliaire. Si ce lien s’interrompt, la vie se trouve en danger, car le foie est lié à des entités du monde astral inférieur qui commencent à influencer l’homme et à lui chuchoter des pensées pessimistes qui le poussent vers l’autodestruction ou le suicide. Ces entités sont puissantes, mais inorganisées. Elles ne comprennent pas la vie et sont prêtes à tuer tout ce qui se trouve sur leur chemin. Quand votre état d’esprit est tourmenté, il faut savoir que vous êtes tombé dans la région de la matière non organisée. Les saints possèdent un excellent foie et donc une bonne organisation de leurs sentiments supérieurs. Un foie bien organisé est le meilleur serviteur du coeur. Le dérangement du foie provoque diverses maladies, par exemple la neurasthénie. Celui qui n’est pas prêt à rendre service aux autres n’est pas en communion avec Dieu, il est malade du foie. Quand tu es en colère, tourne-toi vers Dieu en le priant de te donner plus de connaissance et de lumière pour régler les problèmes de ton foie. Si tu ne supportes pas les autres, si tes affaires ne marchent pas bien, si tu n’es pas capable d’étudier, le coupable est toujours ton foie. Son mauvais état se reflète sur les capacités mentales, sur les sentiments ainsi que sur les capacités spirituelles. Les sentiments inférieurs dévastent le foie comme les termites qui saccagent tout. Celui qui est arrivé à mettre de l’ordre dans ses sentiments et ses pensées a organisé son foie. Il est prêt à se réconcilier avec tout le monde. Vous voyez l’importance du foie! Il a même un rapport avec la foi. Croire en Dieu signifie avoir le foie bien organisé et avoir aussi l’intelligence, le coeur et l’âme bien organises. Sous le terme « foi en Dieu » on comprend un état divin dans lequel on se sent capable d’accomplir de grandes oeuvres, tout ce que l’on désire. La foi est cette force par laquelle tout est possible, elle est indispensable pour l’organisation du foie. Le bon ou mauvais état du foie se reflète dans les sentiments et inversement les sentiments influencent l’état de santé du foie. L’injure que vous vivez comme un sentiment amer, difficile à surmonter, influence aussi le foie. Si vous voyez apparaitre sur le visage de quelqu’un la couleur jaune ou un excès de rouge, cherchez-en la cause dans le foie. Si le foie est malade, la guérison est très difficile. Chez l’homme le foie est lié au cervelet. Le foie est un organe indispensable, mais quand il est trop gros de grands malheurs arrivent. S’il devient trop petit, ce n’est pas bon non plus. Le foie doit fonctionner pour former la bile.
  10. 6. Le système digestif Celui qui a un système digestif sain et en bon état est en bonne disposition, joyeux, plein de vie. Si vous rencontrez quelqu’un dont le visage est desséché, de couleur jaune, pas bien disposé au travail, il faut savoir que son système digestif est en mauvais état; il ne peut pas travailler, son point de vue est pessimiste sur tout, il manque de foi dans la vie. Afin de ne pas tomber dans une telle situation, gardez votre système digestif en bon état. Le bien-être de l’homme sur le plan physique dépend de lui. Il est le premier degré de la vie. Le cerveau et l’estomac sont les deux pôles de la vie. Si vous avez mal à la tête, il faut savoir que votre estomac est en désordre. Si vous avez mal à l’estomac, il faut savoir que votre tête ne va pas bien. Lorsque vos pores sont bien ouverts, l’estomac fonctionne correctement. Les pores représentent des canaux par lesquels les énergies de la Nature s’infiltrent dans l’organisme. Un système digestif sain, normal assure un bon fonctionnement cérébral et, par là, un système respiratoire en bon état. L’enfer, symboliquement parlant, se trouve dans les intestins. C’est pourquoi lorsque l’homme doit se soigner, la première chose à faire est de nettoyer son estomac et ses intestins. Plus l’estomac travaille, moins le cerveau fonctionne et inversement. Pendant la digestion, il n’est pas suffisant de former des sucs gastriques, mais il est indispensable d’assurer une oxygénation qui donne au sang une couleur rouge et pure. Le sang pur contient tous les éléments vitaux ainsi que l’énergie cinétique et l’énergie potentielle qui sont à l’origine de la formation de la pensée. Pendant la circulation du sang, qui n’est pas seulement un processus physique, mais aussi spirituel, s’effectue un courant contraire qui nourrit les corps subtils. Par le processus physique, nous comprenons seulement ce qui est visible et expérimental, mais il est des choses que l’on ne peut pas voir ni soumettre à des méthodes traditionnelles. Quand la digestion est défectueuse, dans un premier temps des dépôts se forment dans l’organisme en produisant un certain sérum dans lequel se multiplient les bacilles. Dans un deuxième temps, les selles sont envahies de microbes qui provoquent des inflammations.
  11. 5. Le coeur Quand la terre a dévié de 23 degrés de sa trajectoire, le coeur aussi s’est déplacé de 23 degrés, c’est pourquoi il n’est pas au milieu de la poitrine, mais un peu à gauche. Un jour, quand la terre reprendra sa position initiale, le coeur reviendra au milieu comme au temps de la création du premier homme. La médecine contemporaine décrit le coeur comme une pompe qui par la contraction et la dilatation envoie le sang à travers le corps. C’est partiellement vrai, mais en réalité ce n’est pas lui seul qui fait circuler le sang. Il existe une force vivante à la base de l’arrivée du sang dans le coeur, elle vient comme un courant dans l’organisme et provoque la pulsation des cellules du coeur. Le régulateur de cette force est situé dans le cerveau. Les cellules du coeur sont donc des êtres conscients. Par leur intelligence elles viennent en second, après les cellules du cerveau. La contraction et la dilatation du coeur proviennent de l’électricité qui descend d’une région spécifique de l’univers. Le cerveau régularise les zones du coeur. Beaucoup d’hommes meurent prématurément, car ils interrompent le courant électrique venant de l’extérieur. Comme les roues sont mises en mouvement par une force dynamique, de même le coeur est gouverné par une force cosmique venue de l’univers. Grâce à cette force, le coeur se contracte et se dilate, c’est-à-dire qu’en lui se produit un processus continuel de flux et de reflux. À chaque contraction il reçoit le sang, et à chaque dilatation il l’envoie dans tout le corps. En réalité, le coeur en tant qu’organe physique ne possède pas de force pour la propulsion sanguine. La pulsation du coeur s’explique par l’électricité et le magnétisme cosmiques qui apportent la vie. Dès que l’harmonie entre ces forces est rompue, l’activité du coeur est perturbée. Le sang est un conducteur de la vie humaine. Selon sa qualité et sa quantité, la vie augmente ou diminue. Le sang se compose essentiellement de deux éléments : le plasma liquide et les globules rouges et blancs. Il transporte les globules dans le corps et apporte à l’organisme l’oxygène nécessaire à la vie. Il emporte le gaz carbonique qui s’est formé, car celui-ci est un poison. Le sang veineux le conduit à l’extérieur. Cette purification est un processus continu. Lorsque notre pensée n’est pas pure, le gaz carbonique augmente. Si notre pensée se purifie, l’oxygène augmente et le gaz carbonique diminue. Si notre coeur est pur et nos pensées justes, l’oxygène augmente et inversement. Il en est de même pour les actes. Si vous empoisonnez le plasma de votre sang par vos sentiments, par vos pensées et par vos actes, qui pourra vous aider? Peu à peu, vous commencerez à étouffer. Le coeur est le pouls de tout le cosmos. Dans les mathématiques supérieures, il existe des calculs que nous ne connaissons pas encore. Il existe aussi certaines tables au moyen desquelles sont réalisés des calculs pour définir la pulsation du coeur de tous les êtres humains. Il n’y a pas deux personnes dont le coeur batte de façon semblable. Chez certaines, au bout de dix pulsations le coeur fait un petit intervalle. Chez d’autres c’est après la vingtième, ou après la trentième, ou encore après la centième pulsation et ainsi de suite. Savez-vous pourquoi ce court espace de temps existe? Parce que le coeur est en relation avec d’autres mondes. Ainsi, le rythme de ces intervalles indique avec quel monde de la Voie lactée ou des constellations stellaires l’homme est en relation. Dans ces courts moments, ces autres mondes communiquent à l’âme humaine différentes vertus. En ce qui concerne le battement du coeur, on remarque que dans les douze premières heures de la journée, le coeur bat plus vite, il est dans une phase ascendante. Dans les douze heures suivantes, il bat plus lentement et se trouve dans une phase descendante. La même chose s’observe pour les mois et les années. Durant les 14 premiers jours après la nouvelle lune, le coeur est en phase ascendante et les 14 jours suivants, il est en phase descendante. Durant la première partie de l’année, à partir de la date anniversaire, il est en phase ascendante et dans la seconde moitie, il est en phase descendante. Il est important pour l’homme de savoir quand son coeur est en phase ascendante ou descendante. Si l’homme vit bien, conformément à la loi de l’amour, son pouls est normal. S’il transgresse cette loi, son pouls se modifie. Chaque état négatif par lequel l’homme passe, que ce soit le doute, le découragement ou l’incrédulité, se reflète sur son pouls. Comme il ignore cette loi, l’homme est Partisan de son propre malheur. Avec ses pensées et ses sentiments négatifs, l’homme modifie le rythme du pouls cosmique porteur de la bénédiction divine. Votre pouls n’est pas normal quand vous consommez une nourriture indigeste ou quand vous êtes dans une situation difficile. Actuellement les systèmes cérébral et digestif ne sont pas en bon état. Il en sera ainsi jusqu’au rétablissement de bons rapports entre le cerveau, les poumons et l’estomac. Alors le pouls se régularisera. Lorsqu’apparait un sentiment dysharmonieux, par exemple la haine, votre pouls ne bat pas correctement. De temps à autre, l’homme doit prendre son pouls pour s’assurer de la régularité de son rythme. Un pouls irrégulier montre la présence d’une perturbation ou d’une déformation dans ses sentiments. La pensée juste ne perturbe jamais les nerfs. Ne mélangez pas les fonctions du coeur avec celles du cerveau. L’objectif du coeur est d’envoyer le sang impur vers les poumons afin qu’il soit purifié et que de là, le sang artériel soit envoyé dans tout le corps. Le coeur ne purifie pas seulement le sang, mais aussi les sentiments. L’homme possède trois coeurs : l’un d’eux se trouve au-dessus du sternum, le second entre les poumons et le troisième à l’arrière de la tête. Lorsque ses trois coeurs fonctionnent régulièrement et que le coeur principal effectue comme il faut son travail, l’homme est dans un état normal.
  12. 4. Les cellules La vie jaillit du Grand qui n’a ni commencement ni fin. La vie provient de l’Essentiel, du Grand et non du petit. Les scientifiques disent que la vie est venue d’une petite cellule. En réalité, la cellule est comme le robinet par lequel l’eau s’écoule, mais l’eau provient d’ailleurs. De même la vie provient d’ailleurs et la cellule est son conducteur, mais un conducteur intelligent. Certaines catégories de cellules composent le cerveau, d’autres l’estomac, d’autres les poumons, d’autres le système nerveux, etc. Ce sont des chimistes exceptionnels qui savent comment combiner les éléments. Les cellules sont même plus intelligentes que l’homme dans lequel elles se trouvent. L’homme se considère maitre de son corps, mais en réalité certains de ses serviteurs sont plus intelligents que lui. Il faut que le maitre s’adresse au Seigneur avec ces paroles : « Seigneur, je voudrais au moins en savoir autant que les serviteurs qui habitent dans ma tête. » Il faut devenir un peu plus humble et reconnaitre notre ignorance. Si son sang n’est pas pur et qu’il n’a pas de chance, peut-on dire que l’homme est savant? Il ne connait pas encore grand-chose! Que représente l’homme? Un assemblage de milliards de petites âmes et d’entités qui se sont mises d’accord au nom de l’Amour divin pour entrer et travailler dans un corps afin de lui donner une expression humaine. Elles se sont sacrifiées pour lui et sont devenues ses serviteurs. Comme il ne les comprend pas, il dit que le corps n’est rien d’autre qu’une machine. Dans le monde existe une matière dotée d’intelligence qui pénètre toutes les cellules du corps. Nous ne soupçonnons même pas son existence. Autour de cette matière intelligente circule une force intelligente; les deux se conjuguent, englobent toutes les cellules et pénètrent jusqu’aux particules les plus petites de notre organisme. Une cellule immortelle, primordiale se trouve dans l’organisme humain. Chacun doit la découvrir. Elle est l’ancêtre de toutes les cellules. Cette cellule vivante primaire se différencie des autres du fait qu’elle contient une substance comme de la corne. Les éléments nutritifs y sont plus abondants que dans les autres cellules. Grâce à son noyau dur qui la rend très résistante, elle est capable de supporter les conditions les plus difficiles. L’organisme humain est composé d’environ 60 trillions de cellules différenciées, dotées d’une très grande intelligence. Toutes ces cellules possèdent des qualités et des compétences analogues à celles des êtres des différents règnes de la Nature et des différentes intelligences. Par exemple, certaines cellules de l’organisme portent en elles la culture des plantes, d’autres connaissent bien la chimie ou la physique, d’autres sont des agronomes exceptionnels et savent choisir les conditions favorables à leur développement. Elles connaissent le meilleur sol et ce qui ne leur convient pas. Certaines cellules connaissent la loi de la cristallisation. D’autres sont passées par la culture des poissons, des oiseaux, des mammifères. Enfin, il existe des cellules qui sont passées par la culture des entités hautement évoluées et conscientes. Aujourd’hui, ces cellules forment le cerveau de l’homme. Certaines cellules jouent le rôle des plus grands médecins. Celui qui tombe malade et se confie à ces cellules peut guérir, car celles-ci possèdent un laboratoire ou elles préparent des médicaments capables de guérir toutes les maladies. L’homme se définit par sa tête. Sans sa tête, le corps de l’homme ressemble à celui d’un animal. C’est par sa tête qu’il s’est séparé progressivement des autres créatures. La structure du soleil et celle de la cellule sont semblables, analogues. Le soleil se compose de trois parties. L’une prépare l’énergie, la seconde l’accumule et la transforme, et la troisième l’envoie vers la terre. De même dans les cellules on trouve trois parties : une extérieure qui reçoit l’énergie solaire, une intermédiaire qui l’accumule, une troisième au centre qui la convertit en force vivante. Ces trois parties existent dans l’organisme sous une forme plus développée. On les distingue plus facilement dans le fétus : l’enveloppe extérieure nommée ectoderme, la partie intermédiaire ou exoderme et la partie intérieure ou endoderme. Les cellules qui cessent de servir deviennent nocives et dangereuses pour la santé des autres cellules, elles sont rejetées par le corps pour le bien de l’ensemble de l’organisme. Notre santé repose sur cette loi naturelle de prévention. Les hommes d’aujourd’hui ignorent que la cellule possède une conscience et ne soupçonnent pas sa grande intelligence. Votre santé, vos possibilités et vos vertus dépendent notamment de vos cellules. C’est pourquoi chaque matin, envoyez-leur une bonne pensée. Dans les Écritures sacrées, il est dit : « Nous sommes le Temple où Dieu habite et tout ce qui est en nous est vivant. » Depuis des milliers d’années, l’Esprit divin travaille sur nous, Il nous a donné un organisme avec des pieds, des mains, un cerveau, un coeur, etc. Si dans notre vie présente nous sommes incapables de contrôler notre organisme et ses énergies, celles du cerveau, du coeur, des artères et des toutes petites cellules qui en font partie, que pouvons-nous espérer? Vous vous levez chaque matin sans penser à votre corps. Faites donc une prière pour lui et envoyez une pensée lumineuse aux cellules qui composent votre estomac, votre cerveau et tous vos organes. Méditez sur le travail fourni par les entités vivantes qui les habitent, remerciez-les, envoyez-leur votre bénédiction comme le ferait un bon maitre à l’égard de ses serviteurs. Donnez-leur des forces et elles vont se réjouir, parlez-leur, elles comprennent tout. Il existe une loi divine qui les dirige. Encouragez-les, car ce sont des entités intelligentes et conscientes. Soyez conscient vous aussi, attentif envers elles et parlez-leur comme le ferait un bon patron.
  13. 3. Le cerveau Quand on parle du monde divin, c’est-à-dire d’un monde d’une culture supérieure, on a en vue le cerveau humain. Le monde divin est un monde organisé où il ne se produit presque pas de changement. La même chose concerne le cerveau qui est l’objet de très peu de changement. Il ne s’épuise pas comme le corps, sa matière se caractérise par sa grande résistance. Un capital immense se trouve dans le cerveau. C’est le cerveau qui a créé le visage. Par l’aspect du visage, on reconnait l’état du cerveau; par les yeux, les oreilles, l’odorat, le gout ou la peau du visage, on peut comprendre dans quel état il se trouve. Si on pouvait connaitre l’état du cerveau, on saurait dans quelle situation est le corps humain avec ses organes. La pensée ne prend pas naissance dans le cerveau ni dans le système nerveux, ceux-ci la reçoivent et la façonnent seulement. Il existe donc un monde supérieur où les pensées sont créées. De là elles sont envoyées dans notre monde par l’intermédiaire du cerveau et du système nerveux, conducteurs de toutes les idées et pensées. La foi permet la sécrétion d’une hormone. Si la foi ne peut pas attirer de sang dans votre cerveau, elle est faible. L’espérance aussi produit une hormone spécifique. Si votre espérance ne peut pas attirer le sang dans votre cerveau, elle est faible. Si votre raison ne peut pas attirer le sang dans votre cerveau, elle est aussi faiblement développée. De même, la musique doit attirer le sang vers les centres musicaux situés dans le cerveau. L’homme nouveau est celui dont tous les centres et toutes les glandes du cerveau sont bien irrigués. Lorsque les glandes et les centres cérébraux seront bien développés et renouvelés, l’homme nouveau sera créé. Les causes du rajeunissement et même de l’immortalité sont cachées dans les glandes aux sécrétions internes. L’immortalité est déposée dans l’homme, mais il ne sait pas comment l’atteindre. La raison est déposée dans l’homme, mais il ne sait pas comment l’utiliser. Toutes les vertus sont déposées dans l’homme, mais il ne sait pas les développer. Comme le jardinier arrose les légumes de son jardin, de même l’homme doit orienter sa pensée vers les centres de son cerveau pour leur apporter des énergies qui les nourrissent. S’il arrose seulement quelques centres et qu’il abandonne les autres, l’homme ne se développe que partiellement. Les hommes sont malheureux parce qu’ils sont partiellement développés. La faim est liée au sens de l’appétit dont le centre est situé près des tempes. Les hommes chez qui ce centre est bien développé ont un grand appétit. On doit se nourrir, mais on doit savoir comment le faire. Certains scientifiques et certains occultistes ont remarqué que dans le cerveau humain commencent à se développer des fils blancs, à se constituer certaines formes des futurs organes pour la nouvelle humanité. Aussi longtemps que les êtres humains n’auront pas créé ces nouveaux organes, beaucoup de choses resteront pour eux inexplicables. Les hommes nouveaux doivent être constitués d’une matière nouvelle. Dans le cerveau existent des cellules spécialisées qui captent toutes les tonalités de la lumière du soleil, qui sont au nombre de 52. Nous ne captons que deux de ces tonalités. D’autres cellules captent les énergies de la terre. D’autres encore sont spécialisées pour les sciences, les arts, la musique, l’intuition et ainsi de suite. Toutes ces cellules possèdent une très grande intelligence. Dans le corps humain, le cerveau est l’organe le moins sensible. On peut même le toucher, il ne ressent rien. C’est lorsqu’il accumule un surplus d’énergie qu’il commence à souffrir. Autrefois les humains travaillaient avec l’hémisphère droit du cerveau et la main gauche était davantage développée. Aujourd’hui, comme l’hémisphère droit est fatigué, le travail passe dans l’hémisphère gauche, voila pourquoi l’homme contemporain travaille davantage avec sa main droite. Les esprits intelligents qui dirigent l’humanité ont fait en sorte qu’à l’époque actuelle, l’homme travaille avec l’hémisphère gauche et la main droite. Certains viennent au monde avec une très bonne mémoire transmise par de nombreuses générations précédentes qui ont travaillé à son développement. Chaque homme nait avec la possibilité de développer sa mémoire. Les hommes au front peu développé ont une meilleure mémoire que ceux au grand front. Ces derniers ont beaucoup d’idées et sont très entreprenants, mais distraits. Le cerveau est composé de deux sortes de matière : l’une est physique et se décompose, l’autre est subtile, spirituelle et ne se dégrade pas. Toutes les pensées humaines sont imprimées dans la matière spirituelle. C’est précisément cette matière que l’homme emporte avec lui après sa mort et qui forme l’image du défunt. Toute la surface du cerveau et du corps humain représente un réceptacle pour les énergies multiples qui arrivent de partout, de toute la Nature. Le cerveau, qui est très résistant, n’est jamais malade. La cause de la maladie est cachée ailleurs. Dans un cas sur dix-mille seulement, il se peut que le cerveau soit atteint d’un mal qui concerne plutôt sa partie postérieure, ce mal découle d’une collision provenant d’un conflit entre l’intellect et le coeur.
  14. 2. Le système nerveux Lorsque nous étudions la physiologie du système nerveux, nous parvenons à la conclusion qu’il est une installation traversée par les forces de la Nature vivante. Les filaments nerveux sont des cellules vivantes. Ils sont des conducteurs de l’énergie nerveuse qui circule à travers eux comme l’eau circule dans les tuyaux d’irrigation. Si l’eau contient du sable, celui-ci forme peu à peu des dépôts calcaires qui, en se déposant sur les parois des tuyaux, peuvent un jour définitivement les boucher. C’est ainsi que se forment des bouchons dans les canalisations d’eau. Le même processus se produit dans le système nerveux de l’homme. Que faut-il faire alors? Il faut enlever les bouchons en sachant faire le tri dans ses pensées et ses sentiments. L’homme représente un arbre composé lui-même de deux autres arbres qui correspondent d’une part au système cérébral et d’autre part au système nerveux sympathique. Les branches du premier, le système cérébral, descendent jusqu’aux extrémités du corps tandis que ses racines se trouvent en haut dans le cerveau. Le deuxième arbre, le système nerveux sympathique, nommé encore cerveau de l’estomac, est composé de nombreux ganglions. Ils sont disposés principalement dans la région abdominale où sont implantées les racines du système sympathique, c’est-à-dire dans le cerveau abdominal, et ses branches s’élèvent vers le haut. Donc les branches des deux arbres s’interpénètrent. En quoi ces deux systèmes se différencient-ils? Par le résultat de leur action. Le système cérébral est porteur d’électricité et s’il est plus développé que l’autre, l’homme commence à se dessécher. L’électricité enlève toute humidité à l’organisme et c’est pour cela que l’homme est sec, il manque d’eau. Le système sympathique produit des résultats inverses. Il est porteur de magnétisme. Lorsqu’il est développé chez quelqu’un, celui-ci grossit; il se produit une accumulation, un surplus de matière qui se transforme en graisse. Ces deux systèmes peuvent se corriger mutuellement. Le siège de la conscience est dans la tête et partiellement dans la colonne vertébrale. La conscience se manifeste par le cerveau et par la moelle épinière. Autrefois, le siège de la conscience était ailleurs que dans le cerveau, il était situé dans le système sympathique nommé aussi plexus solaire. C’est là qu’il se trouvait dans le passé lointain et l’homme pensait grâce à son plexus solaire. En toutes circonstances, le succès de l’homme dépend de son système sympathique. La joie, la bonne disposition d’esprit, l’inspiration reposent sur lui. Auparavant cela était connu, mais comme on l’a oublié il faut l’apprendre à nouveau. À présent, c’est l’époque du travail sur l’organisation du coeur et du cerveau humains. Tous les organes du corps humain s’organisent pour entrer en accord avec le système nerveux sympathique. L’énergie divine chez l’homme est fournie par le système sympathique. La force spirituelle de l’homme est située dans son plexus solaire que je nomme le cerveau de la vie. Le cerveau, qui à l’époque actuelle n’est pas encore organisé et le plexus solaire, créateur de la vie, doivent s’harmoniser. Cela est indispensable, car vous n’appartenez pas seulement au monde dans lequel vous vivez, mais aussi à un monde supérieur. La force de l’homme est cachée dans le système sympathique, voilà pourquoi vous ne devez pas le laisser ouvert pour que chaque passant y entre et en sorte à son gré. Fermez-le avec neuf cles, mais installez aussi neuf robinets pour que ceux qui ont soif puissent s’y abreuver. Le système nerveux sympathique reçoit directement la vérité et la réalité alors que le cerveau les reflète seulement. Le système sympathique est dérangé lorsque les courants qu’il dirige vers le cerveau sont interrompus. L’activité des deux systèmes est alors perturbée. Par exemple, la haine perturbe l’activité de ces deux systèmes. Pour rajeunir, faites chaque jour pendant 15 a 20 minutes des exercices pour le système sympathique. Dans le système sympathique sont cachées les racines de la vie. Lorsqu’il y a des conditions pour leur développement, l’homme grossit. L’homme mince et sec pense plus. Celui qui est gros est davantage sensible et plus émotif. Si l’on étudie le système sympathique, on constate que ses racines sont implantées dans la région abdominale où existent des glandes nommées cerveau de l’estomac ou plexus solaire. Les branches de ce dernier se dirigent vers le cerveau principal et, de là, les énergies sont renvoyées vers le bas. Si le système sympathique n’était pas contrôlé par le cerveau principal, l’homme se retrouverait au stade animal, dirigé par la loi de la conservation. Le coeur physique de l’homme est légèrement à gauche, mais son coeur spirituel est au centre juste au-dessous du sternum. C’est l’endroit le plus fragile que l’homme doit protéger avec beaucoup d’attention. Le plexus solaire est sous l’influence du foie que l’homme doit entretenir en bonne forme. Comment? Par le plexus solaire. Toutes les impuretés du monde mental et du monde émotionnel passent par le foie et de là se dirigent vers le centre de la terre pour être éliminées. Dans ce sens, le plexus solaire sert de canal de purification pour les pensées et les sentiments impurs. La santé de l’homme dépend du bon état du foie. Le coeur intérieur n’est pas celui qui propulse le sang, mais celui qui forme les sentiments et que l’on nomme le plexus solaire. C’est l’organe qui accumule l’énergie solaire. L’intellect est l’instrument qui accumule les énergies lunaires, les énergies des autres planètes et des étoiles. Il condense la lumière et forme les matériaux subtils, c’est-à-dire les images de la pensée. Pour acquérir des connaissances occultes de plus haut niveau, l’homme doit posséder un système nerveux en très bonne santé et de très grande résistance, car les pensées et les sentiments supérieurs demandent un système nerveux sain et en très bon état. Les pensées, les sentiments et les actes grossiers endommagent le cerveau.
  15. I. LE CORPS HUMAIN ET SA CONSTITUTION 1. Constitution Toute la Création divine existe en miniature dans l’homme. Chaque homme est comme une corde de l’instrument divin sur lequel des entités invisibles jouent avec leurs archets. Le corps de l’homme est le résultat de l’énergie divine qui a créé l’organisme humain d’aujourd’hui. L’homme possède douze corps, mais pour l’instant quatre seulement sont en activité : le corps physique, le corps astral ou corps des émotions, le corps mental et un quatrième nommé le corps causal. Les huit autres corps subtils sont encore à l’état embryonnaire, mais à l’avenir ils se manifesteront. Lorsque l’homme atteindra le monde spirituel, quatre corps se manifesteront et quand il entrera dans le monde divin les quatre autres se développeront. Chacun d’eux se développera et se manifestera en son temps. L’âme humaine possède son propre corps spécifique au moyen duquel elle peut s’élever et se glorifier. Ce corps est si plastique, si bien fait qu’il est capable de se réduire ou de s’élargir. C’est précisément ce corps qui bâtit le corps physique ainsi que tous les autres corps. L’intellect et le coeur sont tout aussi importants que le corps physique. Ce dernier représente la base au sein de laquelle l’homme puise ses forces vitales. Le corps physique représente un vêtement divin qui se renouvèle continuellement. Il change tous les sept ans. Grâce à cette rénovation permanente, l’homme est en bonne santé, plein d’énergie et de bien-être. À l’heure actuelle notre corps spirituel est en formation, car il n’est pas achevé, le front, le nez, la bouche, les os, le crâne, le cerveau, les mains ne sont pas encore entièrement élaborés. La main astrale est en train de se former. La substance astrale se condense, se prépare pour une vie supérieure plus pure. Actuellement elle ressemble à quelque chose de fluidique, semblable à un liquide. L’homme a la forme d’un cône, plus large en haut au niveau des épaules, plus étroit en bas. Cela témoigne de sa descente dans le monde physique, c’est-à-dire le monde matériel. La tête humaine est le fruit des différentes cultures par lesquelles les humains sont passés. La construction du corps physique est le résultat des existences animales. Sa matière est le résultat de l’action des plantes. Lors de la phase végétale, l’homme a sélectionné les matériaux entrant dans la construction de son corps; lors de la phase animale, il a formé son corps; lors de son arrivée à la phase humaine, il a créé sa tête et son visage. Dieu a insufflé la vie dans l’homme et celui-ci est devenu une âme vivante. La substance dont l’homme est créé diffère de celle propre aux animaux et aux autres créatures. Les formes qui composent le corps d’un animal sont élaborées par des forces et des matériaux spécifiques. Cette matière n’est pas facile à transformer. Chaque être humain est aussi créé d’une matière composée d’éléments spécifiques : certains hommes possèdent plus d’or dans leur sang, d’autres plus d’argent, plus de fer, plus de cuivre et ainsi de suite. Dans le sang, l’or ne représente pas plus d’un dix-millionième de milligramme, mais il agit en profondeur sur le caractère humain. Si les chercheurs s’avisaient de découvrir cet or avec leurs balances et leurs mesures, ils n’y arriveraient pas. Pourtant son influence est puissante chez ceux qui le possèdent dans leur sang en plus grande quantité. Outre l’or, il existe encore une autre substance, celui qui la possède dans son sang pourrait faire des miracles. La substance primaire à partir de laquelle le monde a été créé était des milliers de fois plus diluée que celle de l’hydrogène. Les forces primaires qui ont oeuvré dans cette matière étaient à l’origine si puissantes qu’aujourd’hui, si on pouvait en obtenir ne serait-ce qu’un gramme, on parviendrait à faire fonctionner toutes les entreprises industrielles sur terre, jour et nuit, sans interruption pendant trois-mille ans. Selon la science initiatique, la matière qui compose l’homme ne provient pas seulement de la terre; la matière dont est issu l’homme cosmique provient, à l’origine, de tout l’univers, de tous les soleils et de toutes les planètes. Le corps humain d’aujourd’hui est constitué de leurs particules les plus infimes. Aussi leur influence, tant sur le plan physique que psychique, dépend de la quantité et de la qualité de ce que nous avons pris des différents corps célestes. Plus l’homme est bon, raisonnable, conscient et fort, mieux sont construits ses organes : ils sont plus résistants, plus raffinés. Un tel homme est en bonne santé et possède une bonne constitution corporelle. De même que l’habit porté par quelqu’un nous renseigne sur sa culture et ses qualités intérieures, de même la constitution de ses organes internes, des parties de son corps et de ses membres externes est en correspondance avec les forces de son organisme. Les organes sont créés par certaines vertus. En conséquence, chaque déficience d’un organe influence la vertu qui en est à l’origine. Si vous saviez combien d’entités souffrent et se sacrifient pour maintenir le corps en bonne santé! C’est pour cette raison que vous n’avez pas le droit de penser que vos possessions vous appartiennent. Rien n’est à vous. Tout ce que vous possédez appartient à Dieu. Remerciez-Le et dites-Lui seulement : « Seigneur, je Te remercie de m’avoir pris en Ton Sein. » Chaque organe exerce une double fonction : interne et externe, c’est-à-dire spirituelle et matérielle. La vérité la plus simple est indispensable pour l’établissement de l’équilibre de l’organisme : elle maintient le système digestif en bon état. À la base du bon fonctionnement du coeur se trouve la justice. C’est elle qui entretient l’activité régulière du coeur et des poumons. Là où manque la justice s’introduit la mélancolie. Un homme bien développé est celui qui possède des proportions justes et des rapports harmonieux entre sa taille et sa corpulence, entre ses bras et ses jambes, entre sa tête, son corps et ses membres. Des rapports définis existent entre les nombres qui régissent les différentes parties du corps. Toute modification dans un de ces nombres entraine un changement simultané dans les autres. Si l’homme savait comment penser, il serait en mesure de se construire un corps sain, un visage beau et parfait. Chez l’homme et la femme normalement développés, la longueur des pieds doit représenter un sixième de la taille, la hauteur du visage un dixième, celle de la cage thoracique un quart, et la longueur des mains un dixième. Le front est la mesure de Dieu. Le nez est la mesure des anges. Le menton est la mesure de l’homme. Les sourcils doivent être aussi longs que le nez, la bouche aussi large que les sourcils. C’est la Nature même qui nous a donné ces mesures. En général la partie supérieure du corps, plus précisément le thorax, doit être large, la taille et le ventre délicats et affinés. Plus large est le cerveau, plus grande est la résistance de l’homme dans le monde physique. Chez la femme, la largeur du cerveau est en correspondance avec la largeur des hanches. Chez l’homme, la hauteur du cerveau correspond à la largeur des épaules. Les gens avec de larges épaules sont plutôt des hommes, peu importe qu’ils soient venus dans une forme masculine ou féminine. La femme avec de larges épaules est plus masculine que féminine. L’homme avec des hanches larges est plus féminin que masculin. Pour l’instant l’intelligence et la conscience humaine siègent et fonctionnent principalement dans les corps physique, astral, mental et causal. Sans nul doute, il existe d’autres corps chez l’homme, mais pour le moment ils ne sont pas éveillés. À ces différents corps correspondent des organes du corps physique. Par exemple au cerveau correspond le corps mental; au système sympathique, appelé aussi cerveau de l’estomac, correspond le corps spirituel; au foie, à la rate et à l’estomac correspondent les niveaux inférieurs du corps astral. Si le foie est dérangé, les sentiments aussi sont perturbés, ce qui peut rendre taciturne et mal disposé. Le foie aide à la digestion. Les toxines qui n’ont pas été éliminées dans l’estomac et le foie seront absorbées par le sang. Il en résultera un dérangement dans le corps astral et les forces du corps astral ne passeront pas normalement dans le corps physique. Par exemple, en cas de dysfonctionnement du foie, la mémoire s’affaiblit et si cet état s’aggrave, le foie influençant d’une manière indirecte le système nerveux sympathique, on peut aboutir à la neurasthénie. Quand la fonction d’un organe est entravée, des répercussions se font sentir sur les autres organes. Si vous ne maitrisez pas vos sentiments, ils vont perturber votre foie qui, à son tour, engendrera des troubles dans tout l’organisme. Chaque élément a sa place dans l’organisme. Par exemple la place de l’oxygène est dans le sang, celle de l’azote dans le cerveau et le système nerveux, celle de l’hydrogène dans l’estomac et celle du carbone dans les os. Tous les organes de l’homme sont en étroite corrélation avec son caractère et son âme. Telle est son âme, telle est la constitution de son corps. Tel est son coeur, telle est sa bouche. Tel est son nez, telle est son intelligence. Telles sont ses mains et ses bras, tel est son sens de la justice. Dans le plan physique, la fonction du système digestif consiste à digérer la nourriture, mais dans le plan spirituel son rôle est de dissoudre les passions et les désirs inférieurs, c’est-à-dire de les réduire en miettes et de les bruler. Au niveau physique les poumons et le coeur purifient le sang et, sur le plan spirituel, ils sont comme le soufflet et le foyer par lesquels doivent transiter les sentiments afin que le pur soit séparé de l’impur. Le système cérébral envoie des ordres vers les différents organes pour que ceux-ci agissent dans le monde spirituel. Le cerveau de l’homme définit l’usage et la place de chaque pensée. Ne mélangez pas les pensées pures avec les pensées impures! La pensée est liée avec les désirs, les désirs avec les actions et les actions avec les conséquences. Comme le cerveau, le coeur et les poumons possèdent également une double fonction psychologique et physiologique. Ainsi le coeur ne purifie pas seulement le sang, mais aussi les sentiments. Les poumons ne purifient pas seulement l’air, mais ils sont également l’autel de la purification des pensées, des sentiments et des désirs. Sur cet autel brulent les feux sacrés du sanctuaire qui purifient et forgent toute chose. Chez l’homme, chaque organe et chaque système du corps sont en rapport avec la vie qu’il mène. Par exemple, l’estomac est en rapport avec la vie physique. Lorsque l’homme a bien réglé ses affaires matérielles, son estomac fonctionne bien; s’il a commis des erreurs dans ce domaine, son estomac est perturbé. Par ailleurs, on peut remarquer qu’un homme peut être en bonne forme physique sans être fort pour autant. D’où vient alors la force de l’homme? Eh bien, des poumons! Un homme fort est celui qui respire comme il faut. L’estomac est l’organe chargé de fournir les matériaux indispensables à la construction du corps physique. Souvent avant de construire une maison, on édifie une cabane dans laquelle on entrepose les planches, le ciment et d’autres matériaux. On peut justement comparer l’estomac à cette cabane. En effet, dans l’estomac on dépose les matériaux de construction qui seront répartis dans tout l’organisme. Par ses poumons, l’homme se lie avec les Chérubins. Par la respiration, unissez-vous à eux et à leur sagesse! Oui, la sagesse peut être obtenue par la respiration, tandis que par son coeur, l’homme est lié à une hiérarchie appelée les Trônes, siège de l’Intelligence divine. Le battement du coeur montre notre lien avec cette hiérarchie. Par l’estomac, nous sommes liés à d’autres hiérarchies où siègent des Êtres de la Noblesse. C’est pourquoi, lorsqu’il est bien nourri, l’homme est mieux disposé, plus noble et prêt au sacrifice. De l’estomac, on passe ensuite au foie qui est lié à une hiérarchie appelée les Puissances ou Force divine. Par la vésicule biliaire, l’homme est relié avec des Êtres de la Bonté. Quand la vésicule biliaire fonctionne normalement, la bonté et l’amour augmentent. Lorsque la haine grandit, l’amour diminue. C’est là une loi qui régit les rapports entre les forces et personne ne peut aller contre cette loi. Après le foie, on se dirige vers la rate qui relie l’homme avec la hiérarchie des Dominations, appelée aussi la Justice divine ou la Victoire sur le monde. Puis nous rencontrons une autre hiérarchie, les Archanges ou Êtres de la Gloire divine. C’est à eux que revient la charge de diriger les peuples. Ils sont en rapport avec les reins. Puis nous arrivons à la hiérarchie angélique qui est en prise directe avec la base et les fondements de la vie. Le système digestif gouverne l’homme physique; le système nerveux sympathique, relié au cervelet et à la partie postérieure du cerveau, gouverne l'homme spirituel; enfin le cerveau et la moelle épinière gouvernent l'homme spirituel à l’intelligence éveillée. Aujourd’hui, la pensée s’exprime par le cerveau, les sentiments par le système sympathique et plus particulièrement par le plexus solaire que l’on appelle improprement le coeur. Quant à la volonté, elle s’exprime par les bras, les mains, les pieds et les jambes. Trois facteurs entrent dans le processus de digestion. Le premier facteur est l’estomac qui fournit une nourriture matérielle à tout l’organisme. Les poumons constituent le deuxième facteur : en absorbant l’air par le nez et la bouche, ils parviennent à purifier et oxygéner le sang. Le troisième facteur est le cerveau qui envoie les énergies dans tout le corps. La digestion se reflète sur la circulation sanguine, la circulation sur le système respiratoire, le système respiratoire sur le système nerveux et de là sur le cerveau, lui-même siège de la pensée. Mais le cerveau comme le système nerveux ne sont pas les lieux où la pensée est créée. En fait, ils ne font que la transmettre et l’élaborer. Il existe un monde supérieur où la pensée se crée. Elle est ensuite envoyée vers nous par l’intermédiaire du cerveau et du système nerveux qui servent de conducteurs. Le principe de l’intellect est conditionné par le système nerveux dans lequel le cerveau, les nerfs et les sens jouent un rôle essentiel. Le principe du coeur, ou la puissance de l’émotivité, est lié au système respiratoire ainsi qu’à la circulation sanguine et à la digestion. La volonté de l’homme est étroitement conditionnée par sa faculté supérieure que l’on appelle la soi-conscience ou plutôt la super-conscience; elle se manifeste par la force motrice des muscles. L’homme n’est véritablement conscient de lui-même que lorsqu’il sait comment utiliser l’ensemble des différents organes de son corps. Le monde de la synthèse, c’est la tête. Les poumons et le coeur, lequel rythme la vie et fait mouvoir le sang, représentent le monde spirituel; l’estomac, lui, représente le monde physique ou matériel. Par conséquent l’homme doit savoir vivre dans ces trois mondes. L’homme se différencie de tous les animaux par sa tête. Celle-ci représente un premier monde. Le deuxième monde part du cou et englobe le thorax avec le coeur, les poumons et une partie de l’estomac. Le troisième monde commence par l’estomac et englobe les intestins, le foie et les reins. Le monde physique correspond au système digestif. Il comprend trois régions : l’enfer qui est le gros intestin, le purgatoire qui est l’intestin grêle et le paradis qui est l’estomac. Le monde spirituel comprend les poumons avec ses deux ailes. Le bien passe par l’aile droite et le mal par l’aile gauche. L’aile droite du poumon représente le paradis, l’aile gauche l’enfer. La tête de l’homme où se trouve le cerveau représente le monde divin. La partie frontale de la tête et la partie supérieure du crâne représentent le bien ou le paradis, et la partie postérieure du crâne représente l’enfer. Autrement dit, l’homme a la faculté de vivre simultanément dans les mondes physique, spirituel et divin. La santé repose aussi sur une glande située en bas du sternum juste au-dessus du plexus solaire. Si vous arriviez à la mettre en contact avec les énergies solaires et si vous saviez à quel moment ces énergies sont les plus nobles, vous pourriez obtenir de grands résultats. En connaissant cette loi, chaque homme pourrait établir un contact entre cette glande et les énergies solaires et ainsi il pourrait vivre aussi longtemps qu’il le voudrait. S’il veut développer son intellect, l’homme doit relier cette glande d’une part avec les énergies lumineuses de la lune, et d’autre part avec les énergies du cerveau qui sont d’un autre ordre. L’intellect de l’homme sert uniquement dans ce monde. Ce que l’intellect saisit est vrai principalement pour le monde dans lequel nous vivons, mais ce qu’il peut dire de l’autre monde, invisible, ne correspond pas à la réalité. C’est par le coeur que nous connaitrons l’autre monde; pour le monde intérieur, ce que le coeur pense est vrai. Pour avoir accès au monde spirituel, il faut compter sur la puissance de pénétration de notre coeur. La première chose que l’on constate dans notre organisme est l’existence d’un ordre établi entre tous les organes, d’une interdépendance dans leurs activités et d’une harmonie entre tous leurs ouvriers qui connaissent parfaitement leur travail. Dans le corps humain, les organes n’ont pas d’intérêt personnel : tous ont en vue le bien-être commun qui réjouit l’homme. C’est là le secret qui concourt à la réussite commune. Dans l’organisme sain, il n’y a pas d’arbitraire, d’actes fortuits; en lui règne l’unité. Lorsqu’une cellule devient malade ou souffre, toutes les cellules qui l’entourent sont compatissantes et par tous les moyens elles s’empressent de supprimer le plus rapidement possible ce malaise. À l’intérieur du corps, tout est reparti avec une exactitude mathématique : cet ordre équilibre les énergies de l’organisme et crée l’harmonie. C’est ce que nous appelons la santé. Les traits prédominants du caractère donnent la forme des oreilles, des yeux, des sourcils, des cheveux qui sont fins ou épais, des doigts qui sont courts ou longs. À tout moment, la composition de la salive change et indique les modifications qui se produisent dans le psychisme. C’est là toute une science que l’on étudiera dans l’avenir. Dans une de ses épitres, Saint Paul dit : «Avec ma chair, j’ai servi le péché et avec mon esprit je sers la loi de l’amour». Qui nous sauvera de cette situation? Eh bien, personne. L’homme doit servir à la fois la chair et l’esprit. Si tu es fait de chair, tu mangeras, tu dormiras, tu travailleras. Si tu viens de l’Esprit, tu travailleras par lui dans le monde spirituel et dans le monde divin. Qu’il le veuille ou non, l’homme est à la fois au service de la chair et de l’esprit. Quoi que l’on puisse dire ou lire dans les textes sacrés, il est impossible à l’homme de se libérer de sa nature propre. La lutte entre la chair et l’esprit a toujours existé et existera toujours. Autant la vie de l’esprit et celle de la chair luttent entre elles, autant l’une et l’autre sont indispensables pour l’évolution de l’homme. Sans la vie de la chair, on ne peut exister et aucune évolution n’est possible. N’ayez donc pas peur de la chair, mais tâchez de la soumettre afin qu’elle puisse devenir la servante de l’esprit. En toutes circonstances, éduquez votre chair! D’après les Hindous, l’akasha est un élément éternel qui remplit tout l’espace. De cette substance est formée toute chose. Elle est là, immuable et sans mouvement, elle ressemble à un grand aristocrate inactif et dans le repos éternel. Le second élément est le prana, force éternelle également. Il fournit l’électricité et le magnétisme. C’est lui qui crée les formes. L’éther, l’air, l’eau, les comètes, les planètes, tous proviennent du prana et de l’akasha. Derrière le prana et l’akasha se trouvent encore d’autres substances dont nous ignorons l’existence et l’essence. Pour bénéficier du prana, l’homme doit apprendre les lois qui le régissent, car les différentes maladies, maux de tête, tuberculose, problèmes digestifs, proviennent de sa mauvaise distribution dans le corps humain. Si les muscles en sont privés, le rhumatisme des articulations apparait. La science du prana a pour but de distribuer régulièrement l’énergie entre les organes et les cellules afin qu’ils ne souffrent pas. L’homme ne peut prétendre avoir une bonne santé s’il ne comprend pas les lois du prana. Dans ce sens, la respiration n’est pas autre chose qu’une méthode essentielle pour l’accumulation du prana. Pourquoi l’homme doit-il bien se comporter? Pour pouvoir recevoir le prana et bien l’utiliser. Si l’homme ne fait pas correctement travailler son intelligence, son coeur et sa volonté, il se prive du prana indispensable à sa vie.
  16. NOTE DE L’ÉDITEUR Lecteurs, soyez attentifs au fait que les recommandations et prescriptions contenues dans ce livre ne peuvent être lues indépendamment de l’approche spirituelle de l’auteur. Celle-ci vise à favoriser l’éveil du divin en l’homme et son harmonisation avec les lois de la Nature dans sa vie quotidienne, elle ne se substitue pas à la médecine. AVANT-PROPOS Ce livre est rédigé par un groupe de disciples à partir d’extraits de conférences du Maitre Peter Deunov. Les recommandations recueillies au fil des années s’adressent à des auditeurs de différents horizons. Elles ont été regroupées selon une organisation logique de manière à privilégier l’exactitude des textes originaux disséminés dans différents livres, au risque de redites, plutôt que de priver les lecteurs d’une information approfondie et plus complète, la répétition constituant en elle même une méthode pédagogique. C’est également pour respecter l’intégralité de la pensée du Maitre que nous avons jugé préférable de ne pas dissocier les principes de haute spiritualité des pratiques de vie au quotidien. À l’attention de chacun et à son ouverture d’esprit est confiée la mise en perspective de cette sagesse immémoriale qui s’exprimait déjà avec une pareille profusion de savoir dès le début du XXe siècle. Le but ultime est la réconciliation de l’homme avec le divin en lui, à la base de toute démarche vers un mieux-être en accord avec les lois de la Nature, afin de comprendre les causes des ses maladies et de trouver les moyens de guérison les plus adaptés à l’homme d’aujourd’hui.
  17. PETER DEUNOV AU COEUR DE LA SANTÉ Traduit du bulgare par Marta Alexandrova et rédigé par Jacqueline Bonnault LIVRE POUR LA SANTE Santé, maladies, mode de vie, soins, prescriptions, formules, chants de Peter Deunov Responsable de la compilation : Nicola NANKOV Édition revue et complétée ASTRALA Sofia (Bulgarie) - 1994 ISBN 954-562-026-9 Sommaire I. Le corps humain et sa constitution 14 1. Constitution........................................................................................................................14 2. Le système nerveux............................................................................................................20 3. Le cerveau..........................................................................................................................21 4. Les cellules.........................................................................................................................23 5. Le coeur..............................................................................................................................24 6. Le système digestif.............................................................................................................26 7. Le foie................................................................................................................................27 8. Les cheveux........................................................................................................................28 9. Les sens..............................................................................................................................29 10. Les corps subtils.............................................................................................................30 11. Les énergies....................................................................................................................33 II. Maladie et santé 44 1. Les maladies......................... ................................. 44 2. La sante ................................ ................................. 48 3. Les causes des maladies ....... ................................. 51 4. Le diagnostic ........................ ................................. 71 5. Les corps celestes et la sante ................................. 74 6. Le vieillissement .................. ................................. 77 III. Guérison 81 1. Généralités pour les soins et les cures............................................................................81 2. Guérison par la nourriture et par le jeune..........................................................................89 3. Guérison par l’eau..............................................................................................................94 4. Guérison par la respiration.................................................................................................98 1. Exercices respiratoires..................................................................................................103 5. Guérison par le soleil.......................................................................................................104 6. Guérison par les couleurs.................................................................................................109 7. Guérison par la musique..................................................................................................113 8. Guérison par la pensée.....................................................................................................116 9. Guérison par le mouvement.............................................................................................123 10. Guérison par les exercices de gymnastique..................................................................125 11. Guérison spirituelle......................................................................................................129 1. Prières...........................................................................................................................131 2. Formules pour la guérison............................................................................................133 12. Guérison par les plantes*.............................................................................................135 13. Guérison par le magnétisme.........................................................................................137 14. Guérison par les métaux nobles et par les pierres précieuses.......................................140 15. Autres méthodes...........................................................................................................141 16. Pour les enfants............................................................................................................142 IV. Prescriptions pour les maladies concrètes 146 1. Faiblesse nerveuse et neurasthénique.............................................................................146 2. Mal de tête........................................................................................................................149 3. Névralgie du visage..........................................................................................................149 4. Insomnie...........................................................................................................................151 5. Inflammation nasale.........................................................................................................151 6. Méningite ......................................................................................................................... 151 7. Bourdonnement d’oreilles................................................................................................151 8. Otite..................................................................................................................................152 9. Inflammation des yeux.....................................................................................................152 10. Mal de gorge.................................................................................................................152 11. Amygdales....................................................................................................................152 12. Orgelet..........................................................................................................................152 13. Inflammation des gencives...........................................................................................153 14. Chute des cheveux........................................................................................................153 15. Bégaiement...................................................................................................................153 16. Paralysie.......................................................................................................................153 17. Maladies éruptives infantiles........................................................................................154 18. Scarlatine......................................................................................................................154 19. Maladies psychiques.....................................................................................................154 20. Épilepsie.......................................................................................................................154 21. Abcès............................................................................................................................155 22. Eczéma.........................................................................................................................155 23. Goitre............................................................................................................................155 24. Taches blanches sur les ongles.....................................................................................155 25. Sable et calculs dans la vésicule biliaire......................................................................155 26. Énurésie chez les enfants..............................................................................................156 27. Sciatique.......................................................................................................................156 28. Rhumatismes................................................................................................................156 29. Albumine et inflammation des reins............................................................................157 30. Dépôts rénaux...............................................................................................................157 31. Oreillons.......................................................................................................................157 32. Dilatation du foie..........................................................................................................157 33. Jaunisse........................................................................................................................158 34. Appendicite .................................................................................................................. 158 35. Hémorroïdes.................................................................................................................159 36. Rétrécissement du pylore.............................................................................................159 37. Colite purulente............................................................................................................159 38. Constipation.................................................................................................................159 39. Ulcère de l'estomac ou du duodénum...........................................................................159 40. Gastrite.........................................................................................................................160 41. Diabète.........................................................................................................................161 42. Hypertension artérielle.................................................................................................161 43. Hypotension artérielle..................................................................................................161 44. Varices..........................................................................................................................162 45. Furoncles......................................................................................................................162 46. Dartres sèches sur le visage ou les mains.....................................................................162 47. Scrofules.......................................................................................................................162 48. Artériosclérose.............................................................................................................162 49. Influenza et grippe........................................................................................................162 50. Refroidissement............................................................................................................163 51. Hémorragies.................................................................................................................164 52. Urticaire........................................................................................................................164 53. Coqueluche...................................................................................................................165 54. Angine de poitrine........................................................................................................165 55. Pleurésie.......................................................................................................................165 56. Pneumonie....................................................................................................................165 57. Douleurs vertébrales.....................................................................................................165 58. Tuberculose..................................................................................................................165 59. Anémie.........................................................................................................................167 60. Contusions....................................................................................................................168 61. Lèpre.............................................................................................................................168 62. Maladies du coeur.........................................................................................................168 63. Tumeur.........................................................................................................................170 64. Cancer...........................................................................................................................170 V. Mode de vie en accord avec les lois de la nature vivante 170 1. L’alimentation carnée et le végétarisme..........................................................................170 2. Le blé et le pain................................................................................................................175 3. Le jeune............................................................................................................................176 4. La nutrition.......................................................................................................................178 5. La respiration...................................................................................................................186 6. L’eau................................................................................................................................189 7. Le soleil............................................................................................................................191 8. La pensée..........................................................................................................................191 9. La musique.......................................................................................................................194 10. Le sommeil...................................................................................................................196 11. L’habillement...............................................................................................................199 12. Les cheveux et la coiffure............................................................................................200 13. La vie spirituelle...........................................................................................................201 14. L’homme et son environnement...................................................................................203 VI. LE CORPS HUMAIN ET SA CONSTITUTION 217 1. Constitution...................................................................................................................... 217 2. Le système nerveux..........................................................................................................217 3. Le cerveau........................................................................................................................217 4. Les cellules.......................................................................................................................217 5. Le coeur............................................................................................................................217 6. Le système digestif...........................................................................................................217 7. Le foie..............................................................................................................................217 8. Les cheveux......................................................................................................................217 9. Les sens............................................................................................................................217 10. Les corps subtils...........................................................................................................217 11. Les énergies..................................................................................................................217 VII. MALADIE ET SANTÉ 218 1. Les maladies.....................................................................................................................218 2. La santé............................................................................................................................218 3. Les causes des maladies...................................................................................................218 4. Le diagnostic....................................................................................................................218 5. Les corps célestes et la santé............................................................................................218 6. Le vieillissement..............................................................................................................218 VIII. GUÉRISON 218 1. Généralités pour les soins et les cures..............................................................................218 2. Guérison par la nourriture et par le jeune........................................................................218 3. Guérison par l’eau............................................................................................................218 4. Guérison par la respiration...............................................................................................218 5. Guérison par le soleil.......................................................................................................218 6. Guérison par les couleurs.................................................................................................218 7. Guérison par la musique..................................................................................................218 8. Guérison par la pensée.....................................................................................................218 9. Guérison par le mouvement.............................................................................................218 10. Guérison par les exercices de gymnastique..................................................................218 11. Guérison spirituelle......................................................................................................218 12. Guérison par les plantes...............................................................................................218 13. Guérison par le magnétisme ......................................................................................... 218 14. Guérison par les métaux nobles et par les pierres précieuses....................................... 218 15. Autres méthodes...........................................................................................................218 16. Pour les enfants............................................................................................................218 IX. PRESCRIPTIONS POUR LES MALADIES CONCRÈTES 218 1. Faiblesses nerveuses et neurasthénie.................................................................................218 2. Mal de tête........................................................................................................................218 3. Névralgie du visage..........................................................................................................219 4. Insomnie...........................................................................................................................219 5. Inflammation nasale.........................................................................................................219 6. Méningite.........................................................................................................................219 7. Bourdonnement d’oreilles................................................................................................219 8. Otite..................................................................................................................................219 9. Inflammation des yeux.....................................................................................................219 10. Mal a la gorge...............................................................................................................219 11. Amygdales .................................................................................................................... 219 12. Orgelet .......................................................................................................................... 219 13. Inflammation des gencives...........................................................................................219 14. Chute des cheveux........................................................................................................219 15. Bégaiement...................................................................................................................219 16. Paralysie.......................................................................................................................219 17. Maladies éruptives infantiles........................................................................................219 18. Scarlatine......................................................................................................................219 19. Maladies psychiques.....................................................................................................219 20. Épilepsie.......................................................................................................................219 21. Abcès............................................................................................................................219 22. Eczéma.........................................................................................................................219 23. Goitre............................................................................................................................219 24. Taches blanches sur les ongles.....................................................................................219 25. Sable et calculs dans la vésicule biliaire......................................................................219 26. Énurésie chez les enfants..............................................................................................219 27. Sciatique.......................................................................................................................219 28. Rhumatismes................................................................................................................219 29. Albumine et inflammation des reins ............................................................................ 219 30. Dépôts rénaux...............................................................................................................219 31. Oreillons.......................................................................................................................220 32. Dilatation du foie.......................................................................................................... 220 33. Jaunisse........................................................................................................................220 34. Appendicite .................................................................................................................. 220 35. Hémorroïdes.................................................................................................................220 36. Rétrécissement du pylore.............................................................................................220 37. Colite purulente............................................................................................................220 38. Constipation.................................................................................................................220 39. Ulcère de l’estomac ou du duodénum..........................................................................220 40. Gastrite.........................................................................................................................220 41. Diabète.........................................................................................................................220 42. Hypertension artérielle.................................................................................................220 43. Hypotension artérielle..................................................................................................220 44. Varices..........................................................................................................................220 45. Furoncles......................................................................................................................220 46. Dartres sèches sur le visage ou les mains ..................................................................... 220 47. Scrofules.......................................................................................................................220 48. Artériosclérose ............................................................................................................. 220 49. Influenza et grippe ........................................................................................................ 220 50. Refroidissement............................................................................................................220 51. Hémorragies.................................................................................................................220 52. Urticaire........................................................................................................................220 53. Coqueluche...................................................................................................................220 54. Angine de poitrine ........................................................................................................ 220 55. Pleurisie ........................................................................................................................ 220 56. Pneumonie .................................................................................................................... 220 57. Douleurs vertébrales.....................................................................................................220 58. Tuberculose..................................................................................................................220 59. Anémie.........................................................................................................................221 60. Contusions....................................................................................................................221 61. Lèpre.............................................................................................................................221 62. Maladies du coeur........................................................................................................221 63. Tumeur.........................................................................................................................221 64. Cancer...........................................................................................................................221 X. MODE DE VIE EN ACCORD AVEC LES LOIS DE LA NATURE VIVANTE 221 1. L’alimentation carnée et le végétarisme..........................................................................221 2. Le blé et le pain................................................................................................................221 3. Le jeûne............................................................................................................................221 4. La nutrition.......................................................................................................................221 5. La respiration...................................................................................................................221 6. L’eau................................................................................................................................221 7. Le soleil............................................................................................................................221 8. La pensée..........................................................................................................................221 9. La musique.......................................................................................................................221 10. Le sommeil...................................................................................................................221 11. L’habillement...............................................................................................................221 12. Les cheveux et la coiffure............................................................................................221 13. La vie spirituelle...........................................................................................................221 14. L’homme et son environnement...................................................................................221
  18. TABLE DES MATIÈRES I - LA FAMILLE DU MAITRE Vie de Constantin Deunovski.................................................................. 9 Naissance de P. Deunov .......................................................................... 13 Séjour au Etats-Unis ................................................................................ 15 Un témoignage ........................................................................................ 15 Retour en Bulgarie................................................................................... 19 II - PRÉPARATION ET PREMIÈRES RÉUNIONS Les années de préparation ....................................................................... 25 Premières réunions (1899)....................................................................... 25 Rencontres à Tarnovo (1909-1915) .......................................................... 29 De quelques idées fondamentales............................................................ 39 III - TEXTES Le Christ.................................................................................................. 51 Le Maitre par lui-même........................................................................... 59 Une journée aux lacs de Rila.................................................................... 65 Les violettes............................................................................................. 71 Témoignages : Le Maitre et la Fraternité................................................. 74 Comment i’ai trouvé la voie ............................................. 83 l Le Maitre et son enseignement ................................................................ 96 IV - THÈMES DIVERS La musique.............................................................................................. 117 Le violon ................................................................................................. 128 La paneurythmie ..................................................................................... 131 Le problème de la santé........................................................................... 139 Une conversation avec T.P.; le conte du Palais de glace ......................... 145 La venue sur Terre des maitres ................................................................ 152 À propos de l’image spirituelle du Maitre................................................ 153 Le Testament des rayons de couleur........................................................ 155 Des manifestations extraordinaires.......................................................... 156 Décembre 1944 ....................................................................................... 174 V - EXTRAITS DES PAROLES DU MAlTRE La racine, le tronc et la greffe ...........................................v..................... 181 Que cela résonne bien ............................................................................. 189 Sur les forces ........................................................................................... 194 Observez et apprenez .............................................................................. 198 Une lettre................................................................................................. 204 Pensées sur l’amour................................................................................. 205 L’amour que nous devons connaitre........................................................ 206 LOIS .......................................................................................................... 216 Nul ne doit et ne peut juger..................................................................... 216 Un acte erroné nous concernant est une faute, mais un acte erroné à l’égard du Tout est un crime.................................................................... 217 Celui qui est peureux n’a pas d’amour..................................................... 217 Est réel ce qui jamais ne change et jamais ne s’efface ............................... 218 Si une chose est niée, c’est qu’elle existe .................................................. 218 Chacun porte les conséquences de sa liberté ........................................... 218 Le matérialisme n’apportera rien............................................................. 218 Chaque forme de la science et de l’art est utile ........................................ 219 Dans ses actions, l’homme ne doit pas avoir de préméditation ................ 219 II n’est pas permis à l’homme d’ôter la vie ............................................... 219 Si on paie sa grande dette, on paiera aussi ses petites............................... 220 L’homme ne peut pas apprendre tant qu’il n’aime pas ............................ 220 II n’est pas permis à l’homme de torturer son corps ................................ 220 II n’existe pas de forces qui puissent empêcher une bonne action ........... 221 Dans les richesses gagnées rapidement agissent les forces du mal............ 221 Plus nous limitons quelqu’un et plus nous nous limitons......................... 221 Ne remettez pas à plus tard l’achèvement du travail déterminé ............... 222 Seul celui qui est reconnaissant se prête à l'évolution .............................. 222 Chaque bonne oeuvre exige un petit sacrifice .......................................... 222 Si nous exterminons nos ennemis, ils pénètrent en nous.......................... 222 II est interdit au disciple d’accepter l’esclavage........................................ 222 Personne ne peut régir personne ............................................................. 223 On ne peut pas devenir riche si on n’est pas généreux............................. 223 L’orgueil et la vanité brisent les axes de l’esprit et du coeur ..................... 223 Ne parlez pas beaucoup afin qu’on vous comprenne............................... 224 Une vie humaine est insuffisante pour effectuer tout notre travail ........... 224 Il y a trois sortes de gens : les sots, les sensés et les sages.......................... 224 Dans la vie, il n’y a pas d’égalité............................................................... 224 Le bien et le mal ne changent pas ............................................................ 225 La petite graine divine pousse dans la souffrance .................................... 225 Celui qui vous aime peut vous causer une souffrance, mais non du mal 225 Seuls ceux qui ont de la grandeur peuvent se réjouir des petites choses 225 Nul ne peut éviter les conséquences karmiques....................................... 225 CONVERSATIONS AVEC LE MAlTRE Première conversation ............................................................................. 229 Deuxième conversation ........................................................................... 236 Troisième conversation ........................................................................... 243 Quatrième conversation .......................................................................... 246 Cinquième conversation .......................................................................... 251 Sixième conversation............................................................................... 254 Septième conversation............................................................................. 259 Huitième conversation ............................................................................ 265 Neuvième conversation ........................................................................... 268 Dixième conversation.............................................................................. 272 Onzième conversation ............................................................................. 273 Douzième conversation ........................................................................... 278 ADDENDA I. TEXTES Le Grand et le Beau................................................................................. 286 Les Rayons de la vie................................................................................. 304 Sur la foi .................................................................................................. 306 II. DIVERS Bibliographie............................................... 310 Sur la nature des textes ............................................................................ 312 Sur le sens de certains termes .................................................................. 314 1 Pope : nom donné aux prêtres de l’Église orthodoxe slave. 2 C’est donc la date de naissance de celui qui fut connu plus tard comme le Maitre Peter Deunov. 3 Précisons ici une fois pour toutes que le Maitre n’a jamais encouragé un tel pôle d’intérêt; et la réalité plus élevée qu’il enseignait ne pouvait que détourner des expériences psychiques. 4 Relire à ce sujet, Paul I. Corinthiens 14, 6-9. 5 Jean 5, 1-9. 6 En cela, toute richesse, quel qu’en soit le domaine : matériel, intellectuel ou spirituel, est un obstacle si elle n’est pas « distributé aux pauvres », et le chameau entrera plus facilement dans un trou d’aiguille que le riche dans le royaume des Cieux (Mt. 19, 23-14). 7 Madame Mara Beltcheva est une poétesse bulgare, amie dévouée du grand poète bulgare Pentcho Slaveikov. 8 * 8 9 10 11 12 13 Ces textes complémentaires ont été ajoutés en dernier lieu, car ils abordent (le premier surtout, qui est plus long) des thèmes fondamentaux du nouvel enseignement. « Le Grand et le Beau » est constitué d’extraits pris dans une année entière de l’école (1927-1928). « Sur la foi » est un court chapitre extrait de conversations lors d’un camp d’été à Rila. Les rayons de la vie est extrait du livre du même nom. 14 Cf. La respiration dans I’enseignement du Maitre Deunov, par B. Boeff. 15 Le Maitre Deunov emploie souvent les termes Haute raison, ou Raison, Nature raisonnable (qui participe de la Raison), etc. La Raison, c’est le Logos (en grec) ; Verbum (en latin) — verbe. Les philosophes Philon d’Alexandrie, puis Zenon, Heraclite, Aristote I’emploient dans le sens de Raison qui préside la Nature ; régulateur suprême du monde. Le Verbe, c’est la vertu créatrice de Dieu. (Note E.T.)
  19. SUR LA NATURE DES TEXTES La quasi-totalité de ce qu’a enseigné le Maitre P. Deunov durant une vingtaine d’années (de l’ouverture de l’École en 1921 et jusqu’à son départ en 1944) a été fidèlement recueillie par ses disciples. II y avait toujours des sténographes qui notaient ses paroles. L’ensemble des textes qui en résulte se répartit en plusieurs séries suivant la nature et le lieu de la réunion. On distingue : Les conférences du dimanche Les conférences du matin L’école (classe des jeunes) L’école (classe générale) Les conférences à Rila et aux Congrès Les levers de soleil Les congrès des jeunes. Plus les oeuvres musicales (chants, paneurythmie, rayons du soleil). Le seul livre que le Maitre Deunov a entièrement écrit de sa main est « Science et éducation ». C’est un petit ouvrage publié à Sofia en 1895 (dernière édition en 1949 à Sofia). II sera prochainement édité en français. Les différences de fonds entre ces diverses séries de textes ne sont pas importantes ; ce classement est fait par commodité et par référence au public et aux circonstances. Évidemment, il y a des différences, mais secondaires. Par exemple, les conférences du dimanche commencent la plupart du temps par une citation prise dans l’Évangile et en sont (tout ou partie) un développement. Le public était plus varié que dans d’autres circonstances. À l’inverse, les auditeurs de I’École (classe des jeunes et classe générale) étaient moins nombreux et le contenu des textes est en rapport direct avec le travail de l’élève-disciple. Le style parlé est évidemment différent de celui qui résulte de l’écriture. On s’en rendra compte à la lecture de ceux publiés sous la rubrique В 1, traductions pratiquement littérales et qui ne présentent aucune « adaptation » de quelque nature soit-elle (remaniements, compressions, suppressions, interprétations, choix, etc.). Non pas que des « synthèses » ou des choix faits dans les titres de la rubrique A soient mauvais en soi, mais ils ne peuvent avoir leur sens que si des traductions in extenso (en entier) sont faites conjointement. En effet, les titres A, C et D constituent des présentations ou des exposés à caractère général (sauf A 1, qui est un livre particulier contenant sous une certaine forme les bases de l’Enseignement, mais le plus souvent en formules lapidaires qui nécessitent un travail intérieur constant pour être comprises). L’entrée dans le travail pouvant s’effectuer avec la rubrique B, qui est celle de textes de l’École. Mais tous les livres contiennent matière à travailler ! Les personnes intéressées par les futures publications peuvent le signaler à l’éditeur. SUR LE SENS DE CERTAINS TERMES À propos des termes : Nature vivante, Nature raisonnable, que l’on rencontre souvent dans les textes du Maitre Deunov; il nous parait utile de redonner les extraits suivants qui indiquent comment doivent être comprises ces expressions dont le sens a été précisé à plusieurs reprises. «La Nature n’est pas seulement un monde de processus physicochimiques régis par des lois mécaniques ni un mécanisme inanimé où agissent des forces aveugles. Elle n’est pas seulement une source d’énergies que l’homme s’efforce d’utiliser dans des buts purement matériels très souvent entièrement opposes aux véritables buts de la Nature. Elle n’est pas seulement un trésor d’incalculables richesses dont il peut disposer comme bon lui semble et qu’il lui est permis de gaspiller à son gré. Dans le vrai sens du mot, la Nature est l’ensemble des êtres raisonnables de différents degrés de développement qui agissent dans une union parfaite et en pleine harmonie. Le travail de ces êtres est sagement reparti dans les divers royaumes du cosmos. Lorsque nous parlons du travail de la nature, nous entendons précisément le travail de ces êtres hautement intelligents qui se trouvent derrière tout ce qui se passe non seulement sur la Terre, mais dans l’univers entier, visible et invisible pour nous. » Extraits de La Vie pour le Tout, page 119 : « Comment on entre à l’école de la Nature. » «Nous vivons dans un monde visible que nous nommons “nature”, ou “monde naturel”. Mais au-delà s’étend un monde intelligent ou oeuvrent certaines lois et forces. Ici, lorsqu’il est question de “Nature vivante”, il s’agit de forces intelligentes manifestées qui sont en union parfaite. Ces forces ont un but suprême que nous nommons : Nature, Loi, Dieu, Raison. » « Nombreux sont les poètes et les philosophes qui ont reconnu qu’au-delà de ce qui est présentement visible s’étend quelque chose d’intelligent qui est subordonné à certaines lois. Cette Haute raison 15 apparait partout, dans chaque organisme, végétal, animal et enfin dans l’homme. Elle pénètre et contrôle entièrement la vie. » Extrait de : Dans le Royaume de la Nature vivante, page 91 : Les forces conscientes dans la Nature vivante.
  20. BIBLIOGRAPHIE Cette présentation a pour but d’indiquer, très succinctement, la nature des textes actuellement traduits, et la façon dont ils ont été traduits et publiés. A) 1) Le Maitre parle 2) Dans le royaume de la nature vivante 3) La Vie pour le Tout 4) La Loi suprême * 5) Le Monde des Grandes âmes ; (Pensées précieuses) * 6) Les Paroles sacrées B) 1) Douceur, Magnetisme, Tourment * 2) Le futur crédo de l’humanité G) 1) L’Amour universel, source de vie 2) La Sagesse * D) 1) L’Enseignement de vie nouvelle E) 1) La Nouvelle culture de l’ère du Verseau par M. Konstantinov * 2) L’Enseignement du Maitre Deunov. Présentation, témoignages, textes et entretiens. (Illustré de photographies) * — Ouvrage collectif. 3) La respiration dans l’enseignement du Maitre Deunov, par Boyan Boeff. Notes À : Le texte de ces livres a été traduit et publie à l’origine à Sofia. Sauf 6, traduit en France (nouvelle traduction 1990). N.B. Dans la catégorie B plusieurs ouvrages sont actuellement en préparation. L’astérisque (*) indique un titre à paraitre ou en réimpression au 1er juillet 1990. Pour ce dernier (6) rappelons que ces Paroles au nombre de 500 résultent de notes prises pendant une assez longue période par une fidèle disciple. (Publié en 1938 à Sofia.) 1, 2, 3 Ces livres sont constitués de chapitres qui réunissent des parties de textes pris dans diverses conférences et axés sur une idée centrale. Dans A) 4) (La loi suprême) Seuls L’union à Dieu et Les deux votes ont été traduits en France (traduction intégrale). Les autres l’ont été en Bulgarie juste avant guerre. 5 est une suite de courts aphorismes, publiés aussi à l’origine à Sofia en langue française. À noter que Le Maitre parle est un livre d’une grande importance. II est très condensé et ce qu’il contient est constitué pour la plus grande part par des « formules » qui n’acquerront leur sens réel qu’après de nombreuses lectures et méditations. Ici particulièrement toute tentative d’approche qui ne serait qu’intellectuelle ne pourrait qu’être infructueuse et donc décevante. B : Traductions originales (in extenso), pratiquement du mot pour mot. Ce sont des textes essentiels pour le travail. C : Livres réunissant des citations du Maitre avec des liaisons écrites par des disciples. Traduction sur l’original bulgare faite en France. D : Ouvrage donnant des extraits. C’est un aperçu fragmentaire. E : 1) Un livre écrit par un ancien disciple aujourd’hui disparu. Contient plusieurs textes du Maitre. 3) Contient également les Six exercices de gymnastique.
  21. SUR LA FOI Ce soir-là, le Maitre parcourait le camp, accompagné d’un petit groupe. On entama une conversation sur la foi. Le Maitre dit : — La foi, c’est l’illumination par la lumière de l’intuition, par la lumière de la supraconscience. Elle a pour base l’expérience — l'expérience du passé. Tandis que les superstitions, ce sont des choses non comprises. Qu’est-ce que la foi ? La foi, c’est croire que les choses s’arrangeront de la manière que Dieu a déterminée, et qu’elles ne peuvent se passer autrement. Mais si tu crois qu’elles pourront se produire autrement, c’est déjà la conscience humaine. Tu croiras que pour toi tout s’arrangera comme le Raisonnable l’avait tracé. La foi est l’espoir dans le Raisonnable qui est à la base de toute la nature. Ceci n’est pas du fatalisme. Nous voyons que les choses ne se font jamais comme nous le pensons, mais qu’elles se produisent toujours d’une meilleure façon. Tout d’abord tu es deçu, mais tu vois ensuite que tout a tourné mieux que tu ne le pensais. Tu ne peux croire que dans le Divin. C’est-à-dire croire en quelque chose qui est plus haut que toi. La conscience Divine t’a enveloppé et grâce à elle tu vis. II est nécessaire que l’homme conserve la disposition intérieure d’un enfant. La foi est la loi pour la réception de ce qui vient d’en haut. Si ton récipient est vide, c’est uniquement parce que ce qui est entré en lui s’en est aussitôt écoulé. Un jour, dans votre intellect est venue la pensée de fermer le robinet supérieur et vous avez cru que votre récipient était plein. Ne fermez pas le robinet supérieur ; c’est cela qui est la foi ! En disant: « Rien ne sortira de moi », tu fermes le robinet supérieur. II est très difficile d’atteindre cet état supérieur où l’homme possède la foi absolue, à tel point qu’il préserve toujours son calme intérieur. La foi a trois transformateurs : physique, spirituel et Divin. Un enfant dira qu’il peut soulever un objet de cent kilos. Cependant, il doit attendre l’âge de vingt-deux ans pour le faire. Mais si nous mettons cet enfant devant une machine et qu’il pousse un bouton de cette machine, il pourra soulever cent kilos et davantage. Vous devez apprendre à pousser les boutons correctement. Lorsque nous accomplissons les choses par nous-mêmes, nous utilisons notre conscience ; et lorsque ce sont les autres qui le font pour nous, nous appliquons notre foi. Nous croirons donc en ce que Dieu peut faire pour nous. La foi est le lien intérieur qui est formé selon la loi de l’amour. Si tu réalises ce lien, tu es sauvé et tu commenceras à comprendre la vie. Il advient ce que nous croyons. Lorsque l’homme travaille avec foi, les choses se réalisent. Comment vous représentez-vous le paradis ? Allons-nous prendre des images semblables à celles de la Terre ? Dans le monde des anges, dès que je désire une source, elle vient tout de suite près de moi. Je tends ma main et je bois. Tâchez d’avoir des amis non pas seulement sur la Terre, mais en haut aussi, dans le monde invisible. Vous êtes bienheureux, si vous avez des amis en haut. Si vous n’en avez pas, la vie est pénible. Dans la nature, il y a la Providence. Le beau est en cela ! Il n’y a pas d’endroit dans la nature où la Providence Divine manque. Mais ne tentez pas Dieu. Ne vous pressez pas. Si vous voulez faire un travail et que vous vous trouvez en difficulté, vous en sortirez mieux que prévu. Une personne de ma connaissance étant en voyage eut faim ; sur ces entrefaites elle aperçut un poirier. Quand mon ami arriva sous l’arbre, le vent se mit à souffler et douze poires qu’il n’avait pas vues tombèrent, et il les mangea. Dieu a préparé de la nourriture pour les petits insectes, pour les vermisseaux ; alors, pourquoi l’homme, fait selon l’image et à la ressemblance de Dieu s’inquiète-t-il en se demandant comment trouver à se nourrir ? Étudiez : l’homme doit avoir la foi. Il ne faut pas qu’il pense que c’est au moment où il prie que le Seigneur pourvoit à ses besoins. Le billet de demande est déjà arrivé à la Poste. Mais en priant, tu le trouveras et tu le retireras. Il en est de même en ce qui concerne le savoir. Par exemple, tu désires lire un livre ; tu verras que ce livre viendra. Dans les souffrances, les êtres raisonnables du monde invisible soutiennent l’homme. Ils disent : « Cela n’est rien. » Ils se mettent à le consoler. Au commencement il est désespéré, mais ensuite il est consolé. Nul ne reste sans consolation. La main Divine travaille sur vous. Ayez pleine confiance en la Providence Divine qui existe dans le monde. Si vous arrivez à comprendre le sens des grandes souffrances et des grandes joies, vous deviendrez de grandes âmes. Quand un grand chagrin vous vient, sachez que derrière lui vient un grand bien. Aucune oeuvre humaine ne peut réussir si elle n’est aidée d’en haut. En dernier, les oeuvres humaines se détruisent. L’homme plantera le grain et Dieu le fera germer. Il est écrit : « Chaque plante que mon Pere n’a pas plantée sera déracinée. » Cela veut dire que toute oeuvre qui n’a pas le concours du ciel sera détruite. Un Être du monde raisonnable s’efforce de rendre raisonnables les gens de la Terre, afin qu’ils puissent profiter des biens. Sur Terre, il y a toutes les conditions requises pour que les hommes vivent bien, et s’ils ne vivent pas correctement c’est qu’ils n’ont pas compris les lois de la vie raisonnable. Vous voulez arranger votre vie. Elle est arrangée, seulement vous ne le savez pas. Disons que votre Père vous a laissé sur la Terre un grand héritage, mais vous ne le savez pas encore et vous vivez comme un homme pauvre. Dieu vous a assuré. Vous n’avez qu’à étudier sur la Terre. Une fois, avec un frère nous partîmes pour le sommet Noir. Le frère assura qu’il connaissait bien le chemin. Nous arrivâmes à la Roche des Loups, mais de là nous marchâmes longtemps, mais nulle trace du sommet Noir. Le frère avait perdu son chemin. Alors, je m’informai plus haut et l’on m’indiqua où se trouvait le sommet Noir. Il est une vie qui n’est pas encore différenciée, pas encore élaborée. C’est pourquoi tous les Grands Esprits descendent ici bas afin de prendre la vie Divine primitive, non travaillée et qui doit l’être. Un grand nombre d’êtres doivent descendre. Les êtres avancés doivent descendre aussi. Ils viennent par Amour, selon la loi de la liberté. Les âmes qui sortent de Dieu descendent pour aider. C’est l’une des choses les plus agréables que d’être envoyé au travail par Dieu. Mais étant donné que des changements se produisent dans le cosmos, le temps est tout d’abord beau, mais ensuite il devient nuageux. Vous vous faites mouiller un peu, mais d’une façon générale vous en sortez content. Tous les êtres avancés qui descendent le font toujours avec joie et avec un tressaillement sacré. Les âmes ne descendent pas seules, mais collectivement. L’homme doit avoir une solide arrière-garde pour pouvoir tenir sur terre. L’Écriture dit : « Le Seigneur marchera devant toi et il sera ton arrière-garde. » S’il n’y avait pas de secours, la vie humaine ne tiendrait qu’à un cheveu. Si la nature raisonnable ne gardait pas l’homme, il serait exposé chaque jour à des milliers de dangers. Si I’homme savait combien de fois il a été sauvé ! La foi, la foi est nécessaire. La foi se développe dans les épreuves. Alors elle s’affermit. Tu pars, et tu es dirigé partout. Où que tu sois, tu es entouré d’êtres raisonnables. Nous pensons que le bien que nous possédons peut nous être pris par quelqu’un. C’est impossible. Vous devez savoir qu’il n’y a pas de force au monde qui puisse détourner l’homme du chemin que Dieu lui a déterminé. Lorsque quelqu’un fait du mal, il y a une force raisonnable dans le monde qui le transforme en bien. Elle transforme tout le mal en bien. Tout ce qui arrive est transformé, en fin de compte, en bien par cette forme raisonnable qui vient de Dieu. Voilà ce qui est beau, voilà ce qui est grand, voilà ce qui est consolant dans le monde. Ce que tu aimes te sera donné. Et ce que tu n’aimes pas te sera aussi donné. Sur la Terre, ce que tu n’aimes pas te sera d’abord donné ; et ensuite ce que tu aimes te sera donné. Ainsi certaines choses qui ne vous sont pas agréables viennent d’abord, et viennent ensuite celles que vous aimez. Il n’y a pas d’exception. Ce que l’homme désire reviendra un jour près de lui, mais si cette chose est déraisonnable, il en souffrira. Toute chose est à sa place. Mais pour l’homme stupide, rien n’est à sa place. Pour l’homme intelligent, toute chose est à sa place. Donc, sur la Terre, tout est une leçon de choses. Et en tant que tel, tout est à sa place. La foi et l’espérance sont les ailes de ГAmour. Par l’espérance, nous sommes liés au monde physique. Par la foi, nous sommes liés au monde spirituel. Tandis que l’Amour lui-même nous lie au monde Divin. , (Extrait et traduit des Conversations aux sept lacs de Rila.)
  22. LES RAYONS DE LA VIE Comment pouvez-vous admettre l’idée de l’incroyance dans votre tête ? Le fait qu’il y ait l’incroyance est déjà une preuve qu’elle provient de la croyance. L’incroyance est la seconde épouse de l’homme. Ne pouvant pas s’entendre avec sa première femme, la foi, l’homme en prit une deuxième, l’incroyance. Puisqu’il n’a pas pu vivre avec la première femme qui était bonne, soigneuse et propre, encore moins le pourra-t-il avec la seconde. Elle est distraite, prodigue et négligente. La chute de l’homme date du moment où l’incroyance s’est introduite en lui. Alors qu’il était encore dans le paradis, l’incroyance s’est introduite en l’homme et il se mit à raisonner ainsi: « On peut vivre d’une autre façon, et pas seulement de la façon que Dieu recommande. » (...) Voulez-vous vous libérer de l’incroyance ? Observez les quatre préceptes que Dieu vous a donnés: Gardez la liberté de votre âme ; gardez la force de votre esprit; gardez la lumière de votre intelligence ; gardez la bonté de votre coeur. Les résultats qu’on obtient dépendent de ces quatre choses. Lorsqu’il est question de liberté, de force, de lumière et de bien de l’homme, n’ayez qu’une seule opinion. C’est dans la liberté de l’âme, dans la force de l’esprit, dans la lumière de l’intelligence et dans la bonté du coeur que réside le sens de la vie. C’est cela la chose divine vers laquelle l’homme aspire. C’est le nouvel enseignement qu’on prêche aujourd’hui. Tous les hommes veulent avoir une idée concrète de Dieu. La liberté, la force, la lumière et le bien que l’homme possède ne sont pas autre chose que les chemins qui mènent vers le Divin. Quelle compréhension encore plus concrète pouvez-vous encore souhaiter ? C’est par ces quatre forces dans l’homme que le Grand se manifeste. Elles sont des principes créateurs. C’est par elles que le monde a été créé. L’homme a la possibilité de ses mouvements tant qu’il est libre. II peut agir et accomplir quelque chose tant qu’il est fort. II peut pénétrer le sens des choses de la vie tant qu’il a de la lumière dans son intelligence. II peut garder ce qu’il a acquis tant qu’il est bon. À présent, je souhaite qu’en rentrant chez vous vous sortiez vos couteaux et que vous coupiez les trames de la toile d’araignée qui vous enveloppait jusqu’à présent. II n’y a qu’ainsi que vous serez libères. Ensuite, vous laverez avec une eau pure et fraiche tous les récipients sales que vous avez. Ainsi, vous démontrerez que vous êtes des hommes forts. Ensuite, allumez les chandelles dans vos quatre chambres et laissez-les bruler toute la journée. Ne vous préoccupez pas de ce qu’il adviendra de vos chandelles. Qu’elles brulent ! Enfin, si vous voyez que le feu dans vos quatre foyers est éteint, mettez du bois ou du charbon, frottez une allumette et laissez-les bruler afin qu’ils réchauffent vos chambres. Ces quatre choses sont exigées de tous les hommes. Déchirez la toile d’araignée qui vous enveloppe: lavez vos récipients sales, allumez vos chandelles et faites du feu dans vos foyers. Ce que je viens de vous dire vient de la part de Dieu. II dit: « Mes croyants, gardez la liberté que je vous ai donnée ! » « Mes enfants, gardez la force que je vous ai donnée ! » « Mes enfants, gardez la lumière que je vous ai donnée ! » « Mes enfants, gardez le bien que je vous ai donné ! »
  23. Un regard pur est capable d’éveiller une pensée lumineuse dans l’esprit d’un homme triste, et la tristesse de celui-ci se transforme en joie : il a reçu par une voie inconnue de lui un message du monde invisible, message qui transforme son état d’âme. C’est être philosophe que de recevoir toute chose avec joie et le sourire aux lèvres, car on a conscience alors que c’est bien là le chemin. Certains nient cette vie-ci: elle n’est pour eux qu’une vie irréelle, une vie d’illusion ; et pourtant c’est dans le rêve que consiste le sens de la vie, car l’homme ne vit que dans ses rêves ; s’il cesse de rêver, sa vie cesse aussi. Tant qu’il rêve, l’homme a le désir ardent de travailler, d’entreprendre et d’accomplir de grandes actions. L’herbe des champs agit sur l’imagination d’une manière calmante et bienfaisante : elle rend l’homme poète. Si vous voulez acquérir à la montagne une disposition mystique, je vous recommande de marcher ici à Rila non seulement sur l’herbe, mais aussi sur les pierres. Si vos pensées et vos désirs contenaient de la musique et de la poésie, ils seraient infailliblement réalisés. Une des méthodes dont se sert la nature est le chant. Par le chant, nous accordons nos vies ; le chant est comme une pluie bienfaisante pour l’âme humaine. Que tous chantent, qu’ils soient jeunes ou vieux, gais ou tristes, car le chant est une condition indispensable pour transformer nos états d’âme. C’est un grand art que de savoir se réjouir dans la tristesse. La plus grande réalisation de l’homme, c’est d’acquérir l’amour divin. La musique a un sens dans la mesure où elle peut allumer dans l’âme humaine le feu sacré de l’amour. Une fois ce feu sacre allumé en l’homme, celui-ci peut apprendre, travailler, étudier et créer. La mélodie éveille la douceur, et l’harmonie dilate l’âme. L’amour se manifeste par la mélodie ; la mélodie fait appel au coeur et l’harmonie a l’intelligence. La musique occidentale se sert plutôt de l’harmonie, la musique orientale plutôt de la mélodie. Et qu’est-ce que la méditation ? C’est concentrer ses pensées sur de belles choses qui élèvent le coeur et l’esprit de l’homme, et le mettent en contact avec un monde supérieur à celui dans lequel il se trouve. II n’est pas besoin de parler beaucoup pour créer des liens amicaux avec une personne. Ce n’est que dans la lumière et la chaleur divines que peuvent murir les désirs de l’homme. Ce n’est que dans l’amour divin que peuvent murir les fruits de l’âme humaine. Le peu qu’on accepte avec gratitude donne de la paix à l’âme humaine. Moins on mange et plus la vie se prolonge. Quand on mange trop, on épuise les forces de son organisme. On profite d’autant plus de la nourriture qu’on a conscience que Dieu y est contenu. Dans cette nourriture, tout est caché et c’est pourquoi on doit remercier quand on la reçoit. Tout ce qui provoque notre gratitude devient sacré et béni. La plus simple des nourritures prise avec amour est bénie. Un jeune conscient de vingt-quatre heures peut rajeunir toutes les cellules du corps. Si on suit les lois de Dieu, chaque cellule du corps est soumise à un renouvèlement continuel. Le divin est la lumière de la conscience. Pour entretenir sa vie, l’homme doit acquérir le pain vivant, l’essentiel vers lequel il tend. Si vous vivez selon les lois de la nature, elle vous révèlera ses secrets et vous fera ses dignes héritiers. Si on comprend les lois fondamentales de la vie, on en tirera de grands profits. Les profits de la vie sont les résultats des petits dons dont on dispose. L’homme doit être pénétré de cette philosophie positive de la vie qui est la même pour tous les temps et pour toutes les époques. Ce n’est que par cette philosophie qu’il peut se tenir au-dessus des agitations de la mer. Pour ne pas être noyé dans cette mer agitée, il faut renoncer à sa personnalité et s’appuyer sur le divin. Le divin est une corde vibrante qui en touchant l’homme le transforme immédiatement et le rend bon. Pour que cette corde puisse vous toucher, ayez de bonnes pensées pour chacun, ayez confiance en tous. Dès qu’un homme sent que vous avez confiance en lui, il s’ouvre à vous. Si l’homme reste fidèle à son idée originelle et ne s’en éloigne pas, on dit qu’il a de la Constance morale, du caractère. Que le contentement soit la base de votre vie ; le contentement est une loi divine ; celui qui réussit à attirer l’attention de Dieu devient grand. Le savoir est la joie de la vie humaine ; vivre dans la loi de l’amour, c’est être dans le centre de la vie. Si nous vivons bien, nous manifestons la vie divine en nous. Sans cette vie il n’y a point de pensée et nous ne pouvons entrer en relation avec les êtres raisonnables et plus évolués. La joie est le fruit de la vie. Jouissez de votre vie présente et ne comptez pas sur la vie qui vous attend au paradis. La durée de la vie dépend des rapports corrects qu’on a avec la cause primordiale, avec son prochain et avec soi-même. II y a un savoir juste, c’est le savoir de l’immortalité. Chacun doit avoir une idée fondamentale à laquelle se rattachent toutes ses autres idées. Ayez en vue qu’il existe un plus haut degré dans la science. La science vivante commence là où finit la science occulte ; pour qu’un disciple puisse pénétrer dans cette science de la vie, il doit passer par les principes généraux de toutes les autres sciences. La science vivante est une méthode de fusion et de libération de la conscience humaine. La science divine et absolue dispose de méthodes qui nous permettent d’affronter et de concilier les contradictions. Ayez en vue que chaque chose se réalise en son temps ; le temps pour chanter, pour jouer de la musique, pour étudier, pour travailler et pour se reposer est fixé pour chacun. Lorsque Dieu, les anges et l’homme s’unissent, l’homme devient fort et peut tout. Actuellement, le processus d’évolution est accéléré ; une chose qui a demandé des milliers d’années pour se réaliser dans le passé peut actuellement s’obtenir en quelques secondes, quelques minutes ou quelques heures selon l’intensité de la pensée. Le temps peut-être abrégé : des milliers d’années peuvent devenir un jour. Ce que l’homme met des milliers d’années à faire, Dieu peut le faire en un jour. II y a trois catégories de savants : la première comprend les savants du monde physique, qui s’occupent du côté extérieur et matériel de la science ; la deuxième inclut les savants qui travaillent dans le domaine de la lumière, qui en connaissent les lois ; ils aident les savants du monde physique ; la troisième catégorie, ce sont ceux qui vivent et travaillent dans le royaume de l’immortalité; leurs connaissances s’étendent jusqu’à la vie parfaite, jusqu’à la vie qui fonctionne dans toutes les planètes. Celui qui veut améliorer sa vie doit connaitre les lois de la lumière et les appliquer. La vie morale et spirituelle suppose une abondante lumière qui introduit l’Esprit dans l’homme et lui donne de bonnes dispositions. Cette lumière agit favorablement sur le développement du cerveau humain. Elle pénètre non seulement par les yeux de l’homme, mais aussi par tous les pores de sa peau. La lumière est l’instrument avec lequel on peut descendre dans la profondeur de sa tête ou on creuse les couches pour y chercher de l’or et des pierres précieuses. Et qu’est-ce que l’or ? C’est le symbole du soleil, de l’énergie, de la santé, de la pureté. Si vous avez de l’or dans le sang, vous en aurez aussi dans votre bourse. En étudiant les lois de la lumière physique qui vient du soleil, vous arriverez à la lumière spirituelle et vous commencerez à en étudier les lois. Cette lumière-ci est douce et agréable ; elle est le reflet de la lumière physique. Étudiez les lois de la lumière divine par laquelle vient le savoir. Donc, pour que l’homme se développe vite et correctement, il est nécessaire d’avoir atteint l’unité de la conscience et d’être lié à Dieu intérieurement. Que vous vous leviez, que vous vous couchiez, que vous dormiez ou que vous soyez éveillé, ce lien avec Dieu doit subsister continuellement. II provoque ce qui est meilleur à l’homme. Le talent, le génie, la pureté, la sainteté, la force de l’homme sont dus à ce lien. Toutes les acquisitions de l’homme résultent de ce lien. L’unique chose qui distingue l’homme et le rend homme dans le plein sens du mot, c’est ce lien avec Dieu, c’est-à-dire qu’il a la conscience divine développée en lui. La où se trouve la conscience de Dieu se trouvent la science, la musique et la poésie. N’oubliez pas que le libre esprit de l’homme est au-dessus des conditions, au-dessus de la loi du karma, au-dessus de la loi de l’hérédité et au-dessus de la loi de la réincarnation. L’esprit enseigne l’homme pendant qu’il dort et quand il est éveillé. En réalité, le corps seul se repose, l’esprit est toujours en éveil. Ce que l’homme ne peut comprendre et apprendre pendant le jour, il l’apprendra et le comprendra pendant son sommeil. La nuit, il va étudier dans une école, l’école spirituelle. Le bon disciple raisonnable étudie nuit et jour. On ne vous demande rien d’autre que d’être en harmonie avec le cosmos. Si l’homme se trouve dans un état passif, il peut facilement recevoir les énergies cosmiques supérieures et en tirer profit. Qui veut se manifester doit se lier à la cause primordiale de toutes choses d’ou vient l’inspiration, d’ou jaillissent les forces vivantes qui circulent dans tout le cosmos. Dès que ces énergies se déversent en l’homme, il peut écrire, jouer de la musique et dessiner. L’homme est un livre qu’on écrit continuellement; les yeux montrent si la conscience est en éveil; le nez est le symbole des racines de la conscience. La bouche correspond à la source où la conscience puise les forces. Les oreilles sont les ventilateurs de la conscience. La conscience de l’homme est aérée par les oreilles. II y a trois portes par où passe la conscience de l’homme ; ce sont le coeur, l’intellect et la volonté. N’oubliez pas que des êtres raisonnables prennent toujours part à votre vie et vous assistent. La solution de vos problèmes est liée à la solution des problèmes de ces êtres. Lorsque vous vous trouvez en face de grandes difficultés, sachez que vous n’êtes pas seuls. On attend de vous que vous résistiez jusqu’à la fin ; lorsque vous y serez, l’assistance vous viendra. Quoi qu’il vous arrive, du bien ou du mal, prononcez cette formule : « Seigneur, je Te bénis des milliers et des milliards de fois. » Une fois cette formule prononcée, vous vous trouverez dans le cercle le plus sublime et vous aurez vie et force. Lorsque vous ne pouvez rien acquérir par vous-même, priez les êtres lumineux du monde invisible de venir vous aider. La solution des grands problèmes de l’existence se trouve dans le plan causal. Tant que la conscience de l’homme ne s’est pas élevée au plan causal, il ne peut pas comprendre la vie. La connaissance de Dieu et du Christ est nécessaire pour obtenir la vie éternelle. C’est dans l’acquisition de cette connaissance que réside la vie. Dans la conscience collective des êtres de la nature vivante, tous les phénomènes sont liés entre eux d’une manière indissoluble. Dieu se manifeste intérieurement par la conscience des êtres raisonnables. Dieu ne parle pas de l’extérieur, il se manifeste de façon générale intérieurement. L’homme raisonnable doit toujours être en liaison avec le premier principe de la vie d’où il peut puiser des sucs pour entretenir la vie de ses talents, de ses facultés et de ses sentiments. C’est la première méthode d’éducation de soi-même. Le but du coeur humain est d’acquérir la bonté ; le but de l’intellect humain est d’acquérir la sagesse. La bonté et la sagesse peuvent être liées intérieurement; ce n’est qu’alors que l’homme peut être en bonne santé. La bonté est la source divine qui jaillit continuellement. N’oubliez pas que tant que l’homme fonde son bonheur sur des choses matérielles, il est toujours malheureux. Le bonheur vient des choses immuables et éternelles. Du jour où l’homme fait la volonté de Dieu, il gagne le pouvoir, l’estime et la confiance des autres. Le bonheur est quelque chose d’intime, il est conditionné par des lois intérieures. Le bonheur ne se trouve ni dans le milieu social ni dans l’argent ni dans le savoir ni dans la beauté. Le bonheur est le premier contact de l’homme avec Dieu ou bien du disciple avec son Maitre. Une fois ce bonheur obtenu, la conscience de l’homme fusionne avec la conscience suprême de la nature vivante, avec l’esprit de Dieu qui y plane. C’est s’unir à nature. Le bonheur est le résultat de la fusion de deux âmes. Le vrai bonheur ne s’évanouit jamais. Ce bonheur ne peut être acquis que lorsqu’on observe les lois de l’amour. Pour s’aimer, les hommes doivent être intérieurement unis. Le bonheur nait d’une seule source : de l’Esprit universel et tout puissant de Dieu. Rien n’est plus grand que le bonheur. Rien n’est plus grand que la fusion des âmes avec l’Esprit primordial. Lorsque le bonheur vous aura visité, vous vous trouverez dans un monde tout à fait nouveau qui n’est ni au Ciel ni sur la Terre : le monde de l’Amour. Dans ce monde de l’Amour, il n’existe de conditions ni pour le bien ni pour le mal. — L’Amour est le fruit de l’Esprit. Le bonheur voyage dans deux carrosses, celui de la Bonté et celui de la Sagesse. Où est le bonheur, là est aussi l’amour. L’amour est la mère du bonheur, il plane sur les ailes du bonheur. Seul peut être heureux celui qui se laisse guider par l’Esprit de Dieu. Le bonheur est un Esprit lumineux suprême qui ne suit que l’homme de la Vérité et de la Liberté. Il suffit que cet Esprit vous regarde une seule fois pour que votre âme vibre durant toute l’éternité. Être heureux, c’est avoir été sous le regard et le sourire de Dieu. Il est vrai que ce sont des instants très courts, mais leur écho se répercute dans l’éternité. Une fois la vérité acquise, le bonheur vous suivra partout. Le bonheur de l’homme réside encore dans le pouvoir d’exprimer par ses organes, par sa voix ou ses gestes, par exemple, tous les élans de son âme et de son esprit. En tant que disciples de l’école, sachez que quelqu’un vous aime, s’intéresse à vous et vous donne des conseils dans les moments les plus difficiles de votre existence. Ces êtres qui sont toujours prêts à venir en aide à l’humanité sont appelés les « guides invisibles ». En réalité, ces guides invisibles ne sont que des rayons envoyés par Dieu pour assister les hommes sur leur voie difficile. Les disciples entrés dans la nouvelle vie ne peuvent pas vivre à leur guise, ils doivent vivre d’une manière nouvelle conformément à la loi divine. Dans cette nouvelle vie, les lois sont tout à fait différentes des lois de la vie ordinaires. Une pensée pure, libre de toute erreur, un coeur noble sans aucune restriction humaine, voilà ce qu’on demande au disciple. La tâche du disciple est d’acquérir le savoir, la force et la pureté. Ces acquisitions sont basées sur l’amour. Vous devez suivre ce que la nature vous dit. Elle est le grand Maitre qui vous guide. À mesure que le disciple avance, évolue et pénètre dans le monde spirituel, il perd toute notion de la vie ordinaire, de la science et de la religion. Tout en lui perd son sens et il ne lui reste plus que le désir d’apprendre. Tant que ce désir sacré vit en lui, l’homme peut en un jour, en une semaine ou en quelques années gagner plus qu’il n’a perdu. La force du disciple réside dans le lien intime qui existe entre son âme et Dieu, et aussi dans la vigilance de sa conscience. Dès qu’il possède ce lien, dès que sa conscience est en éveil, il ne perd rien de tout ce qu’il a gagné. Le disciple doit être comme un enfant; il doit accepter ce qui lui arrive ou se produit autour de lui le sourire aux lèvres, avec joie. Tout en lui doit être naturel. Soyez comme les enfants. Celui qui a la foi des enfants supportera aisément les souffrances et les épreuves de la vie. Mais tous les efforts tendant à améliorer votre vie n’auront aucun succès si vous ne rentrez pas dans votre vie primordiale. Cette première vie est l’original, les autres n’en sont que des copies. Vous n’équilibrerez votre vie que si vous venez jusqu’à cette haute conscience qui vous rend capable de sentir Dieu en vous et vous lie à Lui. Vivre pour Dieu, c’est équilibrer les forces de son organisme. Votre jeunesse dépend de votre service pour Dieu et de votre amour pour les autres hommes. Telle est la loi divine. Mais où est Dieu ? Il est dans la voix paisible de l’homme, dans le silence. Il est la vie raisonnable. Lorsque la voix du silence commencera à se faire entendre en l’homme, celui-ci comprendra ce qu’est le divin et ce qu’est l’humain, et il dira : Autrefois j’ai vécu dans l’orage et dans la tempête comme un oiseau désemparé, mais maintenant j’ai compris le Grand, le Sublime de la Vie. On ne demande qu’une seule chose à l’homme : son amour pour Dieu. Dans cet état d’amour, l’homme aura toujours des êtres autour de lui qui l’aimeront. Lorsqu’il entreprend un travail, l’homme doit être calme et tranquille ; cela prouve que sa foi est forte. L’important est ce que tu fais aujourd’hui. Les petits efforts sont accompagnés de petites dépenses d’énergie, mais les résultats sont grands. Je demande à tous d’être porteurs de l’amour divin. Cet amour est capable de dissoudre les éléments qui chez l’homme sont la cause de toutes les souffrances. Le salut vient toujours de Dieu. La véritable connaissance et le véritable service de Dieu entrainent la prolongation et le renouvèlement de la vie. Que représente le lien entre l’homme et Dieu ? Le lien qui unit l’homme à Dieu est comme une source qui arrose les endroits les plus secs et les plus déserts et les rend fertiles. Lorsque vous entendez la voix du divin en vous, vous pouvez tout espérer. Le divin passe avec la rapidité de la lumière. II passe, laisse quelque chose et s’en va. Dès que vous le sentez, arrêtez-vous et recevez ce qu’il vous apporte. En visitant l’homme, le divin lui laisse sa bénédiction et l’homme doit la porter partout. Cette bénédiction rend l’homme joyeux et content. Où qu’il aille, il apporte cette joie et cette allégresse. L’homme doit s’approcher de Dieu comme le fait l’enfant qui va vers sa mère en toute simplicité et en toute liberté. Si l’homme sert Dieu, il est guidé par un ange qui apporte la bénédiction à son âme. Cet homme remercie Dieu et chante ce chant nouveau : « Une nouvelle lumière illumine mon âme et me soutient ; elle me dote d’une nouvelle vie et d’une nouvelle douceur. » La nouvelle vie apporte le bien à l’âme humaine. Celui qui se tourne vers Dieu doit savoir que ses affaires s’arrangeront absolument lorsqu’il comprendra la loi de l’amour et l’appliquera dans sa vie. Alors toutes les portes s’ouvriront devant lui. Tout ce qu’il fait pour les autres, un jour lui sera rendu. Le sacrifice, le service de Dieu sous quelque forme que ce soit représente un capital qui lui sera rendu un jour avec les intérêts. Mais vous devez savoir qu’on ne donne qu’à celui qui travaille sans intérêt, par son seul amour de la Vérité. La volonté de Dieu est que vous donniez assistance aux plus faibles, aux plus petits que vous. Dieu arrangera le monde par les hommes. On connait l’homme par les petites choses. Celui qui n’est pas touché par les souffrances des plus petites créatures ne le sera pas non plus par les souffrances humaines. Comment peux-tu aimer l’homme si tu ne le vois pas par les yeux de Dieu ? Dieu porte dans son Esprit, dans son Coeur, toutes les âmes. II tient dans ses mains tous les biens qu’Il a destinés aux hommes et II attend le moment propice pour les leur donner. S’il n’aime pas Dieu, l’homme ne peut aimer son prochain et encore moins ses ennemis, et Jésus a dit : « Aimez vos ennemis ». Au moment où l’Esprit règnera en l’homme, Sa lumière se lèvera dans son âme et les fruits de cette âme commenceront à murir. Ce sera la preuve de la présence de l’Esprit. Lorsque vous acquerrez l’Amour et la Sagesse, vous abandonnerez vos vieux corps, vos vieilles demeures, et vous entrerez dans de nouveaux corps plus commodes et plus beaux que vos corps actuels. Le Christ a dit: « Je m’en vais vous préparer une demeure. La où je serai vous y serez aussi. » L’homme libre est celui qui prie. La prière est la préface de l’Amour. Prier, c’est être dans la situation d’un fils de roi. Tu es tranquille, tu n’es dérangé par personne. Alors tu peux réfléchir sur le Très-Haut, le Sublime, sur le Ciel, sur les Êtres plus avancés avec lesquels tu entres en liaison. Ainsi se fera un écoulement des forces de Dieu vers l’homme, et alors il oubliera l’inférieur, le terrestre, et il s’élèvera au-dessus de son état ordinaire. La liberté demande une chose : c’est lorsqu’on la possède de savoir la garder. L’homme libre est celui qui vit dans l’éternité. La liberté autant intérieure qu’extérieure est liée à la pureté : pensées pures, sentiments purs, actions pures. Seule la Vérité peut rendre l’homme libre.
  24. ADDENDA Ces textes complémentaires ont été ajouté en dernier lieu, car ils abordent (le premier surtout, qui est plus long) des thèmes fondamentaux du nouvel enseignement. « Le Grand et le Beau » est constitué d’extraits pris dans une année entière de l’école (1927-1928). « Sur la foi » est un court chapitre extrait de conversations lors d’un camp d’été à Rila. Les rayons de la vie est extrait du livre du même nom. LE GRAND ET LE BEAU Extrait de la Classe générale (7e année, 1927-1928). Choix fait et traduit en Bulgarie et remis aux visiteurs français qui se rendirent à Sofia en été 1939. Nous sommes dans une époque surprenante ; nous vivons dans un siècle changeant et exceptionnel, où se produisent des phénomènes et des évènements exceptionnels. Cela ne doit pas vous effrayer, mais vous tenir en éveil. La Terre doit se purifier : la purification viendra par le feu qui vient dans le monde. Si les hommes n’acceptent pas la Science de l’Amour, le feu viendra et balayera tout ce qui est construit depuis des millénaires. Ceux qui auront résisté à ce feu deviendront lumineux comme l’or qui est passé par le feu de l’orfèvre. Celui qui aura subi ces épreuves recevra une double bénédiction. N’oubliez pas que quoi qu’il arrive dans le monde, bien ou mal, Dieu y est caché. Dieu est présent dans tout ce qui arrive dans le monde, et II corrige tout. La nouvelle époque exige de nouvelles conceptions, de nouvelles pensées, un nouvel Amour. Le nouveau est caché dans l’Amour divin, et l’Amour ne peut vivre qu’en des formes parfaites. Le corps physique n’est pas encore parfait et résistant. II s’organise progressivement jusqu’au moment où l’homme aura construit son corps spirituel avec les organes correspondants. II pourra alors résister à toutes les conditions tant extérieures qu’intérieures. Ce n’est qu’avec ce corps que l’homme sera absolument libre. On doit transformer son corps d’après le modèle que Dieu a créé à l’origine. Ce que chacun doit devenir est établi d’avance. En envoyant l’homme sur la Terre, le monde invisible a tracé au préalable son chemin. Chacun a une fonction particulière à remplir dans sa vie ; chacun a son problème à résoudre, sa tâche à accomplir. Et de la solution correcte de ce problème dépend son droit de profiter des biens et des privilèges qu’offre la nature raisonnable, et de collaborer avec ces Êtres raisonnables de la nature. Ce que l’homme aura acquis ici-bas, il l’emportera avec lui dans l’au-delà. Parfois, il y a sur Terre de meilleures conditions pour atteindre le bonheur que dans le monde invisible. Tant que l’homme est sur la Terre, il doit réfléchir à ce qui lui reste à accomplir et non pas à quitter la vie terrestre le plus vite possible. Le monde physique n’est qu’un très pâle reflet du monde spirituel : ces deux mondes sont étroitement liés et toujours entremêlés ; ces deux mondes représentent aussi des états de la conscience. Celui qui a atteint un degré élevé de développement comprend que durant sa vie sur la Terre et après son départ pour l’autre monde, il se trouvera toujours en compagnie d’êtres raisonnables et dans un monde d’harmonie et d’ordre parfaits. Pour lui, la vie sur la Terre est une vie de paradis. On crée soi-même son enfer ou son paradis ; tout dépend de l’homme : si l’homme vit en ayant conscience de son lien intérieur avec la vie, il est dans le paradis. La force de l’homme réside dans sa raison ; elle vient de sa vie intérieure. Dans tous les cas qui se présentent dans votre vie, vous devez prier pour que vos yeux s’ouvrent et commencent à voir intérieurement. Pour que cela s’obtienne, la conscience doit être en éveil. Les états par lesquels l’homme passe dans sa vie, de l’enfance à l’âge mûr, se répètent sans cesse tant qu’il est sur la Terre. En vieillissant, il a le désir de redevenir jeune ; physiquement, il ne peut pas rajeunir, mais intérieurement il peut se sentir jeune et l’être réellement. En dépit de toutes les souffrances et de tous les malheurs qui l’assaillent, l’homme a toujours le moyen de trouver le bonheur. Tant que l’homme ne sera pas passe par le plus grand malheur, le nouveau ne viendra pas en lui. Ce n’est que lorsque la coupe sera vidée jusqu’à la lie que le Principe divin pourra venir en l’homme et le remplir d’eau fraiche et pure. Il se réjouira alors de nouveau. Telle est la Loi divine : elle ne peut être changée en aucun cas. La coupe doit être toujours vide et attendre le moment où on pourra y verser quelque chose, comme le bourgeon de l’arbre attend que le premier rayon du soleil le pénètre et l’ouvre. La fleur doit être ouverte pour recevoir les présents divins. Le sens de la vie n’est ni dans les joies ni dans les souffrances, mais dans leur résultat, dans ce qu’on en apprendra et dans ce qu’on en comprendra. Si l’on sait observer calmement la lutte du bien et du mal en soi-même, et hors de soi-même, on peut apprendre à penser et s’instruire. Pour comprendre la vie sous ses deux aspects, clair et obscur, l’homme doit mettre en lutte le bien et le mal. Pendant cette lutte, il doit rester à l’écart comme spectateur et ne pas prendre part à cette lutte, mais seulement observer et réfléchir. De cette manière, il apprendra beaucoup. Ne vous opposez pas au vieil Adam qui demeure en vous ; c’est là un des grands secrets de la vie. Lorsque le vieil Adam commence à vous parler, écoutez-le et ne lui répliquez rien. Il vous parlera de choses très raisonnables. Écoutez ce qu’il vous dit, mais ne le suivez pas. Les hommes se dépêchent trop et ils n’ont pas la patience de voir quel est le plan de Dieu et ce que Dieu a prédestiné pour chaque âme. Vous devez avoir la patience d’attendre toute une vie, toute une éternité, pour comprendre quel est le plan de Dieu et quel est Son amour. Si vous avez de la patience, la nouvelle vie viendra et vous apportera tout ce que vous pouvez désirer. Avec la patience, on vient à bout de tout. Par patience, on entend la méthode pour développer les forces potentielles de l’homme, dont il a besoin pour réaliser certaines de ses idées et certains de ses désirs. La patience est liée à la respiration et au système respiratoire et plus la patience vient. Faites l’essai de respirer en retenant votre respiration de dix à trente secondes et même davantage*. En respirant profondément et régulièrement pendant une ou deux années, on développera certains dons et certaines capacités, on deviendra plus patient et plus judicieux. Il y aura développement de l’imagination et acquisition d’un plus grand calme intérieur. Sans la patience, l’homme ne peut rien atteindre ; il doit travailler calmement, régulièrement, mais constamment pour développer toutes ses forces cachées. La patience est la voie pour atteindre tout ce que l’être humain désire. Travailler sans éviter les autres, mais aussi sans s’imposer aux autres. Dans son développement, l’homme a besoin d’organes physiques, spirituels et divins. Il doit travailler intensément sur lui-même afin de développer les organes par lesquels il peut entrer en relation avec les mondes supérieurs. Lorsqu’on parle de l’essentiel, de l’éternel, de l’immuable dans la vie, on entend les conditions favorables qui contribuent à la création de tels organes chez l’homme, dont il se servira dans l’avenir. Et pour arriver aux nouvelles formes, on doit vivre consciemment, de façon à accumuler une plus grande quantité de l’énergie nécessaire à la création de ces formes. Le nouvel enseignement inclut l’harmonie entre les pensées, les sentiments et les actions de l’homme. Le divin se manifeste dans les petites choses et non dans les grandes. Et n’oubliez pas que ce qui est grand et beau s’atteint par la voie de la souffrance. Sachant cela, vous donnerez un sens à vos souffrances et vous les utiliserez. Il est temps de revenir au paradis d’où vous avez été chassés. Vous devez étudier, travailler, prier pour être admis au paradis dans de bonnes conditions. Toute idée, tout savoir doivent être transformés en énergie cinétique. Toute méthode n’est puissante que quand l’homme l’applique dans sa vie. Le savoir doit être appliquée pour devenir organique. L’homme doit avoir le matériel avec lequel il peut travailler et bâtir. Alors il ajoutera chaque jour quelque chose à son organisme et à ses facultés futures. Celui qui a conscience d’être venu sur Terre pour étudier et se développer doit se mettre à l’école, travailler et prier Dieu qu’Il illumine son intelligence, ennoblisse son coeur, fortifie sa volonté, sa mémoire et sa foi, afin de justifier son existence et d’accomplir sa mission sur la terre. Sachez que la vie extérieure de l’homme est la manifestation de sa vie intérieure. Lorsqu’un ami vient vous aider en quelque chose, cela se fait par une liaison, une cause intérieure ; si cette cause n’agit pas du for intérieur, personne ne peut vous aider de l’extérieur. Notre élan vers le Sublime, vers le Principe suprême, absolu, montre que la vie véritable est hors de la vie ordinaire, de la vie actuelle. Le temps se meut autour de l’homme, et l’homme se meut dans l’éternité. Le temps n’a pas autant d’importance pour vous que la vie. Par les épreuves, par les souffrances, l’homme trouve la place qui lui est prédestinée. Que vous trouviez les hommes bons ou mauvais, cela dépend de votre disposition. Bonnes ou mauvaises dispositions, ce sont des états de conscience. La conscience se manifeste en cercles : ces cercles représentent certaines forces, certaines énergies qui développent l’âme humaine. C’est par ces cercles de conscience que ces forces et énergies se transmettent. Le succès ou l’insuccès de chacun dépend de ces cercles. Je vous dis : « Soyez courageux » ! Que quelqu’un doive ou non mourir d’une certaine maladie, c’est écrit. II mourra même s’il est en bonne santé, si son heure est venue. Ne vous mêlez pas des affaires de Dieu. Dieu dispose de méthodes particulières pour le salut de chacun. Le plus important pour l’homme c’est de trouver son intelligence, son coeur et son âme et de prendre connaissance des lois qui le dirigent. C’est en cela que consiste le véritable enseignement. Celui qui regarde le bon côté de la vie, verra dans les défauts des autres leurs futures vertus, et si vous marchez dans la bonne voie, les autres ne peuvent que vous inspirer et non vous influencer. Alors, il se produira un échange régulier entre les âmes. Ainsi, cessez de vous occuper de ceux qui vous entourent pour ne pas perdre même ce que vous possédez. Ôtez de votre conscience la laideur et procédez d’après les règles de la beauté, les règles de la nouvelle vie ; alors vous deviendrez beaux. Pour entrer dans la nouvelle vie, on vous demande l’humilité. Ce qui est réel pour l’homme, c’est ce qu’il pense et sent sans le voir ni le toucher. La pensée forte guérit toutes les maladies. Par la force de la pensée, l’homme peut élever les vibrations de son corps et les transformer d’inférieures en supérieures. Une fois que les vibrations de l’organisme ont atteint un degré élevé, l’élimination des matières étrangères est facile et rapide. Les hommes de la nouvelle pensée se guérissent par la négation de la maladie. Dis-toi: « Puisque je suis esprit et non matière, je ne suis pas malade. » Celui qui nie le mal se guérit graduellement. En tant que disciple, vous devez travailler avec la loi de la suggestion pour faire pénétrer en vous-même la nouvelle pensée. L’homme acquiert ce à quoi il pense. Les vibrations du cerveau déterminent l’état et le caractère de l’homme. L’intellect de l’homme se construit d’après les formes et les images dont il s’occupe. Dès qu’il refuse et nie les déformations de son intellect et de son coeur, l’homme entre dans la Voie de l’Amour suprême qui le conduit au bonheur. Seul pense celui qui a équilibré en lui la joie et la tristesse. Tant que l’homme est plongé dans la joie ou dans le chagrin, il ne pense pas. Lorsqu’il est passé par la tristesse et par la joie, il peut réfléchir sur les causes qui les ont produites. Lorsqu’il a trouvé ces causes, ses pensées sont dans la bonne direction : c’est ce qui fait la juste pensée. Seul celui qui pense juste est libre. Les joies et les chagrins sont nécessaires pour que l’amour se manifeste. Ce sont les serviteurs de l’amour. Les chagrins sont des rochers qui se détachent d’un sommet de la montagne. Si vous êtes un homme sage et libre, vous laisserez passer les chagrins près de vous sans en être atteint. Celui qui veut devenir fort doit avoir éprouvé des chagrins. L’homme doit avoir des chagrins, mais il doit rester comme un enfant qui transforme facilement ses états d’âme. Pourquoi l’homme épreuve-t-il des chagrins ? Parce qu’il se dirige vers le centre de la terre. Pourquoi l’homme se réjouit-il ? Parce qu’il se dirige vers le centre du soleil. Le chagrin et la joie sont des voies et des méthodes par lesquelles l’homme doit absolument passer. Sans eux, il n’y a ni croissance ni développement. Le chagrin apprend à l’homme à développer ses racines ; la joie lui apprend à développer ses branches. Ainsi donc la croissance est un processus physique, le développement un processus spirituel et l’ennoblissement un processus divin. Ces trois processus doivent s’accomplir simultanément et sans interruption. Le salut de l’homme ne se trouve ni dans l’air, ni dans l’eau, ni sur la terre ; l’homme doit entrer dans une région nouvelle. Je pourrais définir cette nouvelle région en ces termes : « Aime, sois vivant ! » Dans cet état, toutes les contradictions de l’homme disparaissent. Aimer, c’est bâtir dans son âme un temple où Dieu habite. Ce temple existe au Ciel; il doit se matérialiser aussi sur la Terre. Il faut d’abord que s’éveillent tous les sentiments cachés pour qu’on connaisse l’amour. Le premier signal de la venue de l’amour est la souffrance. Plus les souffrances augmentent et plus on est près de l’amour. L’amour est une source qui jaillit et donne perpétuellement. Il n’est pas besoin de demander de l’eau à la source, il suffit d’aller auprès d’elle pour qu’elle vous donne de son abondance. À cet égard, on ne demande à l’homme que d’être comme une fleur épanouie ou comme des canaux ouverts pour que l’amour puisse s’y déverser directement. Vivre pour quelqu’un, c’est contribuer à l’épanouissement de son âme. Votre première tâche est d’apprendre à bien vivre. Bien vivre est une des grandes sciences auxquelles aspire tout être humain. Dans un moment donné, on ne peut aimer qu’un seul être. Dans le moment suivant, on peut aimer un second être. De plus, l’homme ne peut pas aimer n’importe qui. Celui qui sera aimé est déterminé d’avance. Pourquoi ? Parce que l’amour est déterminé par des vibrations. En aimant ton prochain, tu apprendras une grande leçon. Sous le terme de prochain, nous entendons celui chez lequel le principe divin est éveillé. Seul l'amour est en état de faire pénétrer le nouveau dans l’âme humaine. À la régénération de l’homme prennent part des êtres qui se trouvent en dehors de lui. Tout homme doit s’efforcer de manifester des sentiments doux, chaleureux et bons en lui-même ; il doit cesser de s’occuper du monde extérieur. Une fois qu’il est parvenu à cet état d’esprit, l’homme n’éprouve plus ni joie ni tristesse. Tenez-vous-en à ce qui est grand et paisible, là où la vie est cachée. En ce qui concerne la tristesse et la joie, dites-vous : « Telle a été la volonté de Dieu. Dieu a tout fait pour le mieux. » Nous manifesterons notre amour dans la vie divine et Dieu manifestera son amour dans notre vie. C’est ce qui fait la grandeur de la vie. Ainsi, il se formera un lien, une harmonie intime entre ces deux mondes, le divin et l’humain. Ce lien donnera un sens à l’existence des hommes et contribuera à leur rapprochement. Par son Amour, Dieu veut libérer les hommes de leurs désirs contre nature qui les retiennent en esclavage. On n’exige de l’homme que l’humilité et la douceur. S’il possède ces deux qualités, il aura la patience de tout supporter. Où vit l’âme, Dieu vit. L’âme est la base la plus solide sur laquelle on peut édifier sa vie. Elle représente le lieu où murissent les plus beaux fruits. Le soleil de l’âme ne se couche jamais. C’est le réel. La vraie richesse est dans l’âme de l’homme ; quand on possède cette richesse, on possède tout. Celui qui porte en lui des idées divines ne souffre pas. En général, c’est l’inférieur qui souffre en l’homme. Mais une fois que le principe divin est éveillé en lui, l’homme cesse de souffrir. La conscience humaine apporte les souffrances. La conscience divine apporte la joie. L’homme doit être content et sourire intérieurement. Il doit converser avec lui-même, analyser et se poser la question : pourquoi donc ne suis-je pas content et reconnaissant ? La nouvelle morale du monde doit être la morale de l’amour ; sans amour, la vie ne peut pas être comprise. Si vous travaillez pour quelqu’un de toute votre âme, il aura une confiance absolue en vous et vous aimera toujours. Pour vous aimer les uns les autres et créer entre vous un lien indissoluble, cherchez à trouver en chacun une bonne qualité et gardez-la toujours dans votre conscience. Cette bonne qualité, c’est le divin en l’homme. En vous étudiant vous-même et en étudiant votre prochain, vous trouverez Dieu et vous le comprendrez. Aimer d’une manière spirituelle, c’est retenir dans son esprit l’image de l’être aimé et l’entourer toujours de belles pensées et de sentiments élevés. C’est aussi lui souhaiter tout ce qui est bon. Alors l’homme se sent disposé à toutes sortes d’exploits et de sacrifices. L’amour agit même sur les animaux les plus féroces. Si le berger éprouve de l’amour pour le loup, celui-ci n’attaquera jamais ses brebis. Lorsqu’une personne en aime une autre, celle-ci doit manifester de la douceur ; telle est la loi de la nature. La douceur contient en elle les éléments nécessaires à la croissance. L’amour est une force créatrice puissante qui se plante dans la douceur comme dans un terrain favorable pour lui; c’est là qu’il s’élabore, croit et se développe. Les moments de l’amour et de la douceur sont courts, mais en revanche, ils sont riches et substantiels. L’amour ne dure qu’une seconde, mais son reflet se prolonge longtemps. Plus on s’arrête sur le Grand et le Sublime de la vie, plus vite on arrive à surmonter les difficultés de l’existence. Aimer quelqu’un, c’est lui donner ce dont son âme a besoin. Si on reprend à chaque âme de la sorte, on a le droit d’aimer tous les êtres vivants sur la terre. Pour forger son système nerveux, l’homme doit se mouvoir entre la douceur et l’amour. En se mouvant d’un pôle à l’autre, il arrive à s’ennoblir graduellement, il devient utile à lui-même et aux autres. Avec l’amour, tout se fait facilement et rapidement. Pour une même personne, l’amour reste toujours pareil à lui-même, et ce qui change ce sont les conceptions que l’on a de l’amour. La vie et l’amour sont des poèmes inachevés. On les compose éternellement et cependant ils restent toujours inachevés. Pensez toujours au commencement de la vie, mais jamais à sa fin. Celui qui veut manifester son amour spirituel envers son prochain doit entrer en relation avec les êtres supérieurs et les anges, et penser toujours à eux. L’homme doit toujours tendre vers cet amour qui ne change pas et ne cesse jamais. L’amour de Dieu résiste à toutes les épreuves et à toutes les conditions. L’homme porte en lui cet amour de toute éternité. Cela prouve que sa conscience a été éveillée dans les trois plans : physique, spirituel et divin. Une seule loi gouverne le monde : l’amour ; cette loi n’est inscrite dans aucun livre, mais seulement dans le coeur de l’homme. On ne demande à l’homme que d’aimer. Dès qu’on aime, on est aimé. Ainsi on connaitra l’amour de Dieu. Un lien n’existe entre deux âmes que lorsqu’elles ont entre elles quelque chose en commun. Procédez dès maintenant au premier essai d’aimer sans attendre d’être aimé. Vous avez déjà été aimé. Dieu vous aime. II ne vous reste plus qu’à manifester votre amour. Pour progresser, l’homme doit avoir un haut idéal. Je vous souhaite de commencer par l’amour. Le matin, quand vous assistez au lever du soleil, et le soir à l’apparition des étoiles, et à chaque moment du jour où vous voyez les hommes et les animaux, que votre coeur vibre comme si l’esprit de Dieu lui-même était présent parmi vous. Le jour et la nuit cachent de grandes richesses. Devant la face de Dieu, même la nuit est jour. Quand l’homme agit conformément aux lois de l’amour, ce sont des êtres raisonnables qui se manifestent par son intermédiaire. Ces êtres comprennent la lumière et en même temps la vie. Les fruits de la vie murissent sous l’influence de l’amour qui apporte la vie, l’allégresse et la joie. L’amour donne la vie ; il contient en lui Vérité et Liberté, vie et bonheur. Si l’homme a compris la vérité, la liberté, la vie, le bonheur, il se trouve dans le domaine de l’Amour suprême. Un sentiment chaleureux dans votre coeur, une pensée lumineuse dans votre esprit ne sont pas autre chose qu’une visite du Christ en vous. Cherchez l’amour en vous et non hors de vous. Tant que vous n’aurez pas découvert l’amour en vous, vous ne le trouverez jamais dans les autres. Si vous voulez trouver la beauté, la justice dans la vie, c’est en vous que vous devez les chercher. Appliquez l’amour dans votre vie si vous voulez vous libérer de toutes les contradictions. Par leurs pensées bonnes et lumineuses, par leurs sentiments chaleureux et leurs regards purs, les hommes s’envoient des messages du monde invisible. De la sorte, ils donnent un sens à leur existence.
  25. DOUZIÈME CONVERSATION (Dès son arrivée, le Maitre se mit à parler, tout comme si ce qu’il allait dire était la continuation de la pensée avec laquelle il s’était acheminé vers le groupe de disciples.) LE MAITRE. — La principale tâche de l’homme dans la vie est de trouver sa véritable voie. C’est seulement alors qu’il donnera un sens à son existence. (Au cours de cette conversation, le disciple se mit à poser des questions très adéquates, et c’est ainsi que l’échange se transforma en une véritable conférence. Ce qui la différenciait des autres conférences du Maltre, c’est qu’elle était coupée par des questions.) LE DISCIPLE. — Vous dites qu’il est nécessaire que chacun trouve sa véritable voie. II en est ainsi, du moment que vous le dites. Mais les gens ne cherchent-ils pas uniquement le succès matériel ? S’il en est ainsi, du moment que les intérêts personnels dirigent l’homme, n’est-il pas clair alors que nous vivons dans une époque où le développement spirituel est entravé ? (Le Maitre jeta un regard devant lui, là où les rayons du soleil filtraient entre les rameaux des pins, à l’est de la prairie de l’Izgrev. II commença à parler d’une voix sereine) : LE MAITRE. — II en serait ainsi que vous le dites, mais dans l’âme humaine vit une impulsion souvent inconsciente qui protège les âmes de nombre de personnes en les empêchant de s’enfoncer entièrement dans l’abime de la matière et dans l’ombre fallacieuse des illusions. Malgré tous les efforts que font les gens pour se convaincre eux-mêmes et pour convaincre les autres que le sens de la vie est caché uniquement dans le succès matériel, ils ne peuvent pas cacher, même à leurs propres yeux, que I’élément principal de toute leur vie a été une stimulation vers « quelque chose » dont ils ont pris conscience tôt ou tard. Pour que l’homme devienne partisan de quelque enseignement, doctrine, ou philosophie, la stimulation en est venue de l’intérieur. Qu’ils se vérifient eux-mêmes ceux qui sont des matérialistes convaincus, afin de comprendre que ce n’est pas la littérature qu’ils ont lue, ni les influences extérieures exercées sur eux qui sont la cause s’ils s’engagent dans cette voie-là. Le moment décisif pour qu’ils partent dans une direction ou dans une autre vient de l’intérieur. S’il n’y avait pas cela, ils cèderaient à toute autre influence extérieure et professeraient toutes sortes d’autres idées. Si cela est vrai pour l’homme qui n’a aucun rapport avec la réalité de l’âme, combien cela est-il plus vrai pour ceux qui reconnaissent l’existence d’une Cause Initiale. Pour nous convaincre de la haute valeur et de l’importance de la stimulation intérieure, posons-nous cette question : Quand est-ce que les gens sur cette Terre sont le plus malheureux ? Est-ce quand ils ont perdu leurs richesses extérieures, ou bien quand ils ont perdu leur assurance intérieure ? Quand la perte est extérieure et que l’enthousiasme intérieur est conservé, tout se répare plus facilement. C’est plus dur quand disparait la foi en ce qui était devenu pour eux un idéal. Alors, l’existence perd tout son sens. II y a des gens chez lesquels ce processus s’effectue très rapidement. Un insuccès, une difficulté dans la vie peuvent devenir la cause de déception et de catastrophe. Les gens de cette catégorie ne connaissent pas la loi de l’échange des états opposés qui sont indispensables pour l’évolution. LE DISCIPLE. — Quels sont les échanges ? LE MAITRE. — La vie sur Terre est ainsi. Si deux personnes se présentent à un concours, l’une va le gagner et sera heureuse, tandis que l’autre aura du chagrin. À l’aide de la joie, tout comme à l’aide du chagrin, l’homme acquiert quelque chose pour son évolution. II y a des gens qui ont vécu superficiellement. Ils n’ont jamais connu le chagrin et sont devenus superficiels et un peu vains. Quand on se salit, on se lave avec de l’eau ; c’est alors l’eau qui devient sale. Puis, suivant la loi du cycle éternel, l’eau se purifie ; pendant ce temps on peut de nouveau se salir. II y a dans ce monde des gens qui sont beaux, mais il y en a aussi qui sont laids. Vous ne connaissez la cause ni de la beauté ni de la laideur. II y a des cas, où la laideur devient beauté, cependant que la beauté peut apporter des malheurs. Le monde est plein d’apparences. Rien de ce qui se perd et que l’on peut vous ôter n’est votre propriété. Votre propriété est seulement ce avec quoi vous venez au monde et qui, après tous les changements et dans toutes les conditions, reste en vous. Si dans sa vie un homme parvient à devenir un savant, ce savoir est une greffe à sa vie. La greffe n’est pas une qualité fondamentale de l’arbre. Si elle se rompt, l’arbre manifeste sa nature primordiale. Un savant peut, à la suite de quelque accident ou d’une maladie, perdre son savoir. En lui restent alors ses qualités innées. II y a des cas où, à la suite de dépôts accumulés dans les vaisseaux sanguins, de grands savants de capacité mondiale ont perdu tout leur savoir (leur valeur greffée) et ont eu des comportements primitifs stupéfiants, grossiers et même repoussants. Beaucoup de choses de la vie — parmi les rites et les règles du savoir-vivre — sont de telles greffes. Ce ne sont pas des éléments permanents de l’égo humain. LE DISCIPLE. — Qu’y a-t-il de plus important à développer dans notre vie ? Combien de savants et de gens célèbres dans la société s’occupent de leur égo ? N’est-il pas vrai que toute la vie de ceux qui se sont consacrés aux études se passe dans le perfectionnement de leur spécialité ? LE MAITRE. — Oui, c’est vrai. Mais pour la plupart de ceux qui s’occupent d’études, leurs soins se tournent toujours vers l’acquisition d’un nombre toujours plus grand de connaissances. Ce n’est pas louable ; mais ce qui a une très grande importance, c’est que l’homme, dans le processus de son développement, s’efforce de développer ses qualités fondamentales innées. C’est cela qui est, en réalité, le développement spirituel. L’attention accordée au perfectionnement de ce qui est primitivement inné ne doit pas être moindre que le zèle apporté au développement et au perfectionnement de la greffe. On ne doit pas se contenter de ce que l’on est, mais s’efforcer d’atteindre de plus hauts degrés du développement spirituel. Le boeuf ne doit pas se contenter de ses cornes ni le cheval de ses sabots. Par exemple, de quel oeil l’homme regarde-t-il la satisfaction d’un porc ? C’est une satisfaction humiliante, même dégoutante. C’est ainsi qu’apparait aux autres mondes supérieurs notre situation dans la matière épaisse ; ainsi parait notre avidité et notre lubricité pour un regard jeté d’en haut, du monde des êtres évolués. Quand l’homme aura quitté cette Terre, il verra seulement alors et clairement la situation dans laquelle il se trouvait sur Terre. Il y a le cas où les âmes de certains défunts ont observé avec mécontentement les honneurs inutiles et vains — telle l’oraison funèbre dithyrambique prononcée au-dessus de leur cadavre —, car elles comprenaient l’énorme différence qui existe entre ce cérémonial bruyant et le véritable état de l’âme. À un certain endroit des saintes Écritures il est dit : « Plein de grâce et de vérité. » L’homme doit toujours être plein de quelque chose. De quoi ? Certains diront : « de connaissances, de force, de l’Inconnu ou de richesses ». À quoi ressemble un homme plein seulement de connaissances ? II ressemble à une encyclopédie, à un manuel ou une bibliothèque. C’est un homme sans âme — fier et froid. L’homme qui est plein seulement de force ressemblera à une bombe qui peut exploser à chaque instant. S’il est plein seulement de richesses, à cause desquelles les gens seront pleins d’égards hypocrites envers lui, il ne représentera qu’un néant revêtu d’une splendeur passagère et ridicule. Alors, que signifie être plein de grâce et de vérité ? Cela signifie avoir créé un lien intérieur avec Dieu. Et que peut-on désirer de plus ? Celui qui a réalisé un tel lien possède tout. C’est la plus grande plénitude et le plus sublime bonheur auquel nous puissions rêver. Celui qui est lié à Dieu vit dans l’Amour, et l’Amour qui remplit notre vie est déjà le bonheur lui-même. Il est contenu dans l’Amour. Quand les gens entendent parler de l’Amour, ils comprennent des choses différentes. Par conséquent, il est indispensable de s’entendre de quel amour il est question. Il y a un amour qui ressemble à une cruche fêlée d’où l’eau s’écoule et s’épuise. Il y a un amour qui peut se comparer à une cruche en bon état dont l’eau est bue en cours de route. L’Amour dont il s’agit ici ressemble à une source intarissable d’eau jaillissante, qui descend d’en haut dans la vallée de la vie, et arrose tout afin que tout pousse et donne des fruits. Toutefois, personne ne doit faire des reproches aux autres pour la manière dont ils ont connu l’Amour. Nous devons savoir que la vie sur Terre est sérieuse et difficile. La vie est une dure école et les hommes y passent sans arrêt des examens. Ne soyons pas présomptueux, mais mettons notre confiance en Dieu. On connait des cas où la pensée et les convictions de gens ayant consacré leur vie à Dieu et étant arrivés à de hauts sommets de leur évolution ont subi de grandes perturbations et des déviations. De grands savants ont quitté le monde de leur science entrainés par les appas de quelque beauté terrestre. Il y a eu des cas où même des saints ont abrégé le temps de leur vocation pour se consacrer à leur passion pour une beauté terrestre qui était apparue à leurs yeux. Sur la Terre, il y a des anges qui se promènent le long des chemins comme des messieurs distingués, ayant depuis longtemps oublié la mission pour laquelle ils étaient venus sur Terre. C’est pourquoi ne vous empressez pas de rendre un jugement à propos de procès qui ne sont pas encore achevés, vous n’êtes pas encore en état de connaitre les causes de ce qui arrive, ni, non plus, comment les choses vont se dérouler à l’avenir. Nous commettons souvent des erreurs quand nous nous efforçons de donner une juste estimation de ce qui est bien et de ce qui est mal. Vous ne savez même pas laquelle de vos actions est bonne ! Parfois vous commettez une chose que vous estimez mauvaise et vous vous demandez étonnés, pourquoi elle est suivie d’un second mal. II peut arriver que vous fassiez un bien et qu’il s’ensuive un mal. II faut bien distinguer ce qui est Bien. Une fois, vous donnez de l’argent à un pauvre homme, mais il s’enivre et commet un crime. Les actions des gens sont si peu explicables que parfois vous dites au bon qu’il est méchant et vice versa. Souvenez-vous-en : Faites du bien à celui en lequel Dieu vit. (Le Maitre, qui voyait quel grand désir éprouvaient les disciples de continuer la conversation, sourit et s’achemina rapidement vers la salle. Le groupe se dépêcha de le rattraper. La conversation continue à l’intérieur, car une pluie printanière arrosait joyeusement la prairie. L’estrade de la salle était également un agréable coin pour s’entretenir.) LE MAITRE. — Voyez-vous cette pluie ? C’est un don de la Nature Vivante Raisonnable à toutes les créatures de la Terre. En premier lieu la végétation, puis tous les autres êtres qui reçoivent leur nourriture du règne végétal. Le ciel est une source généreuse de tous les biens de la vie. À part l’énergie solaire, destinée à la planète, toutes les autres créatures reçoivent séparément leur part d’énergie. Les oiseaux savent cela et c’est pourquoi, avant le lever du soleil, ils se perchent sur les branches et attendent l’instant où le soleil darde ses premiers rayons pour recevoir leur part. Comme nous recevons gratuitement la vie et les forces qui l’entretiennent, il s’ensuit que chaque chose que nous avons acquise nous pousse à venir aussi en aide à ceux qui ont besoin de notre secours. Cette loi est valable également pour les êtres évolués. LE DISCIPLE. — En parlant avec des amis, j’ai entendu dire que la plus grande vertu est l’honnêteté. Est-ce vrai ? LE MAITRE. — L’honnêteté est une qualité que chaque homme doit posséder. Elle est la qualité première non seulement pour ceux qui s’appellent des disciples et suivent sciemment la voie spirituelle, mais aussi pour tous les gens. En ce qui concerne le disciple, son honnêteté doit l’inspirer pour qu’il parle courageusement et franchement à son Maitre. Tout d’abord, l’homme doit être honnête envers lui-même. Les éléments de l’honnêteté sont la justice et la noblesse. Sans ces deux éléments, l’honnêteté n’existe pas. L’honnêteté est une qualité qui ne dépend pas de la situation que l’on possède dans la vie. Que vous soyez serviteur ou roi, riche ou pauvre, vous devez exprimer votre honnêteté de la même manière. L’homme honnête ressemble à un vêtement que vous passez à la lessive autant que vous le voulez sans que l’eau en soit salie. Celui qui est honnête paie ses dettes, remplit ses obligations. II y a une loi dans le monde spirituel selon laquelle si vous devez 10 millions de francs, le Monde Invisible est prêt à payer votre dette ; mais si elle se monte à cinquante francs, vous devez la payer vous-même. Le Monde Invisible pardonne les grandes fautes, mais les petites, jamais ! Celui qui est honnête n’est pas cruel. Sous ce rapport, pour la conception d’honnêteté, le Monde Invisible a établi d’autres mesures. Par exemple, les chasseurs et les pêcheurs ne sont pas considérés comme honnêtes, là-bas. LE DISCIPLE. — Maitre, j’ai compris qu’il ne vous reste que quelques minutes de libres et malgré tout, j’aimerais vous demander de nous dire brièvement ce que c’est que l’harmonie. LE MAITRE. — L’harmonie s’obtient quand, lors de la rencontre de deux amis, chacun voit en l’autre seulement les meilleurs traits de son caractère. (Ayant dit cela, le Maitre se leva, promena un instant son regard sur les disciples qui s’étaient également levés, les salua de la main et s’éloigna. Les disciples se rapprochèrent les uns des autres, silencieux, ne pouvant dire les mots de leur gratitude, mais elle se lisait dans leur regard.)